Articles avec #recyclage tag

Publié le 23 Septembre 2015

J'aime les filles entre chiennes et louves.

Aux heures interlopes

Auto-citation

Entre le célibat et la vie de couple la différence n’est que d’une seule personne

Le comptable du couple

Je n'ai aucun art dans les mains, mais j'ai des mots sur le bout de la langue.

Bitch !!!

Ce qui se chuchote hors de la bouche tombe souvent en hurlante dans certaines oreilles.

La bouche et l’oreille

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #autofiction, #citation, #recyclage

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2015

Collé à la plume comme chaque soir, je déploie le pire - de mon âme et conscience -. Le clavier devant moi j’interface avec vous et je ploie sous l’espoir de vous voir revenir et interagir - la vie rêvée d’échange -. Mais le plus triste c’est que comme toujours quand j’essore ici l’espoir dans le même temps, je dresse la fumée à faire écran, pixels après pixels, je déverse les formes interlopes de mes désirs intimes pour détourner l’avion de vos attentions. Je me livre pour me camoufler et je me camoufle pour me délivrer et c’est là que je me trouve, à l’étroit dans l’intra paradoxe qui se construit ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #recyclage

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2015

Mes mots sont justes portés par la peur du silence et le redouté tête à tête d’avec la mienne de tête. J'alimente alors mes fantasmes pour un tête à queue, Ouroboros des cons, un cœur aqueux qui détourne mes attentions vers les bas ventres du monde des femmes.
 
Je veux y perdre du  temps et y perdre mon corps, pour l’esprit c’est déjà perdu, d’avance, il est déjà conquis aux corps fendus à l’entrecuisse ; délice pompeux des peurs factices, je n’ai pas peur du gouffre, ni de la rivière.


Sous ces jupes là, entre ces cuisses ici, à l’entrejambe des corps féminins je frôle l’extase du détournement ; c’est mineur, c’est seulement mon esprit qui se détourne, mineur je creuse et honteux je détourne les mains quand elles ne doivent pas être là.


J’acquiesce à la police d’écriture pour qu’elle camoufle mes ratures, je brave la bouche dorée de dessous les dentelles, j’en bave pour décaler, double sens, ivresse et la voiture à contre-sens qui remonte le long tes cuisses pour s’encastrer sur ta colonnade de marbre.


Ma nervurée jeune statue, gravée sur mode d’étain, vénérée par le vif joug de mon désir débridé tu soulève ta jupe et tu révèles mon échappatoire. 

Ellen Von Unwerth “Nina” New York 1993

Ellen Von Unwerth “Nina” New York 1993

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #recyclage, #nue

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2015

J’émiette des mots et j'espère que l'on me suive.

Joue là comme le Poucet

Aux rythmes effrénés de la nuit je pondère le luxe, le calme et la pornographie au petit matin.

Le poète n’a pas freiné

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #recyclage

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2015

La vie cette chienne de fusil ! Enfant de putain, elle est tendue et toi tu attends que quelqu'un l’effleure pour qu'il se passe enfin quelque chose, quelqu'un qui tombe et que le bruit et la fumée libèrent le monde de son joug insensé.

Au chenil de nos vies

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #citation, #autofiction, #recyclage

Repost 0

Publié le 19 Septembre 2015

Je suis clos - comme une page blanche - je suis sec, vide, vidé et aride, je suis stérile comme une roche basaltique, je suis creusé comme une page blanche, je suis le puits qui a épuisé tous les litres d’eau qu’il pouvait donner ; plus rien ne vient, je creuse la plage et le sable écoule mon trou et j’écope le sable hors de mon trou, j’écope à vide, je tourne à vide, je dévide un esprit sec et je ne suis pas exempt de redondance, je répète à vide la même action stérile, je tourne en rond, la queue mordue par ma bouche d’Ouroboros, je me love dans les draps d’un lit vide, livide je stagne, ma page croupie, le corps arqué et l’esprit qui bande le vide pour fendre rien. Pour un peu je préférerai bander mou.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #Écrire, #recyclage

Repost 0

Publié le 18 Septembre 2015

Il a baissé sa culotte et il a réalisé qu'elle mouillait d'amour. Il trouva cela si beau qu'un larme coulait sur son visage avant de se perdre dans sa barbe. Elle senti son cœur battre plus fort et son ventre exploser en fragments amoureux excitant, être nue devant lui c'était un révélateur de son pur amour pour lui. Il dressait devant lui le faste discret de son amour érectile qui rougeoyait devant elle. En laissant son regard s'attarder ostentatoirement sur le membre amoureux qu'il avait sorti de son boxer il lui semblait pouvoir le voir palpiter comme un cœur vibrant où l'amour lové était sur le point d'exploser, jaillir et se joindre aux fragments intimes qui palpitaient dans son bas ventre à elle. C'était donc cela l'amour, la connexion imminente de ses morceaux d'intimes avec les morceaux d'intimes d'une autre personne.

Une réponse d’amour

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #amour, #autofiction, #citation, #recyclage

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2015

Pourquoi croire en soi ?

Pourquoi respirer ?

Pourquoi se nourrir ?

Pourquoi se projeter demain alors que demain est incertain ?

Pourquoi vivre ?

 

Parce que l'on n'a qu'une seule chance pour vivre, un seul moment pour vivre. Alors puis que l'on y est jusqu'au cou dans la vie autant le vivre, ivresse et virages qui crissent. Pouvoir croire en soi, c'est croire en dieu, croire que nous sommes ce dieu qui détient notre destin, il faut croire en soi pour vivre aussi con que cela puisse être comme réponse c'est la seule réponse que je puisse faire au nihilisme du sens de la vie. On ne peut pas espérer que la vie donnera son sens d'elle-même alors s'il nous faut l'aiguille d'une boussole pour nous faire tenir debout dans le chaos du monde c'est la croyance de soi qui la sera.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Réflexion, #recyclage, #retard

Repost 0

Publié le 4 Septembre 2015

Tuer le temps, fantasmer puis faire l'amour et être déçu devenir mélancolique à en tuer le temps et quand je touche le fond gris de mon âme et que je découvre en moi de nouvelles zones interlopes où des nouveaux fantasmes s'ébranlent pour m'exciter je me retrouve à encore fantasmer, vouloir baiser, me bouger assez pour pouvoir faire l'amour et m'angoisser du goût éphémère du plaisir consumé et déprimer en imaginant tuer le temps avec des balles de métal froid devenu brûlant dans le canon des fusils et je fantasme sur les corps menacés par le massacre de la mort et quand Thanatos est là, jouant avec les corps en pleurs Eros n'est jamais loin à tendre les corps affolés d'une tension sexuelle et de nouveau mon fantasme se porte sur le corps en danger, je fantasme en sauveur que mon sexe pourra les sauver en leur faisant l'amour mais je suis toujours déçu parce que le sexe, l'amour, rien de tout cela ne sauve quoi que ce soit alors encore déçu une énième fois je retombe dans la mélancolie où le temps enlace les êtres jusqu'à les écraser sans répits et si l'on veut lui échapper à l'inertie du temps il faut le tuer et baiser son cadavre encore chaud.

image volée sur la toile

image volée sur la toile

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #recyclage, #Réflexion, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 3 Septembre 2015

Je suis ce petit Poucet qui se retranche derrière les cailloux que je dépose derrière moi et qui forme des digues, puis des remparts, puis des collines et ensuite des montagnes et enfin un désert de pierres dans lequel je me dilue. Je suis un petit Poucet qui sème ici les minéraux de ma disparition.

Retrancher

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #citation, #recyclage

Repost 0