Articles avec #je est un blog tag

Publié le 7 Juin 2010

Comme un point mort dans la ligne de mire, un point de fuite dans la ligne du mort, bonne à rien, bon à rien et rien d'autre, comme une pierre sur la plage, pas encore du sable et plus tout à fait un rocher, inutile comme la nativité et les questions d'espace temps, bonne à rien, à rien foutre, à tout user, le sable en poussière et le verre en tessons, à quel sens te réfères tu et d'ailleurs cette idée à t'elle du sens pour quelqu'un comme toi, homme de peu de raison, de peu de confiance, confiné à trois fois rien d'attention séparée, viens vite et ne reste pas car le talent ça s'use et l'inspiration cesse, c'est tout, sans talent, sans saveur sans l'habitude et sans dessus dessous

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 6 Juin 2010

Très vite quelques mots, amorcer la pompe, traits vite quelques mots et rien de l'esprit, les pieds sales et le les mains liées et de la suie dans les idées, belle perspectives en point de fuite, amorcer la pompe et espérer un peu, doigts croisés et dentelle soutien poitrine, je te laisse la camomille et je pille mon silence sans talent, sans vergogne et sans réussir à percer, légende urbaine et mythe ancien, la cuillère raisonne dans la tasse, impasse manque et perd

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 6 Juin 2010

Rechercher parmi les courtisanes des modèles généreux et affables qui dévoilent et partagent leurs secrets fantasmes, ces pulsions décadentes sexuelles et vicieuses qu’elles refoulent dans les méandres de leurs cerveaux de femmes ordinaires et le Précieux souverain toise sa cour de fille des rues de femme enfant et d'adolescentes en fugue et de compagnes de chambre de salon ou de cœur et de dame de compagnie charnelle aux mœurs libertines à la recherche de celles qui camouflent maladroitement fantasmes libidineux, goût du vice et des pulsions qui violent le consensus et insultent le quotidien et jouissent d’elles même. 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 5 Juin 2010

La norme c'est pire que Big-Brother, la norme te regarde, la norme te scrute, t'espionne, te surveille, la norme est pire que Secret Story, la norme t'impose, te dicte, te donne, t'ordonne, te pousse,  la norme prescrit, la norme commande, la norme exige, elle inflige, elle décrète c’est elle qui te dit de te soumettre à elle, partir en mission pour lui ressembler, pour si conformer, la conforter, la norme n'a rien de normal car la norme est normale, normée, ordonnée et surtout très nouvelle, oui c'est là la force de la norme c'est de se renouveler, la norme a du vice, la norme est maline, maligne, mauvaise et mystérieuse, elle s'impose, se change et s'impose encore et rechange déjà et s'impose toujours, la norme te traque, la norme te guète, elle est pire que ta mère, que ta grand mère, la norme c'est super Nanny et Pascal le grand frère, la norme c'est Valérie Damidot à la Star Académy, mais la norme est une petite putain individualiste, mouvements de groupes et phénomènes de masses  qui s'adressent à chacun, qui s'agressent à toi, à moi, à tous, individus par personnes sans oublier quelqu'un mais la norme est une expérience intime, le doute et la culpabilité, le sentiment de différence, l’incertitude et son linceul et la norme qui s’engouffre et te souffle qui tu es, qui tu pense, qui tu dois être, sauf bien sûr qu'on se débat, qu'on se débrouille pour l'embrouiller la norme, l'emberlificoter pour lui échapper du mieux, du mien, du moi, juste du moi et de l'émoi même si la norme lorgne dangereusement sur nos fantasmes et nos émois amoureux ; cours toujours la norme change et simule tu ne m’aura pas, j’aurai déjà du mille fois tomber dans tes filets et je me suis toujours faufilé, je suis encore là, je suis encore moi, toi tu cours et moi je surf, toi t’es la norme et je surf la mode, je snob, je zigzague et je m’échappe.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 4 Juin 2010

Histoire de rien, dire le tout et s'offrir le souffle vain et l'élan amoureux embourbé dans la boue, la mélasse et la colle mièvre du pathétisme gluant et l'angélisme glauque des fillettes en devenir, quand je serai grande je serai actrices pornos ou hélène ségarra dit maman pourquoi tu dors encore sous le plomb du soleil ? Et au bout de la coupe au fin fond de la plaine plane le biplan en habit bleu 

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 1 Juin 2010

cet homme est sans ami, sans amour, sans sexe, sans avenir, sans devenir, sans revenir, sans advenir, sans adjuvants, sans matières grasses, sans matière grises, sans ventre mou, sans vague à l'âme, sans foi ni loi, sans toi ni moi, sans arrêtez, sans cesse à l'heure, sans odeur, sans couleur, sans gout, sans bonne manière, sans fausses notes, sans aspérités, sans esprit, sans tabou, sans talent, sans temps, sans volonté, sans déconner c'est moi ça ?

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 25 Mai 2010

Ramasse ton estime, tu sais bien toutes ces miettes fracassées par terre, ramasse ton estime avant que les rapaces se repaissent de ce qu'il reste de toi, petit corps sans estime, la dignité en berne et l'estime de rien pour trois fois rien de soi, et moi qu'est ce qu'il reste de moi, sans émoi, je brode mon estime en mots virtuels et talent de rien, brasser de l'air et l'air de rien donner le change, l'échange, changer de vie, d'envie, changer de toi, et changer d'heure et à l'heure de la nuit tombé la dyslexie remontre, écrire devient si dur, c'est curieux, presque drôle, je regarde l'écran et réalise que mes doigts n'écrivent pas ce que je pense, devoir recommencer pour écrire ma pensée, curieux

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 24 Mai 2010

Effacer, un morceau, juste quelques mots, pour la première fois mais pour de vrai, vrai de vrai, effacer un trait d'un coup de tête comme on oubli un souvenir ou le prix de ses souliers, effacer, un pan de vie entier, les neurones aux abimes et l'appétit dans les talons, effacer le talent et le masque d'argile et se vider de son sang, juste un temps, juste un geste, effacer quelques mots et recommencer, une suite ou un nouveau départ ou bien grimper sous le dévers de son cerveau, effacer parce qu'un reflet est venu briser l'image éblouir la tête et devenir un trou, un trait d'esprit dont on se lasse, que l'on efface et tout prend fin

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 20 Mai 2010

Toi tu et toi tu et sans jamais rien oublier tu pense toujours à, tu suis ces mains invisibles sur ton corps de lumière, tu ne pense jamais à ne pas tes mots et tu ne jamais la fougue de ta, oh non toi jamais qui n'a été mon tu ne peux pas espérer que tout ceci ni demain ni jamais, de hier à aujourd'hui et à l'avenir debout il ne faut pas que les choses enfin, capte valeur paroles lourdes troublent mon piégée ta toile et tu voudrais régner sur le vide de ta vie, rien n'y fait, ni fera je suis le seul, je suis le roi, despote seul et solitaire dans ce monde qui nous échappe, seul et ici, sans mesurer l'amplitude je sais que je suis là

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 19 Mai 2010

La première femme, celle qui laisse un souvenir parfait et sans trace, mini jupe et grève de pudeur, nuée de moucherons sur la plage sans crustacés et le film de sa première fois le bikini par dessus la pensée et la couverture du motel qui sent la sueur d'un autre et la moisissure un peu aussi, souvenir sans hypnose et sous le coup de la folie, je t'emmène à la chambre ou à la plage tu es la première fois, premier cri de joie, soupir ou rire, je ne suis rien pour toi mais je m'en fous je m'en fais un souvenir parfait, petite brune parfaite et qui ne fait jamais caca et jamais ne couche hors de son lit ni de la loi, elle est parfaite en petite tenue et en aile d'ange et toi et moi on est là pour la première fois, la folie du futon et la nuit pas farouche j'ai la langue qui fourche sur tes lèvres qui me disent un truc que je ne comprends pas, jalouse je t'écartèle et tu jappe et tu as raison j'adore, pourlèche et givre ton front sans le froid du freezer tu es parfaite et je suis parfait, parfaitement fou

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0