Articles avec #erotisme tag

Publié le 27 Mai 2015

Hier j’ai manqué de respect, de respect à tous ces hommes, vieux ou jeunes, à toutes les femmes, curieuses et érotiques, et toutes les personnes dont je ne sais pas le sexe mais qui elles aussi arrivent sur mon blog parce qu’elles recherchent dans Google regarder sous les jupes des joueuses de tennis. J’ai traité la chose avec distance et un peu de condescendance alors que regarder sous les jupes des joueuses de tennis est un rituel érotique fondateur et qu’aucunement je ne voudrais m’en détacher. Bien plus que n’importe quel autre sport, le tennis offre au spectateur assidu un Graal incertain qui fait le sel et la préciosité de l’enjeu érotique. Regarder sous la jupe des filles, pour un homme, c’est un geste ancestral qui trouve ses racines dans l’enfance, regarder sous la jupe des filles c’est régressif, c’est de l’érotisme de nostalgie, c’est doux, discret et surtout hypothétique car rien ne garantit que l’on puisse voir sous la jupe d’une fille ; on peut la suivre des heures dans la rue sans pouvoir avoir une vue sous sa jupe, on peut en croiser une en vélo et en jupe sans pour autant avoir la chance de voir sous cette jupe et même la suivre dans l’escalier cette jupe sans réussir à voir en dessous et plus cette perspective mythique nous échappe et plus cette perspective mythique devient érotique, érotiquement intense et rapidement fantasmatique. Rempli de cette culture scopique qui le pousse à envisager de voir sous la jupe des filles, l’homme retrouve devant un match de tennis féminin un théâtre libératoire à ses envies.

Les filles sont belles, jeunes, fraiches, dessinées de manière athlétique même si cela conserve la variété des corps humains, mais si les corps évoluent au grès des femmes, les tenues des joueuses sont toujours courtes, jupes courtes, robes courtes et jambes nues, souvent longues. C’est un mariage presque parfait, qui conduira inévitablement le spectateur à voir sous la jupe de la joueuse de tennis, sous cette jupe minuscule sous laquelle pourtant la joueuse cache les balles pour son prochain service. On pourrait d’ailleurs facilement extrapoler une métaphore graveleuse sur ce dernier détail … Bien sûr, dans ce début de XXI ème siècle bien plus pudibond qu’il ne voudrait se l’avouer, sous leurs jupes les joueuses de tennis portent maintenant toutes des shorts, shorty synthétique accordé à leur tenue dont les marques assurent une esthétique courte mais correcte. Il n’y a pas si longtemps, le spectateur assidu pouvait espérer que son Graal érotique lui dévoile une véritable petite culotte sous la jupe d’une joueuse de tennis, mais ça, c’était avant.

Demain je parlerais de l’érotisme des corps en sueur, des corps dans l’effort, l’érotisme du corps en mouvement et des souffles rauques …

 

Sous la jupe du XXI ème siècle, Maria Sharapova et sa jupe plus croute que son short ; élégant mais triché.

Sous la jupe du XXI ème siècle, Maria Sharapova et sa jupe plus croute que son short ; élégant mais triché.

... et là sous la jupe d'une joueus de tennis en 1999 ou 1998, sous la jupe de Martina Hingis, ma source érotique du tennis féminin

... et là sous la jupe d'une joueus de tennis en 1999 ou 1998, sous la jupe de Martina Hingis, ma source érotique du tennis féminin

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Sport, #Sous les jupes, #Tennis, #érotisme

Repost 0

Publié le 26 Mai 2015

Tous les ans à la même période les visites affluent sur mon blog via la recherche sous les jupes des joueuses de tennis. Alors en plein Roland Garros je décide de rendre hommage à cette recherche qui fait passer le nombre de visiteurs de ce blog de 6 à 20. Je dois en conclure que internet ne manque pas d’hommes aux vices qui se partagent avec les miens ; en même temps je n’en doutais pas.

Vas-y joue joueuse de tennis et laisse les hommes voir sous ta jupe
Vas-y joue joueuse de tennis et laisse les hommes voir sous ta jupe

Vas-y joue joueuse de tennis et laisse les hommes voir sous ta jupe

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Sous les jupes, #Pictogranimation, #Sport, #érotisme

Repost 0

Publié le 25 Mai 2015

La vie, ce si léger fardeau.

Oxymore sa mère

Sur un fil vérité

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #citation, #autofiction, #Pictogranimation, #Sous les jupes, #érotisme

Repost 0

Publié le 22 Mai 2015

Jeune dame aux joues cramoisie

Jeune femme aux temps de ses jours alanguis

Je pose mes mains refusées à l'arrière de votre peau dérobée

Sur votre dos en cascade mes désirs émergent, débordent et choient

Sous mes doigts une source dorée, mes mains en sont imbibées, ils coulent en vos reins

Et je lorgne d’un regard obséquieux la cage de vos jarretières et au-delà du nylon déployé

Car je convoite en votre creusé de femme l'objet d’un désir secret qui s’est appuyé à mon âme

Ma dame le nu mince et fugace qui vous colle au corps comme un éclair d’orage

Fait de vous soyez-en sûr une damnation pour mon esprit réchauffé

Je vous offre mon corps nu, pour votre amour une dotation

Vous être cette femme offerte à la liberté de ses instincts

Danseuse débridée agitant délices et désirs par l'entremise de vos seins minuscules

Vos appâts au grain de peau si délicat ont hameçonné ma convoitise

Et depuis, des jours et des nuits je fais l’écrin d’un impossible

Amour ou retrouvailles, simplement entrevoir la peau qui se refuse à mes mains

Déchirer le mince filet de la pudeur et retrouver la braise enfouie

Et juste une dernière fois pouvoir toucher à la surface de vos audaces

Un peu de convoitise

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme, #Prose

Repost 0

Publié le 17 Avril 2015

Exhumer l’heure d’en face pour l’heure d’un face à face, d’un été et celle d’il était une fois

C’est pour ça, ainsi que pour toi, que je consacre le sommet des aiguilles, chefs d’états de dictatures

Juste de petites gorgées comme avec de l’alcool fort, tes lèvres écarlates comme un fruit de saison

J’arraisonne tempêtes et orages, j’abandonne les armes sous ton pavillon de dentelle blanche

Il faudra toujours faire tinter le fer, on en revient toujours à cela, mais pas pour ce jour là

Mes doigts d’argent pour recueillir l’or liquide qui poisse sous ta ligne de flottaison

J’ai du tact à l’oreille et j’écoute forcir le gouffre qui ample, gonfle ta petite poitrine

Trésors volés à la vue et à la barbe de ton père, les mains cachées sous ta pudeur

En face à face et tête bêche, butiner le butin et faire perler de sueur ta peinture écarlate

Sous le derrière des yeux des hommes je dérobe ton feu sacré inscrit dans ton intimité

Par le derrière de ton corps je défais ta robe, dévoiler l’audace de tes reins qui chutent sur mes mains

Le beat est fou à la peau de ton cœur, ta poitrine haletante bat la mesure de mon audace définitive

Faire dans l'Eros

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme, #Sexualité, #sein, #femme, #Fantasmagorie, #fille, #Pictogranimation

Repost 0

Publié le 14 Avril 2015

Un baiser ça devrait toujours commencer par deux lèvres qui s'effleurent, deux souffles qui se cherchent et qui soudain s'embrassent, des lèvres qui se soudent et qui laissent les langues dirent dans le silence de leur danse la passion qui grandie, monte et gonfle ses voiles audacieuse, un baiser ça devrait toujours connaître les bouches qui se tordent comme pour s’emboîter, les crocs qui taquinent les chairs tendre en voulant les mordiller, la ronde éphémère d'un désir comme un souffle, une salive qui passe de bouche en bouche quand les mains aveugles s'agrippent dans les cheveux pour faire durer la chose. Dommage que les poupées ne soient pas de chair pour connaître l'ivresse de baisers.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #érotisme, #baiser

Repost 0

Publié le 17 Février 2015

J'ai envie de baiser, un corps 

J'ai envie de me faire sucer, encore

Je voudrais que mon sexe devienne raide entre les mains d'une femme et qu'il disparaisse entre les lèvres de sa bouche

J'ai envie d’avoir à mes yeux le regard complice d'une fille qui glisse mon sexe entre ses lèvres avec l'air de connivence que seuls les vrais amants savent s'échanger

J'ai envie de bander pour une elle, de mourir de désir à l'idée de la voir et de pouvoir dire l’avoir mise nue et avoir eu la chance de souiller son corps

J'ai envie d’une joie, la jolie fille joyeuse à l’idée de soutirer à mon sexe son foutre jaillissant

J'ai envie que l'on devine mes secrètes passions, qu'une femme me laisse accéder au spectacle merveilleux qu'elle incarne quand elle pisse

J'ai envie qu'en secret à l'abri d'un recoin une d’entre elles se saisisse de mon sexe pour le remuer, s'amusant du présage qu’elle finira par avaler

J'ai envie de cette fille dont je doute de l'existence, celle qui me désir sans rien espérer de moi

J’ai envie de ne pas mentir et avouer que j’ai cru parfois que cette fille c’était toi et je me suis alors laissé aller à caresser mon sexe, des pensées lubriques parcourant l'idée fugace que tu puisses être un soir maîtresse ou l’amante d'une nuit d'éternité de 2063 heures

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme, #interlope

Repost 0

Publié le 10 Février 2015

La grande blonde sous les paillettes sort son sein

Ses deux seins sont sortis mais personne ne remarque que son second sein est déjà bien déballé

Elle a la prise franche sur elle-même, sa main en poigne ferme sur sa poitrine

Elle empoigne pour le dévoiler ou lui faire retrouver son corsage

Le geste sans frivolité, plus carré que celui d’un homme

C’est un geste hygiénique sans amour, l’impersonnel du mécanique

Là où les hommes mettent des saints et des graal à tétons durs

C’est de la séduction à la serpe, sous la peau naturelle femelle de silicone

Les paillettes collées partout par la sueur et le rose des lèvres waterproof impeccable

Elle n’est pas putain mais peut-être danseuse, brésilienne à peau d’or

Courtisane des seins nus, fardée par de la vulgarité, sauvée par son indifférence

De gros seins comme l’on en fait plus, à l’ancienne, un cap, que dis-je, deux énormes péninsules

Recouverts maquillés, maculés des strass déployé autour d’un désastre

C’est une grande blonde avec deux gros seins qu’elle déballe sans passion

Ce sont bien les seins et ce sont bien les notre

La main ferme sur la peau lisse pour réajuster la tension

Poupée électrique mise en forme par le laxisme de la banalité

On ne la mange pas à cause de 2056 calories sous sa graisse

On l’arrose au plexus sous le jet hydrophile légèrement salé de nos larmes

Une femme aux seins nus

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #Pictogranimation, #érotisme, #femme

Repost 0

Publié le 20 Janvier 2015

Dans le néant citoyen

Et ton séant citoyenne

Ma citerne affolée blêmie

Suffoque à tes airs de déni

Au son des pas le trottoir

Raisonne d’une vierge impie

Les lanternes, les vessies vidées

Sur ton chemin de croix

Divaguent des ombres débridées

Prédicateur aux dents longues

Courtisanes aux robes oblongues

La nuit est une chienne

Sans laisse ni collier

Instincts sauvages sur ton cœur

Instant vénal à tes poignets

Les regards se détournent

Les bouches sont outrées

Voici les lauriers du labeur

Dans les phares des voitures

Dans les cris outranciers

Tu lèves l’aube sur la ville

Et le fard à mes joues

Chevalier en fer blanc

Contre une volée de bois vert

J’ignore les biens pensants

J’admire tes jambes longues

Et au trop court de ta robe

Je dérobe tes dessous

J’ai trois sous de ferraille

Une obole pour mes pulsions

Et la terreur nue d’une amie

Gise entre mes draps

Les lanternes, les vessies vidéesLes lanternes, les vessies vidées

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2015

Liberté d’expression érotique dans tes mains

Sous-entendus sexuels dans ta bouche

Sur ma page je caresse le lit où tu te couches

Mes lignes alanguies convoitent la chute de tes reins

Je passe ma langue libre d’exprimer du désir

Sur la peau intime de ton jardin secret

Impudique déesse toute de vice dévorée

Je délie ma plume dans l’eau de ton plaisir

Derrière toi, je m’approche en posture présidentielle

J’ai la raideur du chef t’état, une érection régalienne

Entre mes doigts la plume te décris en chienne

Je souviens Sodome et Gomor, je suis ton Ezéquiel

La poésie nous conduit parfois au 2033 ème ciel ou 2033 ème sous sol

La poésie nous conduit parfois au 2033 ème ciel ou 2033 ème sous sol

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0