Articles avec #poesie tag

Publié le 29 Février 2016

J’ai fais l’amour de guerre lasse

Comme un front perdu par un triste grognard

Je voudrais de la braise pour réchauffer mes mains

Et surtout de la baise pour te fourrer au bas des reins

À la vue de ton cul, j’hume l’air frais d’une douce aurore

Au souvenir de ta vulve, j’exhale en gorge chaude

Le souffle raide des quatre vents a nettoyé ma vue

Dans les rues en offrande j’erre comme à la nuit

Tailleurs et jupes sévères moulent les fesses au travail

Là où la nuit d’avant racolaient félines les formes payantes

Les aguicheuses de la nuit qui traçaient mes pulsions

Quand je dessinais des ronds en leur tournant autour

J’avais des bourses vides et d’autres étaient pleines

Quand je marchais en rond, en long, voyageur du bitume

Aux heures où les femmes redeviennent domptées par leurs vies civiles

Je persiste à percer du regard le par feu de leur paraître

Je ne suis jamais vraiment rentré

Du temps où je payais les portes interlopes

Je ne me suis jamais remis des jeux inter corps

Quand la ville avait cessée de s’interposée entres elles et moi

J’avais la main au porte feuille

Puis je portais la main à leurs vastes poitrines

Elles avaient les seins lourds des investissements pécuniers

Et moi le souffle épique du découvreur de continent

Aventurier d’une époque sans âge

Je faisais mes classes dans un anonymat confidentiel

J’approchais en vie, le feu filant des initiés

Les mystères payants des cons et les conversations des mythes

Nous nous mentions dans un secret accord

Et je ne saurai jamais remercier l’ampleur de ce don

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #poésie

Repost 0

Publié le 24 Février 2016

Mon souvenir amoureux est un pédophile à qui je jette la pierre.

Il désir des jeunes filles qui, prisonnières de ma mémoire, ne vieillissent pas.

Moi je vieilli, a.k.a je me transforme en homme mais elles restent à jamais jeunes.

J’étais un feu ardant et je jalousais la cohorte de ces mâles adolescents.

Ils possédaient les codes et possédaient les cons étroits de ces filles-là.

Il y avait de la braise plein les bas-ventres mais je n’étais pas de ces artifices.

J’étais le con, diable invisible aux âges des jeux farouches.

Ma nostalgie détrousse encore l’évanescence post juvénile de ces nymphettes.

Pas encore dames, ni femmes mais sous leurs jupes elles faisaient naître en moi un truc.

J’appelais ça de l’amour, c’était avant, j’étais un petit con dément.

Ce n’était qu’un ersatz d’amour naïf, un mot d’enfant, crépuscule désuet voué à disparaître.

Mais c’était là la seule forme d’émotion amoureuse que j’avais su éprouver.

Et celle-ci est morte quand j’ai déchiré l’hymen de mon cocon.

Mes souvenirs en garde à vue, le reste du corps au garde à vous.

Et ce feu sur qui-vive, je l’émascule d’un coup sec de mon couperet.

Souvenirs inefficaces

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0

Publié le 18 Février 2016

Aux vapeurs éthérées de l’aube ou dans les volutes écarlates du soir

J’imagine toute entière une femme chiffonnée par ma plume narquoise

Elle s’amuse de savoir qu’elle est l’ardente chiffonnée au feu de mon manoir

Les yeux mi-clos et l’âme alerte j’entends froisser ce mot dans un crissement de peau  

Il à la sonorité raffinée d’un bas qui choit et puis qui glisse dans un silence oblong

C’est un mot qui se love volontiers sous les draps froissés du matin

S’il joue d’audace, alors on le trouve sous ma main délurée dans sa chevelure farouche

Je l’entends comme une silhouette esquissée ; un fusain, une sanguine

Et j’enroule un râle lascif sur les aspérités de l’instant qu’elle brouillonne pour moi

Derrière les chiffons érotiques que la friponne baptise du sobriquet de sous-vêtements

Je convoite sans fard sa toison folle et l’épiderme palpitant qui me parlent si bien d’elle

Comme à la fin de toutes les proses, les ébats cessent quand d’un poing elle frappe ma chaire

Au bout de nos nuits blanches il y a l’aube qui rougeoie

Elle marque, cruelle, le crépuscule de nos rêves éveillés

Mon esprit aux abois dans ses synapses chaloupés n’a plus qu’une impression rétinienne

Je la vois son image sur du papier glacé, une page arrachée aux coins écornés

Une croix hasardeuse s’impose par-dessus le sensuel de son corps dévoilé

Symbole des heures passées à plier, déplier ce papier chiffonné.

la jeune Brigitte Bardot qui illustre le texte n'est là que pour racoler des lecteurs et elle n'a aucun rapport avec le texte

la jeune Brigitte Bardot qui illustre le texte n'est là que pour racoler des lecteurs et elle n'a aucun rapport avec le texte

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #poésie, #Prose

Repost 0

Publié le 15 Février 2016

[Le passage en gras et italique je le trouve lourd, j’y mettrais une virgule peut-être genre : rire de leurs prénoms farceurs, de leurs livres attrape-nigauds sinon je reprendrais la tournure du départ genre : rire des prénoms farceurs de leurs livres attrape-nigauds, il n’y a que toi pour trancher. Sinon il manque peut-être la négation à qui ne mènent nulle part.]

[Tu écris ta profondeur éphémère de tes mots, ça ne serait pas plutôt la profondeur éphémère ?]

[Je trouve la formule du sang de nos peurs un peu lourde en bouche, est-ce que : par le sang de nos peurs ne passe pas mieux ?]

[J’adore ce vers]

[J’apprécie vraiment celui-ci]

[je trouve que la seconde partie de la phrase manque de souffle […] que je sais, mon amie, Pour moi il manque quelque chose ici pour faire rebondir la phrase vers la belle prouesse qui sera d’être qu’une petite chose agonisante à la vue de tes fesses.]

[J’ai un doute sur la virgule après caresses]

[L’image est forte mais le rythme bande mou je trouve surtout que la virgule laisse planer un doute sur qui est rêveuse, elle ou ta gueule ?]

[Ici aussi j’ai du mal avec la chute de la phrase, j’aurais sûrement préféré restons ceux deux même, ou restons ces deux là, mais restons ce soir, ces deux même là, je trouve qu’il y a un même ou un là de trop.]

[Il n’y rien à redire celui-ci passe d’une traite, intense et compact j’aime !]

[je tic sur le que j’attends plus. Ça ne devrait pas être plutôt que j’attends le plus ?]

[Tout y est très bien sauf ce entrouvre qui fini le premier vers sans que l’on sache d’où il vient. C’est la divagation qui entrouvre, sous entendu la faille ? Ce sont les mots qui sont entrouverts ? ]

[Ça me parle, j’adhère sans restrictions, quoi que j’aurais eu envie de modifier le premier vers pour voir comment il s’écoute en l’écrivant ainsi : le vampire ruisselle l’or par ses pores.]

[J’avoue que je ne connais pas l’expression créant bachelette donc, déjà, le sens m’échappe mais j’ai quand même l’impression qu’il y a un truc qui coince avec ce je. Sans comprendre le sens j’entendrai bien ce vers de cette manière : revoir la cité, en te créant bachelette. Autrement j’aime l’exotisme simple du terroir que le poème convoque]

[Ça ne devrait pas être je l’immortaliserai ?]

[Rien à redire ça frappe juste.]

[La encore je ne corrigerai rien de particulier, sauf peut-être la ponctuation, d’ailleurs sur tous tes textes j’ai eu parfois quelques soucis avec la ponctuation. Mais la ponctuation est une chose trop intime pour qu’elle soit corrigée par quelqu’un d’autre que l’auteur originel. J’avoue que lorsque je fais relire mes textes je n’aime pas que l’on touche ou que l’on discute mes virgules, et je vois que comme moi, tu en mets beaucoup. Vérifie que parfois elles ne plombent pas le rythme. Sinon il y a un air crépusculaire dans tous les textes, ils sont cohérents les uns avec les autres, je valide.]

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #poésie, #recyclage

Repost 0

Publié le 9 Février 2016

Je suis une toile blanche, énorme comme une graine et je m’envoie comme une prose virale. J’écarquille un regard postale pour passer par la petite chatte, petite la fente métallique dans la boite à tous et je trépasse comme le fil dans l’aiguille ; un hameçon dans la gueule de l’anguille, j’ai la prose éclectique et dans la soutane d’un diable d’un vert et beau j’essuie un virus que je colporte du revers de la main, j’épidémie d’une poignée donnée demain. Mon esprit monte de mon vivant vers un septième ciel, c’est indécent d’avoir un tel vertige, c’est le vestige d’un temps de révolution où j’avais si peur de perdre pieds, de me les prendre dans la tombe béante qui déchirait ma vue telle la tranchée piégée, ouverte sur un Verdun des temps communs. Ce n’est pas banal c’est pire, c’est pathétique, j’agis en petite poupée grotesque agitée par une marionnettiste hors de la vue de tous, une petite Marion des sources, une madone des intérêts nationaux, une demi Manon qui m’invente des mouvements, saccades du bassin, ma petite Marion voudrait me voir baiser les taux d’inflation et les discours des deux lanceurs de dés, deux abolitionniste moralisateurs qui sont les pires des croquemitaines là où je ne suis que l’auteur.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie

Repost 0

Publié le 6 Février 2016

Tailleur de pierre

Je suis

Architecte

J'essuie les plâtres

Poseur

Passion d'entre les lignes où migrent mes désirs

Imposant imposteur

Avec majuscules et classiques lettres minuscules

Mineur

Sous ma croûte terrestre de peau et de matières organiques grises

Agriculteur

Comme le sont les bouseux et les petits diables de province

Diamantaire

À grosses bagues ovales et brillantes qui brillent brillent et empêchent ma main d'écrire sans un scribe

Diseur de bonnes aventures

Menteur menteur des futurs et des possibles

Doseur de mauvaises aventures

Comme les oiseaux noirs à plumes brûlantes

Auteur

Je sais

Créateur

Je suis

Destructeur de mondes

Toujours depuis les trésors que j'ai cachés dans mon âme secrète

Idole des érotismes brûlants

J'en rêve comme d'une quête sensible

Aventurier

Des vastes causes perdues et des vasques de marbres emplies de larmes

Amant

Encore, jamais et toujours

Amateur

Des regards scoptiques

Armateur de bouteilles à la mer

Vides, pleines

Compteur éclectique

Des moutons sautent sous les jupes

Compteur électrique d'impulsions mathématiques

Pauvres démons et juges matérialistes

Navigateur des contres courant

Du haut et du bas, le baroque de ma lutte de classe et sa petite descente de culotte

Dénombreateur

Comme un dieu diesel impersonnel et omniscient

Signataire

Des lettres anonymes en bas de page

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #liste, #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 4 Février 2016

Je suis fais de prose, d’hérésies et d’érotisme.

J’ai mis une plume au cou de mes amours morts.

Et jamais je ne me lasse de presser des citrons verts.

Que puis-je faire de tout cela, moi le petit roi de pacotille ?

Je suis le maître d’un royaume de vide, un enfer acidulé.

Juste un univers sans vies et des étendues de prés verts.

Ne vous en cachez pas, je sais que vous êtes tous aussi pervers que moi.

Je sais que chez vous tous, vous toutes, hommes, femmes, jeunes vierges et puceaux hédonistes, il y a toujours une part de votre âme qui résonne à la même corde sensible que la mienne. 

Une corde dont on fait des entraves.

Une corde dont on fait les fouets.

Une corde dont on fait les pendus dont on cajole les érections.

Une corde dont on fait la lisère arbitraire par delà de laquelle nous cultivons nos jardins secrets.

...

J'aime la nature bourgeonnante de ta poitrine. Et je colle ma main quantique dans ta culotte pour faire jouir ta corde sensible.

Il y a sept cercles fameux au centre desquels rouille ton anatomie.

Sept raisons d’échapper à la folie et pas une seule qui ne soit la bonne.

J’arrêterai de jouer avec ta cicatrice la prochaine que nous prendrons le train.

C’est une promesse pour être sûr de mettre un point à la fin de cette ligne.

La poésie ne se lasse jamais de regarder sous ta culotte

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0

Publié le 25 Janvier 2016

Je voudrais bien savoir où est-ce que l’on peut pousser les murs ?

Avec de la destruction massive, comme la dynamite de la poésie mineure.

Un grand coup de poing dans le bas-monde du ventre.

Et un coup de pied dans le bas-ventre immonde.

J’en meurs et mes yeux défèquent de l’inexactitude des autres.

Depuis leurs hauteurs, terriers et fosses ils me lancent leurs cils septiques.

Ils veulent entrer de force dans la fausse tombe des larmoyants.

Qu’ils s’y restent, qu’ils s’y installent !

Ce ne sont que des occupants, des colons bien nommés qui ensemence le sol.

Là où ils posent le trou rond sous leurs séants sales le sol grouille.

Cyclopes postérieurs des contes pour savants simiesques.

J’aligne à balles perdues le participe de ma présence.

Sans mot d’aisance en lieu et place d’un rouleau de papier blanc.

Je sonne, marche, charge, dans le grand froid d’un verre d’écume.

Je tonne le glas, et mâche encore la viande froide déjà vécue.

Ils sont le nombre et fond la loi quand ils murmurent.

Jamais ma bouche à leurs oreilles.

Je voulais savoir où l’on casse les murailles.

Pour y larver l’oracle grand d’un potentiel de mes érections.

La colère est une pompe froide, un afflux de sang qui perdure.

Un peu de foutre dans les gravas et l’œil torve dans le rétro parce qu’en réalité je reviens toujours à mes premières fois, comme l’amour toujours puceau de ses premières filles.

Poésie peut-être

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2015

A la chienne, à ma chienne, enchaînée, attachée à mon lit, à celle qui ronge mon os, bien profond dans ses babines, bien au chaud dans ses abîmes.

 

Atta-chienne, attachante, à sa chatte je réchauffe la raideur que ma queue qui remue et s’agite dans l’humide de sa chair.

 

A ta chatte, jamais trop humide, jamais trop mouillée, à ta source, je noie mon sexe dans ton sillon de chienne en chaleur.

 

Elle arrose ma chair, elle coule sur moi, ma pisseuse, ma salope, mon délice, ma rivière dorée, je plonge le visage dans le geyser de ta cyprine.  

 

J’enjoins ses formes à me rejoindre, enfreindre la loi en bas de ses reins avant d’aller en  appeler à l’enfer.

 

Elle égraine ses soumissions, elle s’ébroue aux mots traites des messieurs maîtres, les alpinistes d’une folie douce et de grandes ivresses.

 

Et moi ? Spectateur accroupie sous le flot des pulsions, j’ai le périscope par delà la dentelle, sous la peau, je la transperce jusqu’à l’aube de son âme.

 

Comme le fauve aux aguets un soir d’Agapé, je suis félin, le lion, elle est l’arène pour des jeux non chrétiens.

 

Il n’y aura pas de noël, il n’y aura pas de drame, la muse se drape là où le poète se dérobe, un poète travesti qui ne porte plus de robe.

 

Il n’y a jamais rien de vrai à part la nature des ronds qui noircissent nos fins de phrases.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2015

Elle a une petite culotte.

Elles ont des petites culottes.

Et certaines n’en portent pas j’imagine.

Elle a les clefs de ma vie.

D’autres possèdent les chaînes.

Et ma vie, déchaînée, elle s’enterre. Seule.

Sous le tissu il y a dieu et derrière dieu ?

Il y a moi. Je me cache derrière dieu parce que je suis sûr que jamais personne ne viendra me chercher là-bas. Et même si quelqu’un vient personne ne pensera à me voir. Derrière dieu quand même …

Dieu lui-même et ses pulsions scopiques. Il pue, il pète, il tempête et lâche des éclaires. Et moi ? Un peu moins. Un peu comme lui aussi.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie

Repost 0