Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

divagations diverses

Tous les jours et quelques soirs

Il y a un ciel sous lequel demain le froid donnera dans le cristal. Sur le goudron des rues et les bétons des armes citadines, de la fumée posthume et la vapeur volute qui sorte des bouches goulues dans le matin triste, la tonnelle ne donnera plus de...

Lire la suite

Idiot climatique

Il ne fait rien du samedi soir au rythme lent de sa connexion internet. Il attend comme si la patience était sa mère, sauf que la patience ne lui fait pas de nouille, la patience ne fait pas le repassage, la patience n’est pas une pute, non la patience...

Lire la suite

Diarrhée Dollar n°XX

La nymphe est une ressource injustement rependue ; les rues, les écoles, les facultés, les boutiques pour midinettes et les réseaux sociaux pullulent de ces nymphes demie-femme et un tiers-ado. A l’œil la nymphe est une espèce bien répartie dans la ville,...

Lire la suite

Rien

Noir mots – cent morts dans la tombe et des paquets d’octets – sang plus gore et une île mort –couper dieu en deux ; un demi dieu et l’autre moitié qui attend suspendu dans la chambre froide – creuse la glace du glacier – creuse encore – en corps congelés...

Lire la suite

Ni la queue ni la tête

Le monde est le monde parce qu’on peut le voir sur Facebook et sur l’autre revers de médaille. Alors que le monde est le monde, moi je ne suis pas le monde même si comme lui je suis visible sur Facebook et que j’ai des revers mais pas de médailles. Lui...

Lire la suite

Deux traits

Un trop peu passage sous le tropique des enfers. Il traîne sa peau trouée dans l’air épais environnant. Sa surface épidermique sue, les trous de ses pores suintent l’eau et le sébum. Son t-shirt est un suaire souillé, maculé des fluides qui s’écoulent...

Lire la suite

Heuristique sa mère

Un petit carré, gros comme un cluster informatique cache la forêt où tu penses te perdre. Mais ce n’est pas de la forêt qu’il faut se méfier car c’est dans le ventre des vers, immenses et gloutons ils ont ingurgités plus de quarante mots et un nombre...

Lire la suite

Divaguer le soir la nuit

Le crépuscule idiot qui vient quand tout le monde meurt. Une par une les personnes disparaissent, pluie de balles qui font craquer les crânes, coups de couteaux qui shlassent dans la bidoche dans saintes nitouches, et bien sur le feu sacré des explosions...

Lire la suite

Tiret

Impossible de débuter – Je ne voudrais tuer personne – Même pas une personne butée – Bien nommé le démon Bélial – Une brute dans la mélasse – Une princesse dans son bain – Du lait sauvage sous la vache – Rien à redire – J’arrose des graines mortes – Deux...

Lire la suite