Jour #38 2° le matin

Publié le par blogueur anonyme

J'avoue que je trouve ça excitant ton attachement à me fouiller, à être voyeuse de ce que j'exhibe sur ces lignes, ce que je te dévoile à toi qui emberlificote mes sens mais aussi à tous ceux et toutes celles qui passent encore par ici par hasard ou par envie, qui me passent dessus sans dessous, les passants et les promeneurs les demoiselles et dames mais je suis aussi excité par ce que tu ressens et par ce mystère que je construit autour de cet homme et de toi ma correspondante intime ; demoiselle privilégiée avec qui j'échange les replis les plus intimes de ma vie et recueil les recoins les plus intime de la tienne ; qui est cet homme qui te séduit ? Qui est-il ? Il est vieux ? Il est beau ? Il est libre ça je le sais, et encore ... est-il sincère ? Vos échanges te laissent-ils sentir que c'est un amant délicat et doué comme je peux l'être -à ce qu'on pu dire certaine de mes amantes- ou alors est-il est séducteur égoïste pensant avant tout à son plaisir puis qu'en second au plaisir de l'autre ? Et Oui je trouve excitant que tu ai envie de te jeter dans l'inconnu, je trouve excitant que tu devienne cette fille d'une nuit, d'un soir, dans son lit ou à l'hôtel, oui si jamais tu succombe à tes pulsions impose lui l'hôtel c'est tellement plus érotique. Et toi as-tu envie de jouer les salope d'un soir pour lui ? Es-tu excité de jouer les mantes religieuses, choisir un homme et le dévorer, jouer avec lui, avec son corps et y prendre du plaisir en parvenant à le jeter, à le laisser et parvenir à continuer ta vie sans lui ensuite ? L'urgence et l'unicité de l'étreinte peuvent la rendre terriblement brulante, alors oui je suis jaloux mais je suis excité par ce que tu vis, envieux aussi bien sûr mais ça va de soi avec la jalousie, envieux de cet homme qui t'aura pour une nuit, une semaine, qui t'aura sur ces genoux, qui aura les mains là où j'ai mes mots, qui aura son sexe là où j'ai mes fantasmes ; avec toi tant que moi je suis là et ma blonde revient, hier soir elle n'a pas eu le gout à faire l'amour, je suis frustré mais bon ma demoiselle est malade, barbouillé, c'est ma petite madame Bovary, la chaleur la suffoque, son corps la trahi et moi quelque part ça m'amuse, et moi je dois avouer que cet article est inspiré par une correspondance écrite ce matin au réveil qui se mue en article, alors je m'excuse pour celle qui l'a reçu à tire personnel et qui n'aura pas le plaisir de me lire et me découvrir aujourd'hui puisque je recycle rémy

Publié dans Je est un Blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
:)
Répondre
B
<br /> Elle est passée par ici et j'aime ça<br /> <br /> <br />