Publié le 30 Octobre 2009

Partir, pas loin pas longtemps mais partir un peu, partir un jour comme disent les deux qui reste, l'autre est parti toujours pour rejoindre la galaxie des stars mortes qui dont le divertissement aux milliards d'anonymes morts qui s'emmerdent pour l'éternité et moi je parts pour la Lozère je fais le con pour ramasser des champignons même quand je le dis moi je trouve ça con, c'est honteux, pathétique, ridicule, mais j'y vais, tenir la main à ma sociabilité, tenir la dragée haute à la solitude et un peu foutre le grain de sel, de sable, graine de bordel ambiant et pour deux jours je serai sans mots, sans moyen de mettre mes mots en lignes, je serai sans les moyens de mes mots alors pardon à ma volonté, pardon à ce qu'il me reste d'idéaux

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 29 Octobre 2009

Qui a bouffé le chien, les os et la langue, y'a du ciel et du bleu, du beau, du bœuf et trois ânes mages au fond de la crèche de là où je vis, je vais coller le requin au mur, requin bleu sur fond rouge, logique les requins sont attirés par le sang, le sang bleu, le sang noble, fallait bien que je sacrifie le chien pour attirer le poisson, c'est toujours moins pire que la vache folle, c'est quand même fou je construit ma maison avec des feuilles de papiers, couche à couche, petits papier par petits papier, j'habite une maison de papier ce n'est pas fou ? Et je n'ai pas peur du grand méchant loup, le vent peu souffler, les cris retentir, je n'ai peur de rien, pas fou que je suis, j'écris sur des murs de papier, j'écris, je cris, je dessines, j'accroche ma vie, je retiens la vie en mots, en bouts de papiers collés, le monde en bouts de papier que je colle, contre colle, recolle, je colmate et construit, je décolle, et je vous écris. Ici j'écris, j'écris ici, mais d'ici quelques jours, quelques heures je ne serai plus là pour écrire, durant deux jours, peut être trois, trois jours d'absence, impossibilité d'écrire parce que je serai nul part dans un coin hors de la toile. 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2009

Et oui on a tous des amis cannibales, au même titre qu'on a des amis homosexuels et des amis à l'ump, on a tous des amis con histoire de nous faire mousser et même quelques amis moches histoire de nous faire briller, le peuple est un peuple et moi je suis moi, y'a des fois où l'on ne dit rien de bon, rien qui vaille, rien qui soit de la balle, ni même d'la balle ou de la boulette, la boulette je l'émiette dans les lignes mais pas de snif l'encre est trop acide et si doré soit l'avant le LSD ce n'est pas pour moi, juste un peu de ghb mais pas pour moi, c'est pour offrir au fond du verre de celle qui finiront dans mon lit sans s'en souvenir, au pire quelques blocages en subconscient, un traumatisme ça n'a jamais fait de mal à la libido, enfin pas la mienne, suffit de se payer un artiste auvergnat et ça repart, comme un tic tac, un mentos et un rail de cock, du sexe money et ça repart et moi j'en reprendrai bien un part.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 27 Octobre 2009

Et quand ça sera demain, qu'est ce que je serai entrain d'écrire parce que c'est bien là l'enjeu, le jeu et l'espoir aussi, espoir de quoi ? Bah j'en sais rien, que le fait d'écrire me devienne naturel plus que ça encore que ça devienne une habitude, un besoin, une nécessité, plus que ça encore une nécessité impérieuse, une pulsion transcendantale et puis y'a aussi l'espoir de produire du sens pour de bon, pour de vrai, pas pour de rire, une réflexion, un regard, une narration, un style, c'est tout à la fois ici la forge et la poubelle, c'est la mine dans son coté sombre, sale, atmosphère étouffante, coups de grisons, charrier beaucoup de terre, de pierre et de poussière pour trouver quelques gramme d'or, de pierre précieuse ou de métal précieux et qui sait avec un peu de chance un filon, un mine d'or, je viens ici comme on va au charbon quoi que je ne viennes pas toujours très ardent ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2009

C'est une vague, la lumière sombre qui danse sur le sol, c'est une vague, la lumière sombre qui ondule sur le sol, ce n'est que mon corps, deux dimensions seulement qui se reflète sur le sol, c'est juste noir, une vague noire, l'onde noire qui ondule sur le sol, c'est seulement moi, une seule dimension qui plane à l'opposé du zénith, c'est mon ombre qui assombri l'espace, le sol, la matière, ce n'est que mon ombre que l'on voit sur le mur, les objets et le sol, c'est une saccade, un reflet, c'est mon image sur sursaute, ce n'est qu'un instant perpétuel qui me suit et me singe, ce n'est que moi même qui m'étend sur le sol, je m'allonge, je m'étire, je m'étend sur le sol tout entier de mon ombre, ce n'est pas l'ombre de moi même, c'est moi tout entier, nombre entier, nombre premier, c'est moi un point c'est tout et c'est mon poing dans ta gueule en guise de point final si tu piétine mon ombre ou pire si tu me fais de l'ombre.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 25 Octobre 2009

Il fallait le faire, écrire durant cette heure qui n'existe pas, ou bien qui existe deux fois, la seule nuit de l'année où l'on vit deux fois la même chose, deux fois la même heures c'est officiel oui c'est inscrit dans nos montres, nos horloges et même dans celle du monde, le temps recommence, de quoi écrire un film, un livre, de quoi faire la une des journaux alors surement de quoi en faire un article, oui je dis article parce que billet je n'aime pas, billet ça fait pédant et polissé, j'écris un billet pour mon blog, quel connerie cette expression, on devrais se rebeller faire un mouvement pour fustiger et se moquer de tout ceux qui écrivent des billets pour leurs blogs, on pourrait les flooder, les troller ou juste les bannir du mondes, qu'ils aillent errent dans l'infini néant de l'univers, oui je déteste ceux qui écrivent des billets, écrivez des articles écrivez le monde, écrivez des traits d'humeurs ou d'esprits si vous en avez mais cessé d'écrire des billet bordel !

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2009

Les mots marchent toujours, il y a toujours du sens à prendre, à comprendre, on ne sait rien mais nos mots nous trahissent, nos mots disent ce que l'on ne sait pas, ce que nos corps balbutient, nos mots disent ce que nos blogs dispersent, et quand un mot disent nos doutes alors nos mots disent nous, nos vies et nos humanités, les mots disent toujours ce que l'on ignore, ce que l'on ne sait pas, ce que l'on trompe, nos mots disent nos regrets et nos envies, nos mots connaissent nos fantasmes et nos terreurs, nos mots disent toujours au delà de nos consciences, c'est une chance, c'est notre chance, nos mots disent tout en tout cas bien plus que ce que l'on sait, c'est magique, il suffit de savoir lire et de ne pas faire confiance à nos bouches mais à nos yeux, sauf pour embrasser là la bouche c'est bien et pour fumer aussi la clope tient mieux entre nos lèvres qu'entre nos paupières

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2009

Nous ne sommes jamais sûr de rien, jamais au courant de rien quand il s'agit de nos essentiels, quand il s'agit de soi, d'estime et de désir, nous ne savons jamais qui pense quoi et par défaut bien souvent nous ne pensons qu'au pire alors que bon on se trompe. On se trompe soi, on trompe notre désir, notre amour propre et même nos amours impropres, nos fantasmes, nos frissons, nos désirs on se trompe tout court, on se trompe de tout savoir, on se trompe de rien dire et on se trompe de ressentir, le non-dit et la distance, et ce je ne sais quoi d’éthique morale qui nous retiens d’être soi, d’être entier, d’être entièrement là de la tête et du corps, être soi mais l’on a peur, peur que cela fasse fuir l’autre, la séduction nous tire une balle dans le pieds et c’est en voulant plaire et ne pas déplaire que l’on se perd, se trompe et s’oubli, c’est pour ne pas déplaire que l’on compose masques et personnages pour montrer le meilleur, l’on recompose avec ce que l’on a pour paraitre mais dans le fond on se  décompose, même ma prose y passe, je veux du brut de moi mais je n’y arrive pas.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2009

Rien à dire, je n'ai rien à dire, je viens par habitude, j'ai tous les mots derrières les barrières, refoulés sous la bannière de quoi ? Je ne sais pas, j'ai le mot retenu, l'idée restreinte, refoulée et là où je devrais abonder je ne fais qu'abandonner que quelques mots sans poésie mais surtout sans surprises et moi je trouve ça triste. J'ai le mot feins, le mot freiné là où je devrais être tel mort de faim dans l'écrit furieux, la prose faramineuse, je crois pourtant en mon média, je crois en moi, je crois que les mots tiennent le monde à bout de syllabe, je crois que l'être humain n'existe qu'en tant qu'être culturel, on nait dès lors que l'on est inscrit dans un registre culturel, je crois tout cela, je suis tout cela et je suis aussi celui qui lis le registre, qui essaie de décoder les registres pour qui sait un jour en sortir. Est-ce cela qui me restreins et me bloc ? Suis-je voué à vie à être sur le fil, tiraillé entre deux fils, tirailler entre els autre et moi, le temps que l'on donne aux autres n'est jamais le temps que l'on s'accord et inversement, faut-il alors choisir ? Choisir soi plus que les autres ? Choisir l'autre plus que soi ? Et qui saura me donner la réponse sans être parti prenante, me parlant sans affecte maniant simplement le sens et les concepts pour m'éclairer ?

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 22 Octobre 2009

chercher, écrire, dire, parler le mot juste, chercher sur le fil le mot juste, celui qui saura faire basculer les chose du bon coté de la ligne, en permanence rechercher le mot qui fera mouche, le déclic dans une course contre la montre, contre la vie, contre la mort, contre l'envie ; celle d'en finir, contre l'ennuie, contre l'erreur, contre l'échec, contre la dépressation ; de soi et des autres, contre les idées reçues, recherche sans cesse le mot juste, la fraction de vérité, une parcelle de réel, dire le bon mot au bon moment, ménager les égos, soulager les maux, soigner l'esprit, le mot qui plaisir, le mot qui ne failli pas, le mot d'espoir, parole sans fard, le mot qui convient, celui qui fait sens, le mot sans contre sens, mot sans sous entendu, le mot qui là dans sa présence littéraire influe sur son lecteur de façon positive, je suis une forge, je suis une mine, je cherche sans m'arrêter ce mot qui fera sens, la clef de voute d'un univers, je cherches des mots pour vous, pour toi, pour elle, pour les autres, pour le sens de la vie, pour le respect du réel, la recherche du juste, juste des mots mais quels mots, qu'elle lutte, qu'elle force, qu'elle énergie, qu'elle utopie, qu'elle folie, qu'elle logique ? Je me le demande mais je le fais, je m'arrête pas, je cherche, je fouille, je réfléchis, je me demande, je recherche, je plonge, je pense, je me distille, je me disperse, je suis cette recherche sans savoir si je trouverai.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0