Jour # 260 bingo la femme à barbe à le frisson facile

Publié le par Cheval de bois

A B C comme question et caramel, la question que je pourrais poser : comment ça ce fait que le bon dieu on l’aime ou on ne l’aime pas, si ça se trouve je l’ai déjà trouvé et pourtant je ne l’aime toujours pas. Solitude isolé des nuits qui se suivent sans se ressembler, ni s’assembler. La vie n’a rien d’une cohérence, à naître un jour on s’octroie un semblant de destiné et l’illusion d’une liberté et il y a des destin qui voient parfois des petits chiens sombres passer sous les roues des 38 tonnes laissant des traînés de roues caoutchoutée et sanglante. Voilà là toute la misère canine que les caniches mêmes cannibales ne saurais supporter à moins de se faire enfermer et d’enfanter de leurs entrailles, il en va toujours ainsi, le diable pieds et poings liés. Au lieu de cela ils sont tout juste bon a courir après les voitures, et fatalement les canions, et parfois aussi a ramener des bâtons en bois même pas précieux et manger des boites aussi peu ragoûtante que les croquettes. Laissons les animaux à la SPA, liaison hasardeuse je ne veux pas d’assimilation, le jeux des mots et de leurs histoires ne sortent pas de ces lignes. 

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article