Le vieux

Publié le 7 Mars 2016

Aujourd’hui je me suis croisé dans un miroir, un visage m’a regardé et je l’ai trouvé vieux, mais je l’ai trouvé beau et de manière assez inattendue je l’ai trouvé moi. C’est bizarre de se trouver beau et beau n’est pas le terme précis, aujourd’hui celui que j’ai vu avec une forme de charme. Le charme c’est la beauté de l’usure. Il faut se rendre à une évidence, je ne suis pas beau, je suis dessué.

Beau c’est beau, c’est l’apollon huilé divin dans le stade alors que moi si je suis comme une statue de bronze c’est que je suis patiné, marqué par le temps et le poids de vie intérieure colérique. Je suis une vieille statue au charme émergeant comme une forme flou qui s’évoque quand une pierre s’érode et s’oxyde. J’ai plaisir à remarquer cela, ce n’est pas une prétention de ma part. Ce n’est pas un acte de séduction, c’est seulement un constat timide, une évocation silencieuse d’un constat de soi à soi ; peut-être que je me trompe, peut-être que je suis dans le mensonge, dans l’erreur ou dans la posture, peut-être que ce que je vois en face de moi n’existe que dans l’interprétation que je fais d’un réel réduit au temps qui passe mais peut-être que c’est un acte de lucidité. Seul vous pourriez le dire mais seul moi peux entendre ce que je suppose être juste.

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article