Partager le son

Publié le par Rémy

Parfois Noam ouvre les photos des filles des Internets comme des Vénus et il es regarde dans le blanc des Instagram en essayant de rester insensible à leurs charmes numériques, leurs érotismes deux fois zéro, insensible à leurs enzymes sensuels et à leurs corps différents comme les autels de temples exotiques. Et c'est comme celà qu'il vibre, il tremble parce que c'est impossible de résister à l'attirance et aux fantasmes. Alors parfois et même toujours il les aime en secret et silence

Le son mort entre ses mains vivante

Le son mort entre ses mains vivante

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article