Jour # 1203 écrire deux fois

Publié le par #ceciestunblog

petit besoin impérieux et grande pression intérieure, donner le meilleur et le reste de soi-même, se donner à l'autre et alors ? C'est cela l'écriture n'est-ce pas ? Se foutre en lettre à l'endroit de se foutre en l'air ? Alors quoi ? A l'envers ? A quoi bon ? Bon à rien ? Non, un rien me suffit même s'il ne se suffit pas, pas une fin en soi, mais juste une forme pas suffisante pour en finir. L'écriture ? S'offrir en trois mots, s'ouvrir en trois gestes, un mouvement, un éclair qui tombe, coup de tonnerre pour la foudre, instant présent, le cœur ouvert, le corps pressant, impressions, implosions entre les lignes, petit bûché pour grandes flammes qui noircissent le blanc des pages, je flambe, désert glacé, dessert de saison pour impression saisonnière. Pas de plume noble, d'ivoire des pages ou de couverture de cuir, juste l'encre noire en rature sur un brouillon, le bruit haché des frappes sur le clavier, c'est cela le petit zoo noctambule de l'écrivain pour habitués et animaux somnambules. Attention ne nourrissez pas le bestiau dans sa cage, ou alors juste s'il ne s'y attend pas et ne soyez pas sûr qu'il le digère. Digression dont vous n'avez que faire. Se faire une place entre les lignes, entre la muse et la bille, creuser son trou dans la vie des autres, se trouver une place dans l'envie d'une autre. Arrêt terminus et point à la ligne, il faudra finir à pied les vers sans pieds, à défaut de tout prendre au pied de la lettre, je vous laisse les pieds et je prends les lettres

Publié dans Je est un Blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article