Publié le 31 Juillet 2010

La société veut d’une personne lisse, formatée, sage et gentiment identique, lisse donc sans rides, sans poils, sans tâches, sans aspérités, on veut du botox et du silicon pour figer le monde - et au delà de tous les enjeux féministes et religieux qui seraient sources de milles autres articles - cette loi sur l'interdiction de la burqa c'est aussi une loi de la transparence, il faut être ni moche, ni vieux, ni se cacher, faut être là bien visible et bien clair, identifiable et classifiable facilement, ne rien cacher, tout dévoiler, faut se mettre à nue sans montrer de défaut, il faut des femmes parfaites pour des hommes performants ! C'est ça le vrai dictat ! C'est cela qui me fait peur, c'est cela qui m'angoisse et me révolte. 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2010

J'ai comme une envie de slamer par pour la rime, le style ou le plaisir du poète moderne avec son temps, une envie de slamer comme on plante son point dans la gueule ou dans l'urne nécessiteuse de la passion commune, envie de prendre à mon compte - le mots et la langue - slamer comme on déclame une rage, une ligne en noire avec un dent contre tout et trop souvent n'importe quoi, poétiser la prose verbeuse vers un peu plus d'éclats, du verre brisé à coups de pavés - la lange en l'air et s'en servir en libre accès, en libre excès pas de chacun pour soi ni de chacun son tour c'est au plus talentueux, celui qui ouvrira plus haut et plus grand sa grande gueule de brebis parlera le plus fort, pas de course au talent, pas de dictionnaire de crimes, la rime est à tous tapis dans la lumière, la rime est sclérose et la rime un carcan la ponctuation une politesse pour les faibles, les dociles et le capitaine odieux à oeil de verre et crochet de métal - pas besoin de savoir pour le faire, s'en faire sa tranche d'en rire ou d'en pleurer, ou je m'en désole c'est ainsi - je veux être guerrier - non je veux être un con, gros connard prétentieux qui ferai fermer leur gueule aux gamines prétentieuses et aux gamins excentriques s'imaginant savoir et le monde et la vie

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 29 Juillet 2010

Je trépigne d'impatience, j'ai lu j'ai regardé tant que j'ai pu, j'ai observé à quoi pourra ressembler l'avenir avec un objectif manuel et maintenant il est temps de passer à l'acte, l'acte photo oui bien sûr mais avant lui l'acte d'achat, choisir et commander, faire entrer dans ma sphère un nouvel outil, un bel outils, un outils chargé d'histoire, de temps et d'espoir, une forme ancienne pour produire de la forme nouvelle, c'est mon nouvel eldorado que je vais commander en essayant d'être spontanée et inspiré, ne pas me tromper mais laisser faire l'instinct, acheter le bon, le premier, premiers pas avec un genre nouveau, premier pas comme celui que l'on fait vers une fille, avec autan d'envie que d'appréhension et du plaisir par dessus tout, normalement demain je me jette à l'eau et je passe commande. 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2010

hésiter ? hésiter à quoi ? hésiter à la curiosité ? hésiter à ma curiosité ? je n'ai pas peur des personnages nés un 12 novembre alors je n'ai pas hésité, j'ai plongé pour au moins avoir le prétexte à écrire quelques mots à l'inconnue, une sorte d'homélie même si je n'ai rien du prêtre, pas même l'attrait pour les corps diaphane des anges aux sexes de femmes - c'est passionnant l'inconnu et comme l'on n'est jamais inconnu à soi même - enfin ça reste à prouver - on use et abuse des autres pour renouveler l'inconnu, mais au fond c'est qui l'inconnu toi où moi ? 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2010

Et si dire rien ne rien le dire avec les mots et n'en penser pas moins, ni panser ma jambe de bois ni peser le poids des mots et mentir à mes mots comme on monte une maoynaise, à la force du poignet, masturbation littéraire qui n'a rien d'intellectuel, avec quel mot vais-je faire l'amour, avec quelle muse vais-je faire l'amour, avec quel mots je vais baiser un soir d'été sans prendre garde à l'aime, le caresser et lui prévoir un grand avenir, juste des mots d'un soir, juste des mots d'une nuit, juste des mots en l'air, des mots gratuit que je ne paie pas, des mots pour rien, pour la furia et la folie d'un foutre d'un jour qui s'écrit sans les main à la force de la plume sur des corps excercer, le va et vient à la ligne et l'exclamation sans parenthèses qui s'exprime au grand jour sans couvert d'un mot doux

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2010

bleu - rouge - sable de cuisses et des culs et des bras et des mains et cris de sueur et l'effort sur la piste et encore sauter là où là bas et en haut et en loin être enclin à être soi dépasser l'autre pour la bonne cause, l'autre et soi et la course à l'absurde et la sourde route qui tourne et tourne et retourne sur elle même et même pas loin, remarquer sur ses pas, remarcher sur ses sauts et le savoir faire bien vite, scandé comme une ritournelle qui se lance dans le vide aussi loin que l'on peu et si l'on ne peut pas on essais de s'en lancer en l'air et de retomber en bas, short, culotte lycra et brassière pour poitrine serrée et séduisante le corps découpé à l'effort et taillé pour l'amour, lisse et ferme et gros et grand et vite et haut et pointes

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2010

Faire tirer des souvenirs, faire tirer des filles anciennes qui ne l'étaient pas à cette époque, faire tirer du grain, faire tirer du temps pour des photos qui tirent vers quoi ? Des photos qui tirent vers moi je ne sais plus quoi, je ne sais plus qui - j'ouvre la boite de pandore en 24 poses, HP5 Plus, pellicule usagée, le temps a dépassé la date de péremption alors que ce passera t il ? Une feuille blanche ? Un trou noir ? souvenir altéré ? Un souvenir dont je ne me rappel pas peut il être altéré ? Par qui, par quoi, pas par moi, comme une bonne bouteille je vais m'ouvrir un pellicule et j'espère qu'elle sera bouchonnée, qu'elle sentira le vinaigre et le souffre, temple maudit aux milles trésor et tombeau éventé déjà pillé par la lumière, deux trois secondes et puis plus rien, un regard en arrière avec un regard neuf, regardé hier avec l'oeil d'aujourd'hui pour y voir demain, c'est si banal que je suis navré de l'écrire ici, mais si vrai pourtant

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2010

s'il fallait la nommer qu'à moitié on omettrait de dire le beau et le dispendieux de son physique sur lequel le temps n'a pas de prise, seuls les chirurgiens ont prise sur sa plastique de luxe, les chirurgiens et tous les puceaux, les hommes et les pervers éduqués à croire que le grand amour est blonde avec des seins refaits et le refrain surfait des gémissement aux moments où madames connait monsieur, tous ces messieurs normaux qui aux creux de ses reins ou pendus à ses seins vertigineux décolleté où au sourire à la commissure de ses lèvres quand elle s'avance, quand elle se déshabille, quand elle s'abime la libido en vidéo, en numérique allez retour et la foule toujours plus grande à lui rendre le plaisir qu'elle donne à tous, la poupée pas mécanique qui nique sur le petit écran est elle belle et bien vivante dans une autre vie entre chaire et sang

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2010

tu n'es jamais là mais le temps sur toi passe comme pour nous, toi la jolie fiancée fabriquée à échelle humaine tu as pris du plomb dans l'aile et de l'âge en corps mais t'es comme le vin plutôt que comme les fleurs le temps sur toi bonifie ton teint de fleur en femme et passe le temps à devenir plus vieille et passe le temps à devenir plus belle, les mots ne cesseront de te le dire car d'aucun n'osera dire à la petite fiancée qu'elle a prit du ventre, des rides et consensus sur les hanches, remercie la belle hypocrisie du monde de caresser ton amour propre les amis seront là pour ça, pour rendre moins âpre le jour qui se lève et la nuit qui tombe, la grand roue tourne vite et trop peu de temps pour qu'on se prenne la tête a ne pas vieillir en bonheur, le puceau devient moins niais et la fleur moins fraiche mais c'est la vie et toi, toi t'es une fille alors du fane c'est fâcheux mais qu'est ce que j'y peux ? 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2010

qui qui qui es-tu toi toi toi toi toi ? qui tu es pour me venir ici voir, me regarder dardant d'un micro regard mes doigts agissants, qui es-tu pour être lài dans ton sourire énigmatique de lolita aux lèvres sangs et toi tu es qui à te planter là et à pousser la curiosité à faire parler les mots pour sonder le silence et ne pas sombrer dans le soucis - je ne sais que faire de cela - dans le désert de la campagne ni voisins ni voisines la girl next door dort au bord du lac, échouée entre les vignes, éclaboussée d'un brin de soleil ou juste de l'huile

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0