Jour # 1061 à l'ancienne

Publié le 19 Mai 2012

à la vieille école, à l'ancienne, à l'instinct, à l'épaulée jeté ou tout simplement au forceps ; tout simplement à l'ancienne, se lancer sans filet, sans le sens de la vie ni le sens de l'éthique ; de la prose ici, envoie la sauce bébé, la pâmoison des lances à eaux, la dialectique des loups ; une balle en plein ventre et une tache de sang sur ta peau bronzée qui macule ton chemisier blanc, pas besoin qu’il soit de soie des Indes, juste du blanc maculé de rouge et la beauté des symboles, l'esthétique du macabre, c'est trop rarement que l'on fait mourir les gens sous les balles, trop rarement par goût de l'esthétisme, sauf dans les films d'avant ceux avec des reines italiennes à la peau mate et les films de qui, ceux avec des acteurs chinois et un sens inné du beau dans la violence ou de l'inverse, l'ivresse de la vie qui échappe au contrôle de celui qui la détient, quand la mort déteint un petit peu trop sur les corps que l'on enlace avec le vivant ; les yeux qui piquent, se ferment, un regard qui fermente la matière virtuelle du réel, déformation que je pourrais dire professionnelle mais penser le monde n'est pas une profession c'est une nécessité ; il n'y a pas mille façons d'exister. à l'heure tardive, à l'heure qui tourne, à l'heure venue d'exciser le réel de ses mamelles improductives ; tailler dans la masse comme on sculpte dans la pierre, en consumant l'inessentiel jusqu'à ce que la forme émerge de la gangue qui la contient ; détruisons le réel de son inessentiel au moins parce que le mot d'inessentiel est un des plus beaux mot du moment, un terme d'une poésie radicale, indocile et délicieuse et si vous croyez que les mots en "in" me séduisent aussi facilement qu'une poitrine effleurant sous le tissu léger d'un chemisier mais ça serait trop facile de penser cela ; on ne condamne pas assez souvent les gens, en tout cas je ne le fais pas assez souvent, jamais assez vite, jamais assez bien et pourtant ce n'est pas le manque de moyen qui me fait défaut, juste un excès de moral pudibonde et quelque chose qui doit faire partie de l'artillerie éthique ; finalement je n'ai pas fais ça à l'ancienne, je ne sais même plus comment je faisais ça à l'ancienne, je le faisais peut être pareil mais ce que je recherche ce n'est pas tant un savoir faire mais renouer avec un sentiment, une sensation, je parlais il y a quelque temps de cette vision de la fidélité et c'est ce que je voudrais retrouver, être fidèle à ce que j'étais avant, ce que je faisais, je vous parle là d'un temps d'avant internet ou ma prose anonyme voyageait par la poste ; d'une certaine façon vous avez tué l'essence du corbeau, c'est peut être ça que je recherche : m'adresser à quelqu'un de particulier, m'adresser à une foule connue avec un message d'ingérence ; internet est une zone de confort

 

# la fidélité # tranquille Emile

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article