Le réveil de la force

Publié le 17 Décembre 2015

Il y a tout juste plus d’un mois nous, la France, les français, une génération encore dans sa jeunesse, nous étions frappés par de terribles attentats ; la mort, le sang, l’horreur, l’émotion, la peur, l’angoisse. Comme souvent, juste après l’horreur, nous avons éprouvés un sentiment d’appartenance les uns aux autres, une sorte de fraternité, plus ou moins habilement scandée, souhaitée,  marketée, communiquée, propagée, propagandée, répandue par les médias, les politiques, la société, nos proches, les gens, tout le monde avec tout le monde pour se protéger du monde.

Un mois après, et quelques jours, aucun rapport, sans transition, Star Wars 7 sort au cinéma. Le réveil de la force, Star Wars, un des piliers invisibles d’une génération pop culturelle qui revient sur le devant de nos écrans. Hier, comme d’autres personnes je suis allé voir ce film et j’ai aimé ce film et j’ai aimé surtout ce moment. Pas pour Star Wars, mais parce qu’implicitement j’ai eu la sensation de partager quelque chose avec les autres, de participer au mouvement. Un mouvement lui aussi vendu, communiqué, répandu et organisé, mais un mouvement auquel j’avais envie d’adhérer pour le plaisir, le plaisir simple d’éprouver secrètement une forme de communion culturelle.

C’est sûrement idiot, mais c’est sincère et ça a été agréable. J’ai pour habitude sur mon autre blog de critiquer les films, c’est une forme littéraire que j’aime, je ne sais pas encore quelle sera ma critique, je vais sûrement retourner voir le film, cette première fois c’était juste pour le geste.

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article