Publié le 31 Décembre 2013

C’est le last day ; dernier jour et à la fois le mille six cent quarante-septièmes jour ; chronologie croisée pour horloge alcoolique et depuis les calendriers jusqu’à la coque en bois des bateaux pour le grand petit chassé croisé de l’année ; il y a ceux qui y vont en 2014 et ceux qui en reviennent ; les blasés qui ont toujours tout vu et tout su avant tout le monde et qui disent suffisant que 2014 c’est déjà old. Mais je ne les crois pas moi les déjà-vu déjà-fait et je dirais même plus qu’on les emmerde tous parce que oui, je parle au nom des autres qui comment moi se foutent de ceux qui ont déjà tout vu, tout su et on va glisser dedans 2014 comme on marche dans une merde en se disant que c’est du bon pied, celui qui porte chance et on portera haut les couleurs de 2014 qui est une année en couleur parce qu’on n’a pas encore trouvé de rime riche ou de rime pauvre pour ce quatorze ; année 2014 année des quatuors à cordes ? Aucun rapport je sais … c’est le dernier jour et le premier à la fois, le dernier et le mille six cent quarante-septième jour et je vous le dis moi, ce n’est pas fini encore

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2013

Est-ce parce que les gens croient une chose, que plusieurs personnes se mettent d'accord pour croire une même chose, que cette chose est juste ou réelle ? Une majorité de gens croient en dieu - qui qu'il soit - et ça ne prouve pas pourtant qu'il existe, il fut un temps où l’on a majoritairement cru que la Terre était plate et que l'univers tournait autour d'elle mais la somme des croyances na pas suffit à rendre la chose réelle. Certes je ne suis pas dieu, pas plus que je ne suis la Terre ou le centre du monde mais l’on peut appliquer à moi la même échelle logique ; ce n’est pas parce que l’on pense des choses sur moi que les choses sont vraies, qu’elles soient élogieuses ou calamiteuse. Alors peut-être que si certaines personnes s'intéressent à moi c'est parce que je suis pitoyable et que contrairement à ce que l'on pourrait croire j'épouse ma condition ; je suis ainsi, juste un homme, juste un mâle, juste normal, juste médiocre, libre et conscient de l’être et de mes lettres, un dyslexique qui aime les mots et les paradoxes, je suis là pathétique et pitoyable avec mes failles, mes faiblesses, mes paresses, mes imperfections, mais je ne baisse pas la tête, mais je ne baisse pas la plume, c'est peut-être pour ça que certaines personnes trouve mon cas intéressant ; j'ai peut-être la prétention de ma modestie et le talent de conscience de l'aspect pitoyable de mes mots. Et c’est ça le talent

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #recyclage

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2013

Quelle est la place de l'art, vaste question où il n’est pas question de délimiter la place géographique de l’art - quoi que - mais plutôt de savoir où est-il l'art, où commence-t-il et où s'arrête-t-il ? L'art naît-il dans la rue ? Meurt-il à la porte des musées qui sont comme des morgues ? Peut-on reproduire l’art, ou meurt-il à chaque copie, à chaque reproduction, comme s’il était à l’inverse de l’homme une chose qui meurt quand elle se copie. L'art est-il assujetti à la conscience de l'artiste autrement dit n'y a-t-il art que s'il y a intentions et prétentions artistiques ? L'art ne peut-il être que là où le milieu de l'art lui reconnaît sa place ? Banksy vaut-il plus quand il s'étale sur les murs d'une capitale ou quand il s'affiche au musée ? L'art peut-il être vu, reconnu, aperçu dans une publicité pour un objet de luxe ou dans la publicité populaire ; est-ce que la photographie de mode, le design internet, le packaging sont-ils eux aussi des morceau d’art ; l'art est-il là bas aussi ?

 

Je ne sais pas quelles sont les limites de l'art, mais je penserais toujours que l'art n'a pas la place qu'il mérite parce que l'art devrait être le laboratoire des évolutions futures, le lieu des possibles et à ce titre l'art devrait toujours être au sommet des sociétés.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #recyclage

Repost 0

Publié le 28 Décembre 2013

De là d’elle, au-delà d’elle, kilomètres après kilomètres ; la crâne qui vrille, le mal de crâne dans le crâne du mâle et par-dessous des yeux qui fuient la lumière et quelques larmes qui fuient des yeux de fatigue, de trop bailler, de trop crier, de trop brailler ; les yeux qui luisent et lui qui caresse l’échine et la croupe des filles qui baillent aux corneilles et s’ennuient de ne pas le voir venir « ne vois tu rien venir ? » « je viens, ne viens, je viens ! » et moi, j’y vais là où je veux en venir, en vas et viens, comme un mal de mer qui tangue de l’autre côté du miroir. Ce n’est pas drôle, c’est une hésitation, il prend son téléphone, il regarde sa messagerie, il hésite, il y pense, il y réfléchit une seconde et puis il arrête parce que ça tête va moins vite que le reste ce soir, que cette foutue envie de vomir, et cette fois pas question de vomir une pulsion littéraire mais juste expulser la merde du dedans, biologique, organique, comme l’accouchement d’un alien, comme le cri d’un aliéné gutturale comme la gouaille des étrangers dans les rues d’une ville. Mais je ne suis pas ici

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2013

C'est la question, la bonne ou la mauvaise, que les gens se posent à se demander s'ils sont uniques ou s'il le doivent l'être. Mais pourquoi se poser cette question ? Doit-on jauger et juger de qui l'on est à l'originalité de la personne ? Nous sommes uniques, génétiquement, sauf pour les jumeaux, les jumelles, mais pour les autres la génétique nous rend unique, d'unique version de nous même, empreintes digitales et ADN comprises ; mais pour ce qui est de la personne, la personnalité, alors là c'est une autre paire de manche, pouvons nous tous fonder nos personnalités sur des choses différentes qui permettraient que nous soyons tous uniques ? Je ne sais pas, c'est une question de point de vue ; tous les humains sont identiques, deux yeux, deux jambes, un cœur, des poumons, nous sommes tous sur le même modèle, le même moule, mais dans le détail de nous même nous sommes tous différents physiquement, mais en est-il différemment, moralement ? Dans le détail de nos personnalités et dans la somme de ces détails, nous sommes tous différents et donc tous uniques ; mais si on se place à distance des individus et que l'on porte sur eux un regard global alors les gens se ressemblent, il y a les gentils, les consensuels, ceux qui veulent trouver l'amour, aimer et être aimer, vivre heureux avec une moitié, avoir un travail et des enfants et de l'argent, il y a les gens qui cherchent des amis, des gens bien, écouter de la bonne musique et manger des bonnes choses ; il y a le détail qui nous rend différent et la généralité qui nous rend identique et nous, nous naviguons à vue entre l'une et l'autre de ces échelles ; unique à l'échelle microscopique et commun à l'échelle macroscopique ; notre unicité dépend juste de notre point de vue

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2013

La zoophilie c'est de l'amour interespèces, c'est donc une espèce d'amour, mais l'amour ne supporte pas d'être une espèce de chose, donc la zoophilie ne peut pas être de l'amour ; pourtant et c'est là un paradoxe tout le monde aime les bébés animaux, surtout les bébés chats et les bébés phoques bien que cela n'ai aucun rapport avec l'homosexualité ; on pourrait se dire que deux personnes qui s'aiment bestialement versent dans la zoophilie mais la zoophilie n'est pas un vase, ni une baignoire ni même un pot fleur, on ne peut donc rien verser dedans, ainsi, les amoureux bestiaux ne sont pas zoophilie mais alors que dire des amoureux qui sortent en amoureux dans les zoos ? Sont-ils zoophilies, trouvent-ils une dimension érotique à fricoter devant les zèbres, trouvent-ils une dimension érotique à s'embrasser devant les rhinocéros, sont-il des exhibitionnistes zoophiles ou simplement des provocateurs qui revendiques aux animaux "voyez comme l'homme sait mieux aimer et érotiser que les perroquets, les perruches, les gibbons et les kangourous !". Mais cela nous éloigne de la pensée première, le sens de la zoophilie ; l'amour des animaux et la connaissance biblique du con animal. La vérité, c'est que l'idée me dégoûte, je suis omnivore à tendance assumée carnivore, mais la zoophilie je dis non ; et mon chien aussi, aussi adorable soit-il, il dit non, nous disons non de concert : wouah ! et non nom d'un chien !

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2013

C’est le temps de l’après, après noël, le ski en dehors ; c’est fini, c’est passé, sauf pour les petits, pour les enfants, pour le pieds du sapin, papy aux pieds d’argiles et papiers cadeaux froissés aux pieds des adultes et du gras animaux dans la peau des Suzane et des Eric et de tous les gens avec un prénom ; seul les sans-nom ne mangent pas mais je ne vous en ferais pas la liste parce que ce soir il est l’âge de dormir ; âge de glace au temps des pierres préhistoriques. Je ne mange jamais mes doigts de rage, mais je mords ma langue de faim ou d’ennui quand la faim donne de l’ennui aux dents ; on sera bien au lit, on aura de quoi dormir, de quoi prolonger la panse pleine comme des superman des temps modernes, charlots encapuchonnés dans sa voiture presque neuve pour parader au soleil d’un soleil qui ne brille pas ; mais cette nuit de tempête de petite envergure parfaite pour les journaux télévisés de vingt heures il va être l’heure de dormir comme une dinde fourrée dans son four, le cul bordé comme une farce d’un goût douteux ; il y a temps de gens à qui je pense.Tellement de personnes à qui je voudrais offrir quelques mots pour dire que je suis là et que je pense encore et toujours à elles. J'espère qu'elles le savent.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 24 Décembre 2013

On n’aura pas internet ce soir, le père noël ne sera pas de pixels mais il y aura du feu dans le cheminée, du feu de bois et de fumée et de la cendre pour que le père noël y laisse ses pieds, ses traces, et une partie de son costume bon marché ; c’est noël pour les bandits, c’est noël pour les putains, c’est noël pour les catins, c’est noël pour les pucelles, c’est noël pour les ministres du budgets, c’est noël dans les boites à partouzes, c’est noël pour toi, c’est noël pour moi, c’est noël pour les morts africains, c’est noël pour les soldats de plombs, c’est noël dans la rue des SDF, c’est noël pour les pauvres, c’est noël pour les cons, c’est noël à Arcachon, c’est noël en prison, c’est noël pour les gens seuls, c’est noël pour les tueurs, c’est noël pour les auteurs de séries, c’est noël pour l’internet, c’est même pas un jour à ne pas avoir internet, même si c’est un sacré cadeau que les paquets de pixels qui s’envoient sans paquet, sans la poste, noël sous les néons oranges et rouges et treize fois casser ses dieux pour caser ses petits cadeaux sous les arceaux des rues marchandes et dans les porches louches des ruelles qui débouchent sur les cloaques ; joyeux à moi

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 23 Décembre 2013

Une minute papillon - fait donc taire tes ailes parce que là je dors

 

Fais donc tourner ta trompe petit papillon, tu me fais tourner la tête avec tout ce nectar que je m’envoie trop tard dans le verre d’une flûte à champagne une avant-veille de Noël un soir d’hiver et un jour de pluie. En noir et gris et en guitare à corde, un accord entre les lignes et le désaccord dans le non-dit, ne dit-on pas non quand il fallait dire oui et ne dit-on pas quoi quand le fou passe sa main dans tes cheveux ?

 

Une once de bleu chevillée au corps et le vin chaud de ceux qui festoient dans des gobelets en plastique.

 

Faut-il une éthique pour soulever le monde sur ses épaules et entendre ou ne pas entendre les mains tendues ; moi je sais, moi je le sais, moi je suis dieu, moi j’ai de grandes oreilles, bien plus vaste que mon cœur, je suis un créateur d’orignaux, une créature originale ; et moi monsieur, et moi madame j’ai des ballastes pleins de proses et faire monter à la surface du monde les ventre gironds des hommes et les girondes formes des filles ; petites filles malines le diable encore collé au corps.

 

Une triche avec les aiguilles et une tranche de cake aux olives sans olives

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 22 Décembre 2013

Chien et chat dans de l’eau froide, chien et chat dans une boite de carton, chien et chat dans un placard, le lapin et la cigale dans le livre rouge et d’or d’un fabuliste, le lapin et la cigale dans le lac où une carpe nage, dix neuf ans et dix huit jours pour construire une vie, dix neuf ans et dix huit jours pour chasser les taupes, jour et nuit dans le calendrier, nuit et jour sur les pages d’un agenda, nuit et jour dans les grandes galeries des glaces, la feu et la glace dans le glacier du vacancier d’été, la feu et la glace dans la cuisine, le nègre et le noir dans une prison d’état, un nègre et un noir dans ma maison fracturée, un clou et des dents dans la bouche, un clou et ses dents sur les marques laissées sur ma chaire, de cendre et de rouille dans l’usure du temps, de cendre et de rouille dans les cage du zoo où une cigale, un lapin, un chien et un chat poétisent sous l’eau froide et le feu et la glace annoncés par les pages d’un agenda acheté dans une grande galerie de glace installée dans une ancienne prison d’état où l’on enfermait nègres et noirs jusqu’à ce que la chaire soit marquée

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0