Publié le 31 Juillet 2009

Est ce un mal si j'aime laissé ma pensée divaguer quand après l'amour lorsque l'autre vient se blottir et que mes mains machinalement caressent le corps lové contre moi, laisser les pensées sans romantisme, sans tendresse, sans douceur envahir mon esprit, laisser les pensées sur le repas, le thon mi cuit, la chaleur, le repassage se laisser emporter avec délice par des conceptions matérielles ou abstraites, penser à ces mots que j'écris, à cette douceur de la pensée libérée du corps, libérée de la tension sexuelle, du désir et de l'amour, le corps libre et la pensée vive, qui divague sans s'encombrer, sans même s'enorgueillir du travail bien fait, de l'orgasme bien accompli, du corps qui à joui, celui de l'autre bien sûr, le mien aussi, pas besoin de s'attarder dessus, c'est ailleurs que je pense, à d'autres personnes, lieux, actions, envies, aux ailleurs de l'esprit, comme si le plaisir été un clef, un passeport, un billet, un accélérateur de pensée libre, divagante, divergeante, je pense à un roman que j'aimerai écris, me lancer dans la science fiction, pour de vrai, un vrai livre à moi, je pense à des ambiances, à des personnages, des rituels, de sensations intérieures et le corps contre moi ne fait que me tenir chaud, la peau moite et quelques traces rouges réminiscence d'un cycle menstruel pas tout à fait terminé et d'une envie trop impérieuse pour s'y refuser, c'est peut être ailleurs qu'il faut chercher, peut être la chaleur qui me fait penser, peut être la faim, la fatigue ou les hormones libérées dans le corps ou juste la peur d'avoir à me retrouver en tête à tête avec l'instant présent sans qu'il soit animé de l'excitation et du désir, la peur de l'autre dans son quotidien primaire, seul le désir nous tient, nous retient, nous anime, mais là je parle pour moi, pas pour elle, elle le sait, je vais faire mon repassage avec elle, ma montage de linge en regardant un film et peut être penser à ce roman hypothétique à à mon prochain article

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2009

Je passe mes journées en caleçon, sans ma laver, seulement un peu dans la piscine, je traine, je me prélasse, je la câline du bout des doigts ou de tout le corps, à demi nu, à demi là, et très souvent la tête ailleurs, penser à d'autre, penser au menu du soir, penser à mes photos, à mes écris, penser à après, à demain, à la musique et la télé et puis se rappeler que le corps qui frétille sous le mien est bien là, que les mains sur mon sexe qui s'agitent selon mes désirs sont bien là, réelles, féminines et douces, maladroites mais bonnes apprenties, à première vue c'est prometteur et moi je suis là, j'écris, je le sais je le répète bien trop souvent pour que l'on en doute, pas de doute j'écris, n'importe quoi mais j'écris, moi et mes mots, mes démons et mes émois et moi et moi et moi et ce soir le cinéma, salle obscure et climatisation peut être même des glaces, des sucreries et des câlins dans le noir

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2009

Que sont devenue Miriela, Mlle B et celles qui me lisent, me décryptent, me suivent et m'inspire, est-ce que comme moi elles profitent du bon temps de l'été, jouent à la poupées ou aux marionnette ou bien sont elles ailleurs dans un repli de leur âme, perdues en elles même, et moi je suis là j'écris et je cris, je trouve le temps d'être là à me demander où sont elles, qui sont elles et moi où je suis, qui je suis, ça me manque, les commentaires, les discussions, les échanges, est-ce moi qui suis accro ou trop narcissique, trop gourmand ou trop absent, est-ce que j'ai été à la hauteur ou bien mon silence trop quotidien à brisé quelques choses, mlle B je l'attends, dans ma maison, dans mon antre pour l'été, Miriela j'en attends les mots, et les autres, celle qui emberlificote pour moi où est elle, avec un autre, une muse peut elle se partager ?

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 29 Juillet 2009

Chaleur estivale, nocturne, matinale, au zénith le soleil tape, la chaleur rend les corps moites, mous, sensuels, on a dormi après le concert des fatals picards, rentrés tard, couché les corps épuisés, réveillé dans la matiné, le jour pointe à travers les volets, les cigales ne chantent pas encore il doit être tôt, je la caresse, la caline et réclame un peu plus, ça première fellation, la première de sa vie, la première qu'elle m'offre, quelques mots doux et de tendre conseils elle est en confiance et moi en érection, un petit mot d'intimité, de caresses et de plaisirs, des paroles pour exprimer mon plaisir et mon corps pour le vivre

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2009

Connexion en rade, ça rame, ça bug, pas le temps de s'étendre ni de mettre les formes, pas le temps de le prendre, la vie est chaude dehors , la demoiselle est belle mais ironie du sort elle a ses règles, ce soir concert, maintenant concert de cigale, il fait chaud, c'est l'été j'aime et je l'écris vite, sans mise en forme, sans mise au pli, comme un brouillon qu'on griffonne sur une nappe de resto, taches de gras et paroles géniales

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2009

Aujourd'hui je vais chercher ma blonde ingénue pour une semaine, une semaine pour nous deux, une semaine de sexe, de plaisir, de jeu, de photo, une semaine pour s'explorer, se caresser, se construire, s'amuser, quelque chose qui aura un goût de vacances, de plaisir et d'été mais avant de pouvoir jouir de tout cela, avant d'arrêter la voiture dans un chemin désert pour flirter tous les deux je vais devoir passer par la case parents, par la rencontre parentale et oui je suis plus vieux que mon ingénue, elle est jeune ce qui est logique pour une ingénue et papa maman veulent me voir, me rencontrer, me tester peut être et moi ça me stress, ça m'amuse, ça m'angoisse et ça me fait rire, impression que je vais être passé sur le grill par des gens que je ne connais pas mais qui ont pour le moment un a priori négratif à mon sujet, heureusement que je ne suis plus un garçon timide, heureusement que je suis devenu un amateur de rhétorique et d'oral, alors je vais me faire beau, bien m'habiller, cacher un peu mes tatouages et me laisser, essayer d'être éloquant et discret, ne pas faire peur sans faire de concessions, j'espère que le repas ne s'éternisera pas d'un parce que je n'ai pas très faim et de deux parce que j'ai hate de me retrouver seul avec elle pour d'autres jeux de langues, mais là ce matin j'ai un petit stress, non du trac comme avant de monter sur scène, enfin j'imagine puisque je ne suis jamais monté sur une scène, cette pointe de stress avant un grand oral, passer devant les profs pour défendre ses idées, sauf que là c'est moi que je dois vendre et pas mes idées à défendre, sauf si le repas tourne à la joute rhétorique ce que j'aimerai mais je doute que ça soi le cas

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2009

Vide, rien, je suis vidé, crevé, fatigué, lessivé, usé, les yeux qui tombent, envie de faire caca, envie de trainer, dormir mais pas tout de suite, essayer d'écrire, faire semblant, simuler, je fais semblant pour vous, pour moi, être là et peut être revenir, mais il n'y aura pas de jour blanc, de black out, pas de vide, le fil ne sera pas rompu et la bobine encore dévidée, déroulé, je reviens

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2009

Hier je suis allé acheter de la lingerie, tout seul, pas pour soi bien sûr mais pour offrir, faire plaisir, séduire, exciter, habiller, déguiser, dévoiler, provoquer, célébrer, surprendre, attiser, tester, troubler, oui je suis allé seul dans un magasin de lingerie, j'étais entouré de dames, de demoiselles et de femmes elles même entourées de dentelles, de lycra, de coton, des dessous sans dessus dessous, dépareillés ou coordonnés, des petites culottes, des strings, des shorty, des bustiers, des soutien-gorge, toutes les déclinaisons intimes d'un univers très féminin sage ou coquin. C'est juste une boutique mais je trouve ça très érotique, être là l'œil discret et la main légère en imaginant le corps de celle que j'essaie d'habiller avec tous ses dessous puis ensuite je vois et pense à ce corps déshabillé, dénudé, à demi nu dans ses dessous, puis nu totalement nu, juste pour moi ; c'est pour ma blonde ingénue que je suis allais acheter de la lingerie, celle qui sera logiquement là lundi, celle qui comme toutes les ingénues est sage et pudique mais dévouée comme toutes les amoureuses, prête à jouer à tous mes jeux, prête à se glisser dans les dessous que je lui aurai choisi et cette idée m'excite. Il n'est pas question de céder aux strings, je n'aime pas les strings ou très rarement, j'aime quand la lingerie couvre les formes pour mettre en valeurs le corps alors quand elle dévoile trop facilement la chaire qu'on désir ça me frustre, bien sûr je ne suis pas contre l'excitation vulgaire, frontale et facile d'un string de temps en temps, l'excitation rapide et fulgurante de la chaire qui saute aux yeux sous les formes trop échancrées ou le tissu si transparent d'un string dentelle, brillant et paillettes, aguicheur, le string c'est l'expression bling-bling de la lingerie, oui j'aime mais avec modération. Ma passion généralement va pour les shorty que je trouve terriblement sexy quand ils soulignent voir moulent les formes féminines avec allure et sensualité et un petit coté "je cache ce que je te montre" qui me fait craquer ; ils savent souligner les fesses et donner aux hanches cet aspect érotique qu'on a envie de dévoiler, dévorer, désirer ; Evidement j'aime aussi les petites culottes quand elles sont très sages et très classique, j'aime leur coté suranné, le coté femme prise au dépourvue saisie dans son naturelle et puis la petite culotte a un coté innocent qui rappel l'enfance, je veux dire quand enfant à l'école on essayer de voir sous les jupes des filles, la petite culotte c'est le fétiche érotique le plus ancien de ma fantasmatique, le plus courant, le plus intime, le plus chargé de sens, de symbolique et puis j'aime la culotte fantaisie, quand la culotte se fait drôle, amusante, joyeuse tout en restant érotique, oui la culotte n'est peut être pas la plus sexy des pièces de lingerie mais c'est pour moi la plus évocatrice, la plus chargé de sens et d'ancrage érotique. Culotte souillé, culotte volée, culotte offerte, culotte dévoilée, même quand par son absence sous les jupes elle brille et excite, attise l'imaginaire et embrase l'envie. J'ai l'embarras du choix et je veux de la lingerie jolie, sexy sans être vulgaire, coquine et originale, je suis là pour choisir des tenues pour ma Barbie, pour habiller ma marionnette érotique, je vais l'habiller en soir, noir et dentelles beiges avec une pointe de rose, c'est la couleur qui me décide, reste à trouver la forme, voilà qui me plait, ça ressemble en dessous à un string mais il y a comme un volant, une voilette qui couvre le string, un peu les hanche et donne l'impression d'un shorty, j'aime, je suis séduit, je n'ai plus qu'à trouver le soutien-gorge coordonnés, ne pas se tromper dans les tailles et puis avoir un coup de cœur pour un petit shorty rose chaire avec des volants roses fuchsia et des jarretelles, un coup de cœur, je la vois dedans, je me vois la photographier, alors je le prends aussi et m'en vais payer avec des étincelles dans les yeux


Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2009

Je déteste l'aube et j'adore la nuit, je suis un être de la nuit, pas un noctambule ni un insomniaque juste quelqu'un qui aime la nuit, vivre la nuit comme si c'était la journée et me coucher quand le soleil se pointe ou juste avant parce que vraiment je déteste l'aube, si un crépuscule peut être beau moi je n'aime pas l'aube, la frontière du jour nouveau qui sans cesse recommencer. Il est 05:20 je ne dors pas encore, pas envie, pas sommeil et pourtant je ne vais pas tarder à me coucher et partir dans le sommeil, me jeter dans mon lit défait, c'est meilleur, se glisser comme un chien dans son lit en vrac, dormir comme un étranger, comme un clandestin, je ne fais que passer, comme une sieste, un sommeil éclaire qui va durer


Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2009

J'ai fais la vaisselle, vite et bien, je pensais en avoir plus mais je ne fais qu'un repas par jour après j'ai sorti le linge de la machine, j'aime le linge humide et l'odeur de frais et de propre et je l'ai mis au soleil qui tape fort après je me suis occupé du courrier, le RSA, les amis, les cartes de vacances que je n'aime pas et puis enfin je suis lui ai envoyé un sms, je la sens bien, lui il portait un pantalon et des chaussures Kenzo, j'en étais sûr, il est prévisible encore plus que moi, elle va ressortir avec lui, tant mieux c'est un ami, pas le meilleur amant, pas le meilleur amoureux, pas le plus attentif mais il est gentil et ça me laisse le beau rôle, je le tromperai peut être sans rien dire, sans culpabilité, ce n'est même pas sûr en plus n'en parlons pas encore, j'ai fais un repas frugal fromage de chèvre et abricot, l'air chaud entre par grandes bouffées par les fenêtres et la porte ouverte, je n'aime pas fermer les fenêtres, cette fois je vais sortir mais là je me rends compte que mon blog ressemble à un blog, j'y étale le quotidien, j'y ai perdu la prétention de l'écriture, elle n'est qu'un moyen au service d'un quotidien banal, faut pas que j'y pense trop je risquerai de vouloir changer

Voir les commentaires

Rédigé par blogueur anonyme

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0