Je suis un auditeur de France Culture

Publié le par Rémy

Aujourd’hui j’ai appris que les audiences de France Culture avait connu une forte hausse, et même la plus forte hausse parmi les radios sous surveillance d’audiences. Très sincèrement je m’en réjoui parce que je porte haut dans mon estime les valeurs de cette radio. Et il est vrai que je ne suis pas peu fière d’être un plutôt fidèle auditeur depuis quelques années déjà. Je n’ai jamais eu le goût des radios musicales, je n’en ai d’ailleurs jamais réellement compris l’intérêt ; effectivement je ne comprenais pas pourquoi écouter une musique que l’on n’a pas choisie. Mon intérêt radiophonique c’est donc naturellement porté vers les radios qui parlent, celles où l’on peut passer la journée à écouter des personnes parler, rire, débattre, etc.

J’ai eu comme tout le monde une jeunesse durant laquelle j’ai écouté les radios libres, la libre antenne un peu libre, un peu trash, un peu formatée des radios de jeunes. Puis je passé naturellement vers France Inter, et même si aujourd’hui cette radio m’exaspère je dois malgré tout leur reconnaître quelques découvertes musicales qui me suivent toujours aujourd’hui. En bon amateur de foot je suis passé par RMC et j’y retourne encore parfois parce que la radio est sûrement le meilleur moyen de bonifier un match médiocre, c’est aussi une bonne façon de suivre du foot en faisant autre chose.

Et depuis quelques années j’écoute surtout France Culture. Je le dis fièrement aujourd’hui pour célébrer l’augmentation de leur audience mais ne voyez pas dans cette affirmation une quelconque prétention. Pour être franc au départ je me suis mis à écouter France Culture sans vraiment comprendre ce que j’écoutais, voir en n’y comprenant rien. Mais j’éprouvais une véritable fascination pour les discussions savantes et les logorrhées jargonneuses qui exposaient les tenants et les aboutissant d’un thème pour lequel j’avais un intérêt. Parfois je comprenais des bribes et j’étais heureux, souvent je me laissais porter par le flow du savoir et je trouvais cela poétique. C’était une expérience qui confinait à l’humilité et à la curiosité du savoir. Avec le temps j’ai forgé mon esprit, parfois avec France Culture, parfois autrement, et aujourd’hui il y a moins de temps où j’écoute parce que je perçois de la poésie dans mon ignorance mais j’éprouve toujours autant de plaisir à nourrir mon âme à la source de ce savoir.

Je suis un auditeur de France Culture
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article