Jour # 1048 tomber du train

Publié le 7 Mai 2012

touriste dément ; le diable encore, la danse est la même les jours de victoire, virement à gauche ; les filles aiment les mauvais garçons ; pouvoir au looser les chevaliers du temps modeste, les dames de compagnie et l'armature même du monde ; il y a pire, il y a les chemises à col amidonné, il y a la stupeur et la mèche névrosée sur les prières qui sonnent à l'aube ; prières muselées des muses ottomanes, prières gravées à même le fuselage profilé des fusées missiles qui depuis le sol visent le ciel, missiles solaires au rayonnement gamma ; connexion cellulaire, corrélation fictionnelle ; le tombeau des dieux et la dépouille des hommes ; tout un peuple pour un seul corps, une unique dépouille ; qui saurons nous élire pour endosser la dépouille des peuples ? endosser les mitraillades, s'adosser au millénaire et regarder couleur des écoutilles, la taille des pastilles de couleurs que l'on collera sur nos destinées ; bleu pour les garçon, rose pour les filles et le par feu désertique des onces démonstratives ; le trou du cul du monde a le cœur partagé ; l'art met en mot la grande artillerie, tout est grand, toujours grand, superlatif et ostentatoire parce qu'aux grands vides on balance les grands mots que le trou se replie sur lui même, sur le même, la distraction et la dimension ; respirer les espace, le retrait redessine le destin ; écrire re, tirer re, réticuler autour d’une raie le vieux souverain

 

# tomber en train

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Divagations diverses

Repost 0
Commenter cet article