Jour # 1041 la nuit je paie des Atlantes dans les rues

Publié le 30 Avril 2012

le sens bourgeois, la rythmique grégorienne comme dans les gorges des courtisanes géorgiennes qui, les talons hauts coulés le béton à force d’usiter les parcelles bétonnés et le goudron qui défilent sous ces plumes d’artifices qu’elles portent en parures décoratives, peuplent l’imaginaire des franges urbaines, zones interlopes où le fil acéré des lumières nocturnes découpe un bestiaire palpitant d’animaux holographiques qui ne vivent que dans le faisceau lumineux et qui n’ont plus plaisir à partager leurs seins avec l’indifférence populaire de la clientèle gisant à leur coté sur la langue bitumière qui déblatère et crache les hommes le long des organes visqueux jusqu’au pieds des tours d’ivoires pour qu’ils puissent levant la tête apercevoir les silhouettes aguichantes de naïveté et d’innocence de ces princesses qui apprennent à ne rien savoir de ce qu’il se passe derrière leurs vitres, poupées dociles et princières calibrées pour que les pyromanes mettent le feu aux mondes surtout celui d’ici mais dans la rues les hommes préfèrent toujours tourner autour des animaux apprivoisés qui se découvrent dans le jaune pisse qui pleut des réverbères et qu’ils pourront dresser pour une poignée de monnaie parce qu’il est toujours plus simple de payer que de partir à l’assaut du verre et de l’ivoire sans être sûr que sous leurs jupons les princesses soient prêtent se souiller la couenne au coin du désenchantement ; on ira s’abreuver à l’eau des Atlantes et sortir nos animaux sur les grands boulevards en espérant pouvoir retenir entre nos mains la liesse populiste dont s’hérissent nos chemins de croix ; ta bonne conscience n’aura jamais raison de moi et la raison de soi et dans le fond toujours un raison d’état et à l’ordre mondial du jour l’état semble avoir toujours raison il serai donc raisonnable d’avoir toujours sa raison pour soi ; je suis insubmersible dans les rues noctambules même baignées par la déraison diluvienne

 

# la rue # la nuit # la pluie # les femmes # les putes # les pélicans # la palme # et l’or

Rédigé par #ceciestunblog

Publié dans #Je est un Blog

Repost 0
Commenter cet article