Jour # 1073 de l'érotisme au racisme

Publié le 2 Juin 2012

ma négritude alternative, question de corps et de la couleur et du goût érotique relevant ou non d’un racisme ; aimer les femmes noires à la manière où d’autres aiment les femmes blondes fait-il de nous un raciste et à l’inverser préférer les rousse aux noires est-il une pulsion répréhensible ? Nos érotismes nus doivent-ils s’encombrer de considération éthiques, morales, ethniques où religieuses quand ils s’enroulent aux charmes délicieux de la féminité nue ? Considérer comme plu value érotique la couleur ébène d’une peau relève pourtant d’un goût d’esthète et non d’un goût politique de la même façon que de ne bander que pour la peau caramel d’une métisse peut relever de la névrose ou de l’obsession mais toujours pas du goût politique ; et pourtant … dire que mes érections sont affranchies de tout dispositif politique et qu’elles se dressent sans redouter un jugement de valeur politique serait un mensonge, oui j’ai quelque part peur de mes goût ; je ne parle pas de mes fantasmes ni de mes pulsions qui sont des territoires connus, balisés ou à explorer mais avec lesquels je suis en accords ; je parle bien de mes goût dont je ne peux parvenir à les extraire de toutes dimensions politiciennes ; moi qui me revendique humaniste et non raciste au point d’en faire une valeur à défendre et à revendiquer si je ne bande pas pour les femmes noires, si je n’ai aucune accointances érotiques pour les négresses magnifique n’est-ce pas là l’échec de ma revendication ce qui ferai de la défense de mes valeurs une simple posture d’appart. Faut-il donc trouver dans les noires, les arabes, les asiatiques, les africaines, les sud américaine une cohorte de filles aimable, de femme à aimer, à baiser, à désirer, à désigner de nos penchant érotiques pour pouvoir dire que nous sommes des humanistes ; le racisme érotique n’est-il qu’une vue de mon esprit nécessairement un peu déviant sur ce point ? A l’inverse ou à la suite la dimension régressive d’une fantasmatique qui prendrait en objet une femme d’origine modeste, une de ces figures de l’inculture populaire que l’on voit régulièrement habiter les émissions de télé réalité où la réalité sociale fait échos à la misère humaine, faire d’une de ces figures une figures érotique est-ce là aussi une forme de racisme, de méprisance culturelle aussi honteuse que le racisme ? Je crois qu’il est temps que je m’affranchisse mais en même temps il est si bon de mettre des mots sur ses chaînes déterministe que m’en affranchir serai une amertume et une souffrance bien plus réelle que celle que l’on peut supposer quand je parler de ces chaînes qui sont miennes mais que j’arbore comme un bijoux joyeux

 

# racisme # érotisme # danse avec les noirs # baise avec les pauvres

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article