Jour # 337 la Hongrie de la saison table

Publié le par Cheval de bois

Une ville en flamme, tout feu tout femme, le métal et l'asphalte et l'âme sans mot et les mots sans moi et le silence lisse qui hystérise la campagne, la compagne, le con en pagne et celui en panne, la régulière à l'audace crâne ne craint plus rien de l'amour ou la mort et moi je ne crains rien des mots et du sens, je disperse simplement sans trop rien dire, sans tout donner ou est-ce que je n'ai rien, juste des miettes et ci ou là une virgule diaphane avant un point final

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> je crois que oui... comme toi...<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Tu disperses sans tout donner, c'est juste.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Juste ? Qu'est ce qui ne le serai pas ? <br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> des mots qui claquent et qui caressent...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Des mots comme moi alors<br /> <br /> <br /> <br />