Articles avec #brocante tag

Publié le 29 Septembre 2016

Je n’en finirai donc jamais de dérouler mes butins littéraire rapportés d’un vide-grenier un matin de septembre. C’est un jour qui fût pour moi riche en poésies, en poètes et en poèmes. Toujours l’œil qui interpelle le premier, dans un second temps l’esprit fait son office et fait remonter à la surface des bribes de savoirs, de souvenirs et il comble les larges interstices avec des impressions de déjà vu, des ça me dit quelque chose et autre familiarité qui chasse l’ignorance.

Je vois donc un album, format carré à couverture claire et sur cette couverture un nom qui m’est familier, celui de Paul Eluard, pilier du surréalisme. C’est pour cela que je ne m’étonne pas de voir au centre de la couverture l’illustration d’une demoiselle au corps de plume et en dessous le titre, Grain-d’Aile. Je ne sais rien de ce texte, j’avoue mon ignorance, mais je sais que les grands esprits pensent presque toujours hors des cases et que leurs productions débordent et se glissent dans des formes qui ne sont pas celles pour lesquelles ils sont connus et reconnus.

Grain-d’Aile est un conte, c’est aussi le prénom de l’héroïne qui est légère, si légère que, lorsqu’elle naquit, sa maman s’étonna de ne pas la sentir peser dans ses bras. C’est bien là un conte pour enfant écrit de la main d’un poète surréaliste ; mais l’album devant moi était plus que cela car il était illustré par la main d’une femme, Chloé Poizat. Et je crois que j’aurai reposé le livre sans me décider à en demander le prix si les illustrations ne m’avaient pas interpellé. Difficile d’en parler quand je sais que je peux en partager des images ; j’apprécie le contraste entre une forme de légèreté naïve qui entre en contact avec une forme de réappropriation mutagène qui injecte un sens un peu plus mature. L’alchimie fonctionne et il se dégage de ces illustrations un sentiment d’étrangeté latent juste assez fort pour stimuler la conscience mais bien assez discret pour ne pas phagocyter le texte.

En décidant d’acheter Grain-d’Aile pour un seul modique euro j’ai découvert la prose de Paul Eluard par le prisme une nouvelle forme littéraire (pour moi) et j’ai surtout rencontré un univers visuel et une illustratrice dont j’apprécie vraiment l’univers visuel. Et même si ce n’est « qu’un » conte pour enfant je trouve l’objet livre vraiment superbe et les vide-greniers sont fait pour cela, rencontrer des objets que l’on aurait jamais connu autrement. Exactement comme l’autre livre que dont je vais vous chroniquer la rencontre.

Chiner sa bibliothèque #29

Encore et toujours sur ce même vide-grenier de fin d’été, juste après avoir trouver ma dose de poésie réglementaire, je me penche sur un étale et j’entre en collision avec l’expression intense d’une Marilyn Monroe figée dans une image au grain très fort. Je connais Marilyn Monroe comme tout le monde, comme tout le monde connaît cet icône de la culture bien au-delà de ses films. Et lorsque je remarque la couverture de ce livre j’ai vraiment un intérêt immédiat et vif pour lui ; je ne vais par parler de coup de foudre, mais il est clair que l’expression et le visage de cette Marilyn me touche. Je ramasse donc le livre pour le regarder de plus près. Je n’ai jamais été particulièrement porté par la culte de Marilyn Monroe, mais je reconnais en elle l’érotisme incomparable qu’elle exhale au travers des photos et des films sur lesquels elle apparaît. Le livre s’appelle Marilyn Monroe Fragments poèmes, écrits intimes, lettres, je le feuillette rapidement et je tombe une seconde fois sous le charme de l’ouvrage. Il s’agit comme le titre l’indique, d’un recueil de Fragments rédigés par Marilyn Monroe. La maquette superbe met en scène et en page des facsimilés des documents originaux, sur une page et en vis-à-vis la retranscription en anglais ainsi que la traduction en français.

Des lettres dactylographiées, des mots griffonnés sur le papier à entête d’un hôtel, des textes crayonnés dans un cahier, on navigue entre les traces écrite de l’actrice icône et petit à petit on entre en elle, dans sa tête, son esprit, sa pensée et celle que l’on aime à faire passer pour folle et dépressive, devient plus proche de nous, plus humaine et si ce n’était pas déjà le cas on se prend d’affection pour la sensibilité bouleversante de cette femme. J’ai vraiment eu un coup de foudre immédiat pour l’objet livre et pour ce qu’il représente, c’est cet ouvrage qui à réveillé en moi l’envie d’établir une correspondance à une star nébuleuse pour éprouver la sensation grisante que les mots nous permettent de transcender les distances et les différences pour entrer en intimité avec une personne. La personne voulait 1 euro pour ce livre, je les ai payés très volontiers et je suis rentré avec Marilyn.

C’est ainsi que pour 2 euros je fais entrer deux superbes livres dans ma bibliothèque chinées dont la somme totale dépensée jusqu’à présent pour la constituer s’élève à 57 euros et je ne suis pas sûr de la logique grammaticale de cette phrase …

C’est ainsi que pour 2 euros je fais entrer deux superbes livres dans ma bibliothèque chinées dont la somme totale dépensée jusqu’à présent pour la constituer s’élève à 57 euros et je ne suis pas sûr de la logique grammaticale de cette phrase …

Chiner sa bibliothèque #29
Chiner sa bibliothèque #29

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #videgrenier, #vide grenier, #brocante, #poésie

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2016

Je ne suis pas sûr d’être encore un poète, je ne suis pas sûr non plus d’être en dépression et je sais en revanche que je ne suis pas alcoolique. Quand à être romantique les avis divergent sur le sujet depuis le temps tendre de mon adolescence. Mais pourquoi est-ce que je raconte cela ? Parce que j’avais envie d’une introduction facile et énigmatique et pour placer en exergue de cette chronique de vide-grenier les qualités d’un poète comme Alferd De Musset. De ce poète jusqu’à présent je ne connais que le nom et sa réputation de dandy décadent, alcoolique, dépressif et poète, à n’en pas douter un homme sensible, romantique et sombre qui sera l’amant de George Sand. Aujourd’hui je vais pouvoir connaître le poète par son œuvre. Il y a quelques semaines lors d’une matinée de chine en vide-grenier, matinée généreuse en poésie,  je me trouve devant une petite caisse de bois où s’entassent de vieux livre. Il est inscrit 1 euro les deux et moi je chine dedans.

Remarquant mon intérêt le vendeur me propose de partir avec la caisse et tous les livres pour 10 euros, je ne doute pas que ça serai une bonne affaire, mais je n’avais repéré que deux ouvrages qui m’intéressaient, du coup je décline son offre mais je me saisi d’un livre écrit par Alfred De Musset (et non Alfred de Batman). Choix de Poésie A. de Musset est un ouvrage édité en 1942 à Paris par la librairie Alphonse Lemerre. Les pages ont été massicotées avec soin par le premier lecteur de ce livre qui est resté malgré son âge en excellent état je trouve. C’est le support parfait pour apprendre à lire la prose de ce romantique de De Musset ; un livre vendu 5 nouveaux francs il y a soixante quatorze ans et acheté 50 centimes d’euros aujourd’hui. Et oui monsieur Livre, le temps passe et le monde change, mais la poésie entre vos pages reste l’intacte et fragile corde sensible qui relie les mondes.

Des mondes il y en a entre moi et le prochain livre que je vais vous présenter, le second ouvrage acheté avec De Musset pour remplir les conditions de l’offre deux livres contre 1 euro. Dans ce second ouvrage il est question de Chateaubriand et d’une pièce de théâtre, Moïse, plus précisément d’une tragédie en vers. Pourquoi y a-t-il des mondes entre moi blogueur et chineur et cette tragédie de Chateaubriand ? C’est parce que l’ouvrage date de 1831. Un livre vieux de 185 ans chiné en vide-grenier pour 50 centimes, ça laisse du temps pour connaître bien des mondes non ? En voyant la date sur la couverture je suis déjà séduit et je prends soin de ranger avec quelques précautions l’ouvrage dans mon sac. Cette fois il n’y a plus de doutes à avoir, j’aime les vieux ouvrages ! 185 années me sépare du moment où ce livre est sorti de l’imprimerie, j’imagine à peine toutes les vies que ce livre à traversées, quels lecteurs se sont plongés dans la pièce, quelles lectrices sont tombées amoureuses de la littérature en laissant glissant leurs doigts fins sur ce papier.

Ce papier c’est justement ce qui m’a immédiatement frappée lorsque j’ai feuilleté le livre c’est le grain du papier. Je ne sais pas si vous avez eu dans votre enfance d’avoir des parents portés sur le travail manuel, j’ai eu cette chance là et il nous ai arrivés quelques fois de faire du papier recyclé avec de vieux journaux. Le papier grossier que nous obtenions à la fin du processus avait un grain qui ressemblait à celui de cet exemplaire du Moïse de Chateaubriand. Ensuite ce qui est marquant dans cet ouvrage de 1831 ce sont les marques laissées par l’impact des caractères du le papier ; laissez courir ses doigts sur la surface délicieusement rugueuse du papier et sentir se dessiner sous ses doigts les formes des caractères frappés est un plaisir qui frôle l’érotisme. Je suis juste furieusement content de rentrer ce livre dans ma bibliothèque chinée ; il est bien évidement qu’il en est le doyen pour le moment. L’ouvrage est sortie de l’imprimerie à peine 19 ans après que Chateaubriand est fini de rédiger la pièce. Oui, c’est vrai, 19 ans c’est beaucoup trop pour utiliser l’expression à peine, mais ramené à 185 ans je trouve ça peu. Et toujours pour un livre de son âge trouvé en vide-grenier et donc conservé dans des conditions moyenne, je trouve que l’état de l’ouvrage est plutôt bon.

Malgré l’âge avancé de ces deux ouvrages le prix dépensé pour les obtenir est modique et la valeur totale de la bibliothèque atteint 55 euros.
Malgré l’âge avancé de ces deux ouvrages le prix dépensé pour les obtenir est modique et la valeur totale de la bibliothèque atteint 55 euros.
Malgré l’âge avancé de ces deux ouvrages le prix dépensé pour les obtenir est modique et la valeur totale de la bibliothèque atteint 55 euros.

Malgré l’âge avancé de ces deux ouvrages le prix dépensé pour les obtenir est modique et la valeur totale de la bibliothèque atteint 55 euros.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur Ray

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #videgrenier, #vide grenier, #livre, #brocante

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2016

Maintenant que le fait de collection Les Fleurs du Mal est devenu officiel je me dois de rentrer d’un week-end de chine avec au moins un exemplaire du recueil de Baudelaire, et ce samedi 24 septembre j’ai trouvé mon exemplaire réglementaire. C’est un volume de la collection Le Livre de poche classique présenté par Jean-Paul Sarte et édité par Gallimard en 1969. La couverture est sombre, noire et verte et la tranche du livre verte avec des traces de décoloration dû à l’âge et la conservation relativiste du livre. Je trouve cette couverture très capiteuse avec une femme nue et une seconde dénudée, des fleurs qui fanent en bouquet décomposé et des teintes sombres qui collent parfaitement au romantisme de Baudelaire. Je dois avouer que je possède déjà un exemplaire de cette édition, mais le dos du livre était abîmés ce qui n’est pas le cas ici. Et puis pour le prix où j’ai payé ce livre je ne pouvais pas me le refuser. Mais avant de donner son prix, je passe au reste du lot car c’est tout un lot que j’ai acheté à la même femme.

Dans une précédente chronique sur le projet chiner sa bibliothèque je vous racontais que lorsque j’ai arrêté la fac et que j’ai eu la démarche active de me cultiver je suis allé instinctivement vers Camus et vers Freud et que cela m’avait laissé une empreinte nostalgique pour ces deux auteurs. Et donc dans le carton de livre où j’étais en train de chiner je trouve Freud délire et rêves dans la « Gradiva » de Jensen, un ouvrage de Sigmund Freud dans lequel il analyse un court roman de Wilhem Jensen dans lequel l’auteur chercher à percer les secrets d’un bas relief italien. Ce n’est pas un ouvrage que j’ai lu ou connu dans le passé même si son titre m’a été quelques fois évoquer en cours d’histoire de l’art il me semble. J’ai donc mis l’ouvrage de côté et j’ai continué de chiner.

Et là je vois un visage familier, celui de Frankenstein, héros du roman de May W Shelley. Je n’ai jamais lu Frankenstein mais j’ai entendu mille fois l’éloge de ce roman qui incarne une figure parfaite de la littérature gothique et que beaucoup considère aussi comme un des textes fondateurs de la science-fiction. Cet exemplaire édité aux éditions Marabout en 1983 me semble très attirant, et je le mets donc dans la pile des livres qui m’intéressent. Voyant (enfin ?) quelqu’un qui s’intéresse à son carton de livre la vendeuse m’informe qu’elle les vend à 10 centimes l’unité. Dix centimes ? Voilà une bonne raison de chiner plus en avant dans ce carton !

Le temps de m’arrêter sur un classique parmi les classiques, un roman de Conan Doyle, Le chien des Baskerville. Encore un livre que je connais pour ne l’avoir pas lu ; il y a des œuvres comme celle-ci dont l’aura est si puissante qu’elle fini toujours par nous atteindre même si on n’a jamais prit la peine d’ouvrir l’ouvrage d’origine. Il me semble plus que logique alors de faire entrer ce Sherlock Holmes dans ma bibliothèque chinée, surtout qu’à ce prix là ça serait un crime de laisser dans ce vide-grenier ; autant que ce jeu de mots est criminel, je l’avoue.

Je continue de fouiner et j’aperçois les Contes Fantastiques d’Hoffmann. Immédiatement ça sonne en moi comme un nom familier, forcément puisque dans mon esprit Contes Fantastiques d’Hoffmann ça sonne comme Les contes d’Hoffman, sauf que le second est un opéra et que j’ai sous les yeux un livre, recueil de contes fantastiques. Encore une fois je me dis que faire entrer un auteur que je n’ai jamais lu pour 10 centimes c’est une occasion en or. Et avec cet ouvrage je tiens une pile de cinq livres que je montre à la vendeuse en préparant ma pièce de 50 centimes. Mais la vendeuse me dit, comme vous en prenais cinq je vous en offre un gratuit, cherchez un ouvrage qui vous intéresse. Et me revoilà le nez dans le carton, presque sûr pourtant d’avoir attrapé tous les ouvrages qui m’inspiraient. Mais pour ne pas décevoir la vendeuse et pour profiter de l’occasion j’ai pris Château en Suède de Françoise Sagan pour une seule raison, et cette raison c’est Françoise Sagan.

Je repars donc de ce vide-grenier avec six livres pour lesquels je n’ai dépensé que 50 centimes.

Avec une dépense de 2,5 euros en tout et pour tout la somme totale de la bibliothèque s'élève à 54 euros
Avec une dépense de 2,5 euros en tout et pour tout la somme totale de la bibliothèque s'élève à 54 euros

Avec une dépense de 2,5 euros en tout et pour tout la somme totale de la bibliothèque s'élève à 54 euros

Je me demande encore pourquoi la personne en possession de ce livre à eu envie de réinscrire le titre du livre à l’intérieur du livre. Mais c’est un trace poétique, comme ce que je suppose être la fleur d’un coquelicot qui a séché bien assez longtemps jusqu’à s’imprégner dans l’œuvre, mais je pense qu’il a peu de risque que la fleur revienne à la vie.

Je me demande encore pourquoi la personne en possession de ce livre à eu envie de réinscrire le titre du livre à l’intérieur du livre. Mais c’est un trace poétique, comme ce que je suppose être la fleur d’un coquelicot qui a séché bien assez longtemps jusqu’à s’imprégner dans l’œuvre, mais je pense qu’il a peu de risque que la fleur revienne à la vie.

Je profite de cet article pour chroniquer l’entrer de deux BD chinées la semaine dernière. Je ne chine pas souvent de BD, je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Mais bon, la semaine dernière donc je tombe sur les tomes 1 & 2 des Technopères une bande dessinée en huit tomes, ce qui est raisonnable je trouve, parce que ça me laisse la place de me dire que je peux réunir et lire les huits et qui se déroule autour de l’univers de L’incal. Et que ce soit pour L’incal ou pour Les Technopères, ce qui m’attire dans ces univers, en dehors que ce soit de la science-fiction décomplexée, c’est l’homme qui écrit les scénarios, Alejandro Jodorowsky. Lorsque je suis tombé sur ces deux BD scénarisées par  Alejandro Jodorowsky, en plus les deux premiers tomes ce qui m’incite plus facilement à acheter une des éléments constitutifs d’une série plus vaste j’ai eu envie de les prendre, surtout pour 1 euro pièce. Je paie et je rentre chez moi et là j’ai la petite déception de voir que les BD avaient un peu prit l’humidité, surtout le tome 2. Le tome 1 avait quelques pages légèrement gondolées par endroit et le tome 2 avec des pages plus franchement gondolées et même collées par endroit. Et pour finir les deux albums étaient un peu cintrés et elles avaient une légère odeur de renfermé, une bonne odeur de malle stockée dans une cave humide. Je n’étais pas déçu directement par l’état des livres parce que ça ne m’empêche pas de profiter de l’histoire, mais je m’en voulais un peu de ne pas avoir mieux regardé avant d’acheter, j’aurai pu soit ne pas les prendre, soit profiter de leur état pour négocier, c’était donc mon ego de chineur qui était froissé.

Je ne savais pas trop quoi faire pour « restaurer » ces deux ouvrages, après une petite réflexion et après avoir évacuer de mon esprit l’idée de les mettre au micro onde … si si j’y ai vraiment pensé et si je n’ai pas testé c’est que ce format ne va pas au four, je me suis dis que le plus simple pour chasser l’humidité ça serai simplement de mettre mes BD au soleil. Ici les journées sont encore belle, le soleil chaud et je me suis dis qu’avec leur couvertures sombres elles se réchaufferaient vite et que ça aiderai sûrement à les assainir. Je pose donc mes Technopères sur la table de jardin bien orientés pour prendre le soleil et je m’en retourne vaquer à d’autres occupations. Et puis je n’y pense plus, et je pars en week-end en les oubliant dehors. Et ce matin je rentre chez moi au matin frais et je vais dans le jardin où je découvre mes deux ouvrages avec les couvertures trempées par la rosée du matin qui perlait à grosses gouttes dessus. Et assez curieusement ça m’a fait rire. Au moins maintenant je saurais pourquoi mes BD sont dans un état moyen, ça ne sera pas parce que j’aurai été un mauvais chineur mais parce que je suis bien trop tête en l’air !

Joe la bonne idée, mettre ses livres dehors pour qu’ils sèchent et les oublier là à la merci de l’humidité du petit matin durant tout un week-end !

Joe la bonne idée, mettre ses livres dehors pour qu’ils sèchent et les oublier là à la merci de l’humidité du petit matin durant tout un week-end !

Voir les commentaires

Rédigé par Ray

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #videgrenier, #vide grenier, #brocante

Repost 0

Publié le 15 Septembre 2016

Cette fois c’est la bonne, l’introduction que je voulais écrire hier c’est transformée en article fleuve sur l’avant, sur l’après, et sur le plaisir de mener ce projet. Jusqu’à présent je faisais généralement les chroniques d’entrées de livre dans l’unité de temps d’un vide-grenier, parfois je scindais en deux quand j’avais fais beaucoup d’achats le même jour mais là je vais faire l’inverse. Je réuni quatre achats éparses et je fais ici la chronique de quatre nouvelles entrées, pour cinq livres chinés cet été au hasard d’août ou de juillet et qui, les jours où je les ai trouvés, étaient mes seuls achats de livre.

Pour commencer parlons du livre Réseaux D’ombres de Rémy. Pas besoin d’en dire plus, je crois que tout est dit, tout est là. Mais comme je suis d’un naturel prolixe je vais quand même en dire plus. Ce jour là c’était un grand vide-grenier, beaucoup d’exposant, beaucoup de soleil, beaucoup de chaleur et j’avais déjà fais quelques achats côté jeux vidéo et jouets. J’étais loin d’être bredouille, mais j’avais ce sentiment d’incomplétude de revenir d’un vide-grenier sans un livre pour le projet chiner sa bibliothèque. Je fouinais donc avec plus d’attention dans l’espoir de trouver un ouvrage qui m’interpelle à un bon prix et ce jour là curieusement les vendeurs avaient des prix audacieusement hauts pour des livres. Je fini par tomber sur cette couverture et là directement j’y ai vu un message. Rémy réseaux d’ombres, Rémy, avec un i grecque comme le mien, comme les vrais Rémy. Je ne savais rien de l’ouvrage mais m’étant senti concerné j’ai demandé le prix. Enfin un livre à 50 centimes, un livre que j’ai pu acheter. Sans me faire plus bête que je ne suis avec son titre et ses empreintes digitales bleues et rouges je supposais un roman sur la résistance. Certes, je n’ai pas été non plus très malin puisque j’ai cru que le Rémy sur la couverture faisait parti du titre, non c’était l’auteur, colonel Rémy, héros de la résistance. Je n’ai même pas acheté le livre pour sa couverture, ni pour sa tranche rouge rosie par le temps et l’eau, non je l’ai acheté pour son titre et donc je n’en connais pas le contenu. Pour ce que j’en ai feuilleté ça semble être une forme de témoignage biographique du colonel Rémy.

Comme vous pouvez le voir Rémy Réseaux d'ombres contient pas mal de code et de documents en plus du texte

Comme vous pouvez le voir Rémy Réseaux d'ombres contient pas mal de code et de documents en plus du texte

Chiner sa bibliothèque #23

Autre jour, autre lieu, mais encore un livre à la tranche rouge. Cette fois un livre de poésie. C’est devenu ma lubie, ma quête et mon jeu, revenir le plus souvent possible avec de la poésie. J’ai du retard à la lecture des classiques et des autres poètes, et maintenant que j’ai fais la paix avec la poésie j’ai plaisir à rattraper ce temps passé à la maudire ou à la détester. Est-ce que Mallarmé est un classique ou un autres je vous laisse seuls juges. Je l’ai un peu étudié à la fac, surtout son poème Jamais un coup de dés n’abolira le hasard qui m’avait laissé un sentiment de sidération positif. J’étais donc en joie de tomber sur du Mallarmé en vide-grenier pour 1 euro. Il s’agit de l’ouvrage Poésies, Anecdotes ou Poèmes, Pages diverses. En feuilletant la page de garde je lis que l’ouvrage ne comporte pas Un coup de dés, c’est une toute petite déception vite oubliée, je dois même dire que ça m’a fait sourire parce que même si Mallarmé est un fameux poète je n’avais lu que ce poème de lui, et me voir notifier noir sur blanc que le seul poème que je connaissais n’était pas de le livre j’y ai vu une amusante ironie.

Troisième ouvrage on change de registre. J’ai acheté un livre qui se nomme Lara Croft les carnets secrets aux éditions Albin Michel. Je ne sais pas s’il faut encore faire les présentations, mais au cas où, les gens voici Lara Croft une des premières icônes du jeu vidéo à dépasser son média d’origine, Lara voici les gens qui n’ont peut-être jamais joué à un de tes jeux Tomb Raider mais qui te connaissent sûrement de nom. La première chose que j’ai regardé en feuillant l’ouvrage c’est son année d’édition, parce que si dans l’absolu je ne suis pas un grand fan des jeux vidéo Tomb Raider je suis plutôt fasciné par les figures de la culture populaire. Et je crois pouvoir dire sans trop faire d’erreur qu’en France Lara Croft est la première figure du jeu vidéo à transcender son rôle de star du jeu vidéo pour devenir durant quelques temps star à part entière, une vedette. C’est à cette époque que Lara Croft personnage devenue star faisait de la publicité pour d’autres produits que le jeu vidéo. En 1998 & 1999 nous pouvions voir Lara Croft nous vendre des voitures Seat. Bien sûr les pubs reprenaient les codes du jeu vidéo mais c’était quand même un signe que l’aura de Lara avait dépassé le cadre de la Playstation. Et justement ce livre date de 1999. C’est ce qui m’a convaincu de le prendre pour 2 euros, il est le témoignage d’une époque et l’on a cherché à créer une personnalité médiatique de toutes pièces à partir d’un personnage de jeu vidéo. Aujourd’hui si l’on veut une starlette bon marché il suffit de piocher dans le vivier de la télé réalité, mais au début du siècle notre société culturelle a piochée dans le jeu vidéo. Le livre Lara Croft les carnets secrets se lit comme un dictionnaire, à chaque lettre sont associés six entrées qui sont autant d’accroches pour de petits paragraphes rédigés comme si Lara répondait elle-même. Les visuels peuvent prêter à sourire, le concept même de faire parler Lara comme une personne peut mettre mal à l’aise tant on se demande quelle était la cible de cette ouvrage, mais si on regarde cela comme une œuvre d’art, une tentative unique dans le temps je trouve ce livre parfaitement intéressant.

Les poses choisies pour Lara sont toujours assez tendancieuse même si dans le texte Lara dit détester être vue comme un sex-symbol

Les poses choisies pour Lara sont toujours assez tendancieuse même si dans le texte Lara dit détester être vue comme un sex-symbol

Avec ces derniers achats j'ai dépensé 46,4 euros pour la bibliothèque

Avec ces derniers achats j'ai dépensé 46,4 euros pour la bibliothèque

Un jour mon regard a été attiré par les couvertures noires et mauves aux aspects polardisantes de deux livres assez minces. Je ne connaissais pas l’auteur, je ne connaissais pas les titres mais l’esthétique de la couverture et la quatrième de couv’ assez laconiquement orientée polard m’a poussé à demander le prix. C’était 20 centimes le livre, 40 centimes pour Sous influence et pour Ultime voyage de Christopher Pike. J’ai cessé de réfléchir, j’ai payé et je suis parti. Je pensais avoir acheté de la littérature de gare, du polard de salle d’attente que je comptais mettre aux toilettes et c’est d’ailleurs ce que j’ai fais. D’ailleurs les livres ne sont pas mauvais, et se lisent sans difficultés ; s’il doit y avoir un petit hic c’est que l’auteur, Christopher Pike fait dans la littérature post jeunesse, ce sont donc de bonnes petites histoires tendance noires pour ado, ce qui n’est pas en soi une critique d’ailleurs mais ça explique parfois la minceur de l’intrigue.

Avec cette chronique des retours éparses de l’été je suis presque à jour dans mon projet chiner sa bibliothèque. Il me reste à faire une chronique groupée sur les livres dont vous êtes le héros trouvé tout au long de l’été et une fois que cela sera fait je n’aurai plus que mon dernier vide-grenier à vous chroniquer pour être à jour. Si je suis capable de faire ça dans la semaine c’est guinguette !

En bonus je vous laisse avec les pub Seat où Lara Croft jouait.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #brocante, #videgrenier, #vide grenier

Repost 0

Publié le 3 Août 2016

Je ne possède personne ça coûte trop cher mais voilà je possède des livres que j’achète pas cher en vide-grenier. Tu parles d’une intro. Ce n’est pas de la grande littérature, je ne suis pas Homère et mes escapade en vide-grenier quelques sous à la main ne sont pas des odyssées, mon âme en errance n’est pas Ulysse et mon chez moi n’a rien d’Ithaque et ça tombe bien parce qu’en vérité je n’ai jamais tiré à l’arc. Pas de retour contrarié chez-moi, seulement un retour de brocante avec des livres glanés un 14 juillet.

 

Et si maintenant tu ne vois pas où je veux en venir, si tu te contente de voir d’où je reviens c’est que tu es moins malin que je ne l’imaginais. Le premier ouvrage que je rapporte comme un précieux trésor est un livre d’André Massepain illustre inconnu pour moi qui a écrit un ouvrage intitulé Les plus belles légendes de l’Odyssée. Et maintenant j’espère que tu comprends mieux. Vous savez je suis un enfant de 1978, un an après été édité Les plus belles légendes de l’Odyssée, pourtant ce qui a forgé le socle de ma culture odysséenne c’est le dessin animé Ulysse 31, autant dire que ma culture sur le sujet antique est lacunaire. Mais il y a peu j’ai découverts un tout petit jeu de rôle dans un monde post apocalyptique forestier et hanté qui propose de rejouer une version post forestière de l’odyssée d’Ulysse et cette idée m’a beaucoup plue, sauf qu’elle m’a rappelé que je connaissais mal la chronologie, les lieux et les personnages du texte d’Homère. Et en voyant cet ouvrage je me suis rendu compte qu’en plus de faire un bel ouvrage dans mon projet chiner sa bibliothèque parce que le livre est joliment illustré, ça serait une bonne occasion de combler ma culture. Le prix de ce livre je vais le définir à 40 centimes, la vendeuse faisait un euro les trois livres mais il n’y en a que deux qui ont suscité mon intérêt, pourquoi pas 50 centimes me direz-vous, la réponse est simple, pour que le montant de la bibliothèque forme un compte rond.

 

Me voilà donc à arpenter le vide-grenier en expliquant à ma petite amie à quel point je me perdais dans la mythologie, comme ma culture était bancale sur le sujet lorsque je vois sur un stand un livre intitulé 100 personnages clés de la Mythologie, sous-titré Biographies et arbres généalogique des dieux, déesses et héros. Si j’avais été croyant, mystique ou superstitieux j’aurai tout de suite vu cet ouvrage non pas comme une bonne affaire mais comme un signe des dieux m’indiquant le chemin à suivre pour me rapprocher d’eux. Pour dire vrai ce qui à motivé mon achat c’est surtout l’aspect généalogique du livre parce que les lignées divines et mythologiques sont affreusement complexes, curieuses et croisées. Évidemment cet ouvrage en plus d’entré dans ma bibliothèque chinée entre aussi dans mon apprentissage mythologique en vue d’en jouer des rôles ou juste de combler ma culture générale. Le prix ? 1 euro, modique et juste à mon goût.

Sur ces photos prises en plein air je peux conclure l'article comme d'habitude en vous donnant le montant total du projet chiner sa bibliothèque qui s'élève à 35 euros
Sur ces photos prises en plein air je peux conclure l'article comme d'habitude en vous donnant le montant total du projet chiner sa bibliothèque qui s'élève à 35 euros

Sur ces photos prises en plein air je peux conclure l'article comme d'habitude en vous donnant le montant total du projet chiner sa bibliothèque qui s'élève à 35 euros

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #brocante, #vide grenier, #videgrenier

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2016

Dimanche matin le 26 juillet à Alès, il est environ dix heures lorsque l’on arrive sur ce vide-grenier. Nous sommes là pour le plaisir, la chine, le soleil et se promener en quête d’un hasard, un hasard dont j’espère qu’il puisse écrire un nouveau chapitre de mon projet chiner sa bibliothèque. Avec quoi ? Des livres évidemment ! Quels livres ? Ceux que je croise et qui me parlent, me plaisent, me séduisent, ou autre. Je ne force rien, je n’attends rien, j’ouvre les yeux et j’observe. Soudain impossible de ne pas voir la couverture de ce livre de poche. Impossible de la décrire, je la laisse donc se présenter en image.

Recto et verso Gargantua donne dans la démesure visuelle
Recto et verso Gargantua donne dans la démesure visuelle

Recto et verso Gargantua donne dans la démesure visuelle

En esquissant un mauvais jeu de mot j’ai eu envie de dire : géant ! Généreux ! Génial ! Avec ses couleurs vives, presque crues, ses personnages grotesques et naïfs et cette manière d’inscrire le titre Gargantua, et l’auteur, Rabelais dans des bulles comme si la page était extraite d’une bande dessinée cette couverture concentre et exprime déjà tout Gargantua ; un coup de foudre immédiat. Au fil des  vide-greniers je commence à prendre quelques réflexes, le plus naturel est de se dire que si un bel objet se trouve sur un stand, peut-être que d’autres le suivent au même endroit. Alors je chine un peu plus sur ce stand et de façon plutôt logique je trouve Pantagruel. Bim ! Encore une couverture intéressante et très explicite de l’univers du géant fils de son père Gargantua. Le père et le fils, les deux premières œuvres de François Rabelais. La couverture de Pantagruel me semblant un peu moins exubérante que celle de Gargantua sur le moment je me suis imaginé que les deux éditions ne devaient pas dater de la même période. Après observation, à priori 1972 pour l'une et 1983 pour l'autre.

Petit plaisir supplémentaire, une pure surprise de vide-grenier, à l’intérieur de Gargantua, sur la page de garde on peut observer une petite biographie de François Rabelais écrite assez maladroitement au stylo bic. J’imagine que ce sont là de petites anti-sèches pour l’élève qui pouvait porter son livre pour son épreuve de dissertation ; c’est cela ou autre chose, je ne sais pas bien, mais ça donne à ce livre une touche un peu plus personnelle encore, presque intime. Peut-être que je pense cela parce que les seuls souvenir de Rabelais et de Gargantua que j’ai me vienne d’un lointain cours de français …

Il ne me restait plus qu’à demander le prix, le vendeur me répond 1 euro, j’ai essayé et espérer payer 1 euro pour les deux, mais avec le sourire, un sourire qu’il a voulu me vendre, et en me faisant remarquer que les livres étaient beaux, il a insisté pour 1 euro pièce. Et me voilà avec ces deux ouvrages.

Chiner sa bibliothèque #19
Chiner sa bibliothèque #19
et avec ce livre à la tranche bleue la somme totale de la bibliothèque chinée montre à 33,6 euros

et avec ce livre à la tranche bleue la somme totale de la bibliothèque chinée montre à 33,6 euros

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #chiner, #bibliothèque, #livre, #videgrenier, #vide grenier, #brocante

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2016

Pour en terminer avec les livres chinés pour ma bibliothèque le 14 juillet je dois vous parler des deux ouvrages que j’avais déjà repérés sur le stand où j’avais déjà attrapé trois ouvrages. Il en restait deux qui m’intéressaient, deux ouvrages assez particuliers. Sur la couverture du premier des sprinteurs blancs semblent courir un 100m en dessous d’un titre bleu Histoire des jeux olympiques. En bas à droite de la couverture je vois Thomson que je ne connaissais pas comme éditeur mais comme constructeur de matériel vidéo. Cela peut vous paraître maladroit que je précise que ce sont des hommes blancs qui courent sur la couverture, pourtant en voyant cela je me dis que cette Histoire des jeux olympiques est assez ancienne. Je pensais trouver des photos à l’intérieur, mais à mon étonnement c’est une plutôt une forme de bande dessinée ; chaque chapitre comme par un petit texte pour contextualiser les jeux en question en commençant par les plus anciens, puis quelques planches de bande dessinées qui illustrent en mettant en image des faites ou des anecdotes olympiques. Parfois une photo d’époque vient s’ajouter à la BD pour donner plus de réalisme.  Je viens d’une famille où l’on partage une passion pour le sport, et une passion pour les jeux olympiques, alors avec ce livre je m’amuse de voir comment cet ouvrage explore et écrit cette Histoire des jeux olympiques. Mais pour en revenir aux hommes blancs un peu désuets sur la couverture, c’est que l’ouvrage date de 1980. Il a été publié par Thomson avant les jeux de Moscou en 1980. C’est tout à fait fascinant de se plonger dans ce regard et cette manière de raconter l’histoire. C’est à mon goût une super trouvaille. Peut-être la meilleure même s’il y a concurrence avec le dernier livre que j’ai trouvé sur ce stand. Sur la couverture il y avait écrit South Park scénars et compagnie ! J’ai feuilleté l’ouvrage et il s’agit bien d’un livre regroupant 5 scénarios assez fameux de la série South Park, enfin en 1999. Et oui, l’ouvrage date un peu. Dedans on trouve extrait de story board, et l’intégralité des dialogues. C’est cru, c’est con, c’est hilarant, c’est idiot, c’est transgressif, bref c’est South Park.

Je suis donc là avec mes 5 livres en mains et je demande à la vendeuse si elle me ferait un bon prix pour ce lot. Elle hésite quelques secondes et me répond 3 euros. Cinq ouvrages, des livres qui me plaisent et que j’ai très envie de rapporter, pour seulement 3 euros ? Je ne vais pas la faire dans le suspens, j’ai souris, j’ai dis d’accord et je suis rentré avec mes livres.

Et avec cet article qui boucle les achats du 14 juillet le montant de la bibliothèque chinée augmente de 2 euros pour Divergences 001 et 3 euros pour les 5 derniers ouvrages, les deux Asimov, le Horla, Histoire des jeux olympiques et South Park scénars et compagnie !

J'adore, tout simplement j'adore !
J'adore, tout simplement j'adore !
J'adore, tout simplement j'adore !
J'adore, tout simplement j'adore !
J'adore, tout simplement j'adore !

J'adore, tout simplement j'adore !

Du coup le montant total grimpe à 31,6 euros et se diversifie vraiment. Le projet de chiner sa bibliothèque prend un tour inattendu chaque week-end et ça fait parti du plaisir.
Du coup le montant total grimpe à 31,6 euros et se diversifie vraiment. Le projet de chiner sa bibliothèque prend un tour inattendu chaque week-end et ça fait parti du plaisir.
Du coup le montant total grimpe à 31,6 euros et se diversifie vraiment. Le projet de chiner sa bibliothèque prend un tour inattendu chaque week-end et ça fait parti du plaisir.
Du coup le montant total grimpe à 31,6 euros et se diversifie vraiment. Le projet de chiner sa bibliothèque prend un tour inattendu chaque week-end et ça fait parti du plaisir.

Du coup le montant total grimpe à 31,6 euros et se diversifie vraiment. Le projet de chiner sa bibliothèque prend un tour inattendu chaque week-end et ça fait parti du plaisir.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #livre, #bibliothèque, #brocante, #chiner, #videgrenier, #vide grenier, #Sport

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2016

Il m’en fallait un troisième article pour continuer de présenter les livres récoltés lors du vide-grenier du 14 juillet. Remise en contexte, j’étais là tôt, les gens déballaient et j’avais déjà trouvé de la poésie autant dire que déjà j’étais satisfait de mon réveil. Après un tour, puis un second, je faisais une pause croissant avant de repartir en errance pour visionner une dernière fois ce que les vendeurs avaient sortis.

En passant devant le stand joyeusement chaotique d’une famille déballant des objets appartenant à toutes les générations, du jouet aux instruments de cuisine en passant par les livres et les jeux vidéo. Je repère une couverture, Divergences 001. Au premier passage, au premier regard j’ai pensé que c’était un des bouquins ayant inspiré la trilogie de science-fiction adolescente Divergente et je n’avais pas poussé plus loin. Au second passage, je chasse de mes yeux endormis ma dyslexie et je relis pour cette fois bien lire Divergences 001 et non Divergente. Je regarde les noms sur la couverture, Fabrice Colin, le nom me parle et me met sur le bon chemin ; j’ai connu cet auteur d’abord comme créateur de jeux de rôle, plus tard comme écrivain de romans de science-fiction et de fantasy. Divergences 001 est un recueil de nouvelles autour du thème de la dystopie. Vu comme cela le livre m’attire, je demande son prix, le vendeur m’en demande 2 euros. J’ai essayé de négocier, mais finalement je craque et je reparts avec. Lecture commencée, mais on en parle dans une version divergente de notre réalité.

Chiner sa bibliothèque #17
Chiner sa bibliothèque #17

Plus tard je repasse par le stand où la femme disposait des livres de manières plus ou moins organisée et à qui j’avais déjà acheté Verlaine et Saint-Exupéry. Et parmi les livres qu’elle avait sortis en mon absence je repère un nom sur deux couvertures, Isaac Asimov. Et tout le monde devrait le savoir Isaac Asimov a surtout, disons beaucoup écrit sur les robots au point que ses trois lois sur la robotique s’appliquant à régir le comportement des robots dans son œuvre sont depuis longtemps sortis du cadre « restreint » de ses nouvelles et romans pour s’appliquer à la culture populaire et à la pensée scientifique. Je trouve donc I, Robot et Tout sauf un homme d’Isaac Asimov. Enfin c’est un peu plus complexe, ces deux romans sont inspirés de nouvelles d’Asimov, mais les deux œuvres présentées ensuite sont des écrits hybrides. Pour I, Robot au départ il s’agit d’un recueil de nouvelle du maître Asimov qui s’appelle Les robots. Un jour la Warner achète les droits de l’œuvre dans le but de l’adapter et c’est Harlan Ellison autre auteur de SF habitué à travailler pour la télévision qui va collaborer avec Asimov afin de rédiger le script de ce qui aurait dû le film tiré de son œuvre. Mais au vu de la tournure de ma phrase vous devinez que le film n’a jamais vu le jour et I, robot est donc le script rédigé à quatre mains de ce qui selon Asimov (et Wikipédia) aurait dû être le premier film de science-fiction mature et adulte. Pour ce qui est de Tout sauf un homme son histoire est un peu moins contrariée mais tout aussi hybride. Au départ il y a encore une nouvelle d’Asimov, L’homme bicentenaire.  Alors que le maître se fait vieux, un éditeur lui propose de tirer un roman de sa nouvelle et avec l’accord d’Asimov il confit à Robert Silverberg auteur prolifique de fantasy et de SF l’écriture de ce roman. Ainsi Tout sauf l’homme est un roman de Robert Silverberg inspiré et respectant l’esprit et le style d’une nouvelle d’Asimov.

Ce sont donc ces deux livres que je repère en premier, à côté d’eux un recueil de nouvelles que je cherchais depuis quelques temps : Le Horla de Guy de Maupassant. Pourquoi ? Parce que je depuis quelques temps le suis les créations d’un auteur de jeu de rôle qui a créé un univers de post-apocalypse amnésique et forestier et dans son univers une partie des avatars horrifiques et fantastiques se nomment les Horla et sont inspirés de la nouvelle de Maupassant. Et c’est pour cela que je voulais relire ces deux nouvelles. À ce moment là j’ai donc trois livres en mains et j’en repère encore deux autres. Mais à mon premier achat j’avais eu la sensation que le prix était un peu élevé, enfin 1,50 euro pour deux livres ce n’était pas si cher, mais là j’appréhender le prix. Pourtant, avant de demander le prix j’attrape ces deux ouvrages qui m’intriguaient. Il me faudra un quartième et dernier article pour terminer mes retours de littérature.

Le Horla et les deux Asimov entrant dans un lot, j'actualiserai le montant de la biblothèque chinée dans le prochain article.
Le Horla et les deux Asimov entrant dans un lot, j'actualiserai le montant de la biblothèque chinée dans le prochain article.

Le Horla et les deux Asimov entrant dans un lot, j'actualiserai le montant de la biblothèque chinée dans le prochain article.

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #livre, #bibliothèque, #brocante, #chiner, #videgrenier, #vide grenier, #SF

Repost 0

Publié le 21 Juillet 2016

C’était le quatorze juillet, le matin, avant que la nation défile aux rythmes des défilés militaires, quelques heures avant que le peuple ne se drape de deuil dans l’apothéose d’un acte de barbarie. Au petit matin de ce jour férié c’était pour moi le moment de faire un vide-grenier et de poursuivre mon projet de chiner sa bibliothèque. J’étais arrivé tôt, avec le soleil, la rue centrale du village était fermée et les exposants commençaient vider voitures et greniers. J’aime ce moment là.

Je me penche sur le premier stand je me penche parce qu’au milieu de livre en anglais j’ai repéré deux auteurs qui me plaisent, Jacques Prévert et Paul Eluard, deux poètes perdus au milieu des romans. De Jacques Prévert je trouve Paroles, le recueil de ses poésies, un morceau de choix pour cet auteur du XXe siècle. De Paul Eluard je trouve Capitale de la douleur autre recueil de poésie d’un autre auteur phare de XXe siècle. Je me suis longtemps tenu à distance raisonnable de la poésie, la regardant avec méfiance et défiance, lui reprochant tour à tour d’être mécanique et trop facile. Et puis, à mesure que je me suis essayé à en écrire – avec sincérité et honnêteté poétique – je me suis mis à apprécier la lire et je suppose mieux estimer les poètes. Pourtant, encore, quand on lit Paul Eluard il faut s’accrocher à son sens critique pour ne pas sombrer dans la moquerie tant parfois la prose du poète peut sembler triviale ou légère. Je l’avoue, je suis encore trop tendre pour me faire défenseur des surréalistes poètes aussi fort que je peux défendre ceux des pinceaux. Et puis, pourtant, parfois, en feuillant un recueil on tombe sur un poème de Prévert qui s’échange en famille de génération en génération et soudain le poète que l’on aurai pu moquer nous touche le cœur pour l’ouvrir ou le serré, qu’importe, il touche à notre part sensible et c’est tout ce que je lui demande.

Bien content de trouver ces deux livres, je demande leurs prix et mon bonheur grandi quand les personnes me répondent 20 centimes pièces. Débourser 40 centimes pour deux œuvres poétiques c’est le plaisir consommé de la chine en vide-grenier ; la sensation de faire pour soi la belle affaire et d’avoir à faire au bel objet de la littérature. À ce prix là les livres sentent la scolarité, le bac français enfin fini et la lycéenne soulagée de se débarrasser des deux objets de sa torture. Ce sont d’ailleurs deux éditions récentes qui comportent chacune le texte intégral et un dossier permettant au lecteur d’approfondir sa connaissance et sa compréhension de l’œuvre.

Paroles de Jacques Prévert, Capitale de la douleur de Paul Eluard, à peine 40 centimes déboursés et moi je commençais ma journée en me réjouissant de m’être levé si tôt.

 

Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros
Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros
Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros
Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros
Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros
Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros
Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros

Jusqu’à présent la dépense totale pour mon projet chiner sa bibliothèque est de 25,10 euros

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #livre, #chiner, #bibliothèque, #brocante, #videgrenier, #vide grenier

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2016

Un samedi du mois de juin, nous étions invité avec ma petite amie à un mariage. Et comme le veut la tradition, à l’heure de passer à table nous étions dispatchés selon les arcanes secrètes et complexes d’un plan de table que l’on imagine toujours élaboré avec soin, sueur et peine. Mais je ne m’en plains pas, car nous nous sommes retrouvés à une table avec des créatifs et les discussions étaient agréables. Au court de l’une d’entre elles nous voilà à parler écriture, puis nouvelles et inévitables de H.P Lovecraft nouvelliste de génie et figure pop culturelle de référence pour pas mal de trentenaires. La discussion se termine lorsque nous allons danser puis la soirée se fini tard dans la nuit. Le lendemain matin alors que nous rentions par la route dominicale, ma petite amie me propose très gentiment de faire un tour dans un vide-grenier qui était sur notre route. Je n’aurai pas osé lui imposé cela, surtout que sur les coups de midi le soleil tapait fort, mais puisque c’est elle qui le proposait j’acceptais bien volontiers.

Et nous voilà à déambuler sur un parking de supermarché dans ce vide-grenier où les personnes commençaient doucement à remballer. J’ai quand même l’occasion de faire quelques achats très plaisant qui se retrouveront sur mon autre blog et puis, alors que nous allions boucler la dernière allée, je vois dans une caisse de livre un nom encore fraîchement présent à mon esprit depuis la soirée d’hier. C’était justement un livre de H.P Lovecraft, une édition France loisir de 1977 de L’horreur dans le musée. Je regarde rapidement l’état de l’objet livre et je vois bien qu’il est en parfait état hormis les quelques traces dû à son âge. Je demande le prix, le vendeur répond 1 euro et j’enchaîne en annonçant que je le lui prends.

À y regarder de plus près, le titre exacte du livre c’est L’horreur dans le musée ** et à l’intérieur de sur une des pages de garde je peux voir qu’il s’agit d’un tome 2. Après quelques recherches sur le net j’ai trouvé effectivement qu’il y a eu chez France loisir un tome 1. Pourtant, l’œuvre originale normalement est constituée d’un seul ouvrage. Je suppose donc que le recueil de nouvelles que constitue L’horreur dans le musée a été scindé en deux volumes je suppose à l’époque pour vendre plus d’ouvrage. Qu’importe, je suis heureux de faire entrer du H.P Lovecraft dans ma bibliothèque chinée. C’est un auteur phare de la littérature fantastique et une figure presque iconique de la pop culture, en tout cas de la vision que j’ai de la culture populaire. En plus, les recueils de nouvelles sont du pain bénis pour un lecteur comme moi quand manque souvent d’assiduité ; c’est idéal pour appréhender un auteur par petites doses.

Avec ce nouvel ouvrage, le montant total du projet chiner sa bibliothèque s’élève à 22,20 euros.

il est toujours possible de cliquer sur l'image pour l'agrandir

il est toujours possible de cliquer sur l'image pour l'agrandir

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #chiner, #livre, #bibliothèque, #brocante, #videgrenier, #vide grenier, #SF

Repost 0