Articles avec #je est un blog tag

Publié le 11 Mai 2016

Est-ce que je suis malade d’écrire ? Non je vis, je n’écris pas mais je vis, ma vie, et l’on ne peut pas être malade de vivre ; ou alors c’est tout en spleen et ce n’est pas mon idéal. Qu’est ce que je fais de ma vie ? J’écris et je ne suis pas fou, puisque je vis ma vie à l’envie et de l’intérieur ; et j’écris des livres qui existent avant tout dans mon crâne, c’est là que je cris en silence les brouillons de sous culture où bouillonne ma culture pop. Je ne suis pas un pape, mais un coq en pâte avec un harem de livres mort-nés en gestation dans la poche gastrique de mon cerveau. Mes mots je les régurgite régulièrement en noir & blanc. Je suis un auteur mort-né qui frôle la bordure marginale des bordels de rues, je descends souvent les signes de ponctuation parce que j’aime éructer en secret le rythme narcissique de ma prose bancale, c’est banal, comme de sortir sa queue pendant une bacchanale au lieu d’écrire des livres qui ne finiront jamais dans les anales du bac. Je ne suis pas malade d’écrire, j’ai juste besoin d’une césarienne limbique pour m’aider à coucher mes mots sur de papier d’éditeur. Je n’ai pas peur mais je fais taire mes mots sous le couvercle de fer d’une paresse pudique, d’une pudeur qui me voile comme la femme dénudée qui ne sait pas se complaire dans sa complète nudité.

Pour qui je parle ? Pour moi.

Pour qui j’écris pour moi.

Non je ne suis pas fou, et je ne parle jamais seul. Pourtant depuis sept ans bientôt je n’écris que pour moi, comme un solo de jazz ou une saillie masturbatoire.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #écrire, #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 10 Mai 2016

Il y a quelques heures j’avais envie de violence ; de ressentir le violent sentiment de vivre ; la violente sensation d’être vie. Et actuellement la seule violence que j’éprouve c’est le mal de crâne qui frappe dans ma tête.

Besoin de fracture ; fracturer les lignes ; fractionner le réel pour me glisser dans les anfractuosités du monde ; où ça ? Là, dans les petites failles ; tectonique du réel pour un glissement sémantique ; j’avais le feu de croire que je pouvais encore creuser, frapper, marteler jusqu’à diffracter les couches de la réalité.

Au bout de la ligne je suis rentré, je me voyais déjà en haut de mon cul à pilonner le clavier, démence virale des mots avec violence verbale en guise d’outil que je n’ai pas. Au final c’est derrières mes yeux qu’une chose cogne ; et ce n’est pas ma conscience : et ce n’est mon ambition ; rien qu’une tempête crânienne.

J’ai l’article atonal de par mon écrire médiocre. J’ai la médiocrité hormonale avec le chantre du printemps dans le nez. J’ai l’esprit de retour qui veut aller au lit avec la présence du silence. Tirer un trait solitaire et sombrer dans le sommeil jusqu’à un miracle.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 8 Mai 2016

Un jour une suite en France ; un enfer sournois dans une vieille boite en carton au détour d’un vide grenier. Je ne suis pas un gredin, je ne suis pas fou, je n’ai trop rien de folklorique mais je flâne, affairer à regarder en bas histoire de couper les visages des autruis qui sont là autour de moi au niveau du visage ; j’en connais les bouches mais j’ignore leurs regards. L’âme est dans le regard ? Alors je frôle des êtres sans âme, des zombis ou peut-être des femmes. Qu’est ce que l’on peut observer dans la bouche des gens ? Quelle métaphore se loge dans la bouche ? Je ne sais pas et pourtant c’est elle que j’ai frôlé ce matin. D’autres que moi frôlent la mort. Et alors ? C’est gratuit ? Non, c’est payant donc je dis ce que je veux, la merde que je veux sort de ma bouche je la contrôle et je peux la choisir contraire à l’autre. Je suis là pour mieux partir, mais je suis là pour durer aussi, six ans un jour et bientôt sept, de l’âge con à l’âge des raisons, je peux bien être le maître de ce petit et minable monde.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog, #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 3 Mai 2016

J’ai échoué à visiter bien des ports. J’ai échoué surtout à prendre des navires comme on échoue à saisir les occasions. J’ai donc échoué à m’échouer et pourtant j’ai échoué sans raisons, les malles toujours pleines prêtes à partir, trop bien pleines, trop bien prêtes et je suppose que ce n’est pas ainsi que se dessinent les vrais voyages ; la délivrance.  J’ai échoué sans tripes, évitant de rendre les miennes sur le pont d’un bateau, je suis resté à quai amarré quelque part entre je ne sais où et je ne sais quoi. Et j’ai pourtant échoué à échauder toutes les putains du port, j’ai raté le meilleur sans deviner le pire avec la mollesse partisane de ceux qui n’ont pas su partir. Inévitablement, en échouant mes départs j’ai échoué mon retour, je ne suis bon qu’a effleurer la côte comme un léger ressac ; je mouille un peu les pieds des femmes avec la vigueur flasque de la brise quand elle est marine, tandis que j’ai mes pieds ancrés dans le sable mouvant ; même pas besoin de bitte pour nouer mes cordages et prétexter un lien pour ne pas quitter le port. Non, j’ai seulement échoué, comme le sel sur les rochers ; je cristallise en surface pour un peu d’amer et j’ai loupé la mer, je n’ai pas su la prendre et elle n’a pas voulu me prendre. Et même si je devrais pleurer je ne fais rien comme il faut. Debout sur le rebord du quai comme debout sur la frontière d’un monde j’erre sans oser basculer car la marée est basse.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog, #voyage

Repost 0

Publié le 30 Avril 2016

Sur l’écran les radins et l’écrivain se retrouvent. Ici, lui et moi ici. Un troisième type doit être dans le coin. C’est un retour, un come back qui pue un peu quand même. Normal un des hommes à libéré ses vents intestinaux. C’est l’encre, encore l’écran, c’est l’encore, un cran au dessus, c’est le clavier, un musicien sur un clavecin de plastique, c’est la pratique, l’antique résonnement, un gargouillement caverneux, grosse tête et des mains, de la terre de sienne, la main au cul au pied du mur, la main au mur ; mauvaise peinture en graffite, le noir du charbon et l’ardent qui brille sous le météore, et alors ? Alcoolique revenu de tout, d’un dernier verre et du goût des pastilles à la menthe pour le goût d’un cigarette mentholée, une Emma blonde imprimée sur un billet, doux papier plié pour tuer les mouches, génocide arménien à peu près, je martèle encore, l’enclume et le marteau qui façonnent la faucille mécanique, comme mes doigts, comme la coupe d’un coiffeur fou, un ours brun d’origine danoise qui regarde le soleil passer dans le ciel, quatorze fois des animaux dans regardent au travers de leurs cages pour vérifier que les hommes sont là pour les voir.

Bien à moi ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 22 Avril 2016

Je suis là mais je parts, une semaine loin de là ; approximation océane, je reste vague et un peu merdique, merdeux comme au matin lorsque je passe à nu devant le chantier où les ouvriers écoutent du Queen alors que c’est Prince qui est mort, pas assez jeune pour mourir comme une légende numéraire mais il meurt assez vieux pour avoir eu le temps de construire sa légende. N’est-elle pas fascinante cette expression ? Construire sa légende, comme les ouvriers du chantier qui construisent une maison ; construire sa légende comme si tout était aussi simple ; le talent n’est qu’un don et des doués il y a plus d’un qui végètent, les légendes sa s’érigent et par effet de levier on ne peut qu’être frustré de ne pas avoir su construire la sienne. Mais je ne manque pas d’espoir, je construirai la mienne comme on construit sa personnalité, comme on érige son personnage en personne franchement réelle pas d’être vivante mais d’exister. Travailler son écriture c’est surtout ça, ce n’est que cela, c’est la carotte qui donne le cap de la boussole métaphorique ; gouffre glacial et noir comme sous la jupe de la mort vers lequel tout pointe, par delà Rome et tous les chants des cygnes qui par élégance se parent d’un Y.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 21 Avril 2016

Au fil à la patte ; j'arrose et transgresse. Pour une pute alanguie, futal rose et talons de pacotille ; j'entorse à ma règle. Dans le jeu rouge des menstruations ; ostensible dépression utérine sous l’œil scopique de mon cyclone j'explore le soluté sensible cristallisé entre mes doigts. Hydro poésie au fil de l'épée ; s'agite le rasoir des antiques derrière le feu des boucliers aux parements pileux. L'ancêtre de qui j'étais, par le truchement de l'argent, est transformé en artiste désargenté par les cuisses lestes des dames cabotines qui jappaient les larmes perlées à la surface de mon front. Sur le fameux fronton maculé de foutre, les déesses et les nymphes dansent encore ; gigots dodus qui ondulent sous la rhétorique gouailleuse aboyée en saccades. J'éructe mon faux patronyme ; j'impose le commun de mon faux comme la faucheuse impose la mort aux corps vivants ; sans fondement, seulement un geste fondamental ancêtre de toutes les pulsions. Sans pression, rien que des souvenirs ; il était l'autre qui était moi quand j'étais lui. Nous n'étions qu'un comme une femme et l'autre ; comme les fausses promesses et les mauvaises illusions que permettent les lieux communs. Je chemine jusqu'à m'extraire ; je rampe comme la vermine. Je grouille comme la misère, et secrètement j'exulte des doigts, de la bouche, de la conscience et du sexe.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Prose, #poésie, #Je est un Blog

Repost 0

Publié le 20 Avril 2016

Je regarde mon chien dans le fusil, je me demande si l'autre est plus serein que moi et je me demande lequel de nous deux appuiera sur la détente avant l'autre. Le chien s'est couché sur son cousin, il ne nous attend pas et moi je me demande encore et toujours, je me jure tous les diables que je ne m'y reprendrais pas. Pourtant je regarde s'éparpiller aux quatre coins des vents les miettes qui s’effritent de ma personne ; je suis un être pulvérulent, un lépreux sans la lèpre qui n'échappe pas à son érosion. Triste sort pour un triste sir je m'imagine comme la pierre de roc dans le tumulte d'un torrent et je ne vois pas que je suis le galet qui roule dans le lit de la rivière. Je regarde à nouveau l’autre qui me tient en joue et j’imagine la morsure froide du canon, je feu et l’acier, je le suppose pêcheur devant dieu et moi comme la biche qui se fige dans les phares du camion ; j’ai les mains sur le volant, je ne bronche pas le corps sylphide de la biche se fige dans le faisceau de mes phares, je m’attends au choc les sens à l’affût pour ne rien manquer des os qui se brisent sous la violence de l’impacte. BANG. Vitesse constante, le pare-choc de mon 33 tonnes absorbe le corps vivant de l’animal comme le torrent emporte les bois et les feuilles dans le flot régulier et tumultueux de son expression. Quelques secondes plus tard l’asphalte se déroule de nouveau dans le calme noir de ma nuit. Il défile comme les lignes serrées qui noircissent la page blanche.  

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog, #écrire

Repost 0

Publié le 7 Avril 2016

J'en suis venu à écrire par hasard, dans un mouvement à l'intersection de ma timidité et de l'informatique. Oui, j'en suis venu à écrire sans savoir écrire, j'avais la dyslexique en verve, et j'écrivais sans savoir que j'écrivais, ce que je faisais c'était juste de l'expression, une forme de pulsion qui agissait en moi par nécessité.

 

Je n’écrivais pas par vocation. Encore moins par mimétisme littéraire. J'écrivais d'écriture brute et je n'imaginais pas que cela puisse avoir une existence formelle légitime. Je bafouillais sur l'écran de mon ordinateur comme on écrivait sur les murs des grottes, et sur les murs tout court.

 

Par le hasard des balbutiements de mes goûts, éclectiques, je me suis aventuré penaud, honteux et solitaire à écouter du rap et instinctivement, sans me l'avouer, j'ai compris que ce que je faisais avait à voir avec l'énergie tellurique de ce mouvement culturel de la rue. Mais j'étais un petit campagnard éduqué à la chanson française et je repoussais cette musique tout en y cédant, juste assez pour en digérer une partie de la forme mais pas assez pour me fondre dans le mouvement. De toutes façons je n'étais pas fais pour me fondre, même si je suis sûr que j'aurai pu être à mon aise dans cette marge culturelle émergeante.

 

C'est toute la vie du déterminisme ; en imaginant que je sois la même personne, si j'étais né dans une ville ou dans une citée je suis sûr que j'aurai versé dans la passion de la culture hip hop. Mais j'ai grandi ailleurs et j'ai versé mes mots ailleurs, pourtant sans me l'expliquer encore aujourd'hui j'éprouve de la fascination pour la parole du rap, l'improvisation, le Flow, le clash, qu'importe, j'écoute ça comme un enfant qui regarde un monde où il pense qu'il n'ira jamais en éprouvant une putain d'envie d'y aller.


Je suis un MC refoulé, et lorsque j'écris ma poésie et que je me lis et relis à haute voix mes textes j'écoute toujours voir s'ils prennent un Flow, le pamphlet comme un écho ancien ou moderne à une forme de poésie, la rue, la ville, moi je ne suis rien, aucune crédibilité, aucune prétention, je suis l'oiseau blanc et le loser d'un rêve déchu mais fascinant qui me hante encore.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog, #rap

Repost 0

Publié le 5 Avril 2016

Les mots sont malléables et moi je suis fatigué. Ce soir je suis malade.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0