Jour #1382 on opère dans le noir en espérant ne pas être vu

Publié le par #ceciestunblog

45 minutes de moins, ou de plus, la course au mot, les hauts le cœur et le roi de trèfle, la fouine et le renard et la course aux nuisibles, petite traque de nuit pour de petites proies aussi comme les prophètes de la décroissance qui braconne des paires de baskets dans le bitume jamais usé des zones industrielles et moi j’ai dans la bouche un arrière goût de fumée à moins que ça ne soit le goût âcre du métal, j’aime écrire âcre mais en vrai je ne suis pas sûr du goût que ça le âcre, l’amer encore je gère mais l’âcre je l’ignore mais on ne fait pas ça nuit là-dessus, ni la mienne d’ailleurs, j’ai des draps doux et de la limaille de ferre dans les artères jusqu’à mon cerveau jusqu’à ce que je fasse le service de trois pièces à vivre et d’un peu de viande de bœuf bleue, la viande pas le bœuf mais si l’animal est de la viande sur pattes et que même ses pattes sont aussi de la viande, sauf peut être les sabots mais ça c’est portion congru, cela aussi c’est beau à dire, c’est vite dit, vite fait, comme un délit, comme un méfait pour lequel on opère dans le noir en espérant ne pas être vu, pas plus qu’être pris.

Publié dans Divagations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article