Articles avec #politique tag

Publié le 15 Avril 2017

Aujourd’hui je suis allé faire les vide-greniers comme souvent le week-end. Levé un peu avant l’aurore alors qu’il faisait encore un peu frais j’attrape une veste au hasard dans la penderie et je m’en vais chiner. Qu’importe ce que je trouve et ne trouve pas, il sera bien temps d’en reparler plus tard, je passe une bonne partie de la matinée à chiner et à remplir mon sac à dos de trouvailles diverses et variées. Vient le temps de rentrer, et donc de sortir du vide-grenier. C’est là que j’aperçois au loin un groupe de militant qui tractent à la sortie du parking. En temps normal j’aime bien m’arrêter après des militants et des travailleurs qui racolent dans les villes pour récolter du fric pour des associations humanitaires pour parler avec eux, essayer de leur embrouiller l’esprit et leur faire perdre leur temps ; ce que je leur annonce généralement au moment où ils m’alpaguent histoire d’être honnête avec eux. Mais ce matin j’étais fatigué, encore malade, et je n’avais pas envie de m’attarder avec des militants, je préparais donc mentalement une bonne punchline pour me défaire d’eux avec humour et panache. En approchant des militants je vois qu’ils tractent du Mélanchon afin de remplir l’Aréna de Montpellier avant de remplir les urnes. J’avance vers eux, je suis prêts à dire non même si je n’ai pas de punchline, je suis à hauteur du groupe, je traverse le groupe, je les regarde, ils me regardent et rien. Pas une invective, pas un tract, pas un geste pour m’arrêter.

Bordel de foutre électif c’est con mais j’ai été vexé. C’est là que j’ai repensé à ma veste chopée au hasard ce matin, je portais une belle veste de costume bleue marine et du coup je me demande si j’ai été jugé par cet élément de costume. Avais-je l’ai trop de droite pour qu’aucun militant Mélanchoniste n’ai envie de m’aborder ? Pourtant j’avais une casquette Star Wars … L’autre hypothèse est pire encore, je sais que le vieux gauchiste de Mélanchon frappe fort chez les jeunes, alors est-ce que j’avais l’air trop vieux pour que mon vote puisse les intéresser ?

Traverser un groupe de militants et ne pas recevoir une invective ou un tract, bordel je suis déçu même si fondamentalement ça m’a arrangé. Mais ça me questionne sur l’image que je renvoyais. En t-shirt dans la file d’attente du concert de Saez j’ai été invectivé par un jeu militant primo votant qui a essayé de me convaincre de donner ma voix à Mémélanchon. Mais pourquoi ce matin non ? Ai-je l’air d’un vieux con ? D’un vieux con de droite ? Le bleu marine de ma veste à trompé quelqu’un ? Ai-je la tête d’un mec qui a déjà décidé son vote et qui ne changera pas sa voix ? Je ne sais pas quoi penser de leur indifférence.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Je est un Blog, #politique, #Réflexion

Repost 0

Publié le 5 Avril 2017

C’est le grand nettoyage de printemps. Ouvrez ouvrez vos fenêtres, vos yeux, vos têtes et puis vos urnes. Oui c’est le moment de la grande lessive électorale, la belle lessive présidentielle. Onze candidats en arc de cercle pour mieux cerner celui ou celle qui prendra le pouvoir comme le soldat saisi son arme au moment de la guerre.

Sommes nous ou non en guerre et si tel est le cas alors contre qui devrions-nous mener une guerre ? Sera-t-elle électorale ? Pour le moment nous en sommes à la guerre des mots, des idées, des punchlines, la guerre des postures ; supposément une guerre de position. Mais une position ils en tiennent tous une, tous la même, dans la télé en plan américain pour mieux désosser les articulations de leurs pensées.

Mais ont-ils une pensée ? Qu’en pensez-vous ? Qu’en pensons-nous ? Quatre heure et plus de débat télévisuel et déjà je ne retiens plus rien, ils ont donc gagné aux yeux de leurs ambitions ; faire oublier le contenu de leurs paroles mais ils ont perdu aux yeux de l’ordre cosmique parce qu’ils n’ont pas su marquer leur temps de parole du sceau magique de l’écoute et de l’attention.

Je me suis astreint à les écouter, les suivre et les comprendre et je n’ai plus qu’une seule envie c’est de faire la lessive de ma cervelle,  me purifier de ce marasme oral et de renouer mes neurones entre eux pour espérer y refaire circuler mes propres idées à défaut d’idées propres.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #politique, #actualité, #Réflexion

Repost 0

Publié le 30 Mars 2017

Il y a cinq ans j’ai beaucoup hésité avant de donner mon vote. Lorsque j’ai fini par me décider j’ai voté pour François Hollande. Et dès lors qu’il a été élu, je me suis efforcé d’assumer mon choix durant les cinq années de son mandat. Cela ne signifie pas que j’ai toujours été en accord avec les choix du président mais en tant que citoyen je me suis senti le devoir d’assumer mon choix et de ne pas abandonner le président que j’avais aidé à élire. C’est un choix auquel je me suis tenu plus par souci d’honnêteté intellectuelle mais ainsi en parti par conviction politique vis-à-vis de ce qu’a pu être un jour l’idéologie socialiste, donc une forme d’honnêteté et de fidélité. C’est ma manière de donner du sens à mon vote, même si cette vision est très subjective. La posture d’électeur devrait être un rôle que l’on n’endosse pas seulement le jour de l’élection, il me semble faussé de croire que le citoyen retire son habit d’électeur à la sortie de l’urne.

Et vu le mandat de François Hollande vous conviendrez qu’assumer mon vote jusqu’à la fin n’a pas toujours été une chose facile.

Hier lorsque Manuel Valls a officialisé qu’il voterait pour Emmanuel Marcon j’ai eu un choc, enfin plutôt un coup de colère. En électeur de François Hollande j’ai aussi soutenu la politique de Manuel Valls, je suis même allé jusqu’à lui trouver certaines qualités, comme un sens de l’abnégation lucide. Et même si j’avais été déçu de sa prestation à la primaire, ne trouvant pas sa place, je continuais de voir en lui un homme politique honorable. Le voir ainsi trahir son parti et sa parole pour des arguments auxquels je ne souscris pas m’a mit en colère parce que ça m’a renvoyé à ma position d’électeur.

En tant que simple électeur il m’aurait été facile de tourner ma veste à la sortie de l’urne ou au premier sondage médiocre pour le président, j’aurai pu renier mon vote et faire crouler les critiques autour des décisions présidentielles mais je ne l’ai pas fait parce qu’il me paraissait comme la moindre des décences citoyennes que d’assumer mon vote. Or je ne suis qu’un simple citoyen, sans carte ni portée politique, je ne suis qu’un homme avec quelques idées et convictions mais je ne suis pas une figure politique. Et ce que je m’applique comme la moindre des preuves de décences et d’honnêteté intellectuelle je n’en attends pas moins de la part des hommes qui sont censés incarner de vraies figures politiques.

C’est à ce titre que je vois la volte-face politique de Manuel Valls comme la plus pathétique et grotesque illustration de la vanité des hommes politiques qui briguent et se partagent le pouvoir. C’est un geste détestable et inadmissible à mes yeux. Et qu’il soit commis en faveur d’un candidat pour qui je n’ai aucune sympathie n’entre pas en ligne de compte. C’est sur le principe que je trouve le geste déshonorant. Déshonorant pour l’homme, et méprisant pour les militants et les citoyens qui croient aux idées du parti que Manuel Valls trahi.

Au mieux c’est la peur (du Front National) qui pousse cet homme à renier ses convictions mais comment pourrions avoir de l’estime et assez de confiance pour engager un vote vis-à-vis d’un homme dont les convictions s’écroulent lorsqu’il a peur. L’échiquier national et international est anxiogène monsieur Valls, si la peur vous ébranle il est peut-être temps de se retirer de la politique. Au pire cette trahison ne cache rien d’autre qu’une trahison basse et médiocre motivée par un espoir de trône et si tel est le cas je n’ai pas envie d’user de mes mots pour qualifier la manœuvre.

En soi, l’homme Manuel Valls est tout à fait libre de voter pour qui bon lui semble. Mais s’il voulait jouir librement de son droit de vote citoyen il lui fallait quitter le parti et ne pas participer à la primaire et ne pas s’engager à soutenir le candidat élu par ce parti. Bref il aurait pu faire comme Emmanuel Macron, refuser la règle du jeu avant de s’y engager et jouer selon ses propres règles. S’il avait fait cela j’aurai peut-être été déçu mais je n’aurai eu ni colère ni rancœur. Mais s’aligner à une élection, signer la règle du jeu pour ensuite la bafouer je trouve ça détestable. Ces hommes politiques qui font travail de leur paroles mais qui ne sont pas capable de la respecter j’ai de moins en moins de compassion pour eux.

Et viendra un jour ou malheureusement je n’aurai plus le goût à assister à ce spectacle idiot.

La trahison de Manuel Valls

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Je est un autre, #politique, #Réflexion

Repost 0