Articles avec #chronique chaotidienne tag

Publié le 21 Avril 2017

Les hommes par paires de deux, vieux et malades ne s'observent pas dans le silence bactérien de la salle d'attente du médecin. Aux quatre coins cardinaux de la pièce ils se tiennent comme les gardiens d'un temple désuet où ils patientent chacun dans son silence lourd. Mais de temple il n'y à guère, seule la secrétaire médicale qui reste à l'orée du temple campe le rôle magnifique de la Pythie qui délivre son oracle ; elle se lève, virevolte comme une fleur dans la brise de printemps et elle annonce un destin retardé. L'avenir n'aura pas lieu, en tout cas pas tout de suite. Son visage d'ange serein cerclé par ses lunettes sages n'y change rien, elle annonce le grand retard qui a lui seul ébranle tout le beau silence d'or. Le temple n'est plus qu'un bac à sable où la maladie s'oublie et les langues dédiées aux oracles font et défont l'ordre établi. C'est la tempête dans l'ordre des choses jusqu'à ce que le destin plus lourd et plus fort que tout reprenne le fil de sa pesanteur et impose le sens de son immobilisme et la mollesse de son entropie sur la vérité de l'instant. C'est toujours le même temps pour la destinée, celui qui fait mentir les oracles.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Je est un autre, #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 3 Avril 2017

Voilà le point de départ. J’ai posé devant moi les outils. Il un couteau dont la lame replié sur le manche et dont je me délecte du claquement sec et un peu gras lorsque le ressort déploie la lame dans un mouvement de cinéma. Il la ma tasse à café vide qui m’a laissé ce goût d’y revenir ; je regarde dans le fond de la tasse et je n’y vois qu’un avenir que je ne sais pas lire. Il ya le porte-monnaie de cuir qui commence enfin à porter la patine du temps ; il contient les quelques pièces qui me feront tenir jusqu’à la fin du mois. C’était il y a déjà trois jours la fin du mois ? Alors je vais devoir tenir avec ce pool de pièce jusqu’au revenu du RSA. Il y a la facture que j’ai outragé d’un dessin de fille nue au marqueur pour faire semblant de m’en moquer et ne supposer que ce n’est que du papier. Il y a les pièces cuivrées qui se cumulent sur le bureau parce qu’elles sont belles, propres et que même elles ne peuvent pas combler les manques de la fin du début du mois. Il y a les lamelles de papier, celles qui couvrent les zones autocollantes des enveloppes que je garnis des objets que je vends et que je renvois par internet. Dans mon dos le soleil tourne et rempli enfin la pièce de manière directe. Il y a encore tant de chose qui jalonnent le bureau de mon quotidien et que je vais devoir ranger parce que je suis sûr que parmi eux il y a les freins et les entraves.

La chronique d'un bureau de l'instant

La chronique d'un bureau de l'instant

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Chronique chaotidienne, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 2 Avril 2017

Dans combien d’avatars tu vas disparaître ? Oui c’est vrai ça, il y a combien d’itérations de toi qui errent  sur la toile et qui te servent de points de fuites pour difracter ta personnalité ? Je ne sais pas combien vous-êtes dans votre fausse danse, des dizaines de toi ? Des centaines de toi ? Ou seulement trois ou quatre toi ? Mais même si vous n’êtes que trois ou bien  quatre alors c’est déjà beaucoup trop.

Vous n’êtes pas des clones qui sont capables de démultiplier ton pouvoir ou ton  talent. Vous n’êtes que des ombres hantées qui allument des feux et creusent des fossés comme les barricades de la communes. Ils se lancent comme des mercenaires et se battent pour conquérir une clairière où tu viens à leur suite pour déposer ton camp.

Mais dès lors que tu installes ta présence incognito dans cette terre meuble et que tu plantes tes racines vagabondes dans ce sol neuf tu commences à le polluer. C’est un fait, tu prospères vite, tu grandi dans une forte jouissance et plus tu es haut et plus tu puisses dans le sol qu’une itération  à terrassé pour toi.

Et puis que tu as épuisé ce sol, tu te refuses à achever l’itération qui était venue en éclaireur, tu n’arrives pas à la tuer, tu essaies même de la sauver mais le temps fil, la terre est devenue pauvre et tu finis par repartir sur les terres investies par une énièmes itérations.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 29 Mars 2017

Il m’arrive parfois d’utiliser mon téléphone et la saisie vocale de Google pour noter mes idées et faire des brouillons facilement et rapidement. Ce n’est pas idéal pour écrire, en revanche je trouve que cette formule est une bonne façon de retranscrire à la volée le bouillonnement de mon esprit à un moment donné. Jusqu’à présent je suis plutôt bluffé par la qualité du service. Aujourd’hui j’étais dans les bouchons, j’avais les fenêtres ouvertes et la radio parlait fort lorsque j’ai voulu utiliser la technique pour ébaucher un article. Et je me suis rendu compte que dans ces circonstances l’application ne captait qu’un sens très relatif de ce que je voulais dire. J’avais beau faire des efforts, prendre soin de bien articuler, parler fort et même crier, rien n’y faisait.

Je voulais dire : Il y a cinq ans j’ai beaucoup hésité avant de donner mon vote. Je vous laisse avec les nombreuses approximations interprétées par la saisie vocale parce que j’ai trouvé ça très amusant.

Il y a 5 ans j'ai beaucoup les idées agréablement votre il y a 5 ans j'ai beaucoup hésité avant d'arriver mon votre il y a beaucoup hésité avant il y a 5 ans et j'habite hésité avant de donner mon Mathias en congé beaucoup hésité avant de donner mon pote il y a 5 ans il y a 5 ans j'ai beaucoup c'est super abandonné mon votre il y a 5 ans épuisé il y a 50 ans et beaucoup plaisir avant de donner mon vol il y a Kiabi il y a 5 ans j'ai beaucoup hésité à donnez-nous votre il y a 5 ans j'ai beaucoup aimé ikea donnez-nous votre il y a 5 ans j'ai beaucoup hésité donner mon boss

La saisie vocale de mon téléphone Android

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #écrire, #Chronique chaotidienne, #Dialogue de sourd

Repost 0

Publié le 26 Mars 2017

Réveillé trop tôt pour aller chiner.

Marcher parmi les pauvres, les étrangers et le peuple étrange de ceux qui ne savent pas ce qu’ils cherchent mais qui savent ce qu’ils veulent trouver.

Je n’ai pas laissé ma part aux chiens, j’ai croqué dans le gâteau de l’aléatoire et j’ai chopé ma perle, perle de culture, underground ça va de soi.

Je suis rentré sous le regard d’eunuque de l’horloge ravagée. Il fait encore beau, déjà chaud. Je me suis déshabillé, je sentais la vie du dehors et je me suis rendormi. Encore et enfin.

Au réveil nouveau il était déjà midi passé d’aujourd’hui, pas d’hier, ce n’est pas grave. Et nous avons mangé, dedans, ici, dans la cuisine, manger de la cuisine cuisinée dans la casserole et servie dans des assiettes.

En fixant la montagne dressée sur l’horizon j’ai refais la vaisselle et nous avons mangé pour le dessert les pains au chocolat achetés pour le petit déjeuné que nous avons sauté.

J’ai pris le temps de trier mes trouvailles, exposer mes trophées sur les réseaux et escompter des notifications comme autant de valeurs ajoutées pour certifier mes choix et mes affaires bien faites.

Le soleil ne veut pas descendre, j’ai fais du pain perdu parce que nous avions faim et que nous sommes gourmands. Je ne sais jamais comment s’écrit pain, avec un n ou un m, parce que lorsque je pense pain je pense à la faim qui porte son m à la queue.

Et le soleil qui reste haut, et moi qui suis ici, plus tard à la douche.

Un article qui se chronique comme son auteur.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 23 Mars 2017

La page (ne répond plus)

L’ordinateur semble à l’agonie. Un outil souffreteux qui peine à chaque tâche. Est-il comme un fidèle compagnon le reflet de mon âme / esprit / cervelle / crâne / tête ? Tout y est lent ; l’affichage est fantomatique et résiste au dévoilement, la frappe est épaisse et elle sonne comme une enclume décalée comme si je frappais dans la mélasse. Seul le bruit réside dans la norme / la normalité.

La page (est un diesel corrompu)

Les clics ne naissent plus. La souris connectée ne dispense plus les pages souhaitées. Elle disperse ses clics dans des hasards miraculeux et moi j’attends. Comme devant les portes closes d’une maison qui se refuse à vous, je frappe puis j’attends. Clame et serein mais éprouvant une frustration rampante. Le chrome ne brille pas. Il ne se passe rien dans le sablier oublié. La roue ne tourne même pas.

La page (sous Damoclès du bug)

Est-ce que je vais succomber à la colère ou le redémarrage ? Ai-je vraiment le choix ? Suis-je le maître d’un navire technologique échoué sur mon bureau où suis-je le passager involontaire qui subit les assauts d’icebergs non visibles mais qui trahissent leurs présences par la coque déchirée de mon embarcation ? J’ai un doute mais pas vraiment.

Page (souhaitez vous redémarrer)

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 12 Mars 2017

Un soir c’est dimanche et dimanche nous sommes le soir.

La semaine morte est déjà presque entière étalée derrière nous. Le charnier des semaines mortes est surchargé depuis bien avant ma naissance. Mais cela ne rend pas mes dimanches soirs moins amères. Des siècles que cela se perpétue et rien ne change.

Sauf peut-être les mots, les réseaux sociaux que l’on peut invoquer. Les blogs que l’on peut écrire et lire. La télévision qui hurle et les livres qui frémissent. Même la console gronde et vibre en espoir.

Rien ne change et tout s’offre aux changements.

Demain un jour nouveau pour une semaine nouvelle et je mettrai sur mon atelier mon ouvrage. Mon  éternel ouvrage que je dois finir. Je compte que ce soit pour moi la bonne semaine.

Mais d’ici là nous sommes le dimanche soir.

Avant minuit et même après, rien n’y fera.

Juste les mots qui s’alignent, les verres d’eau avec les cafés et tout le jaune inactinique déversé par les réverbères. Dans ma campagne la nuit est encore noire de sa lune. Mais à la ville la nuit est jaune. J’en avais fait mon fantasme mais pour le réaliser je dois éteindre toutes les lampes de l’intérieure. Et éteindre les écrans aussi.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 9 Mars 2017

C’est pour cela que nous aimons regarder le football, pas pour le score, ni la victoire ou la défaite mais pour avoir des histoires à raconter. Qu’importe la réalité du résultat car la véritable portée d’un match historique comme celui qui a eu lieu hier entre le PSG et le Barça c’est de transmettre à ceux qui ont vu le match une histoire. C’est une narration, un drame ou un miracle selon le côté mais dans les deux cas une page historique qui s’est écrite. Et comme toutes les grandes histoires elle ne peut vivre qu’en étant transmise, partager, propagée de siège à siège dans le stade, de canapé en canapé devant les télés, de bouche à oreille par la suite, emphase en rhétorique du pathos.

C’est pour cette raison-là que nous aimons le sport. Pour se sentir investi d’une légende à raconter et à chaque fois que l’on peut retranscrire ce moment de sport avec nos propres mots nous nous approprions une toute petite part de cette histoire. Nos narrations individuelles autour de cet événement sport construisent la légende de ce match de football autant que la légende de ce match construit nos narrations. Avoir assisté à ce match nous investit d’une parole et d’un élan à la partager qui font de nous des prophètes, ou, pour le dire autrement des messies avançant avec une voix porteuse de la légende.

Et c’est exactement pour ce cela, pour ressentir ce souffle, que j’aime regarder le sport.

Du genre historique

Du genre historique

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Sport, #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 8 Février 2017

J’ai tant aimé lancer mes mots à la ligne folle de l’inconnu, des inconnues au féminin pluriel. C’est là tout le sens de mon écriture, de ma naissance aux mots, de ma renaissance à l’âme et à la vie, et à une vie. Oui, toutes mes vies, et tout le sens à leur accorder, sont nées de cette volonté de lancer le fil désuet des lignes de mots aux femmes qui échappaient à ma vie, à ma compréhension et à la complétude de mon être.

C’était donc là, dans les nuits blanches des correspondances que je me suis forgé une plume, comme les grosses et grasses plumes que l’on épile avec vigueur du croupion des autruches. J’ai aimé ça ; c’était en toute logique sans mesure et sans raison et dans ce feu torrent je suis venue mille fois à la vie qui devenait la mienne.

Aujourd’hui le monde a eu raison de ces nuits d’ivresses à s’envoyer des e-mails. On supposait pourtant déjà à cette époque que l’e-mail allait tuer la lettre, qu’importe la forme j’avais l’ivresse et nous avions nos mots qui s’étalaient en pages qui s’échangeaient sans fards. Mais la forme courte a eu raison de mes correspondances.

Non je ne suis pas honnête. C’est moi qui ai eu raison de mes correspondances, je me suis détourné d’elles parce que je n’étais plus à la hauteur des muses et des personnes avec qui j’échafaudais ces va-et-vient lettrés ; l’image que me renvoyait des jeunes femmes n’était plus celle que je pouvais assumer. Je me suis laissé couler dans le silence, infiniment nostalgique et mille fois bouillant de souvenirs et de regrets mais je n’étais plus celui que j’étais, je n’étais plus celui que je voulais être, je n’étais plus celui que je devais être, je n’étais plus celui qu’il aurait fallu être pour être honnêtement à la hauteur des espérances que je chérissais dans ces mots échangés. La forme courte n’a eu qu’à parachever mon désastre et à me couper les doigts.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Je est un Blog, #créer, #Réflexion, #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 4 Février 2017

Une mère anorak saumon remonte la rue et sa petite à la main anorak rose tribal.

Les talons claque dans la rue vide, le feu est rouge et un jour la petite fille se demandera pourquoi elle aime faire claquer ses chaussures sur le trottoir.

Ta grand-mère et ta mère qui te photographient devant la palissade. Derrière toi la barrière et au delà le monument, elles ne voient que toi.

Elle vérifie son rouge à lèvre dans le rétroviseur, le feu est rouge lui aussi.

Personne ne tourne au coin de la rue et de la fontaine mais les voitures klaxonnent.

Son petit chien assaisonné de son vêtement de saison et sa maîtresse qui cache son âge sous sa veste bronze.

Et un jeune dans une golf si vieille que ses plaques sont noires écoute la musique fort depuis son téléphone qui crépite un son ridicule.

Et le facteur pédale.

Un homme d'âge à ressembler à mon médecin traverse la rue me regardant avec une acuité particulière, ses yeux bleus sous ses cheveux blanc et une baguette sous le bras.

Leurs enfants en liberté bravent la rue, elle sur son vélo sans pédales et lui qui poursuit le biberon que maman brasse entre ses mains. Enfin de l'autre côté ils boivent, regardent le ciel et les traces d'avions.

Papa trop jeune, maman trop vieille, lui et sa mère et ses enfants ses petits enfants.

Tresse mal fichue et tshirt à tête de panda à côté ta copine sac de supermarché trop plein,vous marchez sans trouver a sourire entre vos mots échangés.

Voir les commentaires

Repost 0