Jour #37 ma divagation de la pensée

Publié le par blogueur anonyme

Est ce un mal si j'aime laissé ma pensée divaguer quand après l'amour lorsque l'autre vient se blottir et que mes mains machinalement caressent le corps lové contre moi, laisser les pensées sans romantisme, sans tendresse, sans douceur envahir mon esprit, laisser les pensées sur le repas, le thon mi cuit, la chaleur, le repassage se laisser emporter avec délice par des conceptions matérielles ou abstraites, penser à ces mots que j'écris, à cette douceur de la pensée libérée du corps, libérée de la tension sexuelle, du désir et de l'amour, le corps libre et la pensée vive, qui divague sans s'encombrer, sans même s'enorgueillir du travail bien fait, de l'orgasme bien accompli, du corps qui à joui, celui de l'autre bien sûr, le mien aussi, pas besoin de s'attarder dessus, c'est ailleurs que je pense, à d'autres personnes, lieux, actions, envies, aux ailleurs de l'esprit, comme si le plaisir été un clef, un passeport, un billet, un accélérateur de pensée libre, divagante, divergeante, je pense à un roman que j'aimerai écris, me lancer dans la science fiction, pour de vrai, un vrai livre à moi, je pense à des ambiances, à des personnages, des rituels, de sensations intérieures et le corps contre moi ne fait que me tenir chaud, la peau moite et quelques traces rouges réminiscence d'un cycle menstruel pas tout à fait terminé et d'une envie trop impérieuse pour s'y refuser, c'est peut être ailleurs qu'il faut chercher, peut être la chaleur qui me fait penser, peut être la faim, la fatigue ou les hormones libérées dans le corps ou juste la peur d'avoir à me retrouver en tête à tête avec l'instant présent sans qu'il soit animé de l'excitation et du désir, la peur de l'autre dans son quotidien primaire, seul le désir nous tient, nous retient, nous anime, mais là je parle pour moi, pas pour elle, elle le sait, je vais faire mon repassage avec elle, ma montage de linge en regardant un film et peut être penser à ce roman hypothétique à à mon prochain article

Publié dans Chronique chaotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article