Mille et une couleur dans le berceau de ma nuit où dansent les racines

Publié le par Rémy

Mille et une couleur dans le berceau de ma nuit où dansent les racines

Les loups rôdent autour de moi depuis que je me suis piqué le doigt avec une épingle à nourrisse mal fermée et trempée de bave. Autour de moi je vous les dames faire du zèle et rapper quelques zests au-dessus des cocktails qu’elles servent dans ce bar où les lumières folles donnent des allures fluorescentes à la moindre couleur ; est-ce de l’agrume, de la drogue de synthèse où l’extrait d’une racine exotique je ne sais pas mais j’entends déjà dans mon crâne le grondement comme un tonnerre de la locomotive qui entre en moi en crachant toute sa suie et sa fumée comme par la bouche des enfers. Je titube sur la ligne en suivant la lumière et je m’assoie sous les yeux exotiques d’une dame aux allures de forêts vierges où naissent et meurent des espèces inconnues. Elle me parle de sa langue antique d’une danse que je ne peux pas danser parce que je tombe, je m’enfonce lentement dans les sous couches du réel et mon corps qui plane dans le ralenti de l’attraction ne possède plus de forme solide pour se soumettre à un mouvement volontaire. Très bientôt il n’y aura plus que le noir autour de moi et la fumée des couleurs vivent qui courent sur sa peau tandis que la mienne dissoute dans le néant aura libérer mes sens et les mots qui sans les entraves de ma bouche pourront parler librement

Mille et une couleur dans le berceau de ma nuit où dansent les racines sans une once de tragédie

Mille et une couleur dans le berceau de ma nuit où dansent les racines sans une once de tragédie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article