Jour # 250 et je saute à la ligne la décadence servile des filles faciles

Publié le par Cheval de bois

J'ai un très grand choix de frissons, de rancoeurs et de mots que j'aime à égrainer, de cruel à culotte, de frontière  à farouche, fendre la foule et fer de lance et le faire semblant bien sûr, le mot pour le mot et mentir à ses mots comme on y cède où y succombe, juste pour la forme, juste pour le fun, juste pour faire comme j'allais y croire, à trop écrire les mots on ne peut que lire à travers et douter de eux tous et tous les sens, les sensations et les éclats que l'on pourrait y voir, que l'on voudrait y croire, je ne mens pas j'écris, je jongle, je joue et bien évidement j'en joui et jubile de faire geindre la phrase au supplice de mes désirs. 

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article