Articles avec #pictogranimation tag

Publié le 30 Septembre 2014

Gros défaut tout défait sur le table de nuit et les draps tout défaits, eux aussi, sur le lit, et le corps, lui aussi, tout défait, déconstruit comme un puzzle du commerce, un de ces puzzle à plus de mille pièces, ou deux mille pièce ; un corps fait et défait de tout petit morceaux de carton qui en théorie s’emboîtent comme un seul homme alors qu’en général les hommes et les femmes s’emboîtent l’un l’autre, mais là - question d’écris - c’est une seule personne, même personne que soi, qui est défaite, déconstruite, un tas de soi, un gros tas de petits morceaux de soi, moi, lui, elle ; c’est un tas indistinct, sans sexe, sans genre, juste un tas de morceaux sûrement humain ; et c’est un jeu de patience comme un jeu d’archéologie de remettre bout dans bout les morceaux entres eux pour former ce qu’il adviendra et sans ça, c’est impossible d’en envisager la chose ; tas de pierres, des cailloux, tas de cailloux dans le lit, dans les draps mouillés, rivière ou plaisir à grand flot de toi ; c’est un jour que l’on aura l’image exacte s’il est plausible d’en venir à bout parce que les puzzle il n’y a que les indifférents à la patience qui s’y attellent et y perdent la vie ; et là au 1917 ème jour de ce blog je ne suis pas homme à faire du puzzle, enfin si, en effet oui, j’écris du puzzle comme d’autre écrivent du code, j’écris des morceaux d’humain, de moi, et j’en fais un tas, une suite de ligne de tas, un tas d’articles qui si un jour âme consciente se décide à reconstituer l’homme on verra alors apparaître le moi-puzzle que j’ai crée

Illustration Guillermo GuardiaIllustration Guillermo Guardia

Illustration Guillermo Guardia

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #egotrip, #Je est un Blog, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 22 Mai 2014

Le vent est fort, souffle rauque sur la nature et son printemps. La marrée verte et brassée sur fond de ciel gris. Le vent souffle fort dans les têtes, l'esprit s'occupe à trop écouter le bruit disproportionné de ce bruit de fond qui fait bruisser les branches, les feuilles et je suis sûr que même l'herbe bruisse d'être remuée par les vents. Ce n'est plus un bruissement, c'est un bruit, un parasite sonore saisissant de continuité et dans le même temps, sous le même climat c'est beau, beau comme l'océan ou la mer qui se retirent et reviennent et je ne parle du cycle de la saison mais de la danse des frondaisons remuées comme par les vagues et le ressac invisible du vent. Viendra un moment où il coupera tout, et je resterai là, silencieux dans l'air qui souffle et siffle. Un jour ça sera le cas, bientôt peut-être mais sûrement jamais.

Je ne veux pas perdre le fil de l'encre.

Je veux prendre le fil de l'encre.

On va rouler dans les flots noirs.

On va danser dans la fougue.

Et faire divaguer les prévisions ;

climatique.

Cramer la mer et l'écume blanche.

Je veux du feu.

Le froid du fond du cœur fondra dans la forêt en feu.

C'est beau.

Je veux cela moi aussi.

La nuit qui tombe sous la cendre.

Mais je n'ai que le vent chaud d'une pluie grise.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #Je est un Blog, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 23 Mars 2014

Si on pouvait tomber amoureux d'un gif ça serait lui mon amoureux !

Si on pouvait tomber amoureux d'un gif ça serait lui mon amoureux !

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #Pictogranimation, #poésie

Repost 0

Publié le 21 Mars 2014

Parce que ça serai censuré sur Facebook ...

Parce que ça serai censuré sur Facebook ...

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Pictogranimation, #femme

Repost 0

Publié le 17 Mars 2014

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Chronique chaotidienne, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 11 Mars 2014

Cycle re ; re-cycler ; bicyclette ; un homme avec des biscotos ; recycler un besoin de biscote ; saucer de la bisque de homard ; j’arrive ; j’arrive re ; je reviens ; un retour ; faire un tour une deuxième fois ; une énième fois ; une balade ; et des mains baladeuses dans le faisceau de la lampe ; la langue râpeuse ; une langue de terre ; une plage ; le sable sur les pages blanches fait crisser le livre ; ivre ; comme un bateau ; et Béatrice béate assise sur un tonneaux ; c’est une ritournelle ; elle regarde les tourterelles ; et la tourelle du du tank ; défendre le ciel ; se défendre des anges ; descendre des cupidons par légion de douze ; génocide stellaire ; un massacre qui n’en a pas l’air ; un bourreau qui ne manque pas d’air ; de rien ; l’air de rien ; colosse de pierre aux reins d’airain ; les pieds dans l’argile ; artiste aux doigts agiles ; les largesses des narguilés ; dans les vapeurs alanguies ; Isabelle rebelle languide ; sous les auspices des souvenirs elle se saoul ; sale, l’ourlet souillé, elle marche dans son urine ; usine à fantasme ; elle urine sur ses bagages ; grosse salaison à la cave ; grave ; cavalier ; au bout de la grève le cimetière ; la mort y enterre les chevaux ; prosaïque

1718 ème jour : Prose d'airain

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 22 Février 2014

Dans le soleil de février, un soleil de demi matin un peu blanc et encore bas sur le front de l'horizon mais donc la présence certaine dans le ciel azuré donnait à ce jour l'air heureux, c'est à dire qu'il donnait au jour l'air frais, de cet air frais qui revigore les sens mais surtout de cet air frais qui réveille les seins, la poitrine, les poumons parce qu'il pénètre par grandes goulées calmes et profondes dans le corps nu de Jessica qui se tenait debout devant sa fenêtre grande ouverte, nue de la nuit qu'elle venait de finir l'esprit en sommeil confronté à cet instant d'entre deux mondes quand on hésite à savoir si l'on est bien ancré dans le réel ou si l'on est encore dans le bateau ivre qui vogue à la surface onirique du monde de nos nuits ; mais la sensation du rêve pouvait très difficilement  résister face à la sensation tactile et bien physique des rayons solaires qui un à un dardaient la peau de Jessica qui était convaincue à cet instant qu'elle pouvait compter et découper chacun des rayons, petits trains continus de photons, qui tombaient sur elle comme une pluie comme si elle se tenait debout à sa fenêtre et qu'autour d'elle le décor était celui d'un dessin d'enfant avec comme astre central un rond jaune, d’où partaient des traits de feutres jaunes impactant un à un les éléments du décor ou de dessin, mais en frottant ses mains fort sur ses yeux Jessica chassait presque à regret cette sensation un peu folle, un peu idiote et hautement improbable parce que le soleil ne lance pas des rayons qui au hasard travers l'univers pour frapper la Terre, elle savait bien la jeune femme blonde que la lumière est plutôt à envisager comme un bain, comme un fluide, un semi fluide baignant sa réalité, même si parfois sous sa chevelure blonde elle s'amusait à donner raison au préjugé sur les blonde elle avait au fond d'elle et même à la surface et au cœur de sa conscience une perception très juste et plutôt ambitieuse de qui elle était et cette belle matinée qui ouvrait ses portes printanières lui promettait une belle perspective la remplissant d'un sentiment à la fois apaisant et à la fois généreux, presque érotique et charnelle qui donnait à ses extrémités mammaires d'un roses bonbon une allure érectile joliment dressé pointant vers l'horizon comme une boussole perpétuelle montrant la direction à suivre, la direction du bonheur, la direction de l'avenir, la direction ancestrale que connaissent toutes les femmes mais cela, oui cela, c'est une tout autre histoire qu'il sera bien temps de raconter un jour, une année, une fois prochaine.

Cette image n'a rien à voir avec le texte - à part peut-être la blondeur de l'Alice - mais j'avais envie de mettre une image

Cette image n'a rien à voir avec le texte - à part peut-être la blondeur de l'Alice - mais j'avais envie de mettre une image

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #écrire, #recyclage, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2013

Faut-il refaire le texte ?

Faut-il réécrire l’invitation ?

De quoi je parle ? De mon projet photo.

 

Il semblerait que la présentation du projet photo de mes 35 ans ne soit pas très claire pour tout le monde. Je vais donc essayer de reformuler et de présenter sous une autre forme ce projet qui me tient à cœur. Cette année je retourne le principe :

  • Avant je vous demandais de m’envoyer une photo
  • Aujourd’hui je vous demande de m’envoyer le projet d’une photo

 

Comment me donner un « projet photo » ? Comme vous le voulez ! Avec des mots, avec une phrase, avec un paragraphe, avec un texte ; c’est libre. Je vous demande seulement de me proposer quelque chose à photographier. Et ne vous préoccupez pas de savoir si c’est réalisable ou non. Vous me donnez un thème, une idée, un sujet et moi, je m’en débrouille pour en faire une photo.

 

C’est simple non ?

 

Des exemples ?

  • Rouge
  • Un lapin sur le bitume au petit matin
  • Le corps d’une femme nue allongée dans les orties avec un vol de gerfauts en arrière-plan
  • Un portait en noir & blanc de Batman un lendemain de cuite
  • etc.

 

Pour ceux à qui seraient bloqués par cette liberté d’action j’avais pensé donner un cadre que je pensais être plus simple en donnant quatre points à « remplir ».

  • Lieu
  • Sujet
  • Indication technique
  • Note d’intention

 

Est-ce que cela vous semble plus clair maintenant ?

Est-ce que vous allez m’envoyer des sujets maintenant ?

Est-ce que vous avez besoin d’aide encore pour que j’éclaircisse tout cela ?

Pour les autres modalités je vous invite à lire le premier article sur ce projet de Photo Potentiel <<< tu clic là !

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 13 Novembre 2013

Comme chaque année depuis maintenant cinq ans, je profite du prétexte de mon anniversaire - le 6 décembre - pour mettre à contribution mes amis et mes connaissances - dont vous faites parti - pour participer à un projet artistique photographique personnel et arbitraire. Depuis le début, je vous demande de m’offrir une photo, mais cette année, j’ai décidé de changer la donne. C’est un tout petit changement que je vous propose ; cette année au lieu de m’offrir une photo je vous demande de m’offrir une idée de photo.

 

Je m’explique. Je vous propose m’envoyer le projet d’une image et cette photo « potentielle » c’est moi qui la réaliserai, je serai l’intermédiaire entre la photo et vous. Cela peut vous sembler encore un peu obscur, mais je vais essayer de rendre la chose plus claire. Je vous propose deux catégories, une catégorie que nous dirons technique et une autre que j’appellerai libre. Libre à vous de participer à l’une ou à l’autre ou aux deux catégories.

 

 

  • Pour la catégorie technique, je vous demande de me décrire une photo en me donnant différentes indications sur des choses précises :

 

  • Un lieu ; cela peut être une indication vague comme la ville, une plage, une chaise, ou un lieu plus précis comme mon lit, le port de Fos-sur-mer, etc.
  • Un sujet ; cela peut être une personne homme, femme, enfant, un animal mais aussi un objet, petit ou grand, un clou ou un immeuble, mais aussi un concept comme le beau, la peur, la junk food ou tout ce qui  vous inspire.
  • Une ou plusieurs pistes techniques ; couleur ou noir & blanc, format carré, panoramique, sens portrait ou paysage, avec ou sans filtre, une indication sur le cadrage, sur la durée de pose et pourquoi pas argentique ou numérique.
  • Une note d'intention ; cela peut être une émotion à faire passer, une heure à respecter pour prendre la photo, quelques mots d’encouragement, un contexte à la photo, vous pouvez utiliser cette note tout simplement pour rajouter ce qui ne rentre pas dans les autres catégories.

 

  • Pour la catégorie libre, je vous demande de me raconter une photo de façon littéraire, avec les mots que vous souhaitez, de la manière dont vous en avez envie. Vous pouvez me décrire une scène, une émotion, une histoire, une pensée, baser votre texte sur les odeurs, les couleurs, la poésie, un personnage célèbre ou quoi que ce soit qui vous semblerez donner une bonne photo. C’est la catégorie libre, vous êtes donc libre de me décrire ce que vous souhaitez comme vous le souhaitez mais en gardant quand même à l’esprit que c’est dans le but que je tire une photographie de votre texte.

 

En d’autres mots, je vous demande de m’envoyer des contraintes pour prendre des photos, vous n’imaginez peut-être pas à quel point ce genre de choses me sont précieuses. Quand j’aurai reçu vos sujets / projets / contraintes / indications, je prendrai mon année à venir - ou quelques mois en fonction du nombre de participation - pour réaliser les photos que vous m’aurez offertes. Bien sûr si vos indications sont irréalisables directement je m’octroierai le droit d’interpréter vos indications.

 

Ce projet me tient peut-être encore plus à cœur que les précédents, je compte donc sur vous encore plus que d’habitude. Je vous laisse jusqu’au 6 décembre 23 :59 pour m’envoyer vos photos potentielles. Vous vous pouvez les envoyer dès maintenant ou attendre le 6 décembre, et si vous êtes très inspiré vous pouvez m’envoyer plusieurs projets, à condition de rester raisonnable - genre moins de 10 000 indications -. Reste le plus important, voici l’adresse à laquelle m’envoyer vos photos potentielles : 2hautenbas@gmail.com

 

Et surtout n'hésitez pas à partager, liker, tweeter, ce projet pour qu'il touche des personnes que je ne connais pas directement. Merci d'avance

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 7 Décembre 2012

vingt-et-une participations à mon projet de photo d’anniversaire, vingt-et-une personnes qui ont joué le jeu, vingt personnes connues et une personne inconnues - merci la magie d’internet - et vingt-et-une fois, j’ai été surpris, j’ai été heureux, j’ai été emporté par vos participations ; sur votre rive de la réalité, cela ressemble peut-être à une drôle de marotte, une étrange lubie que je cultive maintenant chaque année à la même période, mais sur cette rive de la réalité, c’est un peu plus que cela ; cette année plus que les autres vous avez été vingt-et-une personne à vous investir un peu, réaliser, prendre le temps, prendre la peine, trouver une idée, interpréter le sujet, réinterpréter le thème, vingt-et-une personnes qui durant quelques instants ont agi pour et par moi ; vingt-et-une personne qui m’ont faites exister ; que demander de plus, de plus beau, de plus touchant que de demander aux gens de vous faire vivre un peu ; par la magie de l’interaction sociale, par l’entremise d’une forme de gratuité, vous attestez que j’existe et c’est pour moi le plus beau des cadeaux. Vingt-et-une personne, il y a ceux qui manquent, il y a les inattendus, les habitués et les fidèles ; chaque année chaque nouvelle photo esquisse un tableau dont le dessin s’affine ; s’affirment des certitudes, et se forge une chose qui tout à la fois précieuse, dérisoire et remarquable et pour cela j’adresse un grand merci à tous les participants et à ceux qui je l’espère, arriveront avec un peu de retard

 

http://img15.hostingpics.net/pics/208217ledvoilement.png

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Pictogranimation

Repost 0