Articles avec #chronique chaotidienne tag

Publié le 26 Septembre 2009

pourquoi _ moins cher ailleurs _ champ de pétrol _ fête d'anniversaire _ menstruation _ suicide _ vie _ baise _ mauvaise fois _ Anne _ poésie _ punk _ pas de culotte _ belle _ poitrine _ jouer _ cate à jouer _ carte à jouir _ peine à jouir _ carte du monde _ monde à jouir _ exotique prostituée _ je suis trop gros _ cout de la vie _ chocolat _ jaccuzi _ solitude _ sexualité libre _ sexe gratuit _ néons rose _ téléphonne rose _ photographie noire et blanche _ toile de tente _ rage de dent _ décoration _ peinture murale _ amour libre _ bière _ rhum _ gin _ queue _ rires _ se moquer _ dormir par terre _ rentrer chez soi _ penser à moi _ victime de la mode _ démodé _ déboté _ débranché _ rasoire _ douche _ danse _ merde _ sous les jupes des filles _ des femelles _ et des femmes _ pas envie de bouger _ mais si bien sûr _ elle boit je m'en fous _ tiret _ j'aime _ facebook _ à la manière de _ à la manière deux _ livret A _ porte B _ portez vous bien _ et Miriela ? _ et moi ? je suis qui _ je suis en retard _

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2009

Juste un mot peut être deux, trois, peut être plus, écrire comme un conseil, suivre un fil, le démêler ou l'emmêler, juste un mot une histoire, une histoire ? Un roman ? Un tournant et attendre, le silence et attendre pour atteindre quoi ? Une crainte pas un espoir, pas un mot, pas de nouvelle, pas envie, pas poète, pas de chance, paradoxe, pas d'autre chose attendre ou tendre vers une chose, pas grand chose, un filet de mots, simple écriture au ras des pâquerettes, du parquet, du caniveau, pas trop peur, fallait pas l'inviter, qui ça ? Moi même, pas terrible, pathétique, inquiétude patenté et tant que ça dur pas possible de passer outre, y'a la vaisselle pas faite et le repas pas digérer qui pèse sur l'estomac, pas un bruit, pas un geste, personne ne bouge, j'ai l'attention braqué sur elle, quelques part là bas dans le silence, poisson rouge ou poison lune pour ciel sang lune je tourne en rond dans mon bocal

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 18 Septembre 2009

Je n'ai rien à dire - et je le dis - enfin je l'écris - pixel sur pixel - je suis le jardin d'éden, je suis la pomme, je suis Eve, j'suis le serpent - un strip-tease, un effeuillage - j'ai le corps qui dit aie - un point sombre légèrement douloureux que je connais depuis des années, là où l'angoisse se loge, en bas à droite du buste - faut que je l'évacue - que je me lave les dents aussi - dormir et être demain, bricoler et aller me perdre dans un match de hand - je n'aurai pas le temps d'être là

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 17 Septembre 2009

A bout de bras, à tout bout de champs les mots à bout pour toute la soirée et une partie de la nuit essayer de chasser les idées noires, non, pas les miennes mais celles qui hantent la tête d'une amie, n'avoir que les mots pour tisser un mince espoir, fragile filin, fil de vie, fil de mot à mot pour à tâtons tenter de jeter une pincée d'espoir sur ce qui peut être demain et ramener cette âme perdues de l'autre coté de la ligne, le bon j'espère, celui pour qui demain est un possible pas un tombeau, combat à pas feutrés addition de mots sans retenues, tout un art pour soustraire celle qui sombre à son désespoir et pourtant dieu sait que j'aime cela, le désespoir, c'est enivrant quand c'est vivant, vibrant, vitale, la vie est sans espoir, pas sans vie, à bout de bras je fini à bout de souffle, à bout de forme, à bord d'un navire que je préfère imaginer endormi, pas morte, ma passagère dort jusqu'à demain, et demain recommencer, encore oui je sais c'est dur de recommencer mais c'est le karma, le mien, c'est le climat, c'est la saison, dépression ou cyclone, j'ai pas choisi c'est dépression au menu, une bière en apéro et mon régime en bagage à main, j'ai pas envie qu'elle meurt et j'ai envie de dormir

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2009

Ca ne ressemble à rien avec un goût d'amère, l'hiver se fait en fait divers et les saisons tournent comme les gros titres des marronniers, le ciel tombe, la nuit tombe, les feuilles tombent, la pluie tombe, bientôt on ira fleurir les tombes avant les pieds du sapin pour l'instant c'est les pieds dans la merde ou les pieds dans la boue, la brume sans le quai quand on se traine de l'été à l'hiver en passant par là, c'est l'automne, amère automne est là, adieux l'ombre de l'été, le plomb du soleil, c'est l'automne, c'est là dans le ciel, il fait pluie et déjà trop tôt la nuit tombe et passe du gris au noir sans grand intérêt, il fait froid au corps, le cœur en feuille jaunie, on a basculé sans rien dire, sans rien dire dans les médias, sans rien dire dans les journaux, sans rien faire c'est trop tard pour reculer et moi ça me mine un peu mine de rien, plus le temps passe et plus je suis sensible au temps qui passe, les saisons qui s'effacent et l'hiver qui se forge pour demain.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 13 Septembre 2009

Est-ce que bloguer peut être une passion comme les autres ? Oh la belle question de rhétorique, avec un brin d'ironie et de moquerie pour titiller l'ego des blogueurs et bloggeuses qui sont mes lecteurs, peut-on dire que bloguer est un hobby naturel, une passion aussi seine et sereinement perçu que l'aquarelle ou le scrapbooking, puis-je dire que ma passion est le blog sans passer pour un pauvre geek, puis parler blog comme on parle d'art, de sport ou de littérature, je suis blogueur et j'aime ça, oui je suis moi même un bloggueur avec j'espère parfois avec des traits passionnants, je me sens blogueur passionné oui, pas tant par le blog comme objet, je laisse la technique aux esthètes du design et aux artistes du code, je suis passionné par le fait de pouvoir créer du sens, trouver de mots, des idées, des projets, des concepts à frotter à la foule, la plèbe et l'ensemble des internautes, oui j'aime ça, oui je blog, pas un blog, pas deux blogs, mais plusieurs blogs, peut être cinq ou six vraiment actifs, des dizaines au cimetière des blogs et des codes de connexion perdus et des dizaine dans l'antichambre de mon cerveau, des projets en gestation, des blog à créer, des blog auxquels donner vie, oui ça me passionne, créer et chercher l'écho, l'échange, le retour, la participation de l'autre, interactivité évidement, parfois pas, parfois juste une vitrine, alors oui je blog mais pourquoi ai-je une pointe de réticence à dire que ma passion c'est le blogging, enfin une de mes passions, l'écriture et le blogging est-ce pareil, je ne le pense pas, alors oui je blog, j'écris aussi, parfois les deux en même temps souvent les deux dissociés, j'ai pleins de blogs mais une seule passion derrière tous, plusieurs blogs bien étanches les uns aux autres parce que parfois les concepts pourraient se parasiter, parfois des blogs qui se croisent, se parlent et font échos les uns aux autres, un blog ancien comme un vieil arbres pour mes racines virtuelles et tant de jeune pousse et de mauvaise herbes. Oui je blog, j'écris et je donne du sens et ça me plait, mais peut-on dire que c'est ma passion, le blogging est-elle une forme à part entière d'expression culturelle, quels en sont les codes, est-ce ce continent vierge de code que je me plais à défricher, déchiffrer, dénicher et me cacher dans ses méandre ?
Combien de mes lectures ne sont  pas blogueurs ?
Et toi es tu passionné de blog ?
Faut-il faire son coming-out de blogueur ?
Etre blogueur est-ce péjoratif ?
Qu'est ce qui adoube un blogueur du coté de la culture, du culte, de la connerie ?


Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 12 Septembre 2009

Et bla et bla et bla et moi et bon jour et voilà et c'est là c'est pareil que hier, le bruit de douche pour faire suite aux bruits de bouche, j'ai faim, envie d'un kebab envie de Turquie, de sortir et ne rien faire, écrire juste, juste écrire réécrire le monde, réécrire sa vie, parler et réécrire, la parole avant les mots, je me répète, je me répète même que je dis que je me répète, d'un autre coté pour un cheval de bois rien d'étonnant de se répéter, de refaire les mêmes gestes, reproduire activité identique, le manège est bien rodé et le cheval bien dressé, juste un peu dyslexique ou schizophrénie s'il se prend pour un chevaux, ça ne tient qu'à un cheveux d'être deux, trois, dix, douze, une harde, horde sauvage bien sûr, systématiquement seul et pas simplement soi, c'est curieux, c'est soi même, c'est moi, y'a de l'écho si ça sonne creux, y'a l'écho qui se répète et moi qui lui cri de se taire et l'écris l'étreins et je l'éteins je parle de l'ordinateur et je me tais tout simplement, point sans virgule pour une histoire sans fin, j'aime faim et je vais manger

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 11 Septembre 2009

A quoi bon, bon a rien, quand je ne suis pas là, quand je suis ailleurs je n'écris pas pareil, mais pourquoi donc ? Bon a rien, l'ailleurs devrait me réussir, me dérider la plume, me délier les mots, la langue, elle prend une douche, je prends le temps, j'écris, je mens, je n'ai pas de connexion internet, cet article sera publier plus tard, dans un café, dans la la rue, les joies de la 3G, là où les filles n'en ont qu'un seul les ordinateurs peuvent en avoir trois, quatre, et pourquoi pas plus parfois et en plus je vais me taire quand au fait que les ordinateurs en prennent des centaines en même temps alors que les filles n'en prennent qu'une ou deux à la fois, ben c'est classe ça, la grande classe même, très pamela je dirai même plus, cet article ne sert à rien alors je vais l'arrêter là.

Acte deux je suis bel est bien à la terrasse d'un glacier devant une glace vanille, seculos, café autour d'une tarte au pomme, chantilly, devant moi elle ne dit rien, elle reste à mi chemin entre faire la gueule et être pensivement mélancolique, mi mademoiselle bovary d'oprette. Il fait beau et je vais publier cet article, pas la peine de le dire, autan le faire

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 9 Septembre 2009

ce soir je repars en religions, je retourne communier, ça fait longtemps que je ne l'avais pas fait, de tout l'été, et pour tout dire ça commençait à me manquer, oui ce soir je retourne dans l'antre, le temple, l'arène, le gymnase et avec les autres supporters je vais communier, Montpellier Handball, enfin les grandes intense veulent qu'on disent Montpellier agglomération Handball parce que l'agglomération lâche du pognon, bref le MHB, ça peut sembler banal, pire même beauf, mais j'aime ça, je suis comme ça et qu'on le veuille ou non c'est le sport qui m'a donner les émotions les plus fortes, et pas pratiquer le sport mais je regarder, le vivre du bord du terrain, jamais je ne me suis écroulé par terre en hurlant et riant de plaisir et de joie pour une fille, jamais, enfin pas encre, alors oui ce soir je retourne à la messe, le rituel est rodé, les repères sont ancrés et si c'est con et si c'est beauf c'est sincère et j'aime ça, j'en ai besoin, crier, hurler, se vider, vibrer, se lever, faire un avec les autres, vibrer avec la salle, avec l'enjeu, jouer le jeu et ne rien y perdre, tout y gagner et puis quitter la salle, souvent après une victoire et garder cette sensation d'énergie en soi jusqu'à la prochaine fois, ce soir y'a du handball, je vais taper dans les mains, ce soir il y aura des icones et des prêtres pour nous jouer le jeu ce soir je rentre en religion presque pour de vrai.

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2009

Le robinet n'est pas bien fermé, il goûte, goutte à goutte, faudrai que je me lève pour mieux fermer, la goutte tombe, le bruit sonne, ça ne sert à rien de dire tout cela, j'étais serein toute la journée, je suis amère, tout d'un coup, c'est comme ça, ça me tombe dessus comme par hasard, comme la goûte du robinet, un trop plein qui déborde peut être, la mélancolie jamais loin, à quoi bon la vie, à quoi bon ma vie, à quoi bon vivre, vivre cette vie et pourquoi pas une autre, et pourquoi pas avec elle, ou elle, ou une autre, pourquoi ne pas en payer une, une très onéreuse pour la nuit, une bon marché pour dix minutes dans la voiture, je suis amère mais pourquoi je ne sais pas pourquoi ? Je ne sais pas. Et ce texte s'en ressent, il est bof, écrit par un beauf, un boeuf, un con que je suis, rien de bien, rien que moi, rien du tout, rien à faire, rien à foutre, rien de fait, rien à défaire, faut pas s'en faire demain c'est loin, c'est assez loin pour que ça aille mieux, envie de jouer, envie de jouir, envie de manger, envie de boire, envie de me remplir, envie de me goinfrer, envie de me faire masser, envie de pas dormir, envie du vent, envie d'un orage, envie de la plus, en vie tout court

Voir les commentaires

Rédigé par Cheval de bois

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0