Articles avec #chronique chaotidienne tag

Publié le 24 Décembre 2012

Chaud - petite fille rousse - langue de lac - ventre de viande - manger des animaux vivants et aussi manger les morts - retourner sa nourriture sept fois dans sa poêle et rien jusqu’à plus faim et la musique jazz qui fait danser les foules, ondoyer le gras dans le rose de nos assiettes et la grosseur rebondi de nos ventres repus, rempli, nous sommes gros de nos fêtes, gras de nos festins, le ventre heureux de ses outrages, outrage de la mort délicieuse avec de la sauce ; et la mouche dans le dessert, la dignité qui déserte et le bouton du jeans qui saute et la pudeur qui se goinfre et que remange encore parce qu’il ne faudrait pas oublier le temps de quand le monde allait finir. Et puis y’a Lucifère qui se dandine le cul dans la casserole à se faire chauffer les fesses dans l’huile, y’a Lucifère qui nous guète avec son gros bâton huileux qu’il voudrais bien nous mettre dans l’anus et puis nous faire cuir à la broche en attendant que la père Noël vienne nous finir et que l’on explose le ventre piétiné par les rennes et que les plats de fêtes à demi digérés maculent la neige fraîchement tombée et même que la boue aussi serai maculée - j’aime le verbe maculé ; je voudrais me faire maculer, je voudrais vous maculer, maculer les choses ou les gens - ce soir tous le monde est gros, ce soir tout le monde est gras, ce soir même les gens seuls sont de gros solitaire, solidaire, association #desgens et puis de la bannière étoilée de noël et demain enfin on pourra se faire avoir survécu à deux choses la fin du monde et la fin du repas ; supernoël à tous

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 18 Décembre 2012

J’ai sommeil, j’ai froid parce que j’ai sommeil, j’ai mal aux pieds, j’ai mal aux jambes, j’ai tout donné la nuit dernière, j’ai plutôt oublié de dormir, je me fais trop vieux pour ces conneries et pourtant. J’ai froid, mais j’ai cette sensation de chaleur sur le visage ; quand je dors peu je soupçonne mon corps de brûler plus de calories que de nécessaire pour me tenir réveillé, j’ai le regard qui pique, les yeux comme un gouffre qui aspire le vide autour créant du vrai dans les pupilles ; j’ai surtout la prose lasse, endormie, divagante, libérée et libre sans pudeur ni prétention, sans prétentions surtout c’est cela la liberté, c’est cela le meilleur, se foutre de la poésie et à peine flirter avec celui de l’absurde et puis aller se coucher

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 9 Décembre 2012

je déteste le téléthon, je déteste que le téléthon soit devenu ce qu’il est devenu, je déteste les banalités que Sophie Davant débite année après année, je déteste la mis en scène du handicape pour racoler de l’argent ; donnez de l’argent, donnez de l’argent, encore plus d’argent s’il vous plais, de l’argent encore, plus que l’année dernière, donnez nous de l’argent aujourd’hui et demain ; je déteste les maladresses odieuses et affreuses que font les animateurs, je déteste le médiocre du divertissement, je déteste le coté carnaval burlesque pathétique et populiste que sont des animations pour le téléthon, je déteste que le téléthon tombe régulière au jour de mon anniversaire, je déteste le matraquage, je déteste le misérabilisme que l’on ne veut pas faire mais que l’on fait, je déteste les jeux que l’on s’amuse à faire pour faire semblant que c’est la fête, je déteste les comiques que l’on met là pour présenter, faire de la blague et du remplissage, je déteste la machine du téléthon, je déteste que l’on veuille me faire comprendre que la vie d’anonymes malades, je trouve ça triste, pathétique, misérable, les animations inutiles, les jeux inutiles, les écrans de fumés, c’est horripilant, je souffre mais je ne vous demande pas de l’argent pour ça ; pitiez ne me forcez pas à regarder le téléthon, les animateurs de seconde zone qui cris et gesticules pour rien, pour de rire, mais je n’ai même pas envie de rire d’eux ; c’est affreux, c’est vain, la vérité c’est la maladie, la souffrance et l’espoir réduit pour ces personnes qui en plus d’avoir une vie plus dure que les autres auront une vie plus courte, oui c’est dur, oui je suis d’accord mais le barnum affreux du téléthon est une purge que je ne supporte plus

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 3 Décembre 2012

histoire noire, une petite fille dans une boîte, dans un placard, dans un coffre de bois fermé avec une clef, un coffre clos avec des clous, pourquoi est-elle là la fillette, est-elle vivante, est-elle en vie, est-ce vraiment une fillette, ou une femme, une jeune femme, une femme vierge ; en fait, le coffre est une caisse chargée sur un train, sur un bateau, ou un camion parce qu’il faut acheminer une jeune femme vierge quelque part. Dans lieu, une église, un lieu de culte, le lieu d’un culte occulte qui a besoin de sacrifier une femme vierge qui a à voir avec un rituel pour se sauver de la fin du monde, ou plutôt pour invoquer un monstre, une entité indicible parce que c’est le meilleur moyen pour ne pas décrire cette entité, ou peut-être que la magie noire pourrait invoquer des extraterrestres qui seraient en réalité des hommes venu d’un futur alternatif ; on éventre la jeune vierge à partir de son sexe jusqu’à sa poitrine et de ses entrailles encore chaudes s’extirpe une silhouette à forme humaine, une femme noire, D'un noir d'obsidienne maculé d'entrailles humaines, mais ce n'est pas un lieu de culte, pas une église, pas d'autel, c'est plutôt une arrière-cour, une ruelle à l'arrière d'un théâtre, d'un bar, d'un cabaret, d'un club sordide où se réunissent les notables d'une société passablement secrète mais véritablement satanique, la jeune vierge est une adolescente livrée par ses parents eux-mêmes membres de ladite société secrète, ou alors ses parents ont lu une petite annonce le journal offrant une belle somme en échange d'une pucelle, quoi qu’il en soit elle est déballée en pleine rue, elle roule sur le bitume, une assemblée de notables autour d’elle, policiers, avocats, médecins, ses parents, peut-être que ce sont des parents adoptifs, le président de l’orphelinat aussi et un journaliste local, la pucelle est maintenue par terre, ses vêtements arrachés, ses pleurs ignorés, ses supplications particulièrement larmoyantes et puis sa mère prend un poignard et le lui plante dans la cuisse, Retire le poignard et le passe à l'homme à côté d'elle qui vient la poignarde à son tour et ainsi tout de suite elle est lardée de coups de poignards non mortels jusqu'à ce que dernier participant et sûrement le chef sorte une lame rituelle la lui plante dans le sexe et l'éventre jusqu'à la poitrine et c'est là que l'on recolle à l'humanoïde qui s'extirpe de ce corps profané, ou simplement un monstre, un démon, une nuée de rats grouillants ou bien des tentacules, un signe avant-coureur de la fin du monde, mais si c'est une femme, Elle pourra forcer les mâles de l'assemblée à s'accoupler avec elle pour engendrer les rejetons maudits qui sortiront de son corps et qui dévoreront le monde à commencer par les enfants ; mais cela sera la fin avant, il faudrait trouver le nom du culte qui veut invoquer ce qui conduira la fin du monde à avoir lieu à la date prévue, et puis il faudra partager l'imaginaire de cette jeune fille qui prisonnière dans la caisse baigne de sa peur, dans sa propre urine et dans ses sanglots, elle trouve dans ses fluides vitaux qu'elle répand sur elle comme une sensation rassurante, Elle redevient un animal apeuré et crasseux et la caisse sera débarquée dans une ruelle, on se demandera qui était le chauffeur, peut être la mort elle-même, peut être personne, c'est peut-être sans intérêt et puis l'histoire n'aura peut-être pas le rôle central, il faudra savoir se vautrer dans la peur, la pisse, le sang, les entrailles, le macabre et le noir, une petite histoire noire dont l'ébauche maladroite reste à dégrossir

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2012

aujourd’hui c’est devenu un fait, parfois une loi, souvent une règle, une convention qui suppose qu’elle est partagée par la majeure partie de la doxa et en tout cas souhaitée comme telle ; c’est sûr, c’est comme ça, c’est ainsi, aujourd’hui on ne peut plus user d’insultes stigmatisant la race, le sexe, l’orientation sexuelle, la religion, le physique, la couleur, l’appartenance politique, le rang social, le travail, le physique, l’intelligence, les névroses et je suppose que si l’on a choisi d’opter pour de pareilles interdictions c’est à juste titre, Mais alors que nous reste-t-il pour nous insulter ? La restriction grandissante de la nature de nos insultes témoigne-t-elle d’une volonté politique de faire disparaître définitivement l’insulte de notre vocabulaire et de nos libertés d’expression ? Je ne sais pas, d'autant plus que moi en matière d'insulte, j'y suis venu sur le tard, le très tard, j'ai longtemps eu une langue vertueuse et maintenant que je débride enfin et petit à petit ma langue, que je prends des libertés avec la chasteté, je me retrouve devant la contrainte à devoir canaliser ma langue parce qu'il n'est plus toléré d'user de pétasse lesbienne de pute nègre, de salope de chrétienne enculeuse de grosses nonnes socialistes et autres joyeusetés fleuries alors je suppose qu'il va falloir trouver ailleurs dans nos registres de langages des champs lexicaux à conquérir et à convertir à l'insulte jusqu'à ce que les stigmates de ces mots crus viennent vexer une énième putain de minorité à la con comme les femmes, les noirs ou les enfants qui se trouveront offusqués que l'on fasse référence à leur personne pour en insulter d'autre et je suppose qu'ainsi la langue opère son renouvellement alors afin que je puisse apprendre, insultez-moi bandes de cons - parce qu'on ne fera jamais rien de plus beau que le classique -

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 24 Novembre 2012

les filles sont parfois des girouettes désespérantes à vouloir trop souvent suivre de mauvais vents ; le désespoir en guise de grand-voile trop de femmes sont réduites à de petites embarcations dérisoires qui laissent ces mauvais vents faire grandir leurs voilures qui gonflent et enflent sous le vent souvent du premier homme qui s'approche d'elle et qui peut exhiber pas grande chose de choses sombres ; capacité, à tomber sous le charme des petits chefs aux idées courtes qui exultent quand ils tiennent leur simple posture de barbarie radicale parce que c'est ainsi que les femmes tombent sous ce qu'elles pensent être du charme ténébreux ; putain de capacité des femmes à se laisser ainsi emporter et séduire par tous ces feux de paille ; plus de fumée que de flammes. Et pourtant, ces femmes comme les autres prétendent vouloir trouver la sérénité qui les rendra calmes, peut-être belles et pourquoi pas heureuses mais elles restent sourdes à ceux qui pourraient leur offrir cela et elles leur préfèrent les fossoyeurs des idées claires. Tout cela n'est pas un problème tant que l'on est capable de laisser une femme s'enfoncer de son plein gré dans le médiocre d'un homme de peu ; mais quand on sait qu'il faudra bientôt venir la réconforter, lui assurer que les mauvais choix qu'elle a faits ne sont pas graves, quand on sait qu'il faudra lui dire que cela ne va passer qu'elle trouvera le bonheur parce qu'elle le mérite, quand on sait qu'il faudra leur mentir parce que l'on est son ami alors on l'a un peu mauvaise quand on les voit pavaner au bras des cons ; Pour que l'amitié entre un homme et une femme puisse être une possibilité crédible, il faut donc soit des femmes qui s'assument dans leur névrose ne prétendant plus vouloir trouver l'amour qui rend serein et des hommes qui peuvent qui se foutent de sauver les femmes et qui ne pense qu'aux baisers ou à les regarder souffrir et dans cet état des lieux absurdes et abscond on pourra, peut-être, Imager ne plus trouver désespérant que les femmes tombent amoureuses des cons ne prétendant plus vouloir trouver l'amour qui rend serein et des hommes qui peuvent qui se foutent de sauver les femmes et qui ne pense qu'aux baisers ou à les regarder souffrir et dans cet état des lieux absurdes et abscondent on pourra, peut-être, imager ne plus trouver désespérants que les femmes tombent amoureuses des cons ; mais pourrait-on le leur reprocher vu que nous aussi nous tombons amoureux des connes ...

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 14 Novembre 2012

par la plume discordante, ivre de plume, ivre de sa plume, du pas de la passion, pas à pas, petit à petit, grand à corps les grandes eaux font les grands océans ; océanique ostentation du destin des dieux et du doigt on tapote sur l’épaule d’une amie, le dos d’un voisin et le voisinage sur la plage la télé à la place des yeux et la télé à la place du cœur et un bouquet de rose et d’épine à la place de la cage thoracique, le vieil ami est un pot de fleur, le vrai problème est une vérité en soulier de vert et que plus personne ne sait où est le prince qui possède le souler de verre, la clef de voute et la philosophie de l’angle, la langue angulaire d’une construction mortifère toute d’acier et de fer et la translucide paroi, carte de loisir bleu, rouge, dose d’essence de rose et rouler dans la farine et dans la fleur féodale pour faire en fer forgé le tour de la tête en couture capillaire à même le crâne et dessous la robe métallique et le corset bien serré pour bien marquer la taille et définir la poitrine au niveau des seins et finir en trait de fusain

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 13 Novembre 2012

une carte à jouer avec un cœur dessus avec des doigts et puis lui faire aussi le cœur avec dédains et pourquoi pas le faire suivre par une biche ou bien deux et puis une meute de loups aussi avant d’envisager de pouvoir lui montrer patte blanche parce qu’il faut toujours le faire avant d’envisager des doigts, d’échanger un droit d’entrée et un droit de sortie et un droit de re rentrer et sûrement de re sortir ; la démarche, le déhanché, le déambuler, la note tenue et cette ligne de démarcation entre la loi, la licence et l’irrévérence et le basculement sucré salé et des hommes à la mer avec les sirènes rouges, roses, les sirènes lunes et les six reines arc-en-ciel ; basculer du coté de la féeries et jouer les meurtrier comme on tir son coup dans un banc de fées argentées parce qu’on sait bien que les fées sont comme les muses, elles ne sont pas faites pour l’amour ; elles peuvent l’inspirer oui mais elles ne peuvent pas le consommer dans la chaire sans se consumer et partir en fumée, en poudre d’escampette, le rouge aux joues, le givre à l’âme et le destin qui résonne comme un rêve érotique qui au petit matin le laisse qu’une impression indistincte, un souvenir déjà vague mais dont on sait avec certitude qu’il a été agréable

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 5 Novembre 2012

La danseuse n'a pas de culotte pas plus qu'elle n'a de pudeur mais la danseuse est belle ; la belle est connue pour contraindre son corps aux exigences d'un art douloureux alors l'idée d'apporter au corps de la danseuse une dose non négligeable d'un plaisir charnel à l'encontre des contraintes que son corps connait est un puissant exhausteur d'érotisme

 

Est-il rationnelle de penser que des femmes sont trop pute dans l'âme pour avoir de la dignité ? Ou bien est-ce que se vautrer dans la débauche et l'art de la luxure et du stupre est un acte toujours et irrévocablement digne ; le plaisir est-il nécessairement garant de dignité ?

 

La jolie femme qui n'est pas jolie est toujours jolie quand elle se met à nue et se montre dans son érotisme défendant dans sa tenue la moins pudique ; la beauté sur-jaillissant alors par delà la nature non jolie de la femme qui se montre ; on n'exhibe ni son corps ni sa beauté mais l'impudeur de sa présence au monde et de là naît l'érotisme de celle qui se donne à voir

 

Il arrive un jour où l'adolescente fini par être une femme, fini de jouer à la poupée parce qu'à partir de ce jour là c'est elle la poupée, la putain, la peluche mais si la fille devient une femme elle n'en reste pas moins une petite conne irrévérencieuse parce que les femmes tiennent la force de leur irrévérence dans l'impétuosité de leur poitrine

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2012

On m’a apprit qu'il fallait dire merci, je crois qu'il est temps pour moi d'adresser deux salves de remerciements. Je profite que ce blog m'offre une minuscule tribune pour faire ces remerciements en public

 

Salve une ! __ . . . paf boom !

 

Dans un premier temps je voudrais remercier tous les mecs, les garçons, les hommes qui sortent avec des cas désespérés, des filles désespérantes. Merci à toi de sortir avec une fille moche ; ne faites pas vos mijaurées vous voyez bien de quoi je parle, je parle des filles moches, les filles sans classe, les vulgaires et mal fagotées, les voitures volées trop mal maquillées qui sentent trop fort un parfum trop écœurant, je parle des grosses, pas des grosses assumées ou épanouies, non je parle des grosses qui s'empiffrent et se remplissent sans parvenir à combler leur vide intérieur ces grosses vulgaire qui sortent du cinéma en gardant leur litre de coca entamé éventé et tiède - mais pourquoi d'ailleurs ? Pour se rincer la bouche après la gâterie qu'elle fera à son mec pendant qu'il finira les popcorn ?- je parle des petites bourgeoises moins bohèmes que prolétaires, les filles bardées de marques, clinquantes, aux bijoux trébuchants, hautaines et exubérantes. Toutes ces filles désespérantes, jeune fille sans saveur, personnalité anorexique, culture en berne, les apprenties potiches ni désirables ni jolies. Les moches, les connes et celles qui cumulent, les fins de séries et bas de gamme qui ne parviendraient pas à me lever une érection, les dépressives défaitiste à la féminité en ruine, les vieilles belles qui s'accrochent à leur illusions en mini jupe, à toutes les refoulées de la Star Académie, les starlettes qui finirons dans ma télé, un film x ou la télé réalité, les futurs mamans qui appelleront la télévision pour réparer leur indigence éducative. Oui, merci à vous les hommes, merci à toi mec qui sort avec une fille pareille, oui merci à toi tu me sauve, tu sauve le système, tu la sauve elle, merci du fond du cœur.

 

Salve deux __ . . . paf boom !

 

Dans un deuxième temps je voudrais remercier toutes les filles, gamines, femmes qui sortent avec des cas désespérés, des mecs désespérants. Merci à toi de sortir avec une loque humaine, un mec gavé de testostérone fière de l'être, muscle dur et esprit creux, le mec qui se prend pas la tête, en d'autre terme avec un animal, un roi du divertissement, descendance dégénérée d'Aldo Maccione au machisme intégré, ces mecs passe partout, les orgueilleux de leur condition, les mal vêtus, males habillés selon leur conception du beau, les sans respect, culture de nazes, les cœurs fermés, les footballeurs, les sportifs, les intellos, bref les défenseurs de tous les ghettos, merci à toi femme de sortir avec ce bœuf, bêtes de sommes, bref trois fois rien. Oui merci à vous toutes les âmes charitables, plus sœur Emmanuelle qu'Emmanuelle, merci à toi qui prend le bras de ce gamin qui pense qu'il va te sauter pour un ciné et une blague, merci à toutes de donner aux cons l'illusion d'un amour qu'ils ne peuvent même pas comprendre, tous ces types briseurs de rêves, les quelques uns qui finirons par vous battre, les autres par vous tromper, parfois les deux, merci aux filles qui savent dire oui aux conducteurs de belles voitures et même à celles qui acceptent de se faire sauter dans une voiture tunning sur de la techno bon marché, merci à toi d'aimer ce futur père absent ou celui là qui expose sa virilité et son portable, tous ces mecs bon marché, des deuxièmes mains même pas révisées. Oui je te suis reconnaissant de faire cela jeune fille, courage ne change rien.

Voir les commentaires

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0