Articles avec #poesie tag

Publié le 26 Décembre 2016

Fallait-il que Rimbaud invite Verlaine à me rejoindre ? Oui, parce que si les deux auteurs ont leurs noms liés dans mon imaginaire, j’entends toujours résonner Verlaine & Rimbaud comme un gimmick ou un mantra de la poésie. Hors Rimbaud j’ai eu la chance de le chiner à quelques reprises, je crois deux, ce qui est une excellente chose. Mais Verlaine, son compère restait absent de ma bibliothèque chinée. Jusqu’à ce matin du 25 septembre, un vide-grenier de fin d’été où je fouinais avec plaisir dans les livres dont les autres se séparent. Et là, au hasard de mes pérégrinations sans buts, je vois la barbe du poète, celle de Verlaine sur un recueil qui contient Sagesse, Parallèlement et Les mémoires d’un veuf. A ce qu’il parait ce ne sont pas les meilleurs morceaux du poète. Je n’ai pas encore pris la peine de lire ce recueil, pour le moment. La plus part des textes ont été écrits après le passage de Verlaine par la case prison, et après le retour de sa foi catholique. Mais ce recueil, même s’il n’a pas le meilleur retour critique a le mérite d’être dans une édition que j’adore, celle de Flammarion, avec le liséré qui fait le tour de la couverture. Je trouve les éditions Flammarion de cette période vraiment très belle et je suis content d’avoir trouvé Verlaine dans cette édition là en direct de 1977 pour 1 euros.

A force de lire mes chroniques, j’espère que vous avez remarqué que les deux genres qui m’attirent le plus sont la poésie et la science-fiction. Ainsi si le premier ouvrage abordé dans cet article est un livre de poésie, alors le second doit être un livre de science-fiction. J’ai ainsi chiné un livre sobrement titré Science-fiction. Il s’agit d’un recueil qui regroupe 7 nouvelles, et c’est déjà une bonne nouvelle, dont les auteurs sont Ray Bradbury, A. E. Van Vogt, James Blish et C. Simak ce qui est une autre bonne nouvelle. Deux auteurs que j’aime beaucoup et deux autres que je vais pouvoir découvrir le tout dans une édition bilingue au cas où je me décide à lire l’anglais, mais plus sûrement je me contenterai des pages en français qui se trouvent derrière la couverture joliment psychédélique. Là encore, voilà 1 euro qui me semble bien dépensé pour ce livre de 1978.

 

Et hop 108,5 euros

Et hop 108,5 euros

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 23 Décembre 2016

C’était un jour de septembre, un jour d’été qui était encore un peu indien, il faisait donc doux et jour tôt le matin et je m’étais levé aux aurores pour me frotter à l’excitation fébrile d’un grand vide-grenier au cœur d’une petite ville ou d’un gros village. J’avais garé ma voiture assez loin et je remontais à pied la file des voitures pleines de brics et de brocs qui bouchonnaient pour entrer dans le centre de la ville où les stands étaient prévus. Au cœur de la ville les exposants déjà arrivés étaient en train de déballer, le soleil brillait à peine, c’était agréable et je me souviens.

Oui, je me souviens m’être arrêté sur le stand d’un jeune couple, ils devaient avoir à peine la vingtaine tout au plus, pour fouiner dans un sac de livres. Voyant mon intérêt les jeunes me demandent ce que je recherche en me servant du monsieur. Sur le coup le monsieur me fait tiquer parce qu’il me fait sentir que pour eux je ne suis pas dans le même moment du monde, alors qu’en les regardant j’avais l’impression de me voir en eux. Mais qu’importe la fierté d’un ego qui vieilli, je leur dis que je cherche surtout de la poésie, et la fille, me dis que justement ils doivent avoir deux livres de poésie en se mettant elle-même à chercher dans le sac. Elle parvient à sortir deux jolis petits ouvrages d’une même collection avec couverture toilée rouge titre en blanc pour l’un et orange titre en mauve pour l’autre. Ils ont un design très marqué par les années 70. La jeune fille m’annonce 1 euro par livre, un prix très raisonnable mais c’était le premier stand où je m’arrêtais et je n’avais pas de monnaie, eux nous plus évidemment. Je leur demande donc s’ils peuvent mettre les livres de côtés et attendre que je repasse après exploration du vide-grenier, ce qu’ils acceptent mais avec une pointe d’inquiétude parce qu’ils me demandent à plusieurs reprises si je vais bien revenir. Je ne sais pas pourquoi mais je les ai trouvé touchant, et évidemment je suis revenu plus tard avec ma pièce de 2 euros.

Le premier a pour titre Les plus beaux poèmes de la liberté et le second Les plus beaux poèmes d’amour. A l’intérieur des poèmes, logique, souvent illustrés par des toiles célèbres, ce donne de beaux ouvrages avec des auteurs bien choisis. Sapho, Dante, Ronsard, Malherbe, Shakespeare, Hugo, Baudelaire, Cros, Verlaine, Rimbaud, Rilke, Aragon, Neruda et bien d’autre pour exprimer l’amour et pour la liberté nous retrouvons la plume de du Bellay, Huo, Musset, Apollinaire, Eluard, Hikmet et d’autres bien entendu. Le seul petit regret que j’ai eu en voyant les livres c’est qu’ils avaient subis les assauts de l’humidité et donc quelques pages sont légèrement gondolées par endroit et les deux livres étaient légèrement cintrés. Mais j’ai pris deux planches, deux serre-joints et hop j’ai mis mes livres dans ce dispositif barbare quelques jours et aujourd’hui les livres sont redressés.

C’est curieux, je ne me souviens pas toujours des personnes à qui j’achète les livres, mais ce jeune couple m’a touché même si l’on n’a échangé que quelques mots. Du coup j’éprouve une forme de plus-value émotionnelle vis-à-vis de ces deux livres de poésie. En écrivant l’article j’ai regardé la date de l’édition de ces ouvrages, comme toujours d’ailleurs, et ironie du sort pour un chineur qui éprouvait son âge avancé en discutant avec de jeunes vendeurs, les livres ont été publiés l’année où je suis né.

Avec 2 euros dépensés, la somme totale des dépenses est à 103 euros

Avec 2 euros dépensés, la somme totale des dépenses est à 103 euros

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 21 Décembre 2016

Écrire une pierre dans le fond de la rivière

Je ne sais pas faire, je me sens roulé

Et je le suis, dans le lit

En boule dans la boue et la puissance du torrent

Ce n’est pas courant, mais je laisser passer

De l’eau sous les ponts comme d’autres sans domicile fixe

Alors que leur problème ce n’est pas d’être nomade

C’est l’absence de domicile, fixe ou mobile

Je comprends qu’ils aient envie de flambées d’essence

Ou de diesel parce que c’est moins cher

Mais c’est aussi moins chaud

Alors ils brûlent des livres dans leurs braseros

Et ils réchauffent leurs bras sous le degré zéro du soir

Et les pages en flammes leurs chauffent un peu la peau

Après quoi ils rejoindront leurs couvertures

Leurs sacs à puces, et ceux de couchage

Et ils ne dormiront pas en attendant le passage des télévisions

Quelques sourires entendus avec les journalistes

A défaut d’heure de gloire ils auront leur marronnier

Des marrons chauds pour noël c’est logique

Et du bois dont on fait les cercueils et le charbon

C’est charmant, le feu et les chalumeaux

Ils rêveront de chameaux et moi d’une aspirine

Je n’aspire à rien qu’un peu de calme dans mon esprit

Car j’ai le crâne qui demande ses vacances

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Prose, #poésie, #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 4 Décembre 2016

Ile trop longtemps

Là où les minuscules glissaient

Il y a longtemps oui

Que je n’ai pas essayé d’étaler ici l’aube de quelques mots

La misère de ma vie

L’inculture de celle-ci

Et surtout le risque de faire son commercial

Trop de bonimenteurs

De camelots aux grandes bouches

Je n’ai pas encore eu le courage de me vendre

Juste assez de rage pour écrire

Et le reste de timidité pour détourner les doigts

Comme le mâle dans la culotte de ta sœur

Ou de la sienne

Je m’en fouts, je préfère siroter des cocktails

Puis roter des odeurs de vodka et relents de citron vert

Je trinque à la dégénérescence des uns

Et que crèvent les autres

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #Prose, #poésie

Repost 0

Publié le 30 Novembre 2016

Détonante bibliothèque je ne t’oublie pas et qu’importe si ce n’est plus la saison des vide-greniers, les maisons dorment le ventre plein et moi je garde sur mes étagères de transites le fruit de mes chines des temps cléments. Et je tiens encore des perles que j’ai récolté pour peu d’argent parce qu’en ces temps de consommation martelée au plus haut point sur les rouages quotidiens du peuple, je rappelle que le projet de chiner sa bibliothèque est née de mon envie de montrer que l’on peut s’approprier la culture, de la culture, une culture, sans dépenser l’argent que l’on ne possède pas. Pour les trois ouvrages qui viennent dans ce texte je n’ai dépensé que 2 euros, juste 2 euros pour deux trois recueils, deux de poésie et un recueil de Boris Vian, 2 euros donc pour trois romans et deux livres de poèmes.

 

Bien sûr le premier des livres de poésie est tout petit, bleu et rose et il se compose d’un choix de poème empruntés à Baudelaire, Verlaine et Rimbaud. Ce tout petit ouvrage invite à faire Voyage en bohème. Quelle est cette mystérieuse bohème où voyagent Baudelaire, Verlaine et Rimbaud ? C’est le pays sans frontière des artistes, de tous ces créateurs qui ont choisi de quitter les chemins battus de la tradition pour se donner corps et âme à leur mission. Faut-il en rajouter pour que vous compreniez où cet ouvrage nous mène ? Non je ne vous connais pas mais je sais que si vous êtes là c’est pour se rendre un peu là bas aussi avec le passeur d’âme que vous chérissez d’entre les pages.

 

Le recueil suivant est déjà plus épais, plus lourd dans le langage d’une jeunesse de rue, oui c’est du lourd avec une édition Poésie/Gallimard de Lamartine, pas celle qui va à la plage ou la Martine qui va au cirque mais bien Lamartine le poète et auteur de Méditations Poétiques, une poésie romantique et douce qui vous coule une sensation désuète d’un amour teinté de dieu. J’aime l’idée de pouvoir faire grandir ma série d’ouvrages issus de cette collection et qu’importe si celui-ci a connu le feutre créatif d’un enfant en bas âge ou d’un piètre dessinateur.


Le dernier ouvrage des trois du jour et lui aussi un recueil, un recueil de romans de Boris Vian ; on y trouve L’arrache cœur, L’herbe rouge et L’écume des jours. Je suis parfaitement méconnaissant de L’herbe rouge, mais je connais les deux autres, Boris Vian a été parmi mes lectures de collège je crois, peut-être de lycée, en tous les cas il a fait parti des lectures imposées par un professeur à une époque où je ne goûtais guère à la lecture, à la littérature et aux largesses d’avec le réel que peut prendre l’auteur. Par chance j’ai grandi et je suis devenu plus avide de redécouvrir cette écriture qui m’avait laissé froid, même déçu ou frustré parce que l’on me l’avait vanté et je n’avais pas réussi à percevoir ce que l’on me promettait d’y trouver. Cette édition de chez France Loisir présente en plus une photographie en couverture que j’aime beaucoup, je la trouve d’une belle modernité avec un grain que j’aime tellement.

Trois livres, des poèmes à n’en pas compter, trois romans, la bibliothèque prend du poids et commence à peser dans le milieu ! Somme dépensée 95,6 euros

Trois livres, des poèmes à n’en pas compter, trois romans, la bibliothèque prend du poids et commence à peser dans le milieu ! Somme dépensée 95,6 euros

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2016

La première fois depuis quelques jours

J’ai le hasard de tomber sur cette femme en train de faire pipi

J’aime ses baskets dans cette ruelle

L’expression interloquée affiche un regard porté dans le hors champs

Personne ne doit remarquer la scène, la bouche entrouverte dans le silence de la surprise

Urgence, de l’impudeur et inquiétude troublée

Qui soulève la robe rouge ?

Parfois les images parlent plus moi

Ici ce qu’il y a d’excitant, voir ce qui plait

Les paroles qui sont repartagées, aimées, notifiées, propagées

Un nouvel élan, plus fort, plus fou, plus réel

Ce n’est rien et c’est tout, le plaisir des solitaires

Aspect d’échange, de partage, une communion anonyme

Communion du christ, comme la communion des stades, comme la communion des concerts, communion de la pornographie, des fantasmes et des tabous qui tombent

Frères et sœurs de fantasmes

Unisson d’un frisson qui cristallise sur la même photo le cul d’une femme photographié à New York

Cet homme qui éjacule son foutre anonyme sur l’expression complice

Mille, vices & fantasmes et autant qui communient

Qu’importe le média qui transporte, il y a toujours une personne pour la même fréquence que soi

La pornographie se disperse comme la fumée de ma cigarette

Une fumée qui s’arrache violente ou douce du feu qui couve

Juste la fumée, et moi je suis le brasier et je suis les cendres et je suis le charbon qui reste quand il n’y a plus rien de fertile à brûler

Je suis la fumée qui reste quand il n’y a plus rien de fertile à brûler

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2016

Chiner c’est faire pour soi dans l’archéologie émotionnelle. Chiner c’est mener à rebours l’exploration de ses souvenirs et des émotions qui sont oubliées, rattachées et archivées entre les pages des livres. Et si le chineur que je suis ne se lasse pas de se lever à l’aube de la saison pour marcher dans le froid entre les objets dont les gens se délestent c’est parce que la mine de mes souvenirs est sans fin. Souvenirs & découvertes, retrouvailles d’envies vieilles et raviver des désirs enfouis parce qu’à  l’époque nous n’avions pas le temps, le savoir, l’argent, la culture, l’habitude de cultiver cette envie là.

Du sport, de la poésie et la douceur acidulée de la culture populaire, pop culture de cinéma.

Quand est-ce que c’était ? Je ne saurais pas le dire exactement, nous étions à la fin de l’été quand les indiens jouent encore à se dorer au soleil dans la douceur du matin. Je chinais donc mes nouvelles amours de poésie, je fouinais tandis que le village vidait ses greniers lorsque je repère un livre simplement intitulé Nouvelle Anthologie Poétique avec Fernand Nathan qui s’affichait en bas de la couverture. Souvent dans le feu frais du matin j’oublie de réfléchir et de comprendre le sens des choses, je n’avais donc pas réalisé que Fernand Nathan n’était autre que le fondateur des éditions Nathan spécialisée dans les livres scolaires. Pour 1 euro j’ai acheté ce livre éditée en 1955 surtout parce qu’il contenait de la poésie, toutes sorties de poésies et d’auteurs. Mais ce qui fait le sel et donc la saveur de cet ouvrage c’est que c’est un ouvrage destiné aux écoliers et qu’à ce titre les poèmes sont accompagnés de question permettant l’analyse de texte. J’adore vraiment ces questions naïves, désuètes et pertinentes pour s’approprier les poètes et ça fait tout le sens je trouve de ce livre.

Plus fragile dans l’archéologie de mes souvenirs il y a un film d’un réalisateur devenu plutôt reconnu mais aux commandes discrètes d’un film pour enfant. J’ai un penchant naturel pour les jeux, les jouets et les dessins animés et si comme ma petite amie vous petit déjeuniez avec moi vous sauriez mon habitude à préférer les dessinés animés à I-télé pour m’accompagner. Et par extension il m’arrive de me retrouver au cinéma, seul, pour voir des films dont je ne suis pas le cœur de cible du public visé. Un jour je suis donc allé voir Le Royaume de Ga’Hoole, la légende des gardiens, un film d’animation réalisé par Zack Snyder qui met en scène une chouette aspirant à appartenir à la grade du royaume pour le sauver. Étonnant de trouver Zack Snyder qui sortait à l’époque du très noir Watchmen et qui s’apprêter à sortir le très baroque Sucker Punch. Étonnant aussi je suppose de moi voir de chiner le livre tiré du film. Trouvé pour 1 euro, Le Royaume de Ga’Hoole, la légende des gardiens a réveillé ma nostalgie et j’avais envie de rendre hommage à ce penchant en moi pour les moments un peu désuet. C’est là un tout petit livre illustré par des images tirées du film, c’est dommage parce que la force du film c’était son animation plus que son graphisme. Mais bon, au vu de la dédicace intérieure, ce livre sera mieux avec moi pour qui il représente une part de mon histoire qu’avec le neuve ou la nièce à qui il a été offert en 2015 et qui le revend moins d’un an après.

Je ne peux pas évoquer le lien entre le fait de chiner et l’archéologie personnelle et culturelle sans parler de livres de sports parce que c’est en feuilletant des livres de sports que j’ai perçus, senti et verbaliser ce concept. Comme je l’explique souvent le sport c’est une des bases de ma culture familiale acquise dès le plus jeune âge, des noms d’athlètes, des souvenirs de télé et des émotions qui se partageaient en famille. Aujourd’hui j’aime parcourir cette architecture oubliée en moi en trouvant des livres de sports datés d’années antérieures au présent mais tournant dans l’époque de ma jeunesse. Par chance les gens n’accordent pas de valeur aux livres de sport, comme en général ils dénigrent aussi le sport en lui-même, on peut donc trouver ces livres à des prix très raisonnables. J’ai donc trouvé Wimbledon le livre officiel de l’année ’92 pour 1 euro. Je me suis d’ailleurs étonné de voir que l’ouvrage cote  une dizaine d’euros sur les sites d’occasions. Ce qui est étonnant c’est que j’ai presque hésité à l’acheter parce que j’étais plus Roland Garros que Wimbledon à cette époque, mais grand bien m’a fait de le prendre. Déjà parce que les vainqueurs de cette année là sont deux icônes du tennis qui ne savaient sûrement pas à l’époque qu’ils finiraient par se marier ; en effet les gagnants ne sont autres qu’André Agassi et Steffi Graf. Avec beaucoup de très belles photos j’ai eu le plaisir de retrouver Monica Seles, Jim Courier, les français Henri Leconte et Guy Forget, c’est aussi l’époque d’une passation de pouvoir entre John McEnroe et Pete Sampras bref beaucoup de noms de renom et des images superbes. Un excellent achat qui me pousse encore un peu à dessiner une collection de livres autour du sport.

3 nouveaux euros bien dépensés pour faire grandir la bibliothèque chinée dont le montant s'élève à 93,6 euros
3 nouveaux euros bien dépensés pour faire grandir la bibliothèque chinée dont le montant s'élève à 93,6 euros
3 nouveaux euros bien dépensés pour faire grandir la bibliothèque chinée dont le montant s'élève à 93,6 euros

3 nouveaux euros bien dépensés pour faire grandir la bibliothèque chinée dont le montant s'élève à 93,6 euros

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 5 Novembre 2016

L’infini grand merdier est un espace de liberté.

Chacune de mes phrases est un  échec ; je massacre la liberté à coup de poncifs biens  éduqués.

Rendre grâce aux libertés qui s’offrent à moi c’est quoi ? Ne pas écrire pour ne rien gâcher ? Ou accepter de tout gâcher en écrivant forcément mal, forcément faux.

Erreur de parallaxe.

L’impossible château.

Des milliers pour le même et l’impossible soi-même.

Il se vautre et j’aboie. Abêtissante demeure où demeure prisonnière mon âme, conscience et crâne et la boîte adorée.

Toujours restera à l’abandon la possibilité de coller doigts de poésie et le canon chargé sur la tête béate.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #poésie

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2016

Je est allé et je est revenu ; les poches vides sauf de ses vents, de ses pets et de tout l’air de rien.

Je nage dans un trou d’eau bleue une petite brasse.

Liminaire je est resté d’un aller retour sur la rive. Et moi ? Je l’ai suivi.

Évidemment, cette éminence en références grises à fait descendre quelques organes, le ciel à tonné et d’un rideau d’eau de fer l’herbe fut mouillée.

Préliminaires incestueuses, à l’épaule d’une sœur où à l’aine de l’autre, il y a une sœur assise sur le coussin fragile de plumes imberbes et de coton culotté.

Des paroles échangées sur des nombres retournés, nous ne parlions de rien et elle, elle riait de tout, elle détournait la tête et levait ses bras sous le luminaire.

Elle regardait sa sœur, moitié d’elle utérine, et la lumière artificielle coulait comme la pluie, ça révélait des auréoles de cœur sous sa poitrine battante.

Je est allé et quand il est revenu, elles s’étaient enfermées à bras rabattus sur le pari gâché d’une seconde intimité.

C’est la charge héroïque contre le temps perdu, je croyait que c’était encore possible, impassible elle lui offre un dernier espoir.

Sous la jupe de dieu, la candeur en cascade révoque la pudeur.

Je spectateur marie les fils alloués d’un tragédien aux aiguilles d’Épicure.

Dévoilement, une image, une vérité, une pudeur qui s'envole et qui se donne à voir en mots crus et sincères.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0

Publié le 31 Octobre 2016

Il faut un monstre à toutes choses et à tout monde. Il faut des mondes où pulluler entre l’exil et le retour, la magie noire et les nuits de banlieue. Et le jour où le monde, éternel et immuable tombe et retombe dans le cycle lisse du chaos d’un éternel retour, lorsque les coutures du monde creusent des crevasses et dresse des monts sans nom à la surface du réel alors il faut des héros. Le retour d’un héros, renaissance vagabonde en quête de monde à sauver, rétrécir les légendes pour mieux combler les océans de temps aux rivages farouches.

Conan, le Vagabond de Robert E. Howard, L’invention de Morel d’Adolfo Bioy Casares et Légendes du mythe de Cthulhu d’un homme que l’on nome Lovecraft ainsi viennent trois fois un pilier ou trois têtes de pont d’un même univers fantasmatique ou la science n’est que fiction et les actions de l’héroïsme aux fantaisies d’un éternel retour. Et s’il y a un point commun c’est que tout cela se joue sur de l’encre et du papier, coupé, calé, couplé en livre, ouvrages singuliers qui s’ouvrent comme des portes et se transportent comme des objets. Des trois deux sont des figures ayant réussies le pari d’incarner un genre. Le troisième est venu à moi sous une sobre couverture annonçant détenir les chefs-d’œuvre de la Science-Fiction. Bonjour monsieur, vous venez de la part de Borges ? Alors entrez ! Dépense ? 2 euros ? Destination ? La bibliothèque chinée et mes lectures d’hiver. J’espère qu’il ne sera pas long à faire pleurer le froid sur la nuit, j’ai envie d’y lire.

Et pourquoi ce n’est pas fini ?

Parce que Les Fleurs du Mal et autres poèmes d’un monsieur Baudelaire. Si mes comptes sont justes ça doit être la sixième édition différente avec la couverture cernée par le filigrane de Flammarion des années 60. Pour lui 1 euro, ce qui est cher pour un ouvrage que l’on a déjà en six ou sept exemplaire mais que dire, quand on aime on ne compte pas ; pourtant j’aime et le compte, je décompte.

Je ne sais pas. Non, je ne sais pas. Ce que je sais c’est que je déteste les gens qui écrivent qu’ils ne savent pas, comme ceux qui disent qu’ils n’ont pas les mots pour dire. Mais quoi qu’il en soit j’ai éprouvé un profond plaisir en chinant ces ouvrages ce week-end. Comme une évidence. Une pulsion qui s’ouvrait comme une envie de lecture. Et l’impression indistincte et surannée que l’on connaît quand on retrouve une vieille amie.

Pas de la nostalgie, juste une forme de plaisir avec notre main dans sa culotte pour lui tourner les pages et clouer le bec aux moineaux et aux mauvaises augures. Il n’y a pas d’anges, ni de démons, c’est la fête des morts et je suis vivant. Ce n’est pas mon jour alors. Et durant cet interstice j’explore une forme hybride de rédaction pour vous parler des livres chinés en vide-grenier ce week-end.

87 euros dépensés depuis le début. Richesse de la pauvreté et plaisir de la chine
87 euros dépensés depuis le début. Richesse de la pauvreté et plaisir de la chine
87 euros dépensés depuis le début. Richesse de la pauvreté et plaisir de la chine
87 euros dépensés depuis le début. Richesse de la pauvreté et plaisir de la chine
87 euros dépensés depuis le début. Richesse de la pauvreté et plaisir de la chine

87 euros dépensés depuis le début. Richesse de la pauvreté et plaisir de la chine

Voir les commentaires

Repost 0