Publié le 31 Décembre 2014

Une amélioration ? Oui, enfin disons plutôt une émulation, parce que c'est ça le sens du jeu, des questions puis des réponses, ça remue la merde, ça émulsionne la merde, c'est ça le jeu, émulsionner la vase pour créer de l'or à la manière des alchimistes.

Le sens de l'écriture, page 2015

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #citation, #punchline, #autofiction

Repost 0

Publié le 31 Décembre 2014

C’est le peuple qui autorise le pouvoir à s’asseoir sur sa vie, sa liberté, son autonomie de pensée, son libre arbitre et sa capacité de décision. Et c’est le peuple, par le biais du consensus, qui glorifie les lois, les traditions, les habitudes, l’esprit réactionnaire, les conventions, ne feignant de s’en offusquer qu’une fois ou deux par ans ; portion congrue de bien pensance dans un océan où le zèle à se soumettre n’a de commune mesure que la volonté de ne pas dépasser de sa gaze comme le gazon tondu avec zèle dans une banlieue de province. Hygiénisme de père en fils et de mère en fille et on s’étonne ensuite que rien ne dépasse du string bien positionné sur la raie des fesses. Et ce soir, 2015, aux ordres d’un calendrier qui n’est plus révolutionnaire on va festoyer, faire la fête, un truc festif comme tous les ans à la même époque. C’est ça le truc, ça sera ça le truc, on va dire au-revoir et puis amen, on va bien gentiment ne pas l’être trop, à cheval entre deux ans et pour certains peut-être à cheval sur leur mec pour les messieurs dames qui vont fêter ça au pieu. C’est ça le game, n’est-ce pas ?

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2014

2014 jours que je tiens mon blog, 2014 jours que j'ai décidé d'écrire au moins un article par jour, j'ai donc, par la force des choses, de quoi me prétendre écrivain du net. Mais 2014 jours que je n'ai pas de lecteurs et que je ne compte pas me prétendre écrivain tant que je n'aurai pas abouti à la naissance d'un roman sur du papier. Qu'importe ce que veulent #Lesgens. Je continu de creuser mon sillon, ou ma tombe, j'écris pour savoir ce qu'est écrire et j'ai plaisir à lire ta prose ; mais bon, c'est dit, tout est dit, ça sonne un peu comme ces écrivains qui prétendent que l'on ne plus écrit parce que tout a déjà était dit, ou écrit, qu'importent, les vrais savent et creusent.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #écrire, #recyclage

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2014

Bang et puis bang, le son de deux coups de feu en l’air. La littérature tue encore. Aïe ! Elle a visé et elle m’a touché, je suis foutu ; je me fais tirer dessus par un concept littéraire et alors que je suis censé camper la posture de l’écrivain destroye dégommé par la littérature je brode du Marc Lavoine. La lose. Par chance, la lose est la seconde source de la hype pour écrivain maudit ; la poudre noire et la lose et parfois pour les plus riches d’entre nous la mauvaise baise effectuée avec des prostituées professionnelles. Oh non, j’ai un trou de balle dans l’épaule. Au moins, moi, j’en ai deux, un qui me sert à évacuer et l’autre, juste pour la hype, la phase, le sens de la métaphore et s’il faut qui me permet de draguer les meufs, comme les mecs à deux têtes et les femmes à barbe. Faire freaks c’est toujours faire cool, pas que de la gueule, en plus ce soir j’ai mal au ventre comme une fille qui a ses règles. Et puis j’ai mal au poignet, à trop écrire ou trop me branler, dans les deux cas si j’ai mal là c’est que je suis trop moi ; il est temps de clore ce mauvais article. Demain dernier jour d’une année de plus, à espérer que je sois plus inspiré. Ce soir je clôture le 2014 ème jour de ce blog, et si demain nous sommes demain alors les chiffres auront l’air d’être plus cool que moi.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2014

Illégalement il y a beaucoup de manières différentes pour tuer les gens ; mais on finit alors en prison. Alors il nous reste la métaphore, le transcendant, le symbolisme, il reste la littérature et plus largement l'art pour tuer les gens parce que la littérature tue encore et l'art aussi. Il faut tuer dans l’œuf, la bêtise, la connerie, l'intolérable et le méprisable, il faut faire œuvre d’intolérance public comme on fait salut de public, mettre à mal ce qu’il y a de dénonciable chez l’autre parce qu’il y a à tuer dans chacun, dans soi comme dans autrui ; le génocide est en marche, dans ces mots là, dans d’autres mots, dans l’art et la littérature et les œuvres de création. Ce n’est pas une vocation ou un sacerdoce, c’est une vitalité nécessaire, c’est-à-dire un pléonasme.

Autofiction du programme d'un auteur au sens perdu de l'espoir nihiliste

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #autofiction, #citation, #recyclage

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2014

C'est un devoir pour les athées, les mécréants et les païens que de garder une part d'irrationnel divin, religieux ou simplement mystique. C'est là, dans cette faille au cœur de notre posture impie que se loge un espace vierge, une non-zone, un no man's land qui opère en soi comme une page blanche. C'est dans cet espace infra-mince que s'ancre notre sens de la transcendance littéraire. Oui, c'est cela, où alors j'ai encore trop picolé ce soir.

Autofiction en 2013 pages

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #autofiction, #citation, #punchline, #Dieu

Repost 0

Publié le 28 Décembre 2014

Tu l’as eu, tu la veux, ta bague.

Tu l’a vu, tu la veux, l’acheter ou te vendre pour elle.

Ta bague.

La bague.

Je l’ai su, je ne veux pas, tu m’en veux, pour ta bague.

Tu ne fais rien, mais une bague ça se mérite.

Il faut s’y accrocher, tous les doigts, pour ton bien.

Tu le veux, le bijou, l’or au doigt, le diamant dessus.

Toutes les nymphes, les nymphomanes, toutes désir en avoir une.

Une bague au doigt, un homme au bras.

Alors tu te mets bien au lit, nue au lit, nue sous les draps.

Tu gémis et tu espères, tu fais geindre tes espoirs.

Sur le dos, tu dors nue, en offrande, mais dans le fond tu ne fais rien.

Ce n’est pas un doigt que tu veux, c’est une bague.

Il faudra se battre, se débattre, se battre mieux.

Mielleuse un peu, candide souvent.

Mais si tu veux ta bague il faudra apprendre à te donner.

Te prostituer pour l’or et les strass, souvent, toujours.

Et sous le chant de l’énième ritournelle, je regarde tes larmes pleurer.

Des larmes dans tes larmes, ruisseau qui ruisselle vers l’abime.

Tu supplies pour 2012 carats.

Tu es belle quand tu supplies, je le sais.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2014

Poésie érotique ; alors mon amour ouvre tes vêtements

Il est temps, je ne vais plus attendre, c’est maintenant

Alors ma jolie pute écarte bien large ton cœur

Mon impudique dénude toi, et ton cul aguicheur

Je veux ta bouche en coulisseau, lèvre rouge sur mon chibre

Tu viens et vas le long de mon sexe en bateau ivre

Fait ta salope et ta souillon, fait moi gémir comme un cochon

Je veux cracher toute ma semence dans un tourbillon

Réveille en toi, la lolita, la féline et l’animale érotique

Moi je veux que les trois partouzent en toi, acrobatique

Puis dans ton cul planter l’espoir fou d’une dernière nuit

Viens sucer la folie raide de ma fougue au fond du puits

Des ondes bizarres passent entre mes doigts et ta chatte

C’est ce que j’appelle entre toi et moi une connexion à la hâte

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme, #vulgaire

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2014

On est là et on attend une notification et derrière elle une personne et au bout de cette personne une réaction de vie, c'est à dire une expression de l'érotisme.

Allégorie de l'auteur en espoir de son autofiction

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #citation, #autofiction, #punchline

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2014

Je pensais fêter ce soir les 2000 jours d’existence de ce blog. Deux milles jours c’est beaucoup, c’est long, c’est épique, c’est dantesque, c’est de la fidélité et de la névrose qui font l’amour et qui accouche d’un être hybride, c’est un travail de fourmi littéraire, de poétique minuscule et d’art de rien. Je pensais fêter 2000 jours de vie du blog, 2000 jours notés tous un à un, précisément, précieusement, sauf que non. Sauf que je viens de faire compter les jours séparant la naissance du blog et aujourd’hui et je viens d’apprendre - et réaliser - que mon blog à 2010 jours. Je me soupçonne d’avoir un jour recommencé une dizaine à zéro au lieu de passer à la suivante. Ainsi, en ce jour, mon blog célèbre ses 2010 jours d’existence, soit 5 ans, 6 mois et 1 jour et 2242 articles avec celui-ci. Je vais donc dès aujourd'hui sauter dans le temps et recaler le décompte des mes articles qui est un compte à partir de 2010

 

Merci.

 

Et à demain pour le 2011 ème jour.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0