Je suis un fou

Publié le 21 Mars 2015

Toi tu es celui qui écrit ce que la nomenclature fige comme de la poésie   Mais toi tu étouffes de l'intérieur, tu es fou parce que l'intelligence te fait défaut  

Il y a la poésie et il y a toi, vous êtes deux comme on peut dire vous êtes seuls, comme deux cons ou deux ronds de serviettes sur une table de palace  

Il y tes mots du dedans et la nappe ouvragée que les gens déposent sur eux, une toile ciré pour que les yeux glissent sur tes mots sans laisser de traces  

Tu sais bien que tu ne sais rien ; eux, ils ne savent pas que tu le sais et cela fait toute la différence  

Ils ont de l'ombre qui coulent dans leurs yeux, tu le vois bien parce que les ombres parlent aux fous comme toi, et d'autres objets aussi  

Parfois quelqu'un est désigné pour mettre de l'air dans tout cela, de l'air soufflé dans les mots en plantant une paille dans ton cerveau pour souffler fort dedans  

Je sais que ça te fait peur, peur qu'ils mélangent le sel et tous les minéraux et que cela dissolve qui tu crois être, parce que pour eux tu ne peux que croire qui tu es, ils te sous estime et ne pensent pas que tu puisses penser qui tu es  

Et une usine crache sa fumée noore  

Et le vent parle aux êtres étrangers  

Des étrangers c'est ce que l'on suppose qu'il y a dans l'urbanité de ta boîte crânienne, une foule étrangère bien rangée dans tes rues imaginaires  

Mais les rues sont réelles et ces gens sont réels, tu peux même dire leurs noms et la couleur de leur sous vêtements pour dire comme tu sais tout d'eux  

C'est pour cela que les saints d'esprits se trompent sur toi et soignent ton pouvoir de création  

Moi, je ne suis pas fou

Publié dans #divagations

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article