Jour # 274 la gueule de bois et mots en mousse

Publié le par Cheval de bois

Tu es pour moi comme un clair de lune, clair-obscur mais claire luxure, comme un phare dans ma nuit et je suis comme un marin à la dérive. Il y a comme une voie d’eau dans mon coeur, ma vie est comme une tempête et je vais de naufrage en chavirage parfois en survirage, toujours en dérapage, je contrôle je mets les gazes et ça repart à fond dans la ligne droite, excusez mon langage un peu technique, mais demain matin j’ai un brunch avec mon coach, la semaine prochaine j’ai une grande compétition de Turbo Racing Tunning et je dois encore régler la compression de mon Turbo Diesel Sport Injection, oui je le sais, je sais qu’a trop jouer le jeu dangereux de l’humour je risque de me brûler les ailes sur mon lopin de terre sur mon vieil arbre tordu au milieu en maniant un humour parfois tellement extravaguant. Tu sais ma belle l’humour n’est qu’une coquille, un voile, une carapace derrière lequel je me réfugie quand j’ai peur, je suis comme une tortue. Oui j’ai peur, peur de ne pas savoir capter ton attention, peur de te voir t’envoler à tire d’ailes dans l’azur bleu d’un ciel bleu, petite fleur effrayée par le rire tonitruant de ma voix qui raisonne comme le tonner alors  pardonne moi d’avoir écris ton nom avec la plume d’une mouette rieuse, c’est mon coeur qui brûle, ce sont mes émotions qui te parlent, ma voix tu la vois ma voix c’est mes mots qui mémorisent l’émotion, les décrets et les motion de ma vie et tu dois me trouver entreprenant, trop peut être, mais je sais que je suis à l’attention de savoir que j’existe. Et ce que je sais tu ne le sais pas encore. Tu ne sais pas encore le don que j’ai don de voyance, d’intuition prémonitoire, rêve cognitif, ce genre de don dont je domine avec peine la fougue mais qui me permet de savoir aujourd’hui le demain. 

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article