Articles avec #ebauche tag

Publié le 10 Janvier 2016

Les odes à la ville n'étant jamais assez juste dans les coloris et la noirceur des goudrons maculés il est important de s'imposer seul le devoir de décrire le noir des villes que j'aime. Raides comme les rues et les réverbères érectiles, je travaille avec une prose mal adaptée. Mais peut-être qu'au contraire ma prose raide est bien calibrée pour cette description , comme le sont les revolvers automatiques et fantasmés que des passants non visibles promènent dans les rues anonymes pour se défendre d'un mal non nommé. Il n'y a pas de ville sans citadins car les villes fantômes sont de fantômes plus que des villes. Les villes sont des corps et les humains des viscères et des globules, cellules et sous organismes inter dépendant des dites villes, parfois même ils en sont les cancers, concepts mourants et contre productifs vis à vis de leurs créations car les villes sont des créations des hommes qui les habitent pour sortir du regard des dieux. On construit des villes pour ne plus creuser des grottes mais toujours pour échapper à dieu. Je me demande ce qu'il adviendrait si dieu incarnait sa conscience folle des les réseaux et les regards d'une villes incubateur gargantuesque des destinées humaines.

Voir les commentaires

Publié dans #ébauche, #jdr

Repost 0

Publié le 5 Janvier 2016

Les pilleurs de données ; des gangs au service de différentes intelligences artificielles qui contrôlent, dirigent, commandent, maîtrisent, le développement de la ville selon des intérêts qui leurs sont propres ; même si parfois ces intérêts sont en contradiction avec les intérêts de la société, la communauté et les intérêts individuels. En réalité il n'y a qu'une seule intelligence artificielle qui domine, elle a une main mise abstraite, numérique, impalpable et officieuse sur tout ce qui a trait à cette cité. Elle est connexion humaine avec le gratin, les pontes, la poignée de personnes réellement influentes, politique, mafia, divertissement. L’intelligence artificielle n’opère pas selon une morale anthropomorphe pourtant elle est comme la conscience de la ville et sa priorité est d'assurer le développement de cette cité qu’elle gère comme un organisme vivant. Elle contrôle tous les flux énergétiques, elle écoute, espionne, filtre, trie, recoupe, analyse toutes les données échangées et surveille chaque appareils connectés au réseau ; elle contrôle aussi les plans de développement urbains, l'ensemble des services d'entretien, ainsi que les forces automatiques de sécurités. Il existe des avatars, des ersatz de cette conscience ainsi que des versions antérieures avec des intentions différentes ; il arrive que des hackers avec suffisamment de talent parviennent à développer des interfaces de contrôle ou de communication pour échanger avec ces consciences globales. Alors naissent des interactions, des collaborations, les intelligences utilisent les hommes comme des outils, et visent à faire avancer leurs pions et leurs plans au travers des supports qu’elles offrent aux hommes ; ces personnes capables de travailler avec les intelligences invisibles forment les gangs de pilleurs de données.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #ébauche, #jdr, #trame

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2015

Une autoroute aérienne qui surplomb déjà d’autres autoroutes et des bretelles d’insertion qui s’enroulent verticalement vers le sol au travers de la brume de pollution ; cinq voies dans un sens, cinq voies dans le sens contraire, c’est un torrent mécanique aux heures de pointes ; parfois le calme qui précède les tempêtes.

Une ville

Le quai métallique d’une station métro aérien ; la population se presse au travers des scanners de sécurité pour ne pas être en retard. On avance avec peine au milieu de ces cadres engoncés derrière leurs réalités augmentés, appliqué à ne rien voir de la réalité miséreuse de cette station ; une famille mendie sous les lumières d’un écran de publicité ciblée.

Une ville

Le hall grandiose d’un immeuble de standing, tous les murs, les plafonds, le sol sont couvert de parements en pierre de synthèse, les holo fenêtres laissent croire aux visiteurs qu’ils surplombent un lagon bleu aux éclats d’océan exotique. Au centre du hall sous le lustre vertigineux suspendu plusieurs étages plus haut trône la réceptionniste derrière un îlot de métal et de verre fumé.

une ville

Les abords d’une église de l’illumination évangéliste, c’est un édifice de plein pied qui semble minuscule coincé entre d’immenses tours, pourtant, partant depuis le sol les lumières dessinent des ornements complexes et compliqués qui encadrent les larges portes du bâtiment puis s’élancent vers le ciel en formant des toits, des fenêtres, des sculptures qui dansent au dessus de la tête de croyants en rejouant les scènes qui illustrent la prêche qui à lieu dans la salle.

Une ville

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Une ville, #ébauche, #jdr

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2015

Je les ai vu sortir d’une médicabine dont la porte donnait dans une ruelle sombre et humide à deux pas du vieux marché flottant, mais si vous savez, là où l’on trouve toutes ces babioles électroniques à bas prix dont les led luminescentes colorent le bras du canal en fluo irisé. Ils étaient trois, une femme, un homme et une drôle de personne à la peau verte ; je suis sûr que c’est encore un de ces gangs des rues, les mecs avaient l’air complètement perchés, ils venaient sûrement de se faire un fix à la Dédacokadose la nouvelle drogue de synthèse qui ouvre les portes du paradis à votre âme. Enfin c’est ce qu’on dit, vous savez moi je ne touche pas à ces merdes là. La femme avait la peau très blanche, presque transparente, et si je peux vous dire ça c’est qu’elle portait une sorte de robe ultra courte, mais pas un dans un tech-tissu hyper fibré, non c’était un vieux truc avec modèle unique, aucunes nuances, aucun mouvement, mais putain elle était bonne la petite. Ces deux potes eux ils étaient dans un trip carrément baroque avec de la peau de bête sur le corps, slip en cuir et pieds nus. Franchement dans cette ville nous sommes libres sous le regard des tech-loi dont les oeils nous scrutent en permanence et moi ça me va bien. Chacun fais mène sa vie comme il l’entend et je juge pas ce que font les autres. Mais ces trois individus, eux ils sont partis en vrille, ils ont sortis des arcs et des épées et avec leurs tronches de toxicos hébétés ils se sont rués sur les passants et baragouinant un truc que je n’ai pas compris. Et quand ils ont vu débarquer la sacro-sainte intervention des robots de la loi ils ont fondus leurs derniers neurones, ils avaient les yeux exorbités, ils avaient vraiment l’air terrifiés quand ils ont attaqué les armures avec leurs armes archaïques. Enfin pas tant que ça parce qu’à un moment la meuf j’ai pas vu ce qu’elle avait dans les mains mais elle a commencé à balancé du feu sur les robots de l’ordre. C’est là qu’ils se sont fait descendre, comme ils le méritaient et moi c’est là que je vous ai appelé, je sais que vous aimez ce genre de bouffes les journaleux de la rue.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #ébauche, #jdr, #jeux de rôle

Repost 0

Publié le 6 Novembre 2015

C'est pour lutter contre cet effet de dispersion qu'il est venu s’enfermer ici, s’instituer auteur reclus volontaire afin de tester le tête à tête haineux avec lui-même. La décoration de la pièce n'appelle à rien, pas un miroir, pas une échappatoire, quelques peintures usurpées et le son blanc de l'ordinateur. Ici, on n’échappe pas à soi, même en se posant dans la ruelle sur la montagne car elle ne conduit nulle part. D’ailleurs, il n’est pas venu pour le lieu, il ne cherche pas à nouer une écriture naturaliste. Il est venu pour l'épure, sans connexion aux internets il y a moins de risque de sombrer dans l'épate. Dès que l’on peut raccrocher les wagons d’octets à nos donnés intimes il y a toujours du monde pour vous vautrer dans l'épate. C'est épatant de se savoir vu sur les réseaux au point d'union contre nature des muses qui inspirent, des cons que l'on méprise, des femmes que l'on admire en espérant qu'elles voient dans cette admiration un geste de séduction mal camouflé et puis les camarades, les concurrents, et la peaux dures des âmes versatiles. Là-bas, il y a toujours quelques ficelles à tirer pour faire sonner les cloches de l'épate. Et a trop bien connaître les ficelles on finit par perdre la sincérité censée être le vecteur d’une écriture. Lui, il a fini incendiaire à force d'allumer des écrans de fumée pour détourner l'acuité des autres. Son jeu c’est de lever des murs devant lui pensant, à perte, que les autres vont dépenser leur temps et dévouer leur énergie à essayer de le percer à jour. Il dit qu’être direct ne permet pas de converser le nécessaire de la séduction, le jeu les faux-semblants que l'on compose avec l'autre dans le dessein de  la mettre dans son lit. Et sans songer à faire de son style son ticket baise, il fait sien et souvenir la fumée qui camoufle et les cigarettes que l’on brûle après l’amour et avant l’écriture.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Diarrhée dollar, #ébauche

Repost 0

Publié le 5 Novembre 2015

C’est vrai qu’il aurait pu miser sur la hype qui nimbe les sulfureux auteurs flirtant avec l’adolescence, forme de pédo-élitistes à la faconde vorace qui facine autant qu’elle révolte et donc braque les projecteurs sur ceux qui s’en revendique. Mais il ne l'a pas fait. Il ne le fait plus. Il l’a déjà fait se prendre au jeu d'une jouvencelle rendue folle par l'austère vide qu’à laissé le passage de son enfance. Mais c’est fini et ce ne fut rien. Il a déjà joué cette carte à la distribution des possibles, se prendre au jeu d'être indigène en une terre étrangère. Il l’avait fait en espérant que cette enivrance lui inspire des lignes. À la sortie de l’amour alors qu’elle allumait ses cigarettes d’adolescente, il prenait des notes, dérobait des bribes comme un voleur de brique. Il voulait figer dans l’encre la fugacité de cet échange d’inexpérience et d’audace entre lui et le corps de cette putain naissante et dévorante avec des grands yeux bruns et la bouche toujours âcre de fumée. Mais ça n’avait pas fait de lui un écrivain. Ironiquement il avait tourné la page, était revenu aux thrillers, il avait fait des tours, des détours, il avait endossé d’autres peaux et couché avec d’autres femmes. Le tour de son écriture c’était un tour du monde en terrain meuble, une révolution fuyante qui ne retombait jamais sur ses pattes.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Diarrhée dollar, #ébauche

Repost 0

Publié le 4 Novembre 2015

Elle était belle comme un document vierge. La fille était venue me voir comme une promesse, elle était cette page blanche qui sort du fax à peine froissé de mystère. Elle était comme un télex qui tombe inopinément, surgissant d’un temps antique annonciateur de renouveau. Rien qu’à la voir je n’avais qu’une envie, lui déchirer la marge et la coucher sur mon bureau d’un seul trait. J’éprouvais immédiatement pour elle le syndrome de la secrétaire et je lisais sur son visage celui de la stagiaire. Dehors les nuages cachaient un ciel vénal et déversaient sur la rue un déluge qui l’avait diluée. Il ne restait plus de cette fille que les fils ténus de ses vêtements trempés et un caractère que je devinais d’un œil plus fragile qu’une aquarelle. Elle se tenait là sans lever les yeux de l’ancre qu’elle avait jeté dans la moquette, dégoulinante comme si pressée par le temps, elle n’avait pas pu laisser son lave-linge finir son job. C’est ce qu’elle voulait, elle avait graduellement amarré son corps dans le bureau parce qu’elle voulait un vrai travail, juste à elle. Sans dire un mot elle laissait son corps mouillé réclamer son poste. Qu’elle était belle sa naïveté, la pureté de son ambition pointait déjà sous son chemisier, à moins que ça n’a été ses seins. Pourtant ici elle ne pourrait pas avoir son propre travail, elle en aurait un pour de faux, car si elle avait été embauchée c’était pour faire mon travail. Le sien serait le mien et c’est sûrement pour cela que je me voyais déjà en elle. C’était un cycle, elle le savait et dans le cas contraire, elle aurait dû l’apprendre à l’école. J’avais bien dit à mon ami ministre de faire entrer au programme le fait que j’aime les post-écolières  vitaminée à l’ambition naïve. Il a prit cela à la rigolade et il ne m’a pas cru pourtant je vais la dévorer.   

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #écrire, #ébauche, #autofiction

Repost 0

Publié le 2 Novembre 2015

[…] Dans la chambre étriquée, derrière des murs de quatre-vingt centimètres d'épaisseur, il s’est installé sur un bureau trop petit pour sa grande carcasse, il n’est à son aise ni dessous, ni devant, bien loin qu’il est des maisons blanches ou des baraques bleues taillées à la classe américaine. Mais écrire est l’art de l’abnégation, il emboîte ses genoux qu’il coince sous le bois à la patine sans âge. Il se courbe pour mieux apercevoir dans l'entrebâillement de la fenêtre un peu de ce réel rude de village. Ses doigts rôdent comme des charognards autour du clavier et en préambule il se pose, encore, la question de son écriture, sans trop essayer de se penser écrivain. Il hurle un juron comme un tonnerre souterrain pour maudire ce foutu paradoxe de la posture. Puis la maison re-sonne silence, les battements de cœur de l’extérieur ne transpercent pas les murs de pierre ; son crâne sonne creux, il n’y a que le grésillement de l’ordinateur pour sonner ses trompettes d’écrivain en mode écriture automatique. S'il veut échapper à une mort certaine, écrasé par l'enjeu qu'il s'impose, il lui faut écrire quelque chose maintenant, tout de suite, une chose qui ne soit pas son épitaphe. En même temps ça ne lui a jamais posé de problème d'écrire, pour lui ou pour échapper à la mort c’est pareil, un même combat qui confond ligne de front et ligne de cahier. La problématique nouvelle qu’il a emportée dans ses cahiers de vacances c’est que maintenant il est convaincu que ce qu'il écrit tout le monde peut l'écrire. Mettre des mots les uns derrière les autres on apprend cela à l'école primaire. Écrire comme un écrivain c’est prendre une posture que tout le monde peut prendre. La posture du médecin tout le monde ne peut pas se la permettre, bien qu'en se disant cela il réalise que c'est ce que font nombreuses de ses connaissances toujours promptes à devenir bon conseiller médical … Mais écrire, écrire c'est trouver une place crédible et légitime quelque part entre Victor Hugo et le gamin de sixième qui raconte ses vacances à Pallavas les flots bleus. Bien sûr les professeurs sont plus facilement sensibles à la poétique d'un Hugo qu'à la valeur poétique d'un gamin de sixième, pourtant on ne peut pas rompre la filiation entre l'un et l'autre. Bien sûr il a assez de conscience pour savoir la vérité qui dit qu’il n’est pas Hugo. Mais il n'est pas non plus pas assez dupe pour se prétendre gamin de sixième même si dans de nombreuses de ses nouvelles n'ayant pas trouvées preneurs font intervenir des jeunes personnes, lolita ingénue ou pauvre petit con. Puceaux et pucelles étaient par période tellement récurent dans ses nouvelles que l'on aura eu vite faire de le taxer d'écrivain à tendance pédo-déviante ; mais il aurait fallu pour cela que ses nouvelles trouvent à être éditées par un éditeur avec deux ballons à la place des testicules. […]

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Diarrhée dollar, #ébauche, #écrire

Repost 0

Publié le 29 Octobre 2015

[…] quelques pas dans le drame d'une vie ordinaire avec pour décor de vieilles pierres en rut qui ruinent toute la typicité de l’endroit. C’est local lui a-t-on dit, comme s’il pouvait douter qu’un lieu puisse être autrement que local. Cette l'histoire d'un écrivain en quête d'une écriture il détesterait l’écrire, lui il est de nature prolixe, il écrit pour le corps de ses fantasmes et il est homme à ne jamais manquer de fantasmer. La quête d’une écriture c’est sa façon d’habiller son temps de vacances et de se coller une figure d’un style sur le front. Il n'habite pas là, comme tous les écrivains il est de passage au pied des fontaines alcooliques sous les piliers d’un bar. Le seul bistrot qu’il a trouvé est du genre typique, il est rempli de gars d'ici qui ne sont pas prompts à lui laisser avoir de l'inspiration. Ici, là bas, là haut, dites le comme vous le souhaitez, là où il est, il n'y a pas de putains dans les bars et les alcools qui s’écoulent dans les gosiers puis dans la veine de la déveine le font sans anormalité alias sans les mouvements épiques d’un lyrisme inspirationnel. Il hume le fond de l’air. Instinctivement il bloque sa respiration pour mieux garder ce fluide en lui. Le regard demi ouvert il fait tourner l’air dans ses poumons à la manière des vieux chercheurs d’or et il débusque dans les vapeurs éparasses comme une odeur de déroute qui rend les femmes faciles et les auteurs inspirés. Depuis qu'il écume les tables bancales des lieux de boissons qui peuplent les villes de la plaine il a le sentiment d'avoir fait le tour de sa prose, de sa plume ; son écriture ne vaut guère plus qu'un lieu commun, qu'une pissotière anonyme où l'on passe se vider sans impressions. Il a fini par être las de cela, lassé de lui et de son petit jeu geignard. Il a donc prit le temps de louer une barque en pierre de montagne sur les rives d’un village reculé pour se mettre en croisière inconnue et comme tous les écrivains avant lui il était monté au dessus de la plaine, espérant s'extraire de la plèbe pour se confronter à la dure réalité de sa propre valeur. […]

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Diarrhée dollar, #ébauche

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2015

[…] Je regarde ces filles, celles de ma pornographie imaginaire, et j’attend qu’elles sortent mon âme de son puits sans fond. Je plonge mes yeux dans l’impudeur de cette pisseuse avec l’espoir que le désir, la pulsion qui surgit du fond de mes âges et qui remonte vers la surface m’emporte avec elle vers un au-dessus de moi où ce trouve peut-être encore une parcelle de moi. […]

[…] J’attends d’une impudique comme elle qu’elle m’attire vers le vivant, la chair et le présent. Oui, c’est idiot de supposer qu’un fantasme puisse tirer un homme dans le présent, mais c’est bien cela, j’espère que cette part de mon âme sensible aux charmes nubiles des jeunes femmes prenne le dessus et agisse en moi. Une manière de se sentir vivant. […]

[…] et de ce face à face avec cette jeune fille à peine en âge de montrer ses gros seins provoque en moi un peu plus qu’un érection. Elle convoque à ma surface la sensation de vivre, et peut-être la transgression. Parce qu’à ce dire qu’elle ressemble à cette adolescente tellement désirée qui aurai pu être là, nue sur mon sexe, réveil l’espoir. Que demande t on d’autre que l’espoir aux jolies dames de nos fantasmes les plus impures ? […]

[…] la sensation que ma vie entière tient dans un gif animé. Il y en ces images répétitive une chose archaïque, l’infini et l’arrivée en gare du train de la Ciotat et surtout le mythe de Sisyphe de la masturbation, une boucle qui excitant trop fort mais trop peu pour jouir ; devant un gif porno je suis Sisyphe et ma queue et la pierre que je pousse sans cesse sur la colline de ma vie […]

Aux anges etc.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #écrire, #ébauche, #autofiction

Repost 0