Publié le 1 Janvier 2010

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 31 Décembre 2009

Adieux l'ami tu va mourir, mourir en 2009 ça serai con alors tient le coup jusqu'à minuit et demain l'année prochaine tu sera mort en 2010 et ça sera bien, bien pour qui j'en sais rien mais ça sera comme ça, ça se fera, ça sera l'avenir, le demain d'hier et aujourd'hui aussi, et hop des jours et des blogs mais le blogs ne vieilli pas, pas une ride, pas une ride, non pas une ride, pas un rail, je tiens la route, je tire la langue, et la langueur océane se languie d'être à demain comme la pluie sur le monde et le mot sur le vide, un pansement sur une jambe de bois, déboire et boire encore comme s'y c'était pas vrai, même pas faux, même pas mal et pas mal de mot en mot et en mot, l'année nouvelle qui pense aux gens comme le jour présent, ne pas être là mais penser aux autres et à 2010, et dire que j'avais peu ren 1990, dire que j'ai vu arriver 1990 avec effroi et aujourd'hui je festoie plus le temps passe et moins ça change

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2009

Rentrer du cinéma tard, sans manger, en flirtant, trainer dehors dans la douceur de l'hiver voler à soi même des images tirées de son imaginaire, rentrer chez soi, devant le feu, faire chauffer les corps, faire l'amour dans la nuit finir sous la couette, finir par en sortir, finir avec les restes de charlotte, au chocolat la charlotte et l'assiette devant l'ordinateur et les dinosaures dans la télé, des étoiles dans le ciel, finir 2009 sur une bonne note épicurienne et ne rien regréter sauf les gens à qui l'on ne trouve pas le temps d'écrire. 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2009

Et volent les girafes, pas dans les cieux mes sur les étagères des demoiselles à girafe collectionneuses au long court, l'année de la girafe, l'année de la baffe, de la gaffe, année baveuse et sur l'année qui se termine on bave et on se baffe, on se flagelle de son propre malheur encore heureux que les petites lolita roumaine revendu pour une poignée de coup et une bouche à pain n'aient pas la langue bien pendue pour se plaindre elles aussi de ses voeux pieux pour chaste bouche, c'est la fin du monde, la fin des temps, il est temps d'être après et d'après demain prier hier d'être pas si mal, et demain encore, on n'en ai pas loin, on n'est plus nul part, le temps en suspend et l'année suspendue pour deux minutes de prison

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 28 Décembre 2009

Dans le dos du dos, le dos du jour, le derrière d'hier et dès demain c'est aujourd'hui, et je n'ai pas déjà dis ça hier ? Demain peut être mais non ce n'est pas moi c'est le terroriste, le noir, le voleur, l'arabe, le nègre, le voisin, mon voisin, le vieux, le pervers celui qui ne travail pas, qui vole et qui pue, le méchant non ce n'est pas moi c'est les autres, les laids, les moches et les filles faciles, au mon dieu il y en a partout des autres, des autres à qui je tourne le dos des autres qui danse dans mon dos, disent et parlent et tous les autres encore

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2009

Blablabla blatte et base ball et le beau hâbleur à la nuit légère léchée, léchante, léchouille et lait de poule au pied de la lettre le trait fin et la lettre noble et le pied du mot au pieds des lettres molles, les mots écrasés et l'écrasante surprise des jours qui passent, et les mots qui viennent, reviennent et deviennent morceau de culte sur l'autel du virtuel au passant démodé un lecteur hasardeux et la pensée vivace et puis le vieux lutin qui danse dans le pot de miel ne rime à rien !

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2009

le jour d'après c'est le jour d'avant, de l'avant avant ou l'après avant, l'après veille, c'est aujourd'hui depuis hier, c'est le jour de demain, le jour sur le fil, le fil d'après, un jour d'après une inspiration romanesque, Rome antique, variation inutile et éternelle de l'habitude d'écrire et même si c'est chiant à lire c'est moi à écrire, des cris et de la sueur saine et salée

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2009

Une demi-année d'écriture du chaos quotidien, une demi-année de blog ce n'est pas la moitié d'un blog et je ne suis pas la moitié d'un con, pas plus que je ne suis la moitié qu'on a marié en noce d'appart pour un coup tiré dans le canapé lit d'un appartement édulcoré, six mois que je suis là et six moi que je suis moi, si moi je suis moi alors qui est-ce qui est là, si ce n'est moi c'est donc longtemps, le long blogueur à la plume du menteur, j'écris ici et je blog aussi, déjà six mois et tant de moi en éventail que ça en est étourdissant, une année à la demie, coupé en deux au niveau du buste, je garde la tête et la poitrine et je laisse le cul et les cuisses et la fleur en haut des cuisses à mes fantasmes, mes frustrations et à l'année demie à venir compléter l'année en cour. Fallait il un drôle de hasard pour que je me jette dans l'aventure il y a 182 jour, un jour de rien, un jour comme ça et aujourd'hui c'est noël, c'est moi, c'est molleux et c'est drôle insignifiant comme un jour de plus et j'en joue, je joue et je retrouve le goût de la joute, des mots que l'on jettent dans la bagarre avec l'oeil vif et l'oreille musicale parce qu'à se battre autan le faire en musique et en plaisir du sang et du souffre et de ceux que l'on laisse derrière soi tombé pour avoir croisé ma route, croisé le fer, le mot, le préjudice, le préjugé, le pré requis et ces juges ces jurées et tous ces gens qui sur le Prie-Dieu de leur bonnes volontés espèrent le monde me crever, je reviens la rage aux dents tant que mes dents pourrons martyriser l'os de l'espoir, de la révolte et le vent de la révolution

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 24 Décembre 2009

Assez le temps, assener ses mots au coeur suranné sur année sur année un même rituel de la nativité pour les enfants tombés du nid, je ne serai plus jamais gros, plus jamais un petit gros, une boule, un con, un gras, oh oui Noël vive les nègres de noël, les gauchistes de noël, oh oui c'est bon les esprits musulmans de noël made in china, j'emmerde les lutins afghans et les grosses boules croates, j'emmerde les guirlandes mongoles et les russes qui s'enfilent sur les arbres de noël, chocolat et papier monnaie et les singes qui s'enculent c'est ici est nul part ailleurs que le top modèle suce les glaçons et avale de l'eau chaude, je ne suis ni sdf, ni le centaure, ni minotor solitaire pour langue de pute salutaire passer noël loin de fêtes et s'en foutre

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 23 Décembre 2009

Lumière, étoile, chaleur de noël et froid dans l’hiver, c’est la période des fêtes, illuminations, le corps a l’envers et la tête à l’endroit à moins que ça ne soit le contraire, période du pire comme du meilleur, les excès et les plaisirs, en vagues, en bûche, la bonne humeur s’impose en art de vivre tandis que lutins et feux follets s’affèrent et s’affolent pour que la nouvelle année s’amène dans les plus bref délais et pendant ce temps nous, dans les vestiaires ont s’inquiète souvent de savoir si l’on sera à la hauteur, si l’on saura être sans heurter tout en réussissant le tour de force de nous amuser. Et moi je suis là entre des mains et sous des yeux. Ah ah ah là la douceur et la magie temporaire et récurante qui tous les ans revient et nous offre un peu de répit dans le chaos du quotidien. Ces derniers temps j’ai parfois eu peur de me perdre dans le temps donné à l’autre, le temps perdu, les allées, les retours, me perdre dans les paillettes, la musique, la peur, dans la lumières, les lumières artificielles, le dérisoire, me perdre de vu, d’oreille, ne plus pouvoir me toucher, ne plus pouvoir émouvoir, ne plus toucher, acharné pourtant je crois que j’ai su conserver suffisamment de moi, pour me retrouver à temps car sur cette planète où la mort n’existe pas avec l’obligation de vivre comme unique alternative il est si dur de résister, rester ce que l’on est sans pour autan en mourir. Certains diront que la vie n’existe pas, d’autres se battront pour elle tandis que d’autres encore se battront avec elle pour tirer leur épingle du jeu, épingle a cheveux bien entendu, la vie ne tient qu’il a fil

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0