Publié le 19 Janvier 2015

Liberté d’expression érotique dans tes mains

Sous-entendus sexuels dans ta bouche

Sur ma page je caresse le lit où tu te couches

Mes lignes alanguies convoitent la chute de tes reins

Je passe ma langue libre d’exprimer du désir

Sur la peau intime de ton jardin secret

Impudique déesse toute de vice dévorée

Je délie ma plume dans l’eau de ton plaisir

Derrière toi, je m’approche en posture présidentielle

J’ai la raideur du chef t’état, une érection régalienne

Entre mes doigts la plume te décris en chienne

Je souviens Sodome et Gomor, je suis ton Ezéquiel

La poésie nous conduit parfois au 2033 ème ciel ou 2033 ème sous sol

La poésie nous conduit parfois au 2033 ème ciel ou 2033 ème sous sol

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #érotisme

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2015

Je suis chagriner que nous fustigeons la croyance alors que nos vies ne sont pas exemplaires en terme de non-croyance, quel temps prenons-nous dans notre existence pour vérifier ce que l'on nous apprend ; informations, modes, marketing, préjugés, rumeurs, fait-divers ? Nous prenons tout d’un bloc, par facilité, par naïveté. Est-ce que l'on fait l'effort d'expurger nos vies de toutes nos superstitions et des névroses qui nous conduisent à des comportements irrationnels ? Nous sommes tous des croyants, un peu, beaucoup, à la folie, nous sommes dedans jusqu'à la cheville, jusqu’à nos sexes, ou jusqu'au cou pour les plus naïfs d'entre nous, alors cessons de jeter opprobre sur les croyants religieux. Fustiger la religion oui, lui chier dessus avec notre liberté d'expression scatophile, aussi. Mais taper sur les croyants alors que nous sommes pétris de croyances c'est manquer de lucidité et perdre notre crédibilité. Vous ne voulez pas accepter l’idée qu’un esprit libre et critique puisse choisir de son plein gré de croire en la religion plus qu’en la métaphysique ou en la science. Ayatollah de l’esprit critique et de la liberté d’expression vous semblez n’accepter qu’une seule idée respectable, celle de l’athéisme et que toutes autres directions de croyance relève de la bêtise. Vous me rendez tristes. #SachezLe #Athée #Croyance #LesGens

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Réflexion, #recyclage, #croyance

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2015

Autofiction à l’encontre de soi, à contre-sens de soi, comme une marche arrière dérapée dans le sillon sablonneux de la recherche de soi. Hier encore il écrivait sa vie rêvée, sa vie enviée, cette vie qu’il enviait comme on désir la femme de son voisin ou mieux la femme de son ami, au pire de son père. Peut-être qu’à reformuler 2032 fois la même intension littéraire, durant des jours, des mois, des années, l’auteur parviendrait à fonder le temps d’une fiction crédible. Mais la plume comme Sisyphe retombe au haut de la page à chaque fois, comme une érection de sexe d’homme l’inspiration éjacule son talent et retombe mollement, bavant un liquide fade. Insipide. Il voudrait qu’être entendu, reconnu, assuré que cela fonction, que sa prose actionne des leviers dans le corps fermés des individus, dans leurs têtes parfois, il voudrait que les autres lui témoignent que ça fonctionne. Ce n’est qu’un petit con, un de plus, il se croit sur un piédestal mais la dinde sur son plateau d’argent, à l’orée de sa dévoration, sait-elle qu’elle est sur un plat de cuisine ou se prend-elle pour la reine sur un trône argenté ? Il est l’agriculture de sa prose, l’éternel recommençant qui ne sait aboutir, finir, récolter. C’est cet amant qui ondule sans savoir éjaculer, celui qui fait les débuts de pages et laisse les autres finir. Un pisse froid, un bande mou, pire que l’éjaculateur précoce, c’est le non éjaculateur, la prose qui débande avant d’avoir l’éclat d’une conclusion, hâtive ou pas.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0

Publié le 17 Janvier 2015

Quand nous étions en - paix - ni avait-il pas déjà des traîtres à nos valeurs, des ennemis du consensus, de la délation de bouche à oreille et même déjà une dictature marketing ; oui il y avait déjà tout cela, hier, dans un hier symbolique pour dire avant, hier quand nous étions en paix nous étions déjà avec des soldats dans les lieux publics et des gens dans la peur, et pourtant nous ne doutions pas que nous étions en paix sur notre sol. Nous pouvions être en guerre avec nous même, en guerre avec nos démons intérieurs, individuels, mais l'état, la nation, la société était en paix et cela dans le paradoxal flagrant que notre nation était en guerre dans différents pays, sur différents terrains d’opérations militaire. Nous, citoyens nous nous sentions en paix alors que notre nation faisait la guerre, mais ce genre de paradoxe est le prix de la bonne conscience. La paix n'est pas un encéphalogramme plat, la paix et pleine de dissensions, de tensions, de pressions. Aujourd'hui comme hier je considère mon pays en paix, dans une paix qui plait ou ne plait pas mais dans une paix officielle. Et ni traîtres, ennemis, soldats, dictateurs, tous s'agitant dans le sein de notre paix n'ont réussi, pour l'instant, à remettre la paix en question. Il n’y a que nous, le peuple, assez faible pour ébranler notre paix au nom d’intérêts que l’on suppose plus grands parce qu’ils sont plus intimes à nos subjectivités. Il faudra accepter que la paix soit une contrainte, un compromis qui s’appliquent à tous, à chacun, et par essence la paix nous entrave. Nous, toi, moi, les soldats dans les rues, les terroristes, les militants, les vendeurs de crédits et d’assurances, les mecs du marketing et même les écrivains, la paix est notre dictature, nécessaire et choisie. Et si nous voulons faire entrer le pays en guerre, contre les musulmans, les nègres, les roms, les pauvres, les rousses, les vendeurs de matelas, les cuistots chinois, c’est que nous ne sommes pas prêts pour la paix et qu’allégrement nous crachons dans la soupe que nous revendiquons. Que voulez-vous, la paix est finalement assez docile avec les cons.

Moi au moins, je suis en paix

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #recyclage, #Réflexion, #paix

Repost 0

Publié le 16 Janvier 2015

L'homme qui ne s'est jamais tenu debout, dans la nature, le regard levé vers le ciel ou les étoiles pour pisser tout le saoul de sa vessie n'a jamais été un homme libre.

Autofiction de l'auteur qui pisse sur ses mots

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #punchline, #citation, #autofiction, #pipi

Repost 0

Publié le 16 Janvier 2015

S'il faut opposer quelque chose à la monté de la parole nauséeuse que des individus pas toujours recommandables par la bonne morale prennent ce n'est pas une loi mais une expression plus intense de la liberté d'expression des penseurs, nobles défendeurs de valeurs. Mais il n'y a plus d'intellectuels pour défendre des valeurs nobles dans notre société. Nos générations ont été désertées par les penseurs, alors ne nous étonnons pas que la parole des cons prenne autant de place. Au lieu de fustiger cette liberté d'expression prise en otage par les cons, fustigeons le recule de nos penseurs, de nos intellectuels et de notre propre parole. Evidemment tu es libre de penser autrement, tu peux à ta guise te faire fossoyeur de l'idée selon laquelle les intellectuels peuvent incarner une avant-garde de la pensée et une figure sous laquelle les gens peuvent se ranger, sous-entendu se réunir, s’unir. En désertant le paysage social l'intellectuel à en fait laissé la place au fait que chacun est devenu son propre intellectuel, comme si penser le monde de façon subjective et personnelle suffisait à faire d'une personne un penseur. Ce n'est pas parce que je prends de l'aspirine en automédication que je suis médecin, pas plus que penser fait des gens des intellectuels. Le libéralisme de la pensée c'est aussi le recul de la pensée, chacun prend son point de vu pour une idée, une valeur à défendre et en réaction c'est la société qui se déchire. La place des intellectuels pour guider, borner, éclairer, la pensée commune sera toujours possible, souhaitable et nécessaire selon moi, hier bien sûr, aujourd'hui surtout et toujours en 2030 et durant les siècles qui survivront.

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Je est un Blog, #Réflexion, #recyclage

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2015

Poésie rebelle

Poésie belle deux fois

Poésie rétive

Poésie qui avant et recule

Poésie marionnette

Et prose osée du marionnettiste

Poésie amoureuse

Qui roule dans la main comme des boules de geisha

Poésie éprise

Poésie au galop épique

Poésie deux fois

Et la prose osée, audacieuse

De la poudre aux yeux

Et la poésie encore

Poésie mesdames

Et 2029 messieurs

Poésie mon dieu

Et un lapin mort

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #recyclage

Repost 0

Publié le 14 Janvier 2015

On fait de la poésie pourquoi ? Pour plaire aux femmes, séduire les adolescentes seules assez naïves pour nous croire bons, et pour se dresser contre quelque chose d’indistinct qui se loge entre le monde réel et le fantasme. 

On poétise surtout pour la pose, la posture, pour l'aura que cela confère, je suis poète, confrère de Voltaire, Hugo, Rimbaud ; mais suffit-il de faire rimer épilation et obsession pour prendre la suite des de ces vieilles figures de proue ? 

Je fais de la poésie triviale contre la poésie romantique, pourtant poétiser le réel dans sa médiocrité c'est être poète seul contre tous, seul contre le monde bienpensant, et ça c'est être poète romantique, seul contre l’ordre du monde et une armée de miasme. 

Nous sommes tous des poètes, pouet pouet, des putains d'individus qui pouvons prendre les mots en otage de nos ambitions mielleuse ; pourtant nous ne sommes pas tous poètes, seulement tous en quête d'attentions et nos rimes ne valent pas un clou.

C'est donc que nous sommes tous des putes, prostituant nos vies et mendiants des idéaux en dérivant dans la rue, de son bureau jusqu'à chez Ikea, et de là-bas jusqu'en enfer. Nos chemins de croix sont balisés entre les rayonnages hygiénistes. 

On s'enferme le regard, on camisole nos esprits libertaires, on fait taire la critique et au plus tôt on vend la vérité avec la bouche de nos enfants, un même panier offert aux précepteurs de l'état pour un formatage en règle. 

On se rend fier d'avoir plié, l'adaptation est synonyme ployer et nos libertés ne sont que des incitations à avoir la tête haute sous nos dos courbés par la merde républicaine ou celle des djihadistes. 

La liberté d'expression est en berne, regardez là faire ses valises pour se barrer en Suisse, à Berne, ou bien ailleurs, en Amérique, ou même plus loin en ironie du sort ou slogan marketing qui s'enroule sur la cervelle et l'étrangle.  

La poésie est une ineptie libertaire 2.0.2.8

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie, #Polémique

Repost 0

Publié le 14 Janvier 2015

Je prose la liberté d'expression

Que la parole soit laissée aux cons

La justice à sa place, assise

La culture à la sienne, promise

C'est la culture qui met au ban

Culture qui phagocyte les déments

Elle est plus forte que la loi

C'est à elle de dompter la foi

Elle est seule parce qu'elle est forte

Et gifle la gueule des merdes ( alias crottes )

Pas besoin de museler l'expression

Même les nauséeuses passions

Dresser la loi contre les bouches affreuses

C'est anticiper une culture creuse

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #poésie

Repost 0

Publié le 13 Janvier 2015

Est-ce que les hommes rêvent aux filles de 18 ans ? Oui, ils les rencontrent dans des endroits oniriques, parfois même les filles de 17 ans font rêver les hommes mais ils ne le leur disent pas s'ils sont distingués. Les filles de 18 ans font rêver les hommes, c'est sûr, elles sont muses, à peine mûre, prête à être cueillies, elles sont la vie, la vie devant elles, elles sont l'espoir de tout recommencer au départ à leur bras, ne pas devenir père et devenir amant. Les filles de 18 ans font tourner le monde, la tête et la queue des hommes et le plus mystérieux c’est qu’elles feignent de l’ignorer.

Autofiction à contre sens de soi

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #autofiction, #érotisme, #citation

Repost 0