Expendables unité spéciale

Publié le par Rémy

J’ai connu cette époque plus ou moins lointaine où les films de guerres, les films avec des hommes à gros bras et gros fusils qui tirent sur des hommes à gros bras et gros fusils, étaient l’une des normes du divertissement. Et si ce n’était pas tout à fait une norme, disons que c’était un des piliers du divertissement pour les adolescents de cette époque. Pourtant je n’étais pas très friand de ces films là ; certes le second film que j’ai vu au cinéma après L’Ours de Jean-Jacques Annaud c’est Terminator 2, mais les films de guerre à la Stallone ne faisaient pas partis de ceux que j’aimais le mieux ni le plus parce qu’au fond de moi ils me faisaient peur. Je crois que je les trouvais trop réaliste et cela me mettait parfois mal à l’aise.

Justement j’assimilais ces films à la guerre, la vraie, celle apprise à l’école un peu mais surtout celle présentée dans les journaux télévisés. Inconsciemment je collais à la réalité de la guerre, réalité dont j’ignorais tout, une vérité de cinéma et par effet de levier cela me renforcé l’impression de réalisme que j’éprouvais devant les films de guerre.

Et puis le temps est passé sur cela, sur moi, sur le cinéma, comme il passe partout. J’ai grandi, j’ai évolué, ma pensée s’est forgée tandis que de l’autre côté les films de guerre façon divertissement des années 80 / 90 perdaient de la vitesse au profit d’une science-fiction tout aussi violente mais dans le fond, plus inoffensive aussi. Si je parle de cela c’est que ce soir j’ai revu à la télé Expendables unité spéciale, le premier film d’une trilogie qui oscille avec un certain sens de la grâce entre hommage aux films de guerres et de mercenaires de l’âge d’or et douce parodie pleine d’esprit de second degré ; impression renforcée par le fait majeur que les acteurs d’époque tel que Sylvester Stallone jouent des archétypes d’eux-mêmes.

Je trouve cette trilogie géniale et jubilatoire. Aujourd’hui que je suis un adulte qui regarde son adolescence avec un esprit de nostalgie et de moquerie, j’ai la sensation d’être parfaitement ciblé par ces films. Mais par-delà l’aspect nostalgie, ce sont surtout des films d’actions à l’ancienne avec des cascades réalisées à la main, des fusillades épiques, des bastons rugueuses et des répliques cinglantes. Surtout qu’aujourd’hui j’ai une autre vision de la guerre, les guerres d’actualité ne ressemblent pas à ce qui est montré dans ces films et les guerres du passé non plus, je le sais et j’en ai ma propre image. Grâce à cela je suis enfin disposé à recevoir l’outrance et la violence chorégraphiée de ces films pour ce qu’elles sont. Un plaisir transgressif et jubilatoire qui exorcise la violence par la maîtrise de la caméra et de la mise en scène. J’ai vu ce film un certain nombre de fois déjà et toujours je prends ce plaisir à le regarder.

Voilà, c’était tout. Ni chute ni conclusion.  

Expendables unité spéciale

Expendables unité spéciale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article