Articles avec #les mots des mots tag

Publié le 30 Août 2014

Phrase.

Faire des phrases.

Courtes.

Vite.

Et bien, c’est fait.

Ici ?

D’ailleurs qui pourrait douter.

Douter de ?

Douter de cela.

De phrases trop courtes.

Oui, c’est cela.

Mais qui dicte ces mots ?

Google.

Google qui ?

Google invisible. Et Google silencieux.

Et puis les mathématiques.

Enfin les nombres.

Et le sens de quelque chose.

L’éthique ?

Non. Peut-être du défi.

De la fidélité ?

Oui, c’est ce que je dis.

Justement c’est ce que je dis.

Cela et rien d’autre.

La fidélité.

Comme une publicité tendance.

Mais sans la tendance.

Et sans rien à vendre.

Même pas un fragment d’âme.

De toute façon il n’y a que dans les jeux vidéo que les fragments d’âmes rapportent quelque chose.

Et rien que cette phrase, c’est une offense.

Et parler seul c’est quoi alors ?

Par là même oui, mais si c’est moi non.

En tout cas pas tout à fait.

Pas faux.

Et puis la fin justifie d’être moyen.

Et justifie ce genre de trait de mot.

L’esprit en moins.

L’espoir non plus. Je ne m’en fais pas.

Et en plus pour les dix pas besoin d’en faire plus.

Surtout que je n’écris qu’a deux doigts.

Deux ou trois.

1888 jours ; un un et trois huit ;

Et le début loin derrière moi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #liste, #Les mots des mots, #Prose, #poésie

Repost 0

Publié le 2 Janvier 2014

Le navigateur de poche pouvait pondre des serpents, c'était là le prix d'une malédiction qu'il avait attrapé comme l'on attrape une maladie inconnue ou incongrue lors d'un voyage dans un bar ou un pays en friche. Sur le pont du vaisseau amiral qui fendait l'espace comme le leader incontesté du genre humain il scrutait les alentours, parce que dans l'espace l'horizon n'a plus de sens ; le mot horizon comme notion horizontale n'a pas de sens de part l'aspect non référencé de l'espace et l'horizon comme ligne tangible tangente à la frontière d'un globe ne pouvait être vérité puisque l'espace n'est pas un globe, ou alors il est son intérieur. Donc le navigateur petit être minuscule au frontispice de son vaisseau regardait sans réelle terreur le secteur, il passait des heures à se donner ainsi la contenance nécessaire pour supporter la charge de son rang parce que la réalité c'est que le navigateur avait le génie dans sa poche et tout le monde savait que c'est l'ordinateur navigant qui instillait à la flotte sa trajectoire. Derrière le navigateur de poche s'amoncelaient un tas d'œufs de serpent qu'il pondait. De temps en temps un œuf se fendait et en sortait un serpent. Le navigateur le prenait dans ses mains, et posant sa bouche sur la tête reptilienne, il lui insufflait le sens du cosmos. Quelques secondes plus tard il balançait le petit serpent encore étourdi par-dessus bord, très vite on ne le voyait plus, mais le navigateur savait que le reptile ondulait sous les soleils jusqu'à être assez grand pour se lover et fonder au sein de son cercle reptilien une galaxie ou un système solaire, c'est ainsi que lui même avait apprit le sens géographique de cet univers quand mille ans plus tôt on l'avait balancé par dessus bord.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 10 Décembre 2013

Je ne m’appelle pas homme
Mais je le suis car j’en suis la somme.

 

L’entière somme de tout ce qui fait une personne,
Et cela jusqu’à ce que le glas résonne au son du klaxon.

 

Je suis ce mâle libidineux qui erre dans les tréfonds,
Et l’armateur qui lance expédition dans ton imagination.

 

Un orateur de passion.
Le poète en vacation.

 

Je ne suis pas dieu,
Et je n’assure pas au pieu.

 

J’habite le corps d’un homme prétentieux
Qui tient la plume d’un audacieux,
Et le soir pour me détendre le sabote des essieux.

 

Je bande, je sue, le pète et j’écris.
Je me branle, je vis et puis je crie,
Les mots dont je suis épris

 

Je ne suis pas une femme
Je suis un infâme

 

Mais un homme en mieux
Et en même temps un envieux 

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2013

Faire ce qu’il faut ce soir - donner un coup d’envoi - ou donner ses fesses sur un bac.  Une pelouse au milieu de laquelle coule une rivière qu’empruntent les vendeurs de drogues de la Colombie. La princesse lâche ses colombes et moi,  je suis dévasté de voir que la fille du roi est auxiliaire émotionnellement et qu'être allié avec elle désigne un engagement total, entier, supérieur à toutes les autres formes d’engagement au risque que la princesse fasse une putain de bêtise comme de se tourner vers le prince non charmant dont elle sait très bien que ce n’est qu’un beauf idiot et un con reconnut qui n’est bon qu’à faire souffrir les filles d’origine princesse. Je suis désolé, si désolé, qu’elle ne soit pas en paix avec elle-même et que cette guerre interne la mine et l'empêche de vivre seule sans souffrir le temps d'une semaine, je suis désolé qu’elle voit en moi un bourreau et un con qui ne comprend pas ce qu’elle endure, je suis désolé de croire parfois qu’elle agit ou réagi par vengeance ou par provocation pour me faire payer de ne pas être mieux là à ses côtés, voilà de quoi je suis désolé

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 4 Décembre 2013

Ce sont des questions pareilles qui tuent l'amour. L'amour ne devrait pas à être défini et surtout pas au nom de tous parce que l'amour, c'est justement ce qui ne se définit pas, ce qui n'entre dans aucune case de la raison, dans aucune cage de la pensée. Aimer, c'est être libre, l'amour c'est être libre !

 

L'amour est un concept insondable, une chose indiscernable ; l'amour est la totalité ainsi que le qui en échappe. L'amour c'est une vibrance, une brillance, une vibration, une sensation, un éphémère, une perception, une pulsation, une posture, une pluralité. L'amour se vie en dehors des mots, en dehors même de la pensée. L'amour exactement ce qui en nous est l'irrationnel, c'est qu'il y a de plus vaste que la conscience, que la raison et que la pensée ; être amoureux c'est sombrer, c'est s'abandonner à ce que l'on a de plus intime. L'amour c'est ce secret que l'on chéri dans le creux de ventre, ce bruyant silence qui nous ravage le bas des reins. Et parce que l'amour devrait être le summum de ce qui est intime en nous, l'amour ne devrait pas se définir et être une perpétuelle singularité. Mais dès que l'on définit l'amour, on le restreint, on se condition à se plier à ce que l'on préjuge être l'amour et à cet instant précis l'amour meurt. L'amour meurt quand l'homme suppose ce qu'est l'amour.

 

Et on pourrait penser que je réponds à la question en parlant ainsi, que mes mots définissent l'amour, on pourrait penser que l'amour c'est l'emphase, la passion exagérée de l'émotion. Mais l'amour, ça peut tout être, tout les mots peuvent lui être accolés.

L'amour ça peut être bite.

L'amour ça peut être chaise.

L'amour ça peut être bras de suspension.

Table

Trait

Raclure de toilette publique

 

 

le silence

 

 

tout

 

 

 

 

 

 

rien

 

 

L'amour n'a aucune légitimité à être défini, encore moins à être une réponse. Il ne peut qu'être une sensation intime ; ironie du sort, je rajouterai une sensation indicible.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 3 Décembre 2013

Les hommes et les femmes ont du mal à se comprendre généralement parce que l'on ne partage pas nécessairement la même grille de lecture culturelle des choses. Mais les hommes et les hommes ont du mal à se comprendre aussi ... et je suis sûr que les femmes et les femmes ont du mal à se comprendre aussi ... le peuple ne comprend pas les politiciens qui ne comprennent pas le peuple ... personne ne comprend les philosophes qui comprennent le monde ... les enfants ne comprennent pas les adultes qui ne comprennent pas les adolescents qui ne comprennent personne parce que personne ne les comprend ... les animaux ne comprennent pas les humains sauf ceux qui leur murmurent à l'oreille ... je ne comprends pas la mode ... les journalistes ne comprennent rien au monde ... les blondes ne comprennent rien à la vie ... les femmes ne comprennent pas les femmes qui ne comprennent pas les hommes ... les femmes qui ne comprennent pas les hommes ne comprennent pas les femmes qui comprennent les hommes ... donc oui en effet les hommes et les femmes ont du mal à se comprendre, mais est-ce vraiment cela le problème ...

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 3 Décembre 2013

Je suis sorti ce matin boire mon café dehors, avec un jus d'orange. L'air était encore froid, présent de sa morsure glaciale et glacée sur ma peau. Le soleil pourtant tombait sur moi, à douceur de peau, je sentais sa chaleur m'envahir et me réveiller. Mais peut-être était-ce la pensée de toi qui me réchauffait, c'était peut-être tes lèvres qui avaient ce goût sucré parfumé de café, c'était peut-être la passion chaude de ta bouche qui coulait en moi me réchauffant et m'éveillant au monde et à la journée. J'ai regardé le ciel où il n’y avait plus le noir de la nuit ni les étoiles de la nuit, mais je sais que c'est là-haut que ton regard se perdais la nuit dernière ; c'est là haut que la fumée de ta clope s'envolait. Mon regard dans le ciel c'est alors perdu pour te rejoindre.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2013

Que se passe-t-il ? Le soleil levé à son zénith est rouge comme un coup de cœur et la chaleur écarlate de ce cercle dans le ciel semble contaminer l’atmosphère qui elle aussi rougeoie joyeusement dans des nuances claire pouvant virer au rose et dans des couleurs denses qui virent au pourpre, et sous ce ciel rouge il y a la route monochrome écarlate qui s'avance et louvoie entre les buildings de briques rouges. Le ciel rouge et le soleil carmin se reflètent tous ensemble dans les vitres des buildings donnant à la scène un éclat vivifiant. Dans les rues une armée rouge se déploie face aux manifestants qui pris d'un élan sexuel se mettent nus et font l'amour sur la route rouge pour faire face à l'armée rouge. Les étreintes sont torrides et dans la fusion des sexes les corps rougissent, les peaux et les chairs et le sang qui monte au visage. En haut du plus haut des bâtiments le maire de la ville décroche son téléphone rouge et convoque son plus puissant bataillon pour défendre sa ville et défaire ses couples éhontément emboîtés les unes aux autres. C'est un bataillon de karatéka tous ceinture rouge qui suivent les pistes rouges et puis sortent leur carton rouge. Mais le peuple voit rouge, et il se met à crier, un orgasme communautaire, qui souffle comme un vent dans les rues et fait tourner les ailes du moulin rouge celui qui est surmonté par une croix rouge ; dès lors les camions de pompiers s'écoulent dans les rues carrosseries rutilantes et rouges et ils roulent jusqu'à la scène où les manifestant euphoriques qui baisent et les ceintures rouges qui empoignent prennent le risque de transformer les corps en vulgaire tranche de viande rouge.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2013

Si j'étais un petit peu rabat-joie, je dirais que ce que tu décris ce n'est pas l'écriture mais seulement la première étape de l'écriture; il s'agit toujours au départ de balancer les mots quelque part de façon brute, totale, comme on vomit effectivement, comme une pulsion ou une nécessité. Mais ce n'est qu'un pas, le second pas c'est l'écriture, c'est l'après, c'est l'ensuite, c'est le moment où tu commences à relire, à corriger, à réécrire, à trier, à faire des choix, des choix de mots, de mettre en perspective nos phrases et nos idées et nos mots et l'emphase et puis tout, le reste et tout le reste. La première gerbe c'est l'acte fondateur, c'est ça l'inspiration ; disons alors qu'écrire c'est l'étape suivante, c'est mettre en forme la gerbe, si la gerbe était un diamant brut alors écrire c'est tailler et polir ce diamant brut, écrire c'est polir la gerbe ; enfin ce que je dis à une limite, il y a mille façon d'écrire, autant qu'il y a d'écrivains et de plumes et d'humeurs et d'ambition et ceci c'est ma façon à moi de voir la chose écrite.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2013

Comment qu’est-ce que l'inspiration et comment est-ce qu’elle peut en découdre avec l'imagination qui en découle parfois et s’en échappe souvent ; C'est une question que je me pose souvent et ce n'est pour autant que je sais y répondre, je ne sais même pas la poser, mais je la suppose depuis aussi longtemps que je sais que j’essaie d’écrire et que je me confronte quotidiennement à la rudesse de la page.

 

Je ne suis même pas sûr que l'inspiration et l'imagination soient liée ou qu’elles soient la même chose ... même pas sûr que l’une et l’autre se connaissent.

 

Je suppose et imagine que chaque personne qui se confronte à l'écriture a un rapport particulier et différent à l'inspiration. Tous pensent au départ que l’inspiration est le maître-mot ; l’unique maîtresse à qui il faut dévouer sa plume et sa bite et son couteau. Parfois tout est fluide, tout vient naturellement, l'inspiration est là sans que l'on ait à se demander d'où elle vient, ni même où elle va, les mots naissent naturellement comme une pulsion, une nécessité et l'imagination alors n'a pas besoin d'opérer. C'est comme si on puisait nos mots dans une évidence qu'il nous faut raconter à tout prix.

 

Parfois les choses sont plus difficiles, l’accouchement compliqué. Bien sûr, les mots sont là dans notre tête mais ils sont en stases, paralysés entre l’audace et l’espoir et l'imagination doit alors agir pour puiser dans ces mots suspendus pour les mettre en forme, en branle, en action, en mouvement.

 

Mais parfois l'inspiration est inutile, l'inspiration c'est une facilité et le vrai talent, la vraie passion, c'est d'écrire sans inspiration, c'est d'écrire avec de la sueur, du travail, de l'abnégation et une réelle difficulté.

 

Comme vous le voyez je en sais pas quoi répondre à ma question.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Les mots des mots

Repost 0