Névroses

Publié le 26 Août 2016

Le vide profond qui s'empare de lui au moment où il s'allonge dans le lit est une sensation d'une solitude extrême. Lorsque qu'il s'allonge silence sous le drap conjugal il a l'impression de s'enfoncer dans un après-midi à Limoges qui se déroulerait après un repas en tête à tête prit dans une cafétéria. Sa femme dort, elle respire fort. Ce n'est pas désagréable mais ça lui rappelle l'infinie solitude qu'il éprouve. Il ne sait même pas pourquoi. C'est gratuit comme une névrose.



Il se demande si elle rêve rose sa dame. Soudainement il comprend pourquoi cette proximité endormie le ramène si fort à la solitude. Sa femme ne sacralise plus rien, ni la nuit ni le jour, ni le corps ni la maison, ni les gestes ni les actes et même pas son sommeil. Plus rien n'affiche de suffixe sacré et cela le rend infiniment triste.


Il se redresse pour s'asseoir sur le lit et il fume en silence en contemplant le boulevard noctambule où dérivent encore des citadins de nuit.

Homme atomique

Repost 0
Commenter cet article