Articles avec #poesie tag

Publié le 24 Avril 2014

Il n’y a pas de stratégie pour la poésie 

Une histoire de sorcière et d’angle mort

On va attendre la pause ici …

On va y passer l’ennui et ça, elle adore

Il faudra la sangler

Il faudra lui tirer les larmes

Il faudra la casser

Et la draper dans le drame

Non, Madame, non !

On ne pointe rien ici, on ne pointe pas

Ne croyez pas madame que l’on débarque ainsi en poésie, non !

On en écrit pas, on se soustrait à cela, on ne le veut pas

Il y a même une honte

À faire sonner les notes

Je préfère regarder les femmes nues

Je préfère fantasmer les femmes nues

Une expérience de je

Un tout petit prix

Devant le blanc de la date, je nage

Il faut sortir du ventre mou

Le vent porte tes bras

Tes concepts sont beaux

Et les miens sont moindres

Des cris dans tes larmes

Je suis un homme du milieu ;

Juste au-dessus du low-cost

Égrainé les mots comme un auteur immature

Je n’écris bien qu’ailleurs

Je n’écris mieux que moi ;

Croyance et angoisse

La mort viendra me faire mentir

D’ici là lançons bien haut les doigts d’honneurs

Je suis un humble qui ne crois à rien

Mon anatomie est un gouffre

Mon article est un jour de plus

Une victoire qui n’en est pas une

 

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #poésie, #Marasme, #Prose, #Vers

Repost 0

Publié le 14 Avril 2014

Le ou la multiplicité des partenaires et surtout des meilleurs et une bonne question. Il y a quelques élans à prendre pour passer au-dessus des caniveaux où coulent des ruisseaux de bicarbonate. C'est noble, comme l'est le roi. Et le roi est grand, il a de grands bois qui lui sortent des cheveux et sur lesquels la couronne ruisselle. Silence, l'onctuosité du dos a sorti ses dossiers pour porter en justice le poète au portable. Il y a quelque dix-huit nègres dans un premier bateau qui conduit le peuple ailé au sommet autrement appelé le zénith. Ravissement et condiments supportent le fichier temps pour les photos des autres. Priorité aux alentours, dégustation, pour sentir les deux parfums des saisons ; sonorités et visuels. Depuis le grandiose pique-nique les estomacs des thèmes grouillent d'animaux sanitaires. Dans l'orage des drogues les lenteurs oisives dans le fromage usent leurs yeux dans le violon aigre. À la fin débute le commencement et au prix des nuages nus dorment les lentilles et les graines. Tu en sortiras grandi et accompagné de motarde à cheval.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 3 Avril 2014

La fièvre au fusible ; fuir avec la fistule braquée sur le cor de chasse ; enfant de putain de la jungle ; lianes urbaines autour des réverbères ; enfant des putains de la jungle ; des arbres poussent sous le goudron dégueulasse ; couper la queue du serpent, j’en fais le serment ; couper la queue de dieu et sa langue perfide ; destin bifide mais sans espoir de bifurcation ; plusieurs destins mais un seul chemin ; tu fais la fière, la fièvre perle à ton front ; la sueur ; l’eau solide et amère coule de ton front vers ton bas du corps ; tu sens le félin ; tu feule ; tu pleurs sans une larme ; tu transpires la mélancolie ; tu dérives sur le flow d’un homme ivre ; idiot notoire et dealer de drogue nocturne ; déroutant ; déroutée comme la caravelle qui partait aux Indes faire des ravages entre tes rêves ; grandeur et petite décadence ; amour rouge ; rage au vert ; mise en quarantaine c’est toujours mieux qu’en bière ; amère toujours, blonde ou brune ; et la roue tourne, se trémousse et tache de brûler en rythme dispersé ; disparate ; prose optique débridée ; bridée ; trop de brides tue les brides ; déboutonné ; et la raison qui siffle si fort dans les oreilles que le réel bascule ; on dit qu’il oscille en cinémascope ; ce n’est pas nouveau ; pas de scoop sous les projecteurs

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #liste, #poésie

Repost 0

Publié le 31 Mars 2014

Tu la rendu amère ; à la mer tombée les illusions ; tu la rends dure, drue, dimension acre qui s’ouvre sous les pieds ; on tombe à côté ; côte à côte et dos à dos ; poils dressés ; déraisons ; et la raison qui se trompe ; c’est un trop plein ou un trop peu ; à la louche virtuelle ; authenticité numérique ; un hic ; un sommet puis un trou ; un orifice ; ou bien trois à emplir ; remplir ; la baise du dragon ; jet doré brûlant ; tu n'es plus là, je vais donc jouir seul ; mais Dieu, je ne sais pas si la vierge est au courant mais la putain à un cul d'enfer à se faire damner ma queue et tous les saints des anges ; slogan ou sanglot ; les sabots du diable sur tes talons ; applaudir jusqu’à demain ; lui consacrer une bannière ; lui offrir une page de pub ; faire la pute pour elle ; pour luire sous le réverbère à la lumière orange crasseuse ; grandir de grands chevaux et dire tout haut ce que tout bas l’on a écrit ; décrit ; récit outrageant ; audacieux ; un outrage et une loutre de mer  

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #liste, #poésie

Repost 0

Publié le 30 Mars 2014

Magie émergeante ; jauge antique de l’archaïsme galopant ; piètre dieu ; peine de mœurs ; la liberté meurt et fait offense à la modernité ; bombe antique ; anatomie des atomes et le silence alternatif ; boum boum ; grand parc carré ; et la déroute ; comme prendre une autre route ; une faille ouverte ; ici ; c’est in ; c’est dedans la faille ; dans le creux de la vague ; la vague déroute ; une page noire à écrire avec une encre bleu ; et la courte raison ; raisonnable randonnée à marche petons ; le petit nègre mal parle ; plie et ploie sous la plume ocre ; rouge et le vice déversé dans l’abîme dévarié ; forme en Ré ; face en La ; et sol sous les pieds mit bien droit planté dans la terre ; germinal à la mine de plomb & écriture au stylo bille ; noir et bic ; sal noir, sale encre noire ; tu es une vile sèche ; tous aux abris ; sans la bateau ; sans le sens ivre ; lâchez les bites et larguez vos mecs et vos amarres ; tous sous le panier et direction New York

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #liste, #poésie

Repost 0

Publié le 29 Mars 2014

Le crâne rouge ; la terre brûle comme le ciel des enfers ; les yeux des démons dorment d’un repos de juste, mais ils sont juste des démons ; pas des déments parce qu’il faut être humain pour être fou ; les fous sont juste des hommes libres ; des hommes ivres aussi par monts et par vaux et vers les montagnes en dévers ; vers Virson aussi bien sûr et vers Bonn pour ceux qui iront rire jusqu’à demain ; pas de devins, le futur proche se rapproche en trois dimensions ; le sang des baïonnettes contre le sang des hommes honnêtes ; divergence de corps et d’esprit et l’esprit saint dans un geste stupide ; il y a une vendeuse de glace à la menthe qui se bat mieux que dix soldats de l’après guerre mais ça vaut aussi pour l’avant guerre ; le temps des va t en guerre ; rouge roi et rayon gamma ; gravé dans la roche les portraits du mont Rushmore ; et demain milles têtes en haut de mille mont et la terre aux allures muséal ; tuer le temps dans les musées ; sous les dorures du bal argenté faire danser les têtes, les princesses et les reines et la loi du plus noble au plus fort de la crise ; l’argent au fond des flots  

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #poésie, #liste

Repost 0

Publié le 25 Mars 2014

Lèves toi et aime !

Vous sous-estimez mon addiction à vos notifications ...

Il y a des mots qui se passent de commentaire.

La roue tourne, les heures tournent, les pages se tournent, mais nous restons toujours les mêmes.

Pour un demi-milliard de dollars, je vendrai mon âme et sa caution ; pour une femme qui me témoigne du désir, je vendrai tout le reste.

Il est fascinant de voir avec quelle facilité on peut enfiler les lieux communs.

L’ingénuité est un art & un art de vivre

Je n’ai jamais tué personne, pourtant je me dis parfois que l’on doit se sentir mieux une fois que l’on sait ce que cela fait. Pas un plaisir mais un soulagement devant un mystère.

Dans nos vies il n’y a jamais assez de premières fois.

Sauver la vie de quelqu’un ça doit sûrement être sympa mais sauver l’amour de quelqu’un ça c’est vraiment un truc de bonhomme !

Tant va l’aphorisme à l’amer qu’à la fin on a la tête pleine d’eau …

Ceci n’est pas une phrase, ce n’est pas une pipe non plus

Je n’ai pas isolé ma phrase, mais mots prennent l’eau.

Notre écriture serait nettement plus girly si nous pouvions écrire des gif animés.

Je suis un écrivain honnête, mais la place de mes personnages devrait être en prison.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #aphorisme, #poésie, #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 23 Mars 2014

Si on pouvait tomber amoureux d'un gif ça serait lui mon amoureux !

Si on pouvait tomber amoureux d'un gif ça serait lui mon amoureux !

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #Pictogranimation, #poésie

Repost 0

Publié le 22 Mars 2014

On y est, on ne le voit plus mais on l’entend ; nous y sommes ; on sent la couture et on monte au plafond en passant par les rideaux ; la fourrure qui sent le poisson ; la langue à la menthe ; l’amante empoisonnée et sous le chapeau le crâne bien accroché à sa virilité ; le sang qui perle sur un collier ; un pêcheur ; un prêcheur et à l’appel du soir aucun roi ne manque ; aucun trône ne manque à et à la pelle la foule fornique sous les lampes adhérentes ; la gloire et le gras ; le roi cochon ; la princesse à la couenne épaisse ; Époisses enflammés qui courent tout du long de la route et dessinent un serpent lumineux dans le paysage ; au pays sage des gangs de glace on lance des insultes dans l’air vif et froid du soir ; une voiture s’arrête au ralenti ;                        trois ;                                                                                             deux ;                                                                  zéro ; un ; soleil                                            et puis                

                                     après ;                                                           l’espace ;                                                      

                        le ciel de la métaphysique ;                                                                                                                                                                                la fusion froide ;                                                                  la trance                                     des                          étoiles                         

                         ; le chat                                                  qui                              dit                       l’avenir                                       les            

      pattes                        ancrées                                dans                            sa                             litière                              ; c’est le monde à la ronde                                                                  

              ; de                                              l’âme                                                en                                                                                     

 

médiation                                                                                dans                                                                                 la                                                                                                                                                    

                                                             métaphore                                                                                                     

 

                invisible                                                                                                   du                               monde                                         et                                                                 de                                                              son                                    petit                                                                                                      cul                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

 

 

 

 

 

rose

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #poésie

Repost 0

Publié le 17 Mars 2014

Reprenons nos mauvaises habitudes, contrairement à d'autres, je suis mauvais sous tous rapports. Se vider, c’est important de se vider. C’est humain ; se vider le corps, se vider la tête, se soulager, ouvrir les vannes, péter, chier, roter, vomir, éternuer, écrire, crier, créer, ôter, sortir de soi. C’est nécessaire de se vider oui, important de s’éventrer, de se trépaner, tout est important dans ce qu’il y a à dire, à penser, et tout est à dire, à sortir, à exhumer hors de soi et donc de moi. Se vider pour le soulagement et se sentir léger, c’est mécanique, aller aux toilettes comme on va à la page, blanche, dense, du dedans vers le dehors. Rien ne se crée, mais tout se sécrète en soi, sous le secret de la peau, nous ne sommes que des usines à matières organiques, nos cervelles usines à matière inorganiques, et si on n’y prend pas garde, si on cesse de se vider je suis sûr que l’on meurt d’une occlusion intellectuelle. Il n’y a pas à chier, il faut chier, déféquer sa prose ou en mourir, une en point de mire et l’on pisse au coin de la rue ce qui nous habite la langue, le double langage, l’unique engagement de nos vies, nos survies. Alors reprenons nos mauvaises habitudes et continuons d’évacuer nos sécrétions neuronales par le sens de nos langues et de nos mauvais sangs.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #poésie, #Je est un Blog

Repost 0