Jour # 1076 de l’artisanale envie de renouer avec le geste

Publié le 5 Juin 2012

gestation artisanale, construire de la prose à la main comme l’on fait de l’art avec ou sans minutie mais surtout avec de la sueur et des doigts et de la matière témoin ; du concret pour témoigner que ce geste d’écriture est un geste réel aussi mal habile et maladroit qu’un geste de potier ou de sculpteur ; j’ai envie d’être un poète du réel comme on est un artiste c'est-à-dire en faisant prévaloir le geste poétique au geste intellectuel. Prendre la plume, le couteau, le pinceau et la colle et construire un poème en forme de feuille de choux, morceau de choix, la saveur artisanale du fanzine, de la reproduction limitée marquée par les scories aléatoire de la reproduction réelle, photocopie, enveloppe, timbre, agrafe, le papier imprégné de sueur, maculé d’ADN, imbibé peut être des odeurs d’ici, de celles deux heures auxquelles j’aurai ou je vais travailler ; être comme une toute petite araignée minuscule qui tisse sur son métier un lien avec les autres, un peu une toile, un peu une corde pas comme celle du pendu mais comme celle du pont de corde ; le goût de la rature, de la colle et de l’imperfection mais surtout le goût de l’art, de l’éphémère pour le beau, le goût de l’invention et de la rareté comme on construit une toute petite mythologie qu’on imagine ensuite construire à plusieurs, ni œuvre d’art ni chose du commerce, juste une idée, juste un projet, juste le faire, juste le geste oui juste le faire et ne rien faire de plus

 

# fanzine # le geste # l’agrafe # et l’enveloppe

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Chronique chaotidienne

Repost 0
Commenter cet article