Jour # 1096 l'obscénité du mariage

Publié le 25 Juin 2012

je fais parfois preuve d’un manque flagrant d’originalité mais je veux bien prendre le risque de cette banalité si c’est le prix à payer pour défendre ce qui me semble être une conviction ou une valeur essentielle à mon condition d'homme et de mâle autant qu'à la consistance de mon discours prosélyte ; ceux qui me connaissent déjà un peu doivent savoir que je fais parti de ces personnes qui fustigent le mariage en focalisant particulièrement ma rhétorique anti mariage sur le fait que le mariage est une chose vulgaire. Ca a été mon cheval de bataille, mon Waterloo, mon Azincourt ; le mariage comme sommet esthétique, moral et politique de la vulgarité, le pire de l'âme humaine parce que la part la plus consensuelle, revendiquée et acceptable de ce qui ne devrait pas l'être. Mais voilà qu'aujourd’hui je réalise que je me suis peut-être trompé. Moi qui longtemps ai brandi la vulgarité comme épouvantail devant faire rempart pour sauver ce qui peut l'être et faire refluer au large de l'union libre les couples qui s'engagent dans cet écueil social. Oui je me suis peut-être trompé, peut-être que le mariage n'est pas vulgaire ; j'ai je crois confondu la vulgarité et l’obscénité. Si le mariage n’est pas une chose vulgaire alors c’est que le mariage est une chose obscène, oui les mariés sont obscènes, le mariage est obscène, une abjection qui suppure le consensus et la mièvrerie bourgeoise ; alors si la vulgarité du mariage fut mon plus bel échec l’obscénité de ce même mariage devient dès lors ma plus belle promesse, mon plus cher combat et à n’en pas douter, je vous en fait la promesse : mon mariage sera obscène ou ne sera pas

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article