Articles avec #vide grenier tag

Publié le 19 Octobre 2016

Blade le voyeur de l’infini, le titre porte en lui l’esprit légèrement suranné de ma science-fiction des années soixante dix. Où va Richard Blade, voyeur de l’infini ? Dans quelles « dimensions » le cerveau sans âme de l’ordinateur peut-il le projeter ?

Dans quels mondes passées ou à venir ? Dans quels univers inconnus jusqu’alors ? Blade, un homme fait de muscle, de sang, de sexe et d’intelligence. Blade, sera-t-il le jouet humain de la machine qui l’envoie combattre les monstres terrifiants, les déesses sauvages et perverses d’un monde d’ailleurs ?

Comprenez que ce pitch en quatrième de couverture ne peut pas me laisser indifférent. Le texte respire et suinte cet ambiance de science-fiction décomplexée qui plait tant à mon esprit. Toujours en quatrième de couverture ; D’un des canons bleus, un rayon blanc aveuglant jaillit dans la tête du guetteur … Blade sentit qu’ils aillaient mourir … Puis il vit le monde se dissoudre autour de lui, dans un déferlement de douleur atroce … Blade sentit l’approche des Consacrés de Kano. Il releva la tête et regarda autour de lui. Arllona, entièrement nue, était, comme lui, écartelée sur un cadre de bois. Préparés pour le sacrifice … je ne suis toujours pas sûr de savoir pourquoi mais le pulp me fascine et me plait autant mais j’aime ces aventures héroïques et populaires avec leurs doses d’érotisme et de déraisons rationnelles. Ce moment où le roman passe dans un ailleurs improbable qui est libéré de jugement de valeur, ici les dimensions X où se retrouve envoyé l’agent Blade sont générées par un super ordinateur.  Mais ce qui a d’abord retenu mon attention pour cette série de roman ce sont évidemment les visuels des couvertures. Femmes lascives, exotisme dimensionnel et signes tangibles du futuristes. En chinant dans ce carton j’envisageais d’abord de prendre ces romans pour n’en conserver que les couvertures à titre décoratif. Mais en découvrant ces accroches en quatrième de couverture j’ai soudain eu envie de les lire, percevant aussi le potentiel rôlistique que l’on pouvait puiser dans les textes pour donner ce souffle pulp que je recherche à mes parties.

 

Je m’étais penché sur le carton de livre, il y avait Blade mais il n’était pas seul. D’autres romans aux couvertures transpirant elles aussi l’outrage d’une science-fiction décomplexée étaient enfouis là. Leur titre n’est pas très évocateur, JAG, mais les illustrations parlent, ainsi que le fait que ce soit Gérard de Villiers qui présente la série, comme avec Blade. La quatrième de couverture encore une fois fini sa conquête de mon envie ; l’univers se rétracte. La Terre est condamnée. Le temps de l’Après Civilisation est venu. Celui de l’obscurantisme, de la férocité, de la violence. Pourtant, il faut bien survivre en attendant la Grande Déflagration. Parce qu’il a la vélocité du Jaguar, on le surnomme JAG. Car seul un véritable fauve peut subsister dans ce nouveau monde sauvage. Une série de roman de science-fiction post apocalyptique : bam ! J’ai dis ici mon amour des mondes d’après. Un jour je raconterai comment j’ai eu ma première révélation post apocalyptique en lisant un article sur le jeu de rôle Gamma World, le versant post’apo du grand ancêtre Dungeons & Dragons. Un autre jour aussi je parlerai du jeu de rôle très contemporain même s’il est empreint d’esprit vieille école qu’est Planète Hurlante. Et en parlant de ce jeu de rôle, je parlerai de JAG parce rien qu’en lisant les pitchs j’ai vu des scènes à inclure dans ce jeu, où des scènes pour lancer des parties de Planète Hurlante. Je suis ressorti du carton avec six livres, trois Blade et trois JAG. Au départ la vendeuse en voulait 2 euros pièces mais j’ai pu repartir avec mes six ouvrages pour 4 euros.

Six livres pour 4 euros et une bibliothèque dont le montant arrive à 82 euros.
Six livres pour 4 euros et une bibliothèque dont le montant arrive à 82 euros.
Six livres pour 4 euros et une bibliothèque dont le montant arrive à 82 euros.

Six livres pour 4 euros et une bibliothèque dont le montant arrive à 82 euros.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2016

1991 l’athlétisme entre dans ma vie par le biais du petit écran, des championnats du monde d’athlétisme et de la passion électrique, électrique et contagieuse qui anime la famille autour de ce rituel télévisuel fiévreux. Je ne dois pas encore avoir treize ans mais je tombe dans cette passion de spectateur, la ferveur et le plaisir qui se partagent autour des noms, des corps et des chiffres qui codent les performances et que l’on apprend avec ma sœur comme d’autres enfants ont sûrement appris des prières sacrées. L’année d’après la passion se confirme avec les jeux olympiques de Barcelone qui ouvre cette drôle de religion sportive à d’autres saints que ceux de l’athlétisme. C’est à cette époque toujours que j’entre dans la culture du supporter du foot, la première vraie coupe du monde que j’ai suivie avec l’assiduité d’un jeune supporter c’est celle de 90. Bien sûr j’ai de vagues et lointains souvenirs de la main de dieu en 86 et de mon père qui regardait le match avec des cousins plus âgés. De la même manière j’ai découvert l’olympisme avec Barcelone mais j’ai des bribes de souvenirs du 100 mètres de Séoul sacré et salie par la Ben Johnson.

 

Tout s’est joué là, à l’entrée de la dernière décennie du siècle. Ces graines de la passion de supporter n’ont jamais démenties leur force. C’est avec cette force, cette fougue, cette envie d’en voir, d’en percevoir et d’en ressentir toujours plus que je me suis retrouvé dans des stades d’athlétisme pour palpiter au rythme des championnats du monde à Séville, à Athènes, à Paris, à Osaka. Si je voulais parfaire mon introduction je devrais aussi parler de ma naissance à la photographie, ma passion pour les images et pour la réflexion, le savoir, la culture et la culture des images, mais si j’entre dans ce genre de détail mon introduction finira par avoir des allures d’autobiographie alors que je ne suis là que pour vous chroniquer l’entrée de quelques ouvrages dans la bibliothèque chinée.

 

Le premier de ces livres c’est Séoul 88, les 24es Jeux Olympiques au jour le jour et vous comprenez je suppose un peu mieux l’angle de mon introduction. C’est un joli livre de photos aux éditions Solar et France Loisir qui date sans surprise de 1988. Et comme son titre est très honnête, il relate jour par jour le déroulement de ces jeux olympiques, bien sûr en préférant les images chocs ou marquantes comme le plongeur Greg Louganis connu pour s’être ouvert la crâne sur le plongeoir en ratant un saut, qui reviendra avec ses points de sutures pour remporter le titre. Nageurs, sprinteurs, et tous les autres sont là, des noms que j’ai connus et d’autres que je redécouvre. J’aime beaucoup faire cette lecture rétroactive du sport, observer les corps trente années en arrière, regarder les équipements, les mouvements et voir comment l’émotion d’un moment se transporte dans le temps. Qui imaginait en 1988 que Jean-françois Lamour cet escrimeur champion olympique deviendrait ministre et député ? Un livre avec surtout des images, et ces images me parlent, elles me parlent du sport et elles parlent à ma nostalgie comme elles parlent à mon regard ; livre acheté pour 1 euro. Je suis très content de cet achat.

 

Le second ouvrage est sobrement intitulé Athlétisme Dieux et Déesses. Je crois que cette fois nous sommes en plein dedans. Sur la couverture avant la silhouette emblématique de Carl Lewis. Sur la couverture arrière la silhouette sculpturale de Merlene Ottey, le ton est donné ; ce sont là deux figures intimes élevées au rang de mythe, le titre n’était pas mensonger.  C’est un ouvrage édité aux éditions Messidor en mai 1991, quelques semaines avant les championnats du monde d’athlétisme de Tokyo. Ce livre se présente comme un menu de ces championnats à venir, pour chaque discipline il présente les grands noms, les stars, les possibles vainqueurs. Pour chaque épreuve, pour chaque sportif, un texte, des photos et tellement de souvenir qui me reviennent. Il y a ceux que j’ai vu courir, ceux dont j’ai entendu le nom, ceux que je découvre et il y a ceux qui n’étaient pas encore devenus les légendes qu’ils deviendront. Le livre n’est pas épais mais il est généreux en noms, en photos et en émotions qu’il me procure. Lui aussi je l’ai acheté pour 1 euro, ce qui me paraît être un très bon prix au regard des émotions que j’y retrouve. En plus ces deux ouvrages qui ont plus de 25 ans sont dans un parfait état, intérieur et extérieur.

 

Je pourrais arrêter cet article ici parce que je n’ai pas chiné d’autres livres de sport ce week-end, mais pour évacuer la possibilité d’un retard je vais continuer en trouvant un drôle de fil conducteur. Ce fil c’est Barcelone, berceau de ma rencontre avec l’olympisme et terre d’expression d’un architecte que j’ai découvert lors de mes dernières vacances avec ma petite amie : Antoni Gaudi. Et donc ce week-end j’ai rencontré un petit livre qui s’appelle Gaudi, une introduction à son architecture chiné pour 2 euros. Le prix n’est pas la meilleure affaire que j’ai faite, mais après avoir pris une très grosse claque en rencontrant l’architecture de ce personnage hors norme, architecte et artiste et assurément immense génie de son temps et des temps futurs, je n’avais pas envie de négocier le prix, je voulais juste repartir avec l’ouvrage. Il contient un essai de Juan-Eduardo Cirlot sur l’œuvre de Gaudi illustré par de nombreuses et très belles photographies de ses réalisations. Avec ce livre je vais pouvoir poursuivre la découverte du travail fascinant et renversant de force et de modernité de Gaudi et c’est là une perspective qui me réjouis parce que j’ai vraiment eu un coup de foudre pour l’esprit de cet homme dont je pressens la grandeur.

Le jeune Segueï Bubka respire cette nostalgie que j'aime retrouver comme la féline Merlenne Ottey
Le jeune Segueï Bubka respire cette nostalgie que j'aime retrouver comme la féline Merlenne Ottey
Le jeune Segueï Bubka respire cette nostalgie que j'aime retrouver comme la féline Merlenne Ottey

Le jeune Segueï Bubka respire cette nostalgie que j'aime retrouver comme la féline Merlenne Ottey

Séoul prémince d'une passion que je ne connaissais pas encore en direct mais dont j'ai reçu l'aura
Séoul prémince d'une passion que je ne connaissais pas encore en direct mais dont j'ai reçu l'aura
Séoul prémince d'une passion que je ne connaissais pas encore en direct mais dont j'ai reçu l'aura

Séoul prémince d'une passion que je ne connaissais pas encore en direct mais dont j'ai reçu l'aura

 Voilà 4 euros bien dépensés qui font monter la somme totale des dépenses pour chiner sa bibliothèque à 78 euros.
 Voilà 4 euros bien dépensés qui font monter la somme totale des dépenses pour chiner sa bibliothèque à 78 euros.

Voilà 4 euros bien dépensés qui font monter la somme totale des dépenses pour chiner sa bibliothèque à 78 euros.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2016

Il y a dix jours ou peut-être quinze, bref durant une des dernières sessions de vide-grenier j’avais chiné pour dix centimes le Frankenstein de Mary Shelley. C’est un ouvrage que je trouve assez beau, épais et large, avec une couverture rigide qui tient bien dans les mains et avec des pages au grain juste assez rugueux pour se rappeler au plaisir de les tourner. Ce week-end ci j’ai encore chiné le Frankenstein de Mary Shelley, mais cette fois il n’est pas seul. C’est un fait un épais volume d’une collection nommée Les chefs d’œuvres de la Science-fiction et du Fantastique et qui contient en plus du corps rapiécé de Frankenstein, Dr Jekyll et Mr Hyde de R.L Stevenson lui aussi bien connu, ou devrais-je dire eux aussi bien connus, et un texte de Mathew Lewis qui se nomme Le Moine et que je ne connais absolument pas. Mais vu les colocataires de ce moine présents dans ce recueil j’imagine que sa vie monacale est plutôt sombre, gothique et glauque ... C’est encore là un objet épais et beau ; si la couverture rappelle bien l’esprit de son époque, le livre est édité en 1975, ce sont surtout les illustrations qui accompagnent les textes qui donnent la saveur esthétique de l’ouvrage. Des illustrations en mauve sur fond blanc, mauve comme la couleur peu courante choisie pour la typologie de ce livre qui lui confer cette esthétique séduisante. Outre quelques illustrations pleines pages qui ouvrent et clôturent les textes, je suis surtout sous le charme des petites illustrations qui encadrent chaque page comme d’étranges enluminures. J’imagine que ce genre de dessins décoratifs et fonctionnels portent un nom précis mais je l’ignore, et si quelqu’un peut m’éclairer sur cette question je serai satisfait de mes lecteurs.

Donc sur chaque page de gauche se trouve un dessin assez énigmatique que je pourrais décrire comme un dessin de coupe d’un insecte étrange ou d’un crâne d’animal inconnu. Ce dessin enserre les numéros de pages, de la page de gauche et de celle de droite. Sur la page de droite et sur le même principe se trouve un dessin énigmatique pouvant rappeler des coupes naturalistes de végétaux ou d’animaux bizarres qui cette fois enserrent une citation tiré de la page en court de lecture. Ces dessins donnent bien le ton et sans même avoir encore lu un des textes contenus dans l’ouvrage on perçoit l’ambiance et on se laisse emporter dans l’étrange et le bizarre. Je ne sais pas si c’est très à propos mais j’imagine très bien ce genre d’ouvrage ou de dessins dans le mythe de Cthulhu. Si j’ai insisté sur l’aspect esthétique de cet ouvrage et de celui chiné la semaine d’avant c’est que la nature de l’objet me donne envie de lire Frankenstein ; je suis attiré à lui parce que l’objet qui le porte me plait. Je vais donc essayer de trouver le temps d’entrer dans ce livre là.

Il y a trois romans dans un seul livre et ce seul livre je l’ai payé un seul euro.

J'avance, je progresse et j'essaie toujours de faire au mieux ou au moins pire pour illustrer mes articles. Dites moi ce que vous en pensez si vous en pensez quelque chose
J'avance, je progresse et j'essaie toujours de faire au mieux ou au moins pire pour illustrer mes articles. Dites moi ce que vous en pensez si vous en pensez quelque chose
J'avance, je progresse et j'essaie toujours de faire au mieux ou au moins pire pour illustrer mes articles. Dites moi ce que vous en pensez si vous en pensez quelque chose

J'avance, je progresse et j'essaie toujours de faire au mieux ou au moins pire pour illustrer mes articles. Dites moi ce que vous en pensez si vous en pensez quelque chose

Vous le savez sûrement maintenant si vous me suivez depuis quelques temps ; lorsque je pars en vide-grenier pour chiner ma bibliothèque j’essaie toujours de revenir avec de la poésie (et avec un exemplaire des Fleurs du Mal aussi). Ce week-end je suis content d’avoir chiné un recueil de Paul Eluard publié chez Poésie/Gallimard. C’est La Vie immédiate recueil sur l’amour suivi de La Rose publique et de Les Yeux fertiles et ce sont principalement des œuvres tournées sur l’amour lorsqu’il est un tout partagé. Je ne suis pas un grand amoureux, je ne suis même pas un bon amoureux, mais j’appréhende de mieux en mieux la poésie, la poésie d’amour, de désir ou de romance. Qui sait, peut-être qu’à terme je finirai par comprendre l’amour comme j’ai fini par comprendre la poésie ; avant je ne voyais en elle qu’une posture facile et outrancière, curieusement c’est aussi ce que je reproche à l’amour. Alors oui, qui sait, la lecture de l’une me fera peut-être comprendre la nature de l’autre. Comme souvent les gens se débarrassent de la poésie à moindre frais et moi j’ai pu acheter cet ouvrage pour 50 centimes ; la couverture bien protégée me laisse supposer que c’est un livre de classe, mais en même temps son état est parfait même s’il a été édité en 1971 ; alors soit les élèves des années soixante-dix étaient vraiment très précautionneux, soit je me suis fait un film et ce n’est pas un livre acheté pour l’école.

Du coq électronique à l’âne électrique j’enchaîne avec encore un recueil. Cette fois pas de la poésie mais de la science-fiction et pas n’importe laquelle ; celle qui naît sous la plume de Philip K. Dick. Je ne sais plus où ni quand j’ai déjà parlé de cet auteur ; il est le premier auteur de roman et de science-fiction que je me suis approprié. Dans la jeunesse il y a les livres que l’on est obligé de lire pour l’école, les ouvrages que l’on reçoit en cadeau avec l’obligation implicite de les lire pour faire plaisir à grand-mère, les livres que l’on s’oblige à lire par mimétisme pour s’intégrer au groupe, ceux encore conseillés par nos parents et puis enfin il y a les livres et les auteurs que l’on rencontre soi et qui soudain nous font oublier toutes les lectures sous contraintes que l’on a connu avant. On découvre le plaisir de lire pour et par soi et souvent l’auteur de cette révélation minuscule gagne une place importante dans notre mythologie personnelle. Philip K. Dick est cet auteur que j’ai lu avec le plaisir grandissant de la découverte. Si je ne me trompe pas c’est le premier ouvrage de cet auteur que je réussi à chiner pour ma bibliothèque, en plus pour 50 centimes, j’en suis très content. La couverture affiche comme titre Total Recall mémoires programmées sur un fond d’affiche de film, le film de 2012 et pas celui de 1990. Philip K. Dick a inspiré énormément de scénarios pour le cinéma et ses nouvelles ont souvent fini en bon film de SF. Ce livre est un recueil de neuf nouvelles parmi lesquelles on retrouve la nouvelle à l’origine de Total Recall et qui s’appelle Souvenirs à vendre. Même si j’aime beaucoup l’auteur j’ai surtout lu ses romans et quasiment aucune de ses nouvelles, voilà donc une occasion de me rattraper. Un petit détail amusant, le recueil contient la nouvelle Rapport Minoritaire qui est à l’origine du film Minority Report et sur la quatrième de couverture il est écrit que cet ouvrage a été précédemment publié sous le titre de Minority Report nous rappelant ainsi que l’éditeur a bien le droit de profiter d’une sortie cinéma d’un film inspiré d’une nouvelle de Dick pour rééditer son livre et profiter d’un peu de promo.

Après avoir trouvé Alien 3 et Mad Max au-delà du dôme du tonnerre, je m’étais dis que j’allais peut-être constituer une collection de romans adaptés de grands films de SF. Et je viens de me rendre compte que je pourrais ranger ce Total Recall mémoires programmées dans cette catégorie là, sauf que c’est l’ouvrage qui contient la nouvelle qui a donné naissance au film et non l’inverse. Mais le livre est vendu comme un objet de promotion du remake de 2012 … rahh quel dilemme fou.

Encore une fois plus j’affine mes goûts et mes exigences en terme d’ouvrages chinés en vide-grenier et plus j’entre des livres que j’aime et qui me parlent. Jusqu’à présent j’ai déboursé 74 euros pour cette bibliothèque chinée en vide-grenier.
Encore une fois plus j’affine mes goûts et mes exigences en terme d’ouvrages chinés en vide-grenier et plus j’entre des livres que j’aime et qui me parlent. Jusqu’à présent j’ai déboursé 74 euros pour cette bibliothèque chinée en vide-grenier.

Encore une fois plus j’affine mes goûts et mes exigences en terme d’ouvrages chinés en vide-grenier et plus j’entre des livres que j’aime et qui me parlent. Jusqu’à présent j’ai déboursé 74 euros pour cette bibliothèque chinée en vide-grenier.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #livre, #SF, #videgrenier, #vide grenier, #chiner, #bibliothèque, #brocante

Repost 0

Publié le 10 Octobre 2016

Il y a des œuvres culturelles qui entrent en nous non pas par lecture ou visionnage mais plutôt par osmose. Ce sont généralement ces objets culturels qui font les habitudes de nos parents, les chanteurs, les livres, les films qu’ils aiment et qu’ils consommaient avec nous à leurs côtés dès notre enfance. Et à force de côtoyer nos parents et leurs habitudes de consommation culturelles, sans y prêter vraiment attention leurs lubies laissent en nous des traces de proximité ; c’est ainsi que l’on peut connaître tout le répertoire de Sardou, Renaud, ou celui de Johnny Hallyday sans avoir jamais voulu les écouter, c’est comme cela aussi que l’on peut se retrouver empreint de la prose d’auteurs plus ou moins populaire pouvant balayer un spectre de Verlaine à Mussot.

Petit à petit, ces figures culturelles que l’on n’a pas choisies et que souvent l’on n’a jamais lu ou entendu directement dans un geste actif deviennent des figures de proximité, comme un membre de la famille éloignée que l’on ne voit jamais mais pour qui on éprouve une forme de tendresse lorsque l’on entend son nom ; ce grand-père que l’on n’a pas connu, cet oncle qui vit à l’étranger, personnages qui émeuvent nos parents et qui par empathie nous émeuvent nous. Pour moi c’est avec Antoine de Saint-Exupéry que j’ai ce genre de relation parce que cet homme est un auteur qui a toujours pu et parlé à ma mère. Comme d’autres enfants je suppose et j’espère, elle m’a souvent raconté l’histoire du petit Prince et maintenant qu’à mon tour j’écris elle me parle souvent de la part d’auteur qui se trouvait dans l’aviateur.

Voilà pourquoi samedi matin j’étais heureux de trouver trois ouvrages de Saint-Exupéry en vide-grenier. Il y avait Citadelle épais volume qui porte son œuvre posthume éditée en 1948, Vol de nuit roman pau en 1931 qui fait la part belle au pilote qu’était aussi Antoine de Saint-Exupéry et Pilote de guerre un ouvrage rédigé pendant son exil à New york, livre qu’il écrit et qu’il publie en 1942 dans le but d’aider les américains à prendre la décision d’entrer en guerre contre l’Allemagne. La vendeuse, sympathique et joviale que je retrouverai le lendemain sur un autre vide-grenier et à qui on achètera avec ma petite amie deux boîtes à bijoux en bois, voulait 3 euros pour les trois livres. Comme c’est Saint-Exupéry et que j’ai pour cet auteur un lien presque maternelle, je n’ai pas eu idée de négocier le prix ; l’essentiel n’était pas la bonne affaire mais surtout de chiner trois ouvrages d’un auteur important dans la littérature française mais surtout dans notre histoire familiale. J’offrirais à ma mère les livres qu’elle n’a pas encore lus et je ferais entrer avec plaisir et honneur les autres ouvrages dans le projet chiner sa bibliothèque.

Même journée et même matinée fraîche mais belle sous le soleil et ses indiens du moins d’octobre, je chine un nouvel exemplaire de ma très petite collection des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire. C’est le cinquième ouvrages recueillant Les Fleurs du Mal que je ramène ; la quatrième édition différente. Je n’ai pas trouvé la date de cette édition, mais tout porte à croire qu’elle est très récente, voir extrêmement récente. C’est un livre éditée par les éditions paperview dans la collection Les classiques de la littérature La Provence. Pour tous les étrangers à la région il faut entendre La Provence comme le quotidien régional et non comme le lieu géographique évidemment. Mine de rien cette édition a une qualité c’est la photographie du poète choisie pour illustrer la couverture en pleine page. C’est une photo de Charles Baudelaire prise par Nadar, et Nadar est déjà par lui-même et par son œuvre protéiforme un artiste intéressant, entre autre chose il sera le photographe des artistes de son siècle ce qui explique que Baudelaire passe devant son objectif. Il faut ajouter à cela une particularité du poète vis-à-vis de la photographie, c’est qu’il ne la porte pas vraiment dans son estime, il est l’auteur de quelques saillies visant à remettre la photographie à sa place, c'est-à-dire comme une humble servante des arts. Il écrira ainsi « […] Il faut donc qu'elle rentre dans son véritable devoir, qui est d'être la servante des sciences et des arts, mais la très humble servante, comme l'imprimerie et la sténographie, qui n'ont ni créé ni suppléé la littérature. ». En regard du regard critique qu’il porte sur la photographie je trouve amusant et audacieux d’avoir choisi pour couverture une photographie où le poète est saisi dans l’expression de son regard affûté et intense. Enfin, quoi qu’il en soit me collection du recueillant Les Fleurs du Mal grandie petit à petit et cela m’amuse toujours. Comptez 50 centimes dépensés pour acquérir cet ouvrage et je pourrais clôturer cet article. Merci.

Avec cet achat la somme totale dépensée pour constituer la bibliothèque chinée s’élève à 72 euros. Actuellement la bibliothèque chinée en vide-grenier compte plus d’une centaine d’ouvrages en tout genre (106 si mes comptes sont bons)
Avec cet achat la somme totale dépensée pour constituer la bibliothèque chinée s’élève à 72 euros. Actuellement la bibliothèque chinée en vide-grenier compte plus d’une centaine d’ouvrages en tout genre (106 si mes comptes sont bons)

Avec cet achat la somme totale dépensée pour constituer la bibliothèque chinée s’élève à 72 euros. Actuellement la bibliothèque chinée en vide-grenier compte plus d’une centaine d’ouvrages en tout genre (106 si mes comptes sont bons)

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #videgrenier, #bibliothèque, #chiner, #vide grenier, #livre, #brocante

Repost 0

Publié le 8 Octobre 2016

Diana. C’est le prénom d’une reine, plutôt celui d’une princesse qui aurait dû devenir reine si le destin tragiquement routier n’avait pas fini sa route dans un chaos accidenté sous un tunnel parisien. Mais qu’importe puisque Diana n’est pas une personne ; ni homme ni femme cette Diana là est une machine, rustique et chinoise comme une paysages dans une rizière.

Oui la Diana que j’ai rencontré ce matin dans un vide-grenier est une caméra ; oui, je vous parle de mademoiselle Diana flash appareil photo plutôt mythique qui est passé du rang de prolétaire laborieux de la photographie à celui d’idole et d’égérie d’un mouvement artistique, la lomographie qui a inopinément donné aux toy’s camera des lettres de noblesses qu’elles portent fièrement comme on porte un oxymore.

D’instinct j’ai toujours été sensible aux photos ratées, au flou, au grain, aux aberrations chromatiques et à ce qui émerge lorsque le hasard se mêle d’art ou de photographie. J’étais sensible aux ratés, mais je ne savais rien de la lomographie jusqu’à ce que découvre le mouvement à la fac. Alors oui, forcément j’ai vite adhéré à l’esprit lo-fi de la lomographie que je me suis amusé à parcourir et pratiquer avec des appareils jetables. Et puis ce matin en chinant je vois un appareil Diana, avec sa boite, son flash et même sa notice. Il était là, posé parterre, je demande le prix et la vendeuse me dit 3 euros. J’ai acheté un Diana neuf, moderne et bobo pour l’offrir, je sais donc que les jouets modernes valent au moins une trentaine d’euros quand ce n’est pas plus. Et là 3 euros, c’est bien peu, mais vide-grenier oblige je tente une petite négociation. C’est idiot, mais lorsque je discute le prix d’un objet dont je ne connais pas la valeur, ou d’un objet qui m’importe peu parce que je suis presque sûr de le retrouver plus tard je négocie avec amusant et sans pression. Mais lorsque là je tente de réduire d’un euro le prix de ce Diana flash j’ai un excès d’adrénaline parce que je connais un peu l’objet et sa valeur relative.

Et la vendeuse qui semble soulagée de se débarrasser de sa vieillerie accepte mon prix sans hésiter. Je repars donc avec un appareil photo Diana flash, avec son flash, sa boîte et sa notice qui semble être en état de marche. En même temps vu l’architecture archaïque de ces appareils photos, difficiles qu’ils tombent en panne et même quand ils dysfonctionnent c’est ce que l’on attend d’eux. J’ai bien fait garder de vieilles pellicules argentiques, je vais pouvoir les ressortir de leur oublie et les exposer.

Si je me sens particulièrement en joie de cette trouvaille ce n’est pas pour son prix ou sa valeur iconique (quoi que …) mais c’est parce que je suis en train de terminer mon premier recueil de poésie et j’ai envie d’y mettre en couverture une photo comme je les aime, floues, granuleuses et évocatrices.

un Diana Flash quasi complet (il manque la dragonne) pour 2 euros ; ce n'est rien mais ça me fait plaisir. Je préfère payer ça 2 euros que 30 euros, logique non ?
un Diana Flash quasi complet (il manque la dragonne) pour 2 euros ; ce n'est rien mais ça me fait plaisir. Je préfère payer ça 2 euros que 30 euros, logique non ?
un Diana Flash quasi complet (il manque la dragonne) pour 2 euros ; ce n'est rien mais ça me fait plaisir. Je préfère payer ça 2 euros que 30 euros, logique non ?

un Diana Flash quasi complet (il manque la dragonne) pour 2 euros ; ce n'est rien mais ça me fait plaisir. Je préfère payer ça 2 euros que 30 euros, logique non ?

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chiner, #videgrenier, #vide grenier, #bibliothèque, #brocante, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 5 Octobre 2016

L’adolescence est le temps des passions, des émois et de la matière grise si ductile que toutes les émotions perçues, vécues et ressenties peuvent y laisser une trace indélébile et délicieuse dans laquelle coule le ruisseau de la nostalgie, celui là même qui arrose souvent les graines de la passion. Outre une passion relative pour singer l’emphase romantique en me moquant de moi, mon adolescence a été le lieu nécessaire et évidant de mes premiers émois érotiques ; ceux qui précèdent ou accompagnent les premières pulsions pornographiques. Comme beaucoup d’homme de ma génération je crois, je trouvais les premières femmes érotiques sur le papier glacé et palpable des catalogue de vente par correspondance. Ne vous moquez pas, je vous parle d’un temps d’avant internet, et ne vous y trompez pas, les catalogues étaient déjà en couleur, comme la télévision. Et un jour que je cherchais dans le grenier des magazines à découper pour faire du collage je suis tombé par chance et par hasard sur quelques numéros perdus dans le grenier du magazine photo Photo. Photo est un magazine qui traite de la photographie sous tous ces aspects, reportages, créations, technique, mode, mais aussi (et surtout) le nu artistique dont il orne la plus part de ces couvertures. C’était ainsi la première fois que j’étais confronté à des images de femmes ouvertement érotiques – autant les femmes que les images – et cela a été une révélation. Je ne peux pas dire qu’elle âge j’avais mais nous étions au début des années 90 ou à la fin des années 80. L’imagerie était léchée, les photos artistiques et les femmes avaient les seins nus, et parfois plus.

C’est là une forme d’érotisme qui m’a beaucoup marqué, pas tant l’imagerie des années 90 mais le support photo et je suppose que c’est un peu pour cette raison qu’ensuite j’ai toujours été plus sensible à la pornographie et à l’érotisme sur papier que celui en vidéo, et je me dis que ceux qui consomment plus de vidéo pornographique que de photos sont sûrement ceux qui ont rencontré ce genre d’abord en image mobile.

Et tout ceci clos mon impudique introduction qui m’amène à deux ouvrages chinés en vide-grenier le même week-end de septembre. Je vais commencer par vous parler de La photographie et le charme féminin, un livre de la collection L’univers de la photographie édité en 1984 aux éditions Christophe Colomb. Comme son titre l’indique avec une formule assez alambiquée je trouve, c’est un livre sur la photographie et sur le Charme féminin comme genre photographique. On y trouve donc des images de charme évidement et c’est bien là la raison de mon achat, mais aussi beaucoup de textes, de conseils et de réflexions technique pour réussir ses photos de charmes ; éclaires, matériels, maquillages, poses, décors, modèles, etc. l’ouvrage cherche à être objectif, riche et bien documenté et même si certaines remarques prêtes à sourire parce qu’elles reflètent avant tout l’esprit de l’époque j’avoue que le livre atteint son objectif de rendre accessible la photographie et le charme féminin. Bien sûr je ne suis pas dupe et je ne doute pas une seconde que ce genre d’ouvrages étaient avant tout des prétextes à publier des photos de charmes, des femmes nues, des seins, des fesses, des demoiselles en sous vêtement et des poses lascives toujours éclairer par une justification technique. Outre le plaisir sensuel de retrouver le charme érotique de cette imagerie un peu datée, un peu désuète qui est à la source de ma construction érotique, La photographie et le charme féminin propose des chapitres plutôt très intéressant sur quelques grands noms de la photographie de charme de l’époque, enfin de la photographie de mode et de publicité parce que c’était déjà elle la principale matrice de la photo de charme. On retrouve ainsi le romantisme de David Hamilton qui passe énormément de temps en Scandinavie, recherchant dans les campagnes ce qu’il considère comme le modèle parfait : élancé, les cheveux longs, le teint clair, la silhouette encore inachevée mais aussi des photographes comme Robert Farber, John Swannell  ou encore Irina Ionesco. Ces pages qui nous font entrer dans le style de tel ou tel photographe sont vraiment les plus intéressantes. Et ce livre là je l’ai quand même payé la somme de 2 euros, pour un ouvrage vraiment en parfait état.

La photographe et le charme féminin exprime cet érotisme un peu désuet qui s'attache à l'esthétique des années 80

La photographe et le charme féminin exprime cet érotisme un peu désuet qui s'attache à l'esthétique des années 80

Pour faire entrer ces quatre ouvrages dans la bilbiothèque chinée j'aurai déboursé 7 euros ce qui monte la somme totale dépensée à 68,5 euros.

Pour faire entrer ces quatre ouvrages dans la bilbiothèque chinée j'aurai déboursé 7 euros ce qui monte la somme totale dépensée à 68,5 euros.

Durant le même week-end mais pas sur le même vide-grenier je tombe sur un ouvrage de photo lui aussi proposant de nous enseigner L’art de photographier la femme. Hasard du calendrier ce livre date lui aussi de 1984, édité aux éditions Seitec dans la collection Top Prestige. Bon si on regarde la couverture on cherche encore le prestige derrière cette imagerie tellement ancrée et datée dans les années 80 avec sa blonde peroxydée à la choucroute surexposée qui prend une pose non naturelle dans un parfait justaucorps rose fluo. Au regard de cet ouvrage La photographie et le charme féminin apparaît comme un beau livre, élégant et richement constitué. Ici avec L’art de photographier la femme nous entrons dans un univers plus tape à l’œil avec un érotisme plus marqué par son époque et un visuel très agressif. On retrouve globalement la même forme que dans le précédant ouvrage avec des chapitres qui abordent tous les thèmes de la photographie du modèle au matériel, avec toujours des images et du texte. Mais ici le texte est plus succins, les conseils plus laconiques ce qui je vous laisse deviner donne plus de place aux photographies. C’est curieux parce que les deux ouvrages dates de la même année et pourtant le second est bien plus désuet, souvent drôle par l’anachronisme inverse de ces conseils ; enfin ça reste aussi amusant que sujet de curiosité que de regarder les conseils sur les filtres et les gélatines pour composer des images aux couleurs exotiques à l’heure des applications et des filtres instagram et il est difficile de ne pas se moquer lorsque l’on voit les images réaliser avec le light painting. La même chose avec le chapitre sur la photographie érotique qui rappelle quelque chose qui est toujours vrai d’ailleurs ; il est important de garder à l’esprit que la photographie érotique ne doit en aucun cas faire preuve de mauvais goût. C’est drôle parce que si le conseil est toujours vrai, la notion de bon et mauvais goût à quelque peu évoluer en trente ans. Quoi qu’il en soit, j’ai payé ce livre 1 euro et je suis très content de le ranger dans ma bibliothèque parce qu’il exhale un parfum d’érotisme désuet qui caresse ma nostalgie.

Sans vraiment de rapport je passe à un autre livre d’images, Les stars du basket américain à qui l’on a prêté la signature de George Eddy. Un rapport entre des livres de photos de charme et ce livre sur le basket américain il y en a un, c’est que j’ai rencontré les deux univers à la même époque, en plein de mon adolescence. Le basket show time des états unis je l’ai rencontré grâce à la Dream Team des jeux olympiques de 1992 et cet ouvrage date de 1993. Aujourd’hui encore j’aime la photo de charme et la NBA ; preuve s’il en fallait une que ma matière grise ductile d’adolescent c’est laissée empreinter par ces deux univers. Les stars du basket américain est un grand livre par son format, avec beaucoup de jolies photos de basket et des textes de George Eddy commentateur et ambassadeur emblématique du basket et de la NBA en France. L’ouvrage se divise en chapitres traitant de la Dream Team, de Michael Jodran et des Bulls, des Lakers, des Celtics, des universitaires et des smasheurs en NBA, bref c’est une bonne façon de parfaire ma culture basket et de profiter encore et toujours de photos à qui le format du livre rend un bel hommage. En plus si la couverture porte les traces de l’usure du temps, les pages sont en parfait état. Ce livre va rejoindre dans la bibliothèque chinée un autre livre chiné autour de ce sport, Les nouvelles stars du basket américain.

Dream Team et smasheurs fous pour quelques pages d'histoire de la NBA

Dream Team et smasheurs fous pour quelques pages d'histoire de la NBA

Pour terminer cette chronique des livres d’images et de photos que j’ai pu chiner en vide-grenier ces derniers temps voici Notre siècle en images aux éditions Solar. Lorsque j’ai vu la couverture de cet ouvrage avec une photo de Robert Capa sur la guerre d’Espagne, mais aussi Marylin, Eisenstein et un cosmonaute j’ai supposé tenir entre les mains un classique livre d’images contenant toutes sortes de photographies emblématiques de notre siècle, ce qui semblait logique vu le titre du livre. En réalité il s’agit plutôt d’un livre d’histoire qui offre un large panorama d’événements et de personnalités qui ont marqués l’histoire du XXe siècle. Et pour chaque étape de ce livre qui déroule l’histoire de notre monde de 1900 à 1998 on trouve une photographie, souvent choque, photo de reportage puissante et parfois rare. C’est une bonne surprise que d’avoir acheté cet ouvrage pour le projet chiner sa bibliothèque et découvrir ensuite qu’au lieu d’un livre photo classique avec des images vues et souvent revues, il s’agit d’un livre de photographies historiques qui cartographie sans complaisance les guerres, les drames et les personnalités qui ont marqué ce siècle là. Et au milieu de ces images de conflits, d’exécutions sommaires, de destructions et autres tragédies il est curieux de voir quelques images plus légères d’icônes ou d’égéries des décennies passées ainsi que l’épique de France victorieuse de la coupe du monde 98 qui clôture ce livre. C’est un ouvrage chiné pour 3 euros qui entre fièrement dans la bibliothèque elle-même chinée. Outre le fait que j’aime la photographie et en particulière la photographie de reportage, je trouve qu’il est important de ce confronter à ces images d’une part pour la valeur historique mais aussi pour continuer de forger son regard et d’affiner sa compréhension des images.

Heureux celui a qui écrit cet article, chroniqué l’entrée de quatre ouvrage dans la bibliothèque chinée et qui va donc pouvoir les retirer de la zone des objets en transite pour les ranger physiquement dans la bibliothèque où je pourrais les consulter à loisir.

Et comme toujours n'oublions pas de cliquer sur les images pour les grandir un peu

Et comme toujours n'oublions pas de cliquer sur les images pour les grandir un peu

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 3 Octobre 2016

Déjà hier je parlais de certains livres que je chinais comme des objets de curiosités ; c'est-à-dire des livres qui m’intéressent plus pour ce qu’ils représentent en tant qu’objet que pour leur contenu littéraire bien que jamais je ne puisse mépriser les mots au point de ne leur prêter aucune importance. Ce statu d’objet de curiosité agit en amont, au moment où je croise le livre objet sur un étale de vide-grenier et qu’il m’interpelle pour autre chose que ça littérature. Si je croise de la poésie je vais la désirer parce qu’elle est poésie, si je croise Victor Hugo ou un auteur que je connais de près ou de loin je voudrais posséder le livre parce curiosité littéraire de pousser plus loin la connaissance vague ou par plaisir de retrouver une littérature que j’aime. Dans les autres cas, il y a les livres qui me séduisent par leurs couvertures, les livres qui me plaisent pour leur âge, ceux qui me racolent avec leurs prix bas et puis il y a les objets de curiosité qui interpellent ma fibre curieuse et voyeuriste, et qui réveillent l’archéologue et l’idéologue qui sommeillent en moi.

En même temps si la curiosité n’est pas le moteur central du chineur je ne sais pas ce qui peut pousser une personne à arpenter les vide-greniers.

Ce matin là j’étais tôt, dans le soleil levant, dans le frais et dans la légère cohue de ce vide-grenier de village qui s’installe. Sur un des premiers stands je me penche sur un livre dont le visuel m’interpelle ; j’y vois ce qui je pense être du street art et c’est pour ça que je m’y intéresse. Ma mère est amatrice d’art de rue et en feuilletant le livre je me dis que je pourrais le lui offrir à l’occasion. Le titre pourtant écrit en grand sur la couverture ne me parle pas, Matin Brun, lors de mon premier regard j’ai cru qu’il s’agissait du nom de l’auteur, peut-être un Martin Brun, la joie d’être dyslexique et mal réveillé. Le livre comporte de nombreuses images d’art de rue et de quelques pages de textes. Pour 1 euro je décide de le prendre sans bien savoir ce qu’il contient.

Plus tard, ayant tweeté mes achats une personne m’interpelle et me fait remarquer que Matin Brun est vraiment un super texte. Du coup, intrigué je reprends le livre en main et je m’y intéresse vraiment. Matin Brun est bel et bien le titre de ce texte court de Franck Pavloff. Ce texte est un coup de colère, un coup de poing, une fable courte et qui stigmatise la montée des totalitarismes. La lecture de ce texte est d’une grande proximité idéologique et j’ai été étonné en lisant que le texte date déjà de 1997. En presque vingt ans Matin Brun n’a rien perdu de son sens et de sa nécessité de faire bouger les lignes de réflexion des individus et donc des lecteurs. Pour les images d’illustrations qui accompagnent avec force le texte le long des pages de cet ouvrage ce sont des œuvres de l’artiste urbain C215. Je croyais acheter un simple livre d’image et je me suis retrouvé avec une courte fable antifasciste dans un petit livre puissant. Une belle trouvaille que je dois à ma curiosité du matin.

Autre matin, autre livre, autre stand pour un autre style de contenu. Devant un carton de livres je remarque cet ouvrage étroit et haut comme un rectangle qui sort du lot avec sa couverture jaune où une femme nue découpée dans une photo noire et blanche trône au milieu d’une tribu. Au dessus d’elle le titre, Cruelle Zélande. Je vois ce livre, je le prends, puis je le repose n’en sachant rien, puis je le reprends piqué par la curiosité de ce que j’ai vu sur la quatrième de couverture et qui précise ; vente interdite aux moins de 18 ans. J’hésite, je feuillette encore, je picore, et si je fais confiance aux critiques publiées à l’intérieur de la couverture (Le Monde, Elle, L’humanité, Le Canard Enchaîné, etc.) u’il s’agit d’un roman érotique, drôle et bien écrit. M’en fallait-il plus pour l’acheter ? Non, même le prix m’y invitait, 50 centimes. Voilà qu’entre dans ma bibliothèque chinée un roman érotique, Cruelle Zélande, dans lequel une femme d’officier anglais se fait brutalement enlever par une tribu de sauvages érotomane de Nouvelle Zélande écrit par un auteur anonyme dont l’anonymat ne résiste pas à Wikipédia. C’est donc Jacques Serguine qui a écrit ce roman en 1978. C’est donc l’édition originale ! et ça c’est cool je trouve. Jacques Serguine a écrit d’autres livres, il est assimilé au Hussart ce me laisse deviner une forme d’anticonformisme dans ses lignes. Je suis plutôt impatient de me donner le temps de lire ce livre et je reviendrais peut-être vous en faire la chronique.

En tout cas avec ces deux livres la bibliothèque chinée s’enrichie de deux ouvrages à l’esthétique esthétiques et aux contenus intéressants. Lorsque je rentre d’un vide-grenier avec ce genre de livre je suis heureux et satisfait de cette expérience et je n’ai qu’une envie, c’est recommencer.

Et hop le total de l'argent bien dépensé grimpe jusqu'à 61,5 euos. Et le plaisir est toujours le même, enfin plus que ça, le plaisir grandi de vide-grenier en vide-grenier
Et hop le total de l'argent bien dépensé grimpe jusqu'à 61,5 euos. Et le plaisir est toujours le même, enfin plus que ça, le plaisir grandi de vide-grenier en vide-grenier

Et hop le total de l'argent bien dépensé grimpe jusqu'à 61,5 euos. Et le plaisir est toujours le même, enfin plus que ça, le plaisir grandi de vide-grenier en vide-grenier

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #videgrenier, #vide grenier, #livre, #brocante, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2016

Je me suis penché sur un stand pour ramasser un livre. Il pleuvait un peu, assez pour que les gens autour de moi commencent à s’affoler. Sous les gouttes je feuilletais le livre. Si je m’étais intéressé à lui c’est parce qu’il s’agissait de ce que je considère comme un objet de curiosité ; ici un ouvrage de 1975 titré la libération de la femme. Je remarque qu’avec le temps je m’intéresse de plus en plus souvent à ces livres qui m’apparaissent comme des objets de curiosités parce qu’ils sont à mes yeux des reliques de pensées, de genres ou d’époques que je n’ai pas connus. La libération de la femme c’est une cause qui faisait écho dans la société il y a plus de quarante ans et qui continue toujours de résonner dans notre société contemporaine sous l’appellation égalité homme femme. Je feuilletais donc ce livre, curieux d’effleurer l’imagerie et l’expression de cette idéologie à la fois si actuelle dans mon esprit et en même temps drapées dans un mode de représentation qui m’apparaissait comme touchant et légèrement désuet.

Soudain en feuilletant le livre j’ouvre des pages qui renfermaient deux lettres manuscrites. Et en voyant cette correspondance confiée au secret des pages de ce livre militant j’ai immédiatement su que je voulais ce livre ; pas tant pour ses pages mais pour les secrets qu’elles conservent. D’une question à la vendeuse je me renseigne sur le prix et je m’offre cet ouvrage et sa correspondance pour 50 centimes d’euro.

J’éprouvais une forme de satisfaction à laquelle se mêlait une sincère excitation à l’idée de découvrir les lettres parce que ces deux correspondances manuscrites étaient évidemment le centre d’intérêt de ma curiosité.

Mardi 18. Je n’ai pas sommeil, je t’aime ! ce sont les premiers mots de cette lettre reçue. C’était plus que prometteur. La première lettre est rédigée sur une double page arrachée à un cahier, c’est une écriture petite, serrée, régulière avec une certaines emphase sur les sentiments qui me parait être écrite de la main d’une fille. A qui s’adresse t elle ? Je ne le sais pas. Une amoureuse à son amoureux ? Une amoureuse à une amoureuse ? Une cousine à sa cousine ? Je ne sais pas, la prose est narrative, descriptive, elle parle des personnes, des faits, des lieux, mais pas d’une date précise ni de son destinataire, je ne peux qu’imaginais, déduire depuis le contenu d’une époque, il y a une cabine téléphonique, des prénoms comme Régis, Marcelle, et Christian et un professeur ; c’est sûrement les lettres d’une étudiante, une Fabienne car la seconde lettre est signée Fabienne et cette seconde lettre est plus explicitement adressée à autre femme. La signature dit

Douces Caresses
Doux Baisers
Amour doux

Fabienne

Une amoureuse à son amoureuse et parce que je manque sûrement un peu d’imagination je suppose ces deux lettres rédigée certainement à l’époque du livre, à la fin des années 70 ou au début des années 80. Si je suis satisfait de faire entrer la libération de la femme dans ma bibliothèque chinée en tant que livre objet de curiosité je suis surtout particulièrement content d’avoir déniché ces deux lettres tendres. Je suis un peu lecteur, un peu auteur, parfois poète, mais plus que tout je suis fasciné par l’humanité et je suis profondément un voyeur, voyeur de l’intimité et de la sincérité de cette humanité que j’observe avec tendresse et curiosité ; me passionnant pour les passions des uns et jouissance des passions des autres.

Avec ce livre et ces deux lettres de correspondance la somme dépensée pour constituer la bibliothèque chinée en vide-grenier atteint 60 euros. Et toujours n'oubliez pas que vous pouvez afficher les photos en cliquant dessus.
Avec ce livre et ces deux lettres de correspondance la somme dépensée pour constituer la bibliothèque chinée en vide-grenier atteint 60 euros. Et toujours n'oubliez pas que vous pouvez afficher les photos en cliquant dessus.

Avec ce livre et ces deux lettres de correspondance la somme dépensée pour constituer la bibliothèque chinée en vide-grenier atteint 60 euros. Et toujours n'oubliez pas que vous pouvez afficher les photos en cliquant dessus.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #videgrenier, #vide grenier, #brocante, #correspondance

Repost 0

Publié le 30 Septembre 2016

Je croyais que je trouvais peu de science-fiction lorsque je chinais ma bibliothèque chinée ; mais hier en réorganisant la dite bibliothèque je me suis rendu compte que j’avais quasi plus de science-fiction que de poésie (et je ne sais pas s’il existe de la poésie science fictionnelle ; avez-vous des informations là-dessus ?). En même ce n’est pas étonnant que je récolte de la science-fiction parce que c’est le genre littérature que j’ai aimé en premier et que c’est celui aux mamelles de qui j’ai biberonné mes premiers pas dans l’imaginaire de ma classe adulte.

Je trouve et j’achète de la science-fiction en vide-grenier et pourtant j’ai curieuse la sensation de n’en voir jamais ; curieux. La semaine dernière encore dans le matin frais d’un vide-grenier je trouve sur le même stand deux livres de chez J’ai lu dans la collection science-fiction. Sur la couverture du premier j’ai reconnu une affiche d’un film bien connu de mon goût propre, celle de Mad Max au-delà du dôme du tonnerre. Le film je le connais et je l’aime, je l’ai regardé et revu et même si le terme peut sembler curieux ce film m’émerveille toujours. Je ne sais pas si je vais lire le livre, disons que connaissant très bien l’histoire je ne vais sûrement pas mettre cet ouvrage dans mes priorités de lecture, mais j’aime le posséder parce qu’il contient les restes et les ruines d’un univers d’après l’apocalypse que j’aime. Je suis un amoureux du post-apo, je suis amoureux des œuvres, livres, jeux, films, qui relatent ce monde d’après l’apocalypse et d’avant la fin ou la renaissance. Le livre comme objet me semble comme neuf, comme si la personne avant moi l’avait elle aussi acheté juste pour le posséder et non le lire. Intrigué par son état si propre j’ai regardé ça date d’édition et j’ai été surpris de voir 1985, j’ai dû aller vérifier la date de parution du film Mad Max au delà du dôme du tonnerre parce que j’étais persuadé qu’il était sorti plus tard. Pourtant la couverture exprime que ce livre de Joan D. Vinge a était écrit d’après le scénario de Terry Hayes et Gerorge Miller, il ne pouvait donc pas être antérieur au film. Effectivement le film est sorti la même année que le livre et moi je me sens vieux.

Le second ouvrage qui était présent sur ce stand est une des trouvailles dont j’étais le plus heureux ce matin là ; pourtant il ne s’agit là que d’un livre de poche payé pour un demi-euro. Oui mais ce livre c’est Gravé sur chrome, un recueil de nouvelles de William Gibson. J’apprécie beaucoup cet auteur parce qu’il est la figure de proue du mouvent cyberpunk et tout comme les univers post-apocalyptique j’aime les univers cyberpunk. D’ailleurs sous certains angles de lecture nous pourrions défendre l’idée que les mondes cyberpunk sont des mondes post-apocalyptique où la nature humaine et les valeurs humanistes sont brisées par une apocalypse invisible. Sous d’autres biais de lectures nous pouvons voir les mondes cyberpunk comme des mondes pré-apocalyptique en lien avec les mondes post-apo. Enfin qu’importe comment nous envisageons l’interaction entre ces genres, ce sont deux genres qui me parlent et à ce titre j’apprécie et j’admire l’œuvre de William Gibson. Gravé sur chrome est un recueil de nouvelles, qui contient entre autre Johnny Mnemonic connue pour avoir été adapté au cinéma à la fin des années 90. Alors oui ce n’est pas grand-chose, mais vraiment rentrer Gibson dans ma bibliothèque chinée est un plaisir, un honneur et une vraie satisfaction ; en plus je confesse que j’apprécie de plus en plus les formes courtes qui permettent au piètre lecteur que je suis de picorer plus facilement différentes œuvres et différents auteurs.

Voilà que je vous parle d’un troisième ouvrage déniché ce jour là et qui n’est, je crois, pas un livre de science-fiction. Mais c’est une fiction que j’ai eu envie de lire après avoir reçu les conseils répétés de quelques amies qui me connaissaient bien et qui disaient que l’esprit de cette saga pouvait trouver un écho avec l’esprit qui vit dans mon corps. Cette saga au succès mondial c’est Millénium de Stieg Larsson. Il y a quelques années il était difficile de passer à côté de la hype qui avait emporté le livre après le décès de l’auteur suédois. Et pourtant je n’avais jamais lu Millénium et par instinct de préservation je n’avais pas regardé les différentes adaptations au cinéma.  Lorsque j’ai commencé à chiner ma bibliothèque je pensais facilement trouver les trois romans qui constituent Millénium, Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette et La Reine dans le palais des courants d'air et en plus j’escomptais les trouver à prix modique. Ainsi lorsqu’au début de mon projet je suis tombé sur une personne qui vendait sa trilogie pour 5 euros j’avais essayé de négocier le prix à la baisse et devant son refus j’étais parti sans acheter sûr de mon intuition. J’ai passé les mois suivant à fouiner les vide-grenier sans jamais recroise un seul de ses romans. Il aura fallu attendre la semaine dernière pour recroiser le premier roman de la saga, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes ; j’ai demandé le prix et cette fois quand la personne m’a répondu 1 euro 50 je n’ai pas cherché à négocier et j’ai acheté, enfin, mon exemplaire.

Voici trois livres que j’ai chiné pour ma bibliothèque et que j’entre avec beaucoup de satisfaction. Je me rends compte qu’au fil du temps et des vide-greniers mon goût s’affine et que le plaisir grandi parce que chaque pièce qui entre dans la bibliothèque trouve sa place et son sens et si j’aime chiner c’est entre autre raison parce que j’apprécie cette sensation de sens.

59,5 euros dépensés

59,5 euros dépensés

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #videgrenier, #vide grenier, #brocante, #SF

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2016

Je n’en finirai donc jamais de dérouler mes butins littéraire rapportés d’un vide-grenier un matin de septembre. C’est un jour qui fût pour moi riche en poésies, en poètes et en poèmes. Toujours l’œil qui interpelle le premier, dans un second temps l’esprit fait son office et fait remonter à la surface des bribes de savoirs, de souvenirs et il comble les larges interstices avec des impressions de déjà vu, des ça me dit quelque chose et autre familiarité qui chasse l’ignorance.

Je vois donc un album, format carré à couverture claire et sur cette couverture un nom qui m’est familier, celui de Paul Eluard, pilier du surréalisme. C’est pour cela que je ne m’étonne pas de voir au centre de la couverture l’illustration d’une demoiselle au corps de plume et en dessous le titre, Grain-d’Aile. Je ne sais rien de ce texte, j’avoue mon ignorance, mais je sais que les grands esprits pensent presque toujours hors des cases et que leurs productions débordent et se glissent dans des formes qui ne sont pas celles pour lesquelles ils sont connus et reconnus.

Grain-d’Aile est un conte, c’est aussi le prénom de l’héroïne qui est légère, si légère que, lorsqu’elle naquit, sa maman s’étonna de ne pas la sentir peser dans ses bras. C’est bien là un conte pour enfant écrit de la main d’un poète surréaliste ; mais l’album devant moi était plus que cela car il était illustré par la main d’une femme, Chloé Poizat. Et je crois que j’aurai reposé le livre sans me décider à en demander le prix si les illustrations ne m’avaient pas interpellé. Difficile d’en parler quand je sais que je peux en partager des images ; j’apprécie le contraste entre une forme de légèreté naïve qui entre en contact avec une forme de réappropriation mutagène qui injecte un sens un peu plus mature. L’alchimie fonctionne et il se dégage de ces illustrations un sentiment d’étrangeté latent juste assez fort pour stimuler la conscience mais bien assez discret pour ne pas phagocyter le texte.

En décidant d’acheter Grain-d’Aile pour un seul modique euro j’ai découvert la prose de Paul Eluard par le prisme une nouvelle forme littéraire (pour moi) et j’ai surtout rencontré un univers visuel et une illustratrice dont j’apprécie vraiment l’univers visuel. Et même si ce n’est « qu’un » conte pour enfant je trouve l’objet livre vraiment superbe et les vide-greniers sont fait pour cela, rencontrer des objets que l’on aurait jamais connu autrement. Exactement comme l’autre livre que dont je vais vous chroniquer la rencontre.

Chiner sa bibliothèque #29

Encore et toujours sur ce même vide-grenier de fin d’été, juste après avoir trouver ma dose de poésie réglementaire, je me penche sur un étale et j’entre en collision avec l’expression intense d’une Marilyn Monroe figée dans une image au grain très fort. Je connais Marilyn Monroe comme tout le monde, comme tout le monde connaît cet icône de la culture bien au-delà de ses films. Et lorsque je remarque la couverture de ce livre j’ai vraiment un intérêt immédiat et vif pour lui ; je ne vais par parler de coup de foudre, mais il est clair que l’expression et le visage de cette Marilyn me touche. Je ramasse donc le livre pour le regarder de plus près. Je n’ai jamais été particulièrement porté par la culte de Marilyn Monroe, mais je reconnais en elle l’érotisme incomparable qu’elle exhale au travers des photos et des films sur lesquels elle apparaît. Le livre s’appelle Marilyn Monroe Fragments poèmes, écrits intimes, lettres, je le feuillette rapidement et je tombe une seconde fois sous le charme de l’ouvrage. Il s’agit comme le titre l’indique, d’un recueil de Fragments rédigés par Marilyn Monroe. La maquette superbe met en scène et en page des facsimilés des documents originaux, sur une page et en vis-à-vis la retranscription en anglais ainsi que la traduction en français.

Des lettres dactylographiées, des mots griffonnés sur le papier à entête d’un hôtel, des textes crayonnés dans un cahier, on navigue entre les traces écrite de l’actrice icône et petit à petit on entre en elle, dans sa tête, son esprit, sa pensée et celle que l’on aime à faire passer pour folle et dépressive, devient plus proche de nous, plus humaine et si ce n’était pas déjà le cas on se prend d’affection pour la sensibilité bouleversante de cette femme. J’ai vraiment eu un coup de foudre immédiat pour l’objet livre et pour ce qu’il représente, c’est cet ouvrage qui à réveillé en moi l’envie d’établir une correspondance à une star nébuleuse pour éprouver la sensation grisante que les mots nous permettent de transcender les distances et les différences pour entrer en intimité avec une personne. La personne voulait 1 euro pour ce livre, je les ai payés très volontiers et je suis rentré avec Marilyn.

C’est ainsi que pour 2 euros je fais entrer deux superbes livres dans ma bibliothèque chinées dont la somme totale dépensée jusqu’à présent pour la constituer s’élève à 57 euros et je ne suis pas sûr de la logique grammaticale de cette phrase …

C’est ainsi que pour 2 euros je fais entrer deux superbes livres dans ma bibliothèque chinées dont la somme totale dépensée jusqu’à présent pour la constituer s’élève à 57 euros et je ne suis pas sûr de la logique grammaticale de cette phrase …

Chiner sa bibliothèque #29
Chiner sa bibliothèque #29

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #videgrenier, #vide grenier, #brocante, #poésie

Repost 0