Articles avec #divagations diverses tag

Publié le 16 Avril 2010

Bleu blouse nu dessous et le volcan sous la fumée, la foudre des étoiles et la marche silencieuse à la recherche de je ne sais quoi, suivre les infirmières pour voir sous la blouse et creuser les volcans pour la lave, porte d'entrée vers les abysses, plonger dans le coeur de la terre, creuser ce qui n'est pas sa tombe, ni la mienne, creuser le même sillon et moudre le blé, creuser l'idée, trouver les mots pour rien, ne rien dire, la page est stérile, mots vitrifiés dans la lave, linge blanc à la fenêtre, et l'article dans la pouble

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 9 Avril 2010

bonsoir je t'écris parce que j'en ai envie, je t'écris parce que je m'ennuis, je t'écris parce que tu ne m'écris pas, je t'écris parce que j'y prends plaisir, je t'écris pour te comprendre, je t'écris parce qu'avant de le faire je ne t'écrivais pas, je t'écris pour démêler le monde chaotique de tes lubies, je t’écris pour alimenter mes fantasmes, je t'écris comme on déclare sa flamme aux princesses des donjons, je t'écris comme on exorcise les fantômes et les démon, je t'écris parce que c'est la seule choses que je puise faire, je t'écris parce que c'est la seule choses que je puisse te faire, je t'écris parce que c'est la seule chose que je puise t'offrire, je t'écris pour toi, je t'écris pour moi, je t'écris promis demain après ou même plus tard, je t'écris et je t'attends

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 7 Avril 2010

quand ton voisin mange des enfants pense à le faire cuir, le faire bruler, cramer au feu de joie histoire qu'il ne reste pas là sans payer, bouffer les mômes c'est comme buter des bébé phoques, ce n'est pas très bien mais c'est gratuit et gratifiant sur un tableau de chasse. Ceci est il cela ? 

Je n'ai brulé personne, je n'ai manger personne, mais lequel viendra en premier ? le buché ou l'allumette ?

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 2 Avril 2010

La vérité illusoire, glacé et glamour s'étale et se déroule sur le papier glacé. Autant de page qui se tournent, de drame qui se trament, anonyme chaos intronisé normal par ceux comme celles qui en ignorent la forme. Vérité décharnée, déchirée, désormais désarmée en proie aux âmes avides, aux corps qui miroitent des acteurs et menteuse aux les rôles quotidiens. Affligent réalité, des affreux qui s'agitent, s'agiter et faire du bruit, du bruit pour combler les silences qui trahissent les creux, la fausse folie et la fameuse misère, j'en pleure, j'en ris, je m'en joues et j'espère que parfois c'est ce petit jeu que je déjoues. 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 29 Mars 2010

Tu es pour moi comme un clair de lune, clair-obscur mais claire luxure, comme un phare dans ma nuit et je suis comme un marin à la dérive. Il y a comme une voie d’eau dans mon coeur, ma vie est comme une tempête et je vais de naufrage en chavirage parfois en survirage, toujours en dérapage, je contrôle je mets les gazes et ça repart à fond dans la ligne droite, excusez mon langage un peu technique, mais demain matin j’ai un brunch avec mon coach, la semaine prochaine j’ai une grande compétition de Turbo Racing Tunning et je dois encore régler la compression de mon Turbo Diesel Sport Injection, oui je le sais, je sais qu’a trop jouer le jeu dangereux de l’humour je risque de me brûler les ailes sur mon lopin de terre sur mon vieil arbre tordu au milieu en maniant un humour parfois tellement extravaguant. Tu sais ma belle l’humour n’est qu’une coquille, un voile, une carapace derrière lequel je me réfugie quand j’ai peur, je suis comme une tortue. Oui j’ai peur, peur de ne pas savoir capter ton attention, peur de te voir t’envoler à tire d’ailes dans l’azur bleu d’un ciel bleu, petite fleur effrayée par le rire tonitruant de ma voix qui raisonne comme le tonner alors  pardonne moi d’avoir écris ton nom avec la plume d’une mouette rieuse, c’est mon coeur qui brûle, ce sont mes émotions qui te parlent, ma voix tu la vois ma voix c’est mes mots qui mémorisent l’émotion, les décrets et les motion de ma vie et tu dois me trouver entreprenant, trop peut être, mais je sais que je suis à l’attention de savoir que j’existe. Et ce que je sais tu ne le sais pas encore. Tu ne sais pas encore le don que j’ai don de voyance, d’intuition prémonitoire, rêve cognitif, ce genre de don dont je domine avec peine la fougue mais qui me permet de savoir aujourd’hui le demain. 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 28 Mars 2010

Écoute les oiseaux chanter pour toi ... La musique !

Oui la musique je le sais tu seras la clef, de ma voiture, ma maîtresse Turbo Diesel Sport Injection golf GTI et même toutes les femmes de ma vie, toutes en toi réunie. Viens brûler ma vie aux quatre coins des nuits, oui je sais je suis un peu direct mais c’est parce que je suis turbo diesel sport injection avec ma benz benz benz ; excuse moi je sors à peine du garage, déformation professionnelle. Et oui tu ne le sais pas encore mais je suis en mon âme et consciences l’essence même de la conduite sur glace car je suis un pilote, pas les stylos mais les gens qui conduisent les voitures de vitesses, bonjour à toi et surement tu te demande pourquoi, pour qui, comment suis je là ici présent de ton mon être a effleurer ta vie avec la douceur de mes mots. C’est parce que l’on ne se connaît pas, pas encore, pas assez et pas Tatras (Rappel toi le paris-Dakar 95 ... j’y étais).

Excuse moi de remonter si loin, le passé est parfois douloureux, non je suis ici pour vivre au présent et c’est ainsi que je me présente. Je m’appel moi et moi voudrait bien réussir sa vie, être aimé, être beau gagner de l’argent puis surtout être intelligent. Et tout cela m’a fait passer à coté de toi sans te voir, comment ne t’ai je pas connu avant ? Simplement en ne te connaissant pas avant. Mais tu sais, si nous nous sommes jamais rencontré j’ai beaucoup, beaucoup, vraiment beaucoup entendu parler de toi, par une personne extraordinaire que j’ai rencontré le temps d’un dîner à l’ambassade des Indes, nous y étions réuni autour d’un sujet, le cinéma indien trahison & modernité, vraiment passionnant. C’est elle qui m’a permis de me trouver sur ta route, elle avait un dictaphone et elle s’est soudain souvenu de ce temps délicieux ou vous vos connaissiez, vous l’appeliez “pipasonic” ce si symphonique dictaphone. Puis elle m’a parlait de toi, de ton irrésistible humour, de ton âme à fleur de peau, de l’amie qu’elle a voulu s’offrir, de toi et encore de toi. J’étais avide de te savoir, envie de savoir ta vie, ton être, ta chaire, ta route. Moi j’étais sur la route toute la sainte journée et je n’ai pas vu le doute en moi s’immiscer. Moi qui ne croyais rien à ces petits matins, à l’aube on peu croire aux rêves de gloire. J’ai su cette nuit là quel était mon destin. Deux routes, un croisement, une priorité à droite que je me refuse et toi mon espérance. Qui sait, je sais que ton coeur est déjà pris dans cet engrenage fou. Osons le point.

Mettre un point, point final et recommencer tout de suite après, une nouvelle phrase, une page blanche et une histoire à écrire, la notre. Ensemble passons la porte et allons nous 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 27 Mars 2010

C'est la liberté de ne rien dire et passer au jour d'après sans prendre le temps de s'écrire et s'étendre sur le mot

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 26 Mars 2010

A l'envers du joli petit cul d'une femme que trouve ton ? C'est la fleur du plaisir qui trône dans son jardin secret, aux creux de ses cuisses la délicieuse clairière du plaisir érotique. C'est un petit bout de corps si souvent gardé à l'écart du regard des mâles, mais un petit bout de corps au combien convoité par le désir masculin, un fleur que l'on caresse, un peau que l'on embrasse et c'est le corps qui s'embrase comme l'esprit fiévreux qui se consume de l'instant où le plaisir perlera aux creux de ce jardin si doux

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 25 Mars 2010

alors pas la peine de le dire

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 20 Mars 2010

Une petite culotte n'empêche rien, libre à moi de caresser du bout des doigts le tissu souple pour deviner les formes de femmes finement ciselées qui se cache derrière, une caresse légère, douce comme le coton, ou une caresse plus forte qui explore les chaires juste sous le tissu, une petite culotte n'empêche la bouche de baiser le tissu juste entre les cuisses, doux baisers à la surface de la culotte pour humer l'odeur si particulière de son petit minou, une petite culotte n'empêche pas de rêver, de fantasmer, d'être troublé et excité, sexe dressé et esprit en fumée, une bouffée de printemps pour un nez hors de l'hiver, une braise hivernal pour incendier encore la poitrine indécente de la saison aguicheuse

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0