Articles avec #ebauche tag

Publié le 5 Octobre 2015

Par la fenêtre, il regarde les adolescents qui attendent de se rendre en cours à l’arrêt de bus du lycée. Par petits groupes sa sociabilise, sa fume aussi un peu et ça rejoue tous les matins le même petit théâtre nouveau. Lui comme un peu con et embourgeoisé il fait la vaisselle de son petit déjeuner, odeurs remixées de café froid et de propre formaté, bien au chaud dans l’appartement qu’il a pu acheter pendant que les gamins peu frileux se caillent dans la moiteur du matin automnal. Il regarde en contrebas et matte les jeunes filles, les minaudeuses, les mijaurées et cette majorité qui stagne entre les deux. Il regarde au travers de leurs vêtements, il les regarde en dessous de leurs gestuelles, il regarde sous leurs peaux jusqu’à sentir l’odeur de leurs chairs, intime et il se souvient qu’il n’y a pas si longtemps il déflorait une de ces jeunes filles là. Le souvenir affleure, il renaît comme un phœnix oublié. Ce n’était pas une d’ici, pas une de celle-ci, mais une jeune fille générique, identique en tout âge et tout geste, une adolescente amourachée qui lui a laissé prendre sa fleur, transpercer son cœur jusqu’à son hymen. Il les regarde en bas les filles et c’est elle qui voit, nue, partout c’est elle, sa catin, sa déchéance et son exploit. Alors il sait que parmi celles qui rejouent leur pièce de lycéenne lambda il y en a une comme la sienne, une amoureux, une allumeuse, une qui se sait putain et qui s’offre à un homme en âge d’être son père. Il scrute encore, s’insinue dans les manières, la minutie des gestes car il espère qu’elle va se trahir mais la meute médiocre adolescente se lève et disparaît aux ordres de l’horloges. Il ouvre sa fenêtre et balance sa tasse qui vient mourir de porcelaine brisée sur le trottoir. L’humidité poisseuse entre, le ciel pisse, l’eau brûlante dans levier fume et il attendra demain.

Voir les commentaires

Rédigé par Mémoire de joueur

Publié dans #ébauche, #écrire, #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 3 Octobre 2015

Ils sont beaux les gladiateurs. Ils sont beaux, comme endormis dans le sable noir d’obsidienne de l’arène. Ils pourraient presque avoir l’air paisibles, en paix avec leurs rêves. L’arène gronde, elle bouillonne d’une ferveur sourde qui n’attend qu’eux pour exulter. Une dizaine d’hommes et de femmes même pas tous taillés dans la chair dont se délectent les combattant, mais tous là pour jouer leurs vies : mais ils ne le savent pas encore. Certains bougent, ils émergent, la ferveur rugit et descend comme une coulée pyroclastique depuis le haut des gradins et les gladiateurs, hébétés, se prennent la violence de la ferveur. Certains sont galvanisés, la plus part pétrifiés. Un jeune garçon c’est rué vers le pilier de marbre en lévitation le plus proche de lui, avec l’agilité d’un singe il grimpe vers le cube irradiant d’une aura rose. Ils sont enfin tous éveillés, paniqués et submergés par l’adrénaline, je jubile, ça va enfin commencer. Les esclaves tirent les immenses battants de la portes de bois et métal, elle gémit et vomi bientôt une créature immonde. Elle ressemble à un gigantesque porc, une truite parce que de nombreuses mamelles pendent sous elle, une truie gigantesque, sa peau suinte un liquide noir poisseux, un pauvre homme qui a voulu sauter sur elle est engluant contre son flanc et la truie l’écrase contre un mur de l’arène. Sur ce corps de truie titanesque une tête lisse et aveugle comme celle d’un nourrisson beugle d’affreux borborygme.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses, #écrire, #ébauche, #SF, #jdr

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2015

J'ai cru, non j'ai espéré qu'elle allait se faire tuer à la fin, ou un peu après la fin, ça m'aurai fait plaisir et ça m'aurai fait du bien, ou, à défaut de se faire tuer, se prendre une bonne raclée, à l'ancienne, comme un casse les genoux des mauvais payeur, j'ai espéré un flashback qui nous apprend qu'un autre chômeur, moi, lui, elle, lui aurai cassé la gueule expliquant sa mauvaise prononciation. Mais non, pas grave, tant mieux, l'essentiel c'est que j'ai été impliqué dans ma lecture.

Antagoniste de l’horreur

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #recyclage, #ébauche

Repost 0

Publié le 26 Août 2015

Au forum des enfers je parcours l’assemblée du regard. Suis-je donc le seul, la seule de mes connaissances à se trouver ici, invité ou exiler pour jauger de mon taux de perversion ? Autour de moi les personnes arborent des regards d’anges, c’est louche, gueules de princesses et de premiers de la classe. Je ne suis pas comme eux, moi le mal il peut se lire dans mon regard, d’autres disent sur mon visage mais c’est surtout que je dévisage les gens sans vergogne, je les dévisage et je leur épargne rien de ce qu’ils me renvoient à la gueule ; comme un juste retour des choses. Mais je suis là, je me suis assis à côté d’une demoiselle dont je peux être sûr que sous ses allures de beauté trop commune elle brise des cœurs ou qu’elle allume des feux sans se soucier des maux qu’elle laisse s’inscrire dans les souvenirs de ses victimes. C’est étrange, oui le lieu est étrange et pire encore, le concept est étrange, pour ne pas dire fou ; inviter sur la base du volontariat les gens à venir faire estimer leur taux de perversion c’est fou, ça ne devrait jamais marcher. Et je suis pris d’un doute, violant comme une claque au visage qui vous réveille la lucidité ; il n’y a qu’un con comme moi pour venir faire peser son pesant de perversité pour repartir avec une somme, un chiffre, une jauge comme une fierté, les autres ici ils sont venus pour vérifier qu’ils étaient purs. Mon dieu quel con !

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #écrire, #ébauche

Repost 0

Publié le 2 Juillet 2015

Non, je ne voudrais pas faire de l'ombre au Disque Monde ; mais je si je devais répondre, contraint et forcé alors je ferai l'ébauche d'un minuscule multivers, l'histoire d'un monde qui un jour explose. Boum ! Il répand dans le rien de minuscules fragments contenant l'essence vitale du monde qui est mort. Comme des atomes dans une tempête électromagnétique ces fragments se percutent, explosent, se recombinent, se mélangent, s'insèrent les uns dans les autres et les autres dans les uns encore. Et puis une fois le calme revenu il n'y a plus dans l'univers qu'une pièce qui flotte nulle part et dans rien. Elle est dans le rien mais si on pousse la porte l'intérieur de cette pièce est un univers à part entière avec ses règles et peut-être ses habitants, un univers grand comme une pièce. Mais dans un coin de celle-ci il y a quelques gemmes posées sur une étagère, la personne qui est là dit de ne pas y toucher mais quelqu'un prend la gemme verte comme les bois, en regardant dedans elle voit un petit univers, une clairière minuscule entourée d'une forêt mince, et en quelques instant elle s'y trouve projetée. Dans cette univers de forêt règne un roi fleur sur les arbres alentours, il explique à la personne qu'elle peut quitter son monde si elle trouve d'autres gemmes, impossible pour elle de franchir quelques mètres de forêt, elle doit fouiller sous les feuilles pour trouver d'autres gemmes qui l'envoient dans d'autres mondes minuscules, parfois elle remonte vers la pièce initiale, parfois elle descend, elle va et vient d'un monde à l'autre pouvant si elle veut recombiner les autres. Un jour elle trouvera sa gemme, son univers, elle y sera roi ou reine ou dieu ou tyran et pourra essayer de régner ...

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #ébauche, #jdr, #jeux de rôle

Repost 0

Publié le 27 Juin 2015

Dans un temps ancien, bien antérieur à l’époque actuelle, dans une terre arable et prospère à la croisée des mondes un jeune garçon est né ; fils de son père, un noble chevalier frère du seigneur de cette terre et fils de sa mère une paysanne sublime, jeune et sulfureuse comme la beauté des fleurs sauvages ; ce jeune garçon fut bientôt le cousin de l’héritier du trône, un enfant de quelques mois son cadet. Mais bien vite une rumeur se mit à ruiseler entre les pierres de cette maison noble ; il se dit que le garçon, cousin ainé de l’héritier du trône, était en vérité le fils premier du roi ; que le seigneur, marié à une noble dame pour forger une alliance entre deux terres, n’avait pas su résister aux charmes ensorcelants de la jouvencelle paysanne et que de cette union était né son premier fils, bâtard illégitime pouvant mettre en péril l’alliance fragile des deux familles unis par le mariage. Dès que la jeune fille vu enceinte, dans le secret d’une alcôve le roi demandait à son frère, vieux chevalier solitaire rompu à la rudesse des batailles plus qu’à l’union des jeunes filles de sacrifier sa solitude pour épouser la demoiselle et endosser le rôle du père. La rumeur était prolixe, dans les murs des demeures de tout le royaume chaque anfractuosités résonnaient d’un détail plus ou moins un scabreux pour voulait faire grossir la vérité de cette accusation confuse. On regarder les deux enfants, cousins joueurs et joyeux et se portait sur eux des regards scrutateurs qui ne se retenaient pas de persifler sur leurs passages. Et de peur qu’un démenti donne du crédit à ce que le seigneur appelait un mensonge lancinant, il fut décidé que le jeune garçon soit exilé, envoyé dans une maison voisine pour y être éduqué, formé, enseigné et que sa terre natale finisse par oublier son visage, son nom et ce qui aurai pu rappeler les traits de son père. Heureusement pour lui, il avait hérité de la beauté fascinante de sa mère et ces traits séduisants ne laissaient que peu de place à l’héritage d’un père. Quand on est un enfant on ne peut supposer les querelles d’adultes, encore moins s’imaginer que l’on se déchire pour une vérité fuyante, dès que leurs percepteurs ont le dos tournés les enfants passent leurs temps à construire des histoires auxquelles ils aiment croire et ils ne peuvent comprendre que les adultes se battent pour de vrai pour les mêmes raisons. Alors quand il fut arracher aux bras de sa mère, éloigné des joies qu’ils construisaient avec son cousin l’héritier, ce jeune garçon se senti trahi, abandonné et se promis dans le secret de son  cœur de ne jamais trahir les seins comme lui avait été trahi, il promit fidélité à ses plus intimes sentiments. Un jour il reviendrait et il se fera aimer par les seins …

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #ébauche, #jeux de rôle, #jdr, #retard

Repost 0

Publié le 22 Juin 2015

Vous êtes l’oracle en prise avec ses visions

Délires psychotiques où les fous dansent ensembles

Visions fulgurantes par une fente qui palpite de l’avenir

La drogue, l’alcool, le vent mystique sont vos médiations

Vous sombrez dans une médiation sous emprise

Elle vous conduit aux portes d’un autre monde

Là où les visions vous parlent, vous draguent et puis vous tuent

Et vous, vous fouillez leurs entrailles pour en sortir des réponses

L’oracle est un boucher, onirique abattoir des songes imprégnés

On ne sort jamais de là les mains vides, les intestins parfois

La violence qui s’arrache pour extraire le sens de l’hypothétique

Vous n’êtes plus là, les visions vous collent leurs vies

Elles se superposent, s’empilent et s’entredéchirent

Vous ne tenez qu’un instant avant de passer à l’après

Les instants s’enchaînent quand ils ne se fracassent pas

L’oracle parcourt les visions comme les perles d’un chapelet

Guidé par le sens des questions qui lui vrillent l’esprit et le ventre

Et les visions dansent, se battent et déchainent la folie

Les visions plongent leurs doigts dans la tête de l’oracle

Et elles brassent ce qu’elles veulent de son histoire

Jusqu’à ce qu’il ne reste du passé qu’une fragrance du futur

Et ainsi meurt l’incertitude, l’oracle ne sortira qu’au prix d’une réponse

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #ébauche, #Prose, #poésie

Repost 0

Publié le 21 Juin 2015

Réunir des personnes. Lancer des dés. Recommencer si c’est nécessaire jusqu’à ce quelqu’un identifie une logique. Celui-là devient maître du jeu, les autres deviennent joueurs. Le maître distribue plusieurs dés aux joueurs.

Naître

Ensuite chacun prend un papier et y inscrit un nom. Vous êtes cette personne même si personne ne sait encore qui est cet individu. Esquissez votre personnage avec des mots, des traits, des détails, jusqu’à ce que les autres comprennent qui vous êtes.

Définir

Ensuite, mettez-vous d’accord sur un lieu où vous êtes réunis. Voici les graines, arrosez ce substrat jusqu’à récolter les fruits. Le maître va poser des questions, sans restrictions. Où se trouve ce lieu ? Qui l’a créé ? Que s’y passe-t-il ? Qu’est qui le menace ? Soyez curieux !

Débuter

Vous jouez déjà ... Maître du jeu donnez des miettes aux joueurs. Laissez les tisser un tableau puis coupez leurs fils et laissez les chercher pourquoi. S’ils évoquent une théorie ils ont raison mais ne peuvent pas le prouver. Concevez un chemin dangereux qui offre aux joueurs ce qu’ils désirent vivre. La mort est possible, elle flirt avec eux comme une allumeuse. S’ils le méritent ils inscrivent d’autres détails sur leurs feuilles. Faites leurs comprendre qu’ils ne sont que cette feuille mais laissez-les vous prouver le contraire.

Machination

Quand il faut lancer les dés le joueur jette ses dés, pour réussir il doit identifier une logique dans le résultat. S’il n’en trouve pas c’est raté.

Savoir faire

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #jeux de rôle, #jdr, #ébauche

Repost 0

Publié le 16 Juin 2015

Un monde fantastique. Des hommes, des nains, des elfes, le peuple nuisible et quelques héros. Un monde où seuls les oiseaux sont doués pour la magie, il n’y a pas de magicien, seulement des dresseurs qui parlent aux oiseaux. Il a été dit que des héros viendraient pour renverser l'ordre du monde pour qu’il entre dans une ère nouvelle …

Un monde page - 1 -

Pour commencer, il faut que meneur et joueurs possèdent un compte Twitter actif avec plusieurs followers. Il faut aussi que la partie se déroule dans un lieu où les participants ont accès à internet. Le jeu commence. Le meneur mène, il décrit le contexte, l’adversité et les personnages non-joueurs et les joueurs réagissent.

 

Pour agir un personnage doit écrire un tweet exprimant son action dans la limite des 140 caractères. C’est en fonction du nombre de réponses, favoris et retweet que le meneur estime si l’action réussi ou pas (un succès par notification). Le meneur est invité à pondérer la difficulté par rapport au nombre de followers du joueur ainsi que le moment où le tweet est envoyé.

- Tweet rédigé en roleplay bonus de +1 -

- Tweet avec des hastags génériques (#JDR, etc.) malus de -1 -

- Tweet avec des demandes de notifications, (#RTplease, etc.) malus de -2 -

Notification + roleplay = 2 succès

Notification + roleplay = 2 succès

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #jdr, #jeux de rôle, #ébauche

Repost 0

Publié le 14 Juin 2015

Vous êtes là, aventurier devant l’aventure, au pied du mur et du plus dangereux de vos projets. L’adversité se tient devant vous menaçante et sans pitié, marionnette entre les mains retorses du maître du monde, gouverneur des grandes conspirations. L’aventure ne vous fait pas peur, la mort non plus, heureusement car elle rôde, elle vous attends au tournant, implacable, certaine. Vous partez conscient que vous allez mourir mais que vous pourrez ressusciter, réessayer et mourir encore jusqu’à réussir ou apprendre. Sans péril on triomphe sans gloire, soyez certains que si vous triomphez la gloire jaillira.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #ébauche, #recyclage, #jdr

Repost 0