Jour # 958 souvenirs de voyages

Publié le par Cheval de bois

des souvenirs de voyages et des lieux qui ont marqués j'en ai plus d'un ; il est dur de faire une liste même non exhaustive ; les champs de courses pour les courses de lévriers à Dublin ; parier et boire de la soupe de légume ; sur les 9000 km de train entre Moscou et Pékin les couchettes d'un wagon du transsibérien ; le petit restaurant ouvert 24 heures sur 24 dans les rues d'Osaka qui t'accueille avec du temps à volonté et qui servait des soupes délicieuses ; la Grande Muraille de Chine qui se dessine sur le dos de la colline comme sur une estampe - bien que les estampes sont plus japonaises que chinoises je crois - ; la plaine de Fos-sur-Mer où les cheminées, les mécanismes, les flammes, et les volutes de vapeur et de gaz toxiques des raffineries de pétrole dessinent un des paysages que j'aime le plus ; la gare de Venise - il faut arriver à Venise en train le choc n'est que plus grand - ; le stade olympique d'Athènes, pas l'historique mais bel et bien celui des jeux de 2004 et encore ce n'est pas pour ces jeux que j'aime ce lieu mais c'est parce que c'est là que pour la première fois j'ai vécu les championnats du monde d'athlétisme en 1997 - une de mes plus grande émotion le moment où pour la première fois je suis entré dans le stade - ; les ruisseaux qui coulaient dans les plaines dans un coin de la Mongolie et dans lesquels on se lavait malgré qu'ils soient si froid ; le couloir du transsibérien qui traverse le désert de Gobi quand je suis collé à la fenêtre ouverte avec le casque sur la tête et de la musique romantique et misogyne dans les oreilles ; je ne saurai dire exactement où il était mais dans les rues de Fianarantsoa il y avait un vendeur de petites brochettes de zébus que l'on a mangé assis sur un coin de table avec une toile cirée collante alors que la nuit était tombée ; les rives du lac Baïkal où je rêve de retourner planter une tente dans une nature qui laisse à croire qu'elle est encore un peu sauvage mais qui surtout est belle et hautaine comme la beauté des plus belles femmes russes ; je pourrais encore longtemps égrainer des moments et des lieux que je voudrais revivre, retrouver, recommencer, rencontrer encore une fois, remettre mon corps dans ces espaces et en même temps le monde est plein de tellement d'autres lieux à habiter de souvenirs encore vierge ; des lieux romantiques, des lieux insolites, des décors, tellement d'autre endroit à habiter de ses désirs ; des lieux pour y faire l'amour ; des lieux de méditation, des géographies qui dessines nos propres désirs de vie à travers les voyages qui s'efforcent de préserver notre jeunesse et surtout notre capacité à émerveillement ; un jour peut être arriverons nous à une forme d'équilibre entre tous les lieux que l'on a aimé et tous ceux qui nous restent à aimer ; je regorge de souvenir mais le monde possède encore bien plus de lieux à visiter ; par chance je ne suis pas avar en souvenir vierge à dépuceler dans un futur voyage

 

en même temps c'est super prétentieux ce genre d'article genre j'étale mes voyages comme l'esthète étale son esthétitude ou comme l'esthéticienne étale sa crème hydratante #ceciestunblog

Publié dans Je est un Blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> il faut vraiment que tu lises Blaise Cendrars !<br />
Répondre
#
<br /> <br /> Il faut que je lises tellement de poètes<br /> <br /> <br /> <br />