Jour # 1093 pas avant après l’autre ; pas après non plus

Publié le 22 Juin 2012

et si j’avais j’entretenais une forme d’animosité justifiée mais amplifiée de façon excessive parce qu’elle est moche ? Pas belle en tout cas, ni à l’extérieur où elle stagne dans la médiocrité apparente de l’adolescence qui refuse de grandir, une tête de fouine même pas anthropomorphe sur un corps même pas tout à fait formé, ni de la poitrine, ni du cul à peine des hanches et à son âge c’est fini d’espérer à moins d’espérer après les chirurgiens, ni à l’intérieur où la vacuité palpable de son indigence ne peut être camouflé par l’esbroufe ; faudrait-il encore qu’elle essai de s’ébrouer et de faire du bruit avec sa bouche ou avec ses yeux, mais de sa bouche rien ne sort, de ses yeux non plus n’expriment rien, ils sont trop petits, minuscules comme ceux de la fouine ; même pas un rideau de fumée, même pas l’impression d’un rideau de fumée ; tout juste bonne à faire croire aux garçons trop éméchés pour être exigeants qu’elle comme lolita sauf qu’elle ne sait pas qui est cette lolita, sauf qu’elle n’est ni vierge ni littéraire et que ce n’est qu’une vulgaire allumeuse qui fait croire, espérer, qui suppose qu’elle pourra se donner mais qui toujours se dérobe ; soit d’elle-même dans un sursaut de conscience et de pudeur dont l’archaïque réflexe la pousse à se préserver d’un regard trop lucide sur elle-même soit parce que celui qui la déshabille réalise qu’il n’y a rien d’autre qu’une poupée de chiffon ; c’est peut être pour ça qu’elle exhume du fond de moi un relent d’animosité tenace, impossible de broder une romance incestueuse, impossible de transgresser, impossible d’avoir de l’estime, de la jalousie ou de l’envie ; même pas une once d’érotisme malsain, juste bonne à faire exulter la colère et la rage comme mes putains de congénères, c’est peut être même là sa seule qualité, qualité qu’elle ignore, caduque ; déverser sur elle des torrents de boue, lapidation molle jusqu’à ce que ça rappelle la fange des écuries porcines qu’on appelle généralement la porcherie ; c’est tout ce qu’il y a le corps du cochon à l’emporte pièce ce qui vaut toujours mieux que de la distiller dans de vieux alambiques

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article

Fervent admirateur 23/06/2012 12:31


L'éloquence, l'élégance, l'excellence !


Vous atteignez les cimes brillant prosateur.

#ceciestunblog 23/07/2012 22:11



je vais faire semblant d'y croire, merci